Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 février 2017 6 11 /02 /février /2017 17:15

Ce 10 février 2017, deux journaux français - l'un classé "à gauche", et l'autre "à droite" - ont publié le même article sensationnel, à quelques heures d'intervalle : dans un article non signé, L'Obs titre "Immense purge en Corée du Nord : un millier de morts" ; pour sa part, Les Echos affirment, dans un article de Yann Rousseau, que "en Corée du Nord, une purge fait 1000 morts" (l'article relevant par ailleurs de la rubrique "Cette nuit en Asie", un lecteur inattentif pourrait même croire qu'une purge aurait fait 1000 morts la nuit précédente en Corée du Nord...). Un scoop ? Non, une fausse information (fake news).

L'avantage des chiffres "ronds" est qu'ils impressionnent davantage : évoquer "1000 morts" dans des purges parle davantage que les statistiques disséminées depuis plusieurs mois, tentant d'agréger les dizaines ou les centaines de morts (faute de toute information fiable) qui seraient prétendument survenues en Corée du Nord suite à des procès politiques.

Cette "information" provenant de l'agence officielle... sud-coréenne Yonhap n'a été reprise que dans deux médias français dits "majeurs", ayant été occultée dans les médias internationaux des autres pays occidentaux qui ont, eux, jugé plus prudent de faire leur travail de journalisme (recouper l'information pour en vérifier la crédibilité et l'exactitude). En effet, de multiples indices montrent que nous sommes en présence d'une non-information, ou plus exactement d'une désinformation, dans la mesure où elle ne repose sur aucun fait étayé nouveau.


Premier indice, le total des "morts" ne fait pas 1000 : selon la source (Kang Cheol-hwan, directeur du Centre de la stratégie sur la Corée du Nord, acronyme anglais, NKSC), ce nombre se décomposerait en "415 cadres du Parti du travail, 300 cadres des institutions rattachées et 200 responsables du ministères de la Sécurité nationale", tous "fusillés en public", ce qui ne fait que... 915 personnes, en agrégeant des chiffres déjà arrondis à la centaine la plus proche, deuxième indice d'inexactitude de l' "information". 

Troisième indice, l'agrégation de données qui, quand bien même elles seraient étayées, se recouperaient nécessairement. Que sont ces mystérieuses institutions rattachés au Parti du travail ? Qu'entend-on par "ministères" (au pluriel) "de la Sécurité nationale" ? Pourquoi leurs membres ne sont-ils pas aussi considérés comme cadres du Parti, alors qu'en Corée du Nord les fonctions dans le Parti et l'appareil d'Etat se cumulent ?

Quatrième et cinquième indices, les sources elles-mêmes. Tout d'abord (quatrième indice), celles-ci sont indirectes, parcellaires et non recoupées : Kang Cheol-hwan ne peut que faire état des "témoignages" de "six hauts placés ayant fait défection en Corée du Sud"... Mais qui sont ces défecteurs anonymes ? Quand ont-ils fait défection ? Qu'ont-ils vu ? Comment leur témoignage a-t-il été recueilli ? Est-il fiable ? Ne serait-on pas plutôt en présence d'un discours rapporté avec de nombreux intermédiaires (untel a dit à untel qui a entendu dire d'untel tenant lui-même sa source d'untel...), où l'information est de moins en moins fiable à chaque niveau de "témoignage" rapporté.


Cinquième indice, l'organisme auquel appartient M. Kang, malgré son titre pompeux ("Centre de la stratégie sur la Corée du Nord"), n'est en aucun cas un organisme universitaire ou travaillant selon des méthodes scientifiques. Il s'agit de l'une des multiples officines néo-conservatrices, très proches des services de renseignement sud-coréens et américains (en l'occurrence, pour le NKSC, animée par des défecteurs nord-coréens en Corée du Sud, avec à sa tête le très médiatique Kang Cheol-hwan) qui les financent et, année après année, propagent rumeurs, désinformations et "fake news" sur la Corée du Nord.

Sixième indice, le NKSC choisit de s'exprimer à la veille d'une session du Conseil des droits de l'homme des Nations unies dont les travaux, très critiqués, ont déjà conduit à préconiser la comparution des dirigeants nord-coréens devant la Cour pénale internationale (CPI). Or, M. Kang entend justement soumettre l'affaire des 1000 morts devant la CPI... La coïncidence est-elle vraiment fortuite ?

Septième indice, l'incapacité du NKSC à donner plus d'un seul nom dans la liste des condamnés à mort, à savoir Jang Song-thaek - dont l'exécution a été rendue publique elle-même par les médias nord-coréens, il y a déjà plus de trois ans, et sur laquelle l'AAFC était revenue en déplorant par ailleurs l'application de la peine de mort. La différence, entre les autorités nord-coréennes et le NKSC, se situe donc dans une fourchette de 1 à 1000. En outre, comme l' "information" est passablement frelatée, Kang Cheol-hwan livre un second chiffre choc, tout aussi invérifié et invérifiable : 20000 personnes auraient été enfermées dans des camps de travail. Mais de qui s'agit-il ? Quand auraient-elles été enfermées et pour quelles raisons ? M. Kang ne le dit pas.

Huitième indice, le "scoop "du NKSC est relayé par Yonhap, la plus grande agence de presse sud-coréenne, semi-publique. Ce sont donc des "informations" qui tombent à pic au moment où le gouvernement sud-coréen, ultra-conservateur, est engagé dans une campagne dénonçant, précisément, les atteintes aux droits de l'homme en Corée du Nord. Cette diversion est particulièrement opportune, au moment où la chef de l'Etat vient d'être destituée par le Parlement et alors que la campagne électorale présidentielle a commencé de fait - une campagne où, comme de juste, les conservateurs (actuellement au plus bas dans les sondages) vont faire souffler "le vent du Nord" pour influencer l'électorat et se maintenir à la Maison bleue.


Et comme si ces huit indices n'étaient pas suffisant par eux-mêmes, Yann Rousseau des Echos a estimé pertinent d'occulter les doutes de l'agence Yonhap elle-même sur la fiabilité du chiffre de "1000 morts". En effet, selon l'article de Yonhap : "C’est la première fois qu’un tel nombre d'exécutions est avancé en conséquence de l’affaire Jang Song-thaek. A l’époque, les médias parlaient de quelques exécutions de cadres du Parti."

De "quelques" exécutions jusqu'à présent (selon les spécialistes et les médias sud-coréens) - disons 10, pour faire bonne mesure - nous serions donc passés à 1000... Une multiplication par 100 ! Ou bien le chiffre de 1000 recouvrirait-il alors une autre réalité... et laquelle ? Où est l'information dans ce maquis d'arguments d'autorité et de faits assénés sans aucune preuve matérielle ?

Confronté à devoir justifier l'énormité de son chiffre, Kang Cheol-hwan a dû concéder que "les témoignages sur le nombre de personnes exécutées ne sont pas parfaitement concordants". Un demi-aveu que, pas plus que la multiplication soudaine du nombre supposé des victimes, ni Yann Rousseau des Echos, ni les pigistes de L'Obs n'ont jugé opportun de faire part à leurs lecteurs.

Sources :

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Corée et médias
commenter cet article
27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 20:26

Depuis sa défection en Corée du Sud avec sa famille, l'ancien numéro deux de l'ambassade nord-coréenne à Londres, Thae Yong-ho, multiplie les déclarations publiques qui, à chaque fois, font l'objet d'une large couverture médiatique. Dernier "scoop" en date : un entretien donné au Wall Street Journal dans lequeil il déclare que les jours du régime nord-coréen sont comptés car la révolte gronderait - tout particulièrement au sein des élites... Mais qui est ce transfuge dont les prédictions à la Nostradamus sont paroles d'évangile pour le journaliste lambda ?

A chaque apparition publique Thae Yong-ho a droit au même traitement médiatique : cette déclaration serait exceptionnelle, sans précédent, et il serait un des plus hauts dignitaires nord-coréens à avoir fait défection. Alors, forcément, il saurait bien des choses.

En quelques mois Thae Yong-ho a remplacé Hwang Jang-yop, ancien secrétaire du Parti du travail de Corée ayant fait défection au Sud en 1997, et qui, lui aussi, était devenu la coqueluche des néo-conservateurs de toutes nationalités, si désireux d'entendre un défecteur dire ce qu'ils voulaient entendre : la Corée du Nord doit s'effondrer, la Corée du Nord va s'effondrer. Hwang Jang-yop est mort en 2010, avant que ne soit dressé l'acte de décès de la République populaire démocratique de Corée. Mais il a un digne successeur en Thae Yong-ho.

Sauf que Thae Yong-ho n'est pas Hwang Jang-yop : diplomate en poste à l'étranger pendant de longues années avant sa défection, même pas chef de poste diplomatique, il ne recevait qu'un écho lointain et assourdi des luttes de pouvoir dans les cercles nord-coréens. Il n'avait accès à aucun dossier sensible, notamment sur les questions militaires, et n'était pas un intime des cercles dirigeants. En d'autres termes, ce n'est certainement pas un défecteur de haut niveau, seulement un diplomate parmi des centaines d'autres, bien que très proche des milieux de renseignement nord-coréens. Ses opinions n'ont aucune valeur d'expertise.

Alors, comment en est-il arrivé là ? A ce que chacune de ses déclarations soulève des dizaines d'articles dans la presse internationale, et récemment à plusieurs reprises dans les médias français ? Certes, ce qu'il a à dire est spectaculaire, mais comment en est-il arrivé à ce qu'il se fasse en plus passer pour ce qu'il n'est pas - un défecteur de si haut rang, à en croire les médias qui rapportent ses propos, qu'on finirait par croire qu'il était le bras droit de Kim Jong-un ?

La vérité est probablement à chercher dans le parcours de Thae Yong-ho. Sa famille n'avait pas à se plaindre de son mode de vie en Corée du Nord, ou à l'étranger. Il n'y a pas de victimes parmi ses proches - au contraire. Mais une fois arrivé en Corée du Sud, Thae Yong-ho a bien dû vivre, ne serait-ce que pour payer les très chères études de ses enfants. Alors, il a fait ce qu'il savait faire : du renseignement. Et il est allé se vendre aux services secrets sud-coréens, qui en ont fait un personnage mythique, un défecteur de haut rang, qui, pour continuer à toucher son salaire, doit dire ce que les services secrets répètent inlassablement : que la Corée du Nord va s'effondrer, que la Corée du Nord doit s'effondrer. Et Thae Yong-ho s'acquitte de ses nouvelles fonctions en serviteur zélé de ses nouveaux maîtres, avec le soutien de médias complices des services de renseignement sud-coréens qui savent faire fonctionner la grosse caisse médiatique et la machine à propagande

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Corée et médias
commenter cet article
24 décembre 2016 6 24 /12 /décembre /2016 12:27

La désinformation sur la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) ne doit rien au hasard : poursuivant des méthodes élaborées pendant la guerre froide, des fonds publics américains ou sud-coréens financent des officines dont le but est de produire des fausses informations à destination des médias. Dans le cas de la Corée du Nord, la ficelle est particulièrement énorme, mais elle marche sur un public occidental peu familier de l'Asie, et a fortiori de la Corée du Nord, comme le montre le chercheur russe Konstantin Asmolov dans un article traduit en français par Diane Gilliard pour New Eastern Outlook, paru sur le site Internet Le Saker francophone, et que nous reproduisons ci-après, après un précédent article de Konstantin Asmolov traduit par Diane Gilliard reproduit dans nos colonnes le 30 novembre 2016, sur la responsabilité des Etats-Unis dans le développement du programme nucléaire nord-coréen.

Corée du Nord : Comment Radio Free Asia a diffusé la série complète d’histoires à dormir debout
Par Konstantin Asmolov – le 26 novembre 2016 – Source New Eastern Outlook

Récemment, une organisation comme Radio Free Asia s’est hissée de manière magistrale au sommet de la liste des auteurs à l’origine de bobards. Cette entité à but non lucratif a son siège aux États-Unis et, théoriquement, occupe la même place que Radio Free Europe / Radio Liberty pendant la Guerre froide. Cependant, comme l’auteur a vécu à une époque où les émissions de Radio Liberty devaient être écoutées plus comme des «voix interdites ou prohibées», il a l’occasion de comparer la qualité et la fiabilité de l’information diffusée par les deux stations de radio. Bien que l’on puisse penser, après les informations sur les coupes de cheveux obligatoires à la Kim Jong-un ou sur la distribution de drogues aux ouvriers construisant des bâtiments nationaux importants économiquement, qu’il soit difficile de trouver quelque chose de plus odieux, l’autre jour, Radio Free Asia a réussi à se surpasser.

Voici une nouvelle info à sensation : le 28 août, le sarcasme a été interdit en Corée du Nord. Pendant les réunions massives d’ouvriers mourant de faim et réprimés, on leur dit que la satire ou le sarcasme, dans des discussions concernant les autorités nord-coréennes, seraient considérées comme un «acte d’hostilité», semblable à de la calomnie. Par exemple, des mots comme «C’est encore une embrouille américaine», que les Coréens utilisent seulement pour plaisanter sur la tendance de leur gouvernement à accuser le Département d’État des États-Unis pour tous leurs problèmes, ont été également interdits. En plus, la phrase «idiot, qui ne voit pas le monde qui nous entoure» avait été prohibée, car elle peut se référer au gouvernement du pays. Ceci a été largement dû au fait que des graffitis sur des murs de Pyongyang et dans d’autres villes contiennent beaucoup de telles expressions. C’est la manière dont le public manifeste son mécontentement croissant à l’égard des autorités, en dépit du fait que celles-ci ont toujours recouvert les graffitis de peinture pour empêcher les slogans de se répandre.

Comme d’habitude, une source anonyme des provinces nord-coréennes de Ryanggangdo et Chagangdo, dans l’arrière-pays pauvre et inaccessible, était à l’origine de la nouvelle à sensation. C’est d’ailleurs très pratique, puisque la vérification de l’existence de la source se heurte à de nombreux obstacles.

L’information a été reprise par plusieurs tabloïds, y compris le Sun, et ensuite elle suit mécaniquement le même chemin que la célèbre information sur l’exécution de Jang Song-taek en le faisant dévorer par une meute de chiens affamés. D’abord les tabloïds reprennent le message de RFA, puis les plus petits tabloïds le diffusent eux aussi et, au bout d’une chaîne de reprises, l’information devient plus raffinée et est encore retouchée. À la fin, la source originelle de l’information est inconnue, ayant été omise intentionnellement ou non.

Ce n’est cependant pas le premier tuyau de poêle de ce genre. Au cours des derniers mois, RFA a franchi d’importantes étapes pour remporter le titre de champion toutes catégories des histoires à dormir debout.

Le 10 juin, «il s’est avéré» que sous le couvert de Coréens du Nord sortant du pays pour travailler et gagner un peu de monnaie étrangère, la RPDC envoie des troupes au Moyen-Orient et que leur nombre a augmenté de manière importante ces deux… trois dernières années. C’est dû au fait que l’armée n’a pas besoin de payer de salaire aux soldats, et ils sont plus faciles à contrôler, puisqu’ils obéissent à des commandements militaires. En 2010, il y avait jusqu’à 70 personnes, mais comme il est suggéré ici, leur nombre a significativement augmenté depuis lors. D’ailleurs, avant d’être envoyés au Moyen-Orient, les militaires laissent pousser leurs cheveux pour ressembler à des civils. Donc si vous voyez quelqu’un qui ne ressemble pas à un soldat, ne vous y trompez pas, son apparence pourrait avoir été modifiée à dessein !

Le 17 juillet, la RFA a rapporté, citant Asia Press International comme sa source, que toutes les photos appartenant aux membres de la famille de Kim avaient été retirées des manuels scolaires pour ne pas laisser les enfants dessiner par dessus.

Il se trouve que leurs sources avaient obtenu 75 types de livres différents sans portraits de Kim Il Sung, Kim Jong Il ou Kim Jong-un. La RFA a été muette sur le fait que de tels portraits ne pouvaient pas se trouver dans des manuels de mathématiques, par exemple ; et que le niveau de la tendances au culte de la personnalité envers Kim est différent de ce que l’on dit sur lui, qui est souvent diabolisé. Et le bobard affirmant que «tout le monde est invité à adopter la même coupe de cheveux que le leader» vient de cette tendance.

Le 15 juillet, on nous a parlé de l’attaque des «forces de la résistance» contre la patrouille frontalière – un soldat a été tué, un autre gravement blessé. La source a dit que les soldats ont été arrosés de pierres, et qu’ils se sont enfuis, oubliant leurs munitions.

Le 10 août, la RFA a fait un reportage sur la famine et les troubles au sein de l’armée de Corée du Nord, où les soldats ne sont nourris qu’avec de la soupe liquide, sans viande : la raison en est la corruption généralisée et le vol parmi les officiers.

Le 26 septembre, on nous a parlé de l’exode massif des habitants du nord vivant dans les zones frontalières de la Corée du Sud, où il y a eu de graves inondations. Comment ils ont réussi à s’échapper à travers tout le pays (les inondations ont touché les régions du nord) et pourquoi cette information n’est pas apparue dans les médias de Corée du Sud reste obscur. Cependant, Free Asia sait mieux. Il s’avère que l’exode de masse est intervenu après que le système de barbelés surveillant la frontière et les passages a été endommagé par les inondations. Aujourd’hui, la région est soumise à des inspections spéciales et des interrogatoires, qui ne se limitent pas uniquement aux questions relatives au contrôle de la frontière, mais aussi à la suppression de l’usage des téléphones mobiles ou au fait que les habitants regardent des films et des séries télévisées sud-coréennes.

Le 5 octobre, se référant au rapport sur l’état du réseau à haut débit présenté par l’Union internationale des télécommunications (UIT) et l’UNESCO, Free Asia a rapporté que le taux d’utilisation d’Internet par les Coréens du Nord est inférieur à 1%, ce qui correspond à la République de Nauru, située dans l’île corallienne du même nom, dans le Pacifique occidental, dont il est connu qu’elle n’était pas incluse dans le rapport et que les méthodes de calcul elles-mêmes sont discutables.

Enfin, le 14 novembre, RFA a rapporté que la RPDC a lancé une campagne de collecte de feuilles d’aluminium, pour les utiliser dans la fabrication de filets de camouflage. Même les écoliers auraient pris part à la collecte de ce «matériel stratégique», recherchant des paquets de cigarettes vides fabriqués avec des feuilles d’aluminium. Selon les sources de l’émission de radio, les feuilles sont utilisées pour fabriquer des filets de camouflage qui interfèrent avec les satellites espions américains. Les autorités ont pressé les citoyens de soutenir les forces armées nationales et de collecter des feuilles, qu’elles nomment un «matériel stratégique». L’auteur admire l’habileté des propagandistes à faire exploser le mème Internet à propos des «chapeaux en feuilles d’étain» utilisés par un grand nombre de théoriciens du complot pour contrer les «armes psychotroniques».

Bon, on ne peut que souhaiter à Radio Free Asia un succès continu dans la diffusion ce genre d’histoires à dormir debout. L’auteur a hâte d’obtenir l’«information» que la Corée du Nord a tué tous les phoques pour la cinquième fois ou sacrifié des enfants en masse au serpent-crapaud géant. Dans l’ensemble, c’est la Corée du Nord, un lugubre régime tyrannique. Comment peut-on être sûr à 100% qu’il n’y a pas de serpent-crapaud ?

L’auteur a déjà écrit auparavant qu’il est grand temps pour la Corée du Nord de modifier sa propagande, car son style anachronique conduit à des contradictions ou à des déclarations sur la situation actuelle, qui réfutent le point de vue de l’ennemi, conduisant à une réaction contraire à celle attendue parmi l’auditoire européen ou russophone. Néanmoins, il semble que Radio Free Asia et d’autres médias propagandistes similaires se sont fixé pour tâche de rattraper les Nord-Coréens dans l’odieux et l’extravagant. Au point qu’à l’avenir, peut-être, cette diabolisation à outrance cessera d’être efficace.

Konstantin Asmolov, docteur en Histoire, premier chercheur associé au Centre d’études coréennes de l’Institut pour les études sur l’Extrême-Orient de l’Académie des sciences de Russie, exclusivement pour le magazine en ligne New Eastern Outlook.

Traduit par Diane, vérifié par Wayan, relu par Nadine pour le Saker francophone

Source :

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Corée et médias Relations Etats-Unis-Corée
commenter cet article
18 décembre 2016 7 18 /12 /décembre /2016 13:05

Le 14 décembre 2016, l'émission de géopolitique du collectif Comaguer (Comprendre et agir contre la guerre), animée par Bernard Genet sur la radio associative marseillaise Radio Galère le deuxième mercredi de chaque mois de 20h à 21h30, était consacrée à la Corée. Les intervenants de cette émission étaient Robert Charvin et Benoît Quennedey, tous deux vice-président de l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC).

Comme toujours, l'émission a d'abord resitué de manière très pédagogique la question coréenne, caractérisée par la division du pays entérinée par la guerre de Corée (1950-1953) après la libération de la colonisation japonaise en 1945, dans son contexte géographique, historique et politique : la Corée a développé une culture nationale spécifique très ancienne, marquée par l'influence de la Chine mais distincte des civilisations chinoise et japonaise. L'unité nationale coréenne a été réalisée il y a plus de 1 000 ans - faisant ressortir avec d'autant plus d'acuité le drame qu'a constitué la partition du pays. Par ailleurs, de par sa situation géographique, la Corée a été victime des rivalités et appétits de ses grands voisins, japonais, chinois et russe, et dans la période la plus récente, les Etats-Unis - ce qu'illustre le proverbe coréen "Quand les baleines se battent, les crevettes trinquent" - les Coréens figurant les crevettes et les puissances voisines de la Corée les baleines. Aujourd'hui encore, l'intérêt américain pour la péninsule coréenne - où ils entretiennent toujours 28.500 GIs dans le Sud - s'inscrit dans le recentrage de la puissance militaire américaine sur la région Asie-Pacifique. De ce point de vue, les programmes nucléaire et balistique de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) servent de prétexte commode à Washington pour justifier sa présence militaire croissante, tout autant - sinon davantage - justifiée par la volonté d'endiguer la montée en puissance de la Chine et de la Russie.

Benoît Quennedey a rappelé que l'Association d'amitié franco-coréenne avait été fondée en 1969, pour promouvoir la paix et la réunification dans la péninsule coréenne, et à cette fin favoriser les échanges entre la France et l'ensemble de la Corée, à une époque où Séoul, au Sud, était toujours officiellement la capitale de la République populaire démocratique de Corée, et où la Corée du Nord était traitée de "régime fantoche" par la Corée du Sud. L'ouverture d'un dialogue intercoréen, engagé en 1972 (mais interrompu dès 1973) et mené de manière constante depuis 1991, a permis de faire coïncider les représentations (un pays, deux Etats) avec la réalité géopolitique. Ces évolutions ont eu lieu à la faveur de la démocratisation de la Corée du Sud, et après une sévère pénurie alimentaire au Nord qui a conduit à la mise en oeuvre, à partir de 2002, de mesures économiques ayant fait évoluer le système économique et social. La situation politique récente en Corée du Sud a cependant rappelé la fragilité du processus pour la démocratie et la paix : à partir de 2008, le retour au pouvoir des conservateurs à Séoul a sapé l'ensemble des fondements du rapprochement Nord-Sud, tandis que la Corée du Sud s'est engagée sur une voie de plus en plus autoritaire. A cet égard, le récent  vote par le Parlement d'une motion de destitution de la Présidente sud-coréenne Mme Park Geun-hye a ouvert l'espoir du retour à Séoul d'un pouvoir démocratique ne favorisant plus l'escalade des tensions et la marche à la guerre. 

Pour sa part, Robert Charvin a souligné comment la République populaire démocratique de Corée avait été amenée à se doter d'une force d'auto-dissuasion nucléaire pour prévenir le risque de connaître un sort analogue à ceux de l'Irak en 2003 et de la Libye en 2011 - la Corée du Nord plaidant par ailleurs pour un désarmement nucléaire général et conjoint de l'ensemble des Etats dotés de l'arme nucléaire, tandis que les Etats-Unis, si prompts à renforcer les sanctions contre la Corée du Nord après chaque essai nucléaire ou lancement de satellite de Pyongyang, poursuivent pour leur part leur programme nucléaire, mais par d'autres moyens que les essais souterrains conduits par la RPDC. Face à cette politique du "deux poids deux mesures" traduisant un détournement des principes du droit international public, les Nord-Coréens entendent construire le "socialisme à la coréenne", dans le respect de leur souveraineté et de leur indépendance nationale.

Ecouter l'intégralité de l'émission de Comaguer à l'adresse suivante (émission du 14 décembre 2016) :

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Corée et médias Activités AAFC
commenter cet article
16 décembre 2016 5 16 /12 /décembre /2016 18:02

Réuni le 15 décembre 2016 à Paris, le comité national de l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) a dressé le constat des opportunités nouvelles créées par le contexte international, et plus particulièrement sud-coréen, pour la réunification et la paix en Corée. Cette situation pose plus que jamais la nécessité pour l'AAFC d'être à l'avant-garde du combat pour mieux faire connaître et comprendre les enjeux de la question coréenne, alors que la réunion du comité national de l'AAFC coïncidait avec le cinquième anniversaire de la disparition du dirigeant Kim Jong-il, le 17 décembre 2011.

S.E. M. Kim Yong-il, délégué général de la République populaire démocratique de Corée en France, ambassadeur auprès de l'UNESCO

S.E. M. Kim Yong-il, délégué général de la République populaire démocratique de Corée en France, ambassadeur auprès de l'UNESCO

Une semaine après le vote de destitution de la Présidente sud-coréenne Mme Park Geun-hye par le Parlement sud-coréen, le comité national de l'AAFC s'est félicité qu'un obstacle majeur ait ainsi été levé à la reprise du dialogue intercoréen, la période nouvelle étant par ailleurs riche de promesses pour mettre fin à la dérive autoritaire à l’œuvre en Corée du Sud depuis le retour au pouvoir à Séoul des conservateurs en 2008. Si le vote de destitution de Mme Park Geun-hye est d'abord et avant tout le résultat de la mobilisation de millions de Coréens, dans la péninsule et à l'étranger, l'AAFC a pour sa part pleinement soutenu les initiatives prises par les Coréens de France, qui ont organisé trois manifestations à Paris depuis le 12 novembre 2016.

 

Dans ce contexte, des représentants de l'AAFC sont intervenus dans les médias coréens et français pour apporter témoignages et analyses. Cependant, la couverture des événements a encore révélé une méconnaissance profonde de la situation de la Corée par un trop grand nombre de journalistes français – comme l'a montré récemment une nouvelle fois un reportage au journal télévisé de 20 heures sur France 2 ayant accumulé, le 10 décembre dernier, erreurs factuelles et interprétations douteuses. C'est pourquoi les blogs de l'AAFC, dont les analyses sont de plus en plus lues et reprises, se doivent de poursuivre en temps réel leur travail d'information et d'explications. Un autre objectif pour l'AAFC est de continuer à s'adresser le plus largement à tous les secteurs de l'opinion publique française : deux des candidats à la primaire du parti les Républicains pour l'élection présidentielle de 2017 (Alain Juppé et Bruno Lemaire) ont ainsi répondu au questionnaire qu'avait adressé l'AAFC à tous les candidats à cette élection. L'AAFC interrogera ensuite l'ensemble des candidats à l'élection présidentielle, comme elle l'avait fait en 2007 et 2012.

 

Par ailleurs, S.E. M. Kim Yong-il, délégué général de la République populaire démocratique de Corée en France, ambassadeur auprès de l'UNESCO, a rejoint les participants au comité national de l'AAFC, avec M. Ri Ho-yong, conseiller à la délégation générale, pour échanger sur la situation nationale et internationale en Corée avec l'ensemble des participants. M. Kim Yong-il a également remercié l'AAFC pour son soutien aux victimes des inondations de cet été en Corée, en soulignant que l'effort de relogement des sinistrés et de reconstruction des infrastructures détruites avait pu être mené à bien. L'AAFC poursuit sa campagne d'appel à dons, menée conjointement avec le Secours populaire français, pour venir en aide aux victimes des inondations, afin de répondre aux besoins exprimés à plus long terme.


La réunion du comité national de l'AAFC coïncidait, enfin, avec le vingt-cinquième anniversaire de l'accord de base intercoréen du 13 décembre 1991, ayant ouvert la voie à une normalisation des relations Nord-Sud et conduit à l'entrée conjointe des deux Etats coréens aux Nations Unies, et le cinquième anniversaire de la disparition du dirigeant Kim Jong-il de la RPD de Corée, qui avait dirigé son pays dans un contexte de difficultés dans précédent. En accueillant les sommets intercoréens de juin 2000 et octobre 2007, il avait par ailleurs posé les fondements d'une ère nouvelle de coopérations et d'échanges entre le Nord et le Sud de la péninsule.

 

« Qui était Kim Jong-il ? »

 

La légende noire qui entoure la RPD de Corée se concentre fréquemment autour des figures de ses dirigeants. Pourtant, comme l'ont rappelé Juliette Morillot et Dorian Malovic dans un ouvrage récent (La Corée du Nord en 100 questions, éditions Tallandier, 2016), dans le chapitre 19 précisément intitulé « Qui était Kim Jong-il ? », le Président Kim Jong-il a montré d'indéniables qualités non seulement humaines, mais aussi de capacités de direction de son pays.

 

"Selon certains transfuges, l'homme avare de paroles publiques pouvait alors faire preuve d'une grande éloquence [dans les rencontres en petit comité] et ne manquait pas d'humour (…)

 

Travailleur acharné, il ne s'endormait jamais avant 2 ou 3 heures du matin, exigeant de son entourage qu'il veillât aussi tard que lui afin de répondre immédiatement à ses questions. Très méfiant à l'égard des étrangers, les rares diplomates ou chefs d'Etat qu'il rencontra le trouvèrent « cultivé » (Vladimir Poutine), « intelligent et d'un commerce agréable » (Kim Dae-jung). Et Madeleine Albright, lui ayant remis une quinzaine de questions pointues sur le programme nucléaire, fut extrêmement surprise de le voir répondre avec une grande précision technique sur chacun des points soulevés, sans même faire appel à ses conseillers..."

 

(Juliette Morillot et Dorian Malovic, op. cit., p. 87)

 

Dirigeant compétent, cultivé, travailleur, Kim Jong-il était à mille lieux de l'homme dépeint par la propagande sud-coréenne et américaine, alimentée par les services secrets de ces deux pays. Les mêmes services secrets qui ont dissimulé le fait que Mme Park Geun-hye, la Présidente sud-coréenne, était quant à elle sous l'influence de sa gourou Choi Soon-sil... Cette seule comparaison devrait inciter à la prudence certains médias français, qui reprennent aujourd'hui avec la même complaisance les récits douteux de certains réfugiés nord-coréens manipulés par les services de renseignement sud-coréens, qui décrivaient hier le Président Kim Jong-il de la Commission de la défense nationale de la RPD de Corée sous un jour totalement étranger aux témoignages dignes de confiance de ceux qui ont pu, effectivement, le rencontrer et le connaître.

 

 

 

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Activités AAFC Corée et médias
commenter cet article
12 décembre 2016 1 12 /12 /décembre /2016 20:14

Dans le cadre de la crise actuelle en Corée du Sud, le site de l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) est une source de référence, largement consultée et utilisée par les journalistes français - c'est ainsi que l'AAFC a évoqué, avant les médias français, comment Choi Soon-sil était la gourou de la Présidente Park Geun-hye. En outre, des responsables de l'AAFC sont intervenus dans les médias, soit à titre de participants aux manifestations en France pour obtenir le départ de la chef de l'Etat, soit en tant qu'experts des questions coréennes. 

Dans son édition du 27 novembre 2016, le média coréen Channel A a donné la parole à l'un des participants français à la manifestation parisienne du 26 novembre, organisée par les Coréens de France, et à laquelle l'AAFC avait apporté son soutien. Or il s'agissait d'Olivier Bouchard, membre du bureau national de l'AAFC, qui a exprimé les attentes de l'opinion publique coréenne quant à un départ du pouvoir de la chef de l'Etat sud-coréenne le plus vite possible.

Olivier Bouchard

Olivier Bouchard

Des membres de l'AAFC sont également intervenus en tant qu'experts des questions coréennes. C'est ainsi que, le 8 décembre 2016, Benoît Quennedey, vice-président de l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) était en direct sur la chaîne d'information continue France 24 - à 22h30 sur le canal français et à 23 h sur le canal anglais. A la veille du vote de destitution de la Présidente Park Geun-hye par le Parlement, il a souligné que la colère des Coréens venait de loin - ayant été exacerbée par le comportement des autorités coréennes lors du naufrage du ferry Sewol, où ont péri 304 Coréens, majoritairement des lycéens en voyage scolaire. Les manifestations ininterrompues en Corée associent ainsi une nouvelle génération de jeunes Coréens qui s'engagent souvent pour la première fois en politique, étant porteurs d'aspirations nouvelles contre la confiscation du pouvoir par une minorité politique et économique.

Benoît Quennedey

Benoît Quennedey

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Corée et médias Activités AAFC
commenter cet article
12 décembre 2016 1 12 /12 /décembre /2016 13:37

Le samedi 10 décembre 2016, le journal télévisé de 20 heures de France 2 (présenté par Laurent Delahousse) a raconté une bien étrange histoire pour narrer le vote de la motion de destitution de la présidente sud-coréenne Mme Park Geun-hye (l'émission peut être vue en replay à cette adresse). Dans le but sans doute d'opposer le présent et le passé, France 2 se lance dans un portrait de Mme Park Geun-hye qui prend des allures de panégyrique, au point de se demander si une opération aussi grossière de réécriture de l'histoire relève de la manipulation ou de la mésinformation.

"C'est la fin d'une histoire incroyable", nous dit France 2 pour parler de Park Geun-hye. Après avoir occulté le fait qu'elle était la fille du président le plus autoritaire qu'ait connu la Corée du Sud dont elle a repris les conseillers, le court reportage de France 2 (commentaire de Claude Sempère et montage de Hélène Possetto) se lance dans une réécriture de l'histoire qui est, elle, proprement incroyable :

- prétendre tout d'abord que Mme Park était populaire dans l'opinion dès son accession au pouvoir alors que celle-ci était le fruit d'une élection manipulée par une ingérence massive des services de renseignement et sur laquelle pèsent de lourds soupçons de fraude, et qu'en conséquence la moitié de l'opinion publique sud-coréenne lui était immédiatement hostile (les plus engagés exigeant même son départ, suite à une élection jugée non légitime) ;

- affirmer ensuite que, "au pouvoir elle défendra toujours les intérêts de son pays face à la dictature de la Corée du Nord", dans un coup de chapeau incongru à une ligne politique sud-coréenne militariste et intransigeante qui a conduit la péninsule au bord du gouffre de la guerre, tout en occultant les atteintes massives aux libertés publiques en Corée du Sud initiées par Mme Park elle-même ; s'agissant par ailleurs des intérêts nationaux de la Corée du Sud, Mme Park n'a pas hésité à les brader dans un accord très controversé sur le douloureux contentieux nippo-coréen des "femmes de réconfort", les anciennes esclaves sexuelles de l'armée japonaise avant et pendant la Seconde guerre mondiale ;

- enfin, cerise sur le gâteau, prétendre qu'elle a toujours été aux côtés des familles du naufrage du ferry Sewol, alors qu'au contraire c'est sa gestion de cette crise qui a précipité sa chute (où était-elle dans les 7 heures qui ont suivi le naufrage ? pourquoi a-t-elle refusé toute intervention des équipes de secours qui auraient pu sauver les vies de 304 personnes ?), tandis qu'elle s'est ensuite acharnée à refuser d'accéder aux demandes des familles des victimes, accusées d'être manipulées par l'extrême-gauche.

Le portrait qui est fait de la Présidente Park a soulevé une tempête de protestations des Coréens en France, que le site Internet de la chaîne de télévision a accepté de publier, ce qui est tout à son honneur - mais malheureusement tout en bas de page, si bien que peu d'internautes iront spontanément lire ces commentaires. Pour autant, la rédaction de France 2 n'a pas jugé utile de faire le moindre rectificatif.

Par ailleurs, comment les journalistes de la chaîne de télévision en sont-ils arrivés à commettre autant d'erreurs ? Le discours que la chaîne a servi à des millions de téléspectateurs était, au mot près, celui que serinent les services secrets sud-coréens, passés maîtres dans l'art de manipuler l'opinion publique occidentale (sur la Corée du Nord bien sûr, mais aussi sur leur propre pays). Les journalistes de France 2 ont-ils été sous cette influence occulte des services de renseignement sud-coréens, sinon de leurs porte-paroles patentés ? Ou faut-il y voir le simple fruit du travail bâclé, de la paresse intellectuelle et, disons-le, la manifestation du manque d'intérêt pour un pays (la Corée du Sud) vu comme lointain et dans son seul rapport à la Corée du Nord (d'où peut-être la louange à la politique intercoréenne très contestable et contestée de l'administration Park Geun-hye) ?

Le minimum de la déontologie journalistique est de vérifier les informations et de confronter les sources, ce qui n'a manifestement pas été fait, et est d'autant plus dommage qu'il n'était pas difficile de joindre ceux qui ont organisé les manifestations contre Mme Park en France (ou qui y ont simplement participé), ou encore les universitaires et auteurs spécialistes de la Corée, indépendants de l'ambassade sud-coréenne en France, dont la neutralité est entachée par la proximité personnelle de l'ambassadeur avec Mme Park Geun-hye. Espérons que, à l'avenir, France 2, saura retrouver ses réflexes élémentaires du métier de journaliste.

Document source :

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Corée et médias
commenter cet article
1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 18:31

Le 1er octobre 2016, le Professeur Robert Charvin, ancien doyen de la faculté de droit de Nice et par ailleurs vice-président de l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC), est intervenu à l'amphithéâtre Lefebvre de la Sorbonne, dans le cadre du séminaire "Marx au XXIe siècle : l'esprit et la lettre", organisé notamment par le Professeur Jean Salem. En traitant le thème "Comment peut-on être Coréen du Nord... ou Russe ? L'escamotage de la géopolitique" devant un public de 80 personnes, Robert Charvin est revenu sur une question qu'il a abordée dans plusieurs de ses ouvrages, notamment Comment peut-on être Coréen (du Nord) ? et Faut-il détester la Russie ? Nous présentons ci-après le point de vue de Robert Charvin. 

"Comment peut-on être Coréen du Nord... ou Russe ?" Conférence de Robert Charvin à la Sorbonne

L'Occidental n'aime plus personne - ni le Chinois, ni l'Arabe, ni l'Africain. Mais dans la hiérarchie des détestations, les Nord-Coréens et les Russes occupent une place particulière - toute société n'a-t-elle pas besoin de se fabriquer des ennemis ? Dans un contexte de confusion idéologique, le discours sur les droits de l'homme se pare d'une indignation sélective : si le droit d'ingérence est invoqué pour justifier des interventions au nom de la liberté d'expression et de la démocratie, jamais il ne servira à libérer des syndicalistes emprisonnés ou à faire respecter les droits des travailleurs. Les régimes autoritaires alliés des Occidentaux peuvent continuer de bafouer impunément les libertés démocratiques.

La Russie, et depuis bien plus longtemps la Corée du Nord, sont soumises à des embargos occidentaux : ces peuples, assiégés, se sont dès lors constitués en citadelles. Leurs réactions sont logiques au regard des principes universels de la géopolitique, malheureusement oubliés dans les pays occidentaux. Ainsi, la Corée du Nord, pays de 25 millions d'habitants entouré de puissants voisins, marqué par le double drame de la colonisation japonaise et de la guerre de Corée, a développé des capacités d'autodéfense (y compris nucléaires), dans une logique obsidionale qu'on retrouve dans d'autres pays et à d'autres époques - par exemple en France dans les relations avec l'Allemagne entre 1871 et 1914. La géopolitique est ainsi la mise en oeuvre de ce qui est possible et souhaitable dans les relations entre puissances dans l'ordre international : pour garantir la paix, la sécurité internationale et le développement des nations, il est utile que se constituent des pôles de puissance qui garantissent des équilibres. La Russie aspire légitimement à constituer l'un de ces pôles, ce que contredit l'installation de troupes de l'OTAN directement à ses frontières. Moscou et Pyongyang ont ainsi mis l'accent sur la souveraineté des nations, qui n'est en aucun cas un repli sur soi mais l'affirmation par chaque Etat de son droit à maîtriser ses propres décisions de politique étrangère, sans ingérence extérieure. Contrairement aux Américains, les Russes et les Nord-Coréens n'entendent pas, quant à eux, imposer leur système politique à d'autres pays.

La reconstitution d'une puissance militaire russe n'a pas davantage à être condamnée que l'augmentation des budgets militaires américain ou français. Les Russes, contrairement aux Occidentaux, assument pour leur part pleinement leur histoire, qui s'inscrit dans un patriotisme incompris en Occident. Leur culture eurasiatique, spécifique, ne justifie pas qu'ils soient rejetés dans un autre "barbare", comme le font les prescripteurs d'opinion occidentaux. Manifestement, les Russes ne sont plus bolchéviques mais ont toujours le couteau entre les dents, étant stigmatisés comme "complices de la barbarie". Quand les victimes civiles des guerres occidentales (forcément des guerres justes et des guerres propres) sont escamotées par les médias, celles des interventions militaires russes sont mises au premier plan.

S'agissant des Nord-Coréens, qu'ils le veuillent ou non, qu'ils l'assument ou pas, leur culture politique est profondément empreinte de confucianisme - ce qui génère des relations paternelles entre les dirigeants et le peuple. Ils ont choisi de ne compter que sur leurs propres forces et ont érigé ce principe en règle majeure d'un travail idéologique jugé fondamental, refusant déjà, hier, d'être membre du Conseil économique d'assistance mutuelle (CAEM) ou de relier leur réseau d'électricité à celui soviétique, comme le leur proposait Nikita Khrouchtchev. Ils ont payé le prix de cette indépendance lors des difficultés des années 1990, mais ont maintenu leur système politique et social.

La Corée du Nord offre un terrain privilégié pour permettre à des journalistes d'affirmer n'importe quoi, sans risque d'être contredit. Le discours hostile à la République populaire démocratique de Corée a même gagné les rangs des partisans de ceux qui se disent partisans du socialisme, quitte à oublier que, par la propriété collective des moyens de production, la Corée du Nord est bien un Etat socialiste. La détestation de la Corée du Nord a aussi une logique qu'explique la géopolitique : la nécessité pour les Etats-Unis de maintenir des troupes dans des positions avancées en Asie de l'Est, à proximité de la Russie et de la Chine, au prix de compromissions avec les dirigeants sud-coréens en matière de droits de l'homme.

Quand la France se permet de donner des leçons sur le nucléaire nord-coréen, alors qu'elle assume l'héritage gaullien de l'arme nucléaire comme garantie de son indépendance, l'histoire des négociations sur la question nucléaire en Corée montre le besoin de dialogue et de négociations, pour anticiper et prévenir les conflits - selon des principes conformes au droit international - et non l'invocation de pseudo-négociations après des interventions militaires et des ingérences dans les affaires intérieures d'autres pays.

"Comment peut-on être Coréen du Nord... ou Russe ?" Conférence de Robert Charvin à la Sorbonne

Regarder la conférence de Robert Charvin

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Activités AAFC Corée et médias
commenter cet article
28 août 2016 7 28 /08 /août /2016 16:47

Dans son édition du 18 août 2016, le quotidien L'Echo (anciennement L'Echo du Centre) a rendu compte de la création, à Limoges, du comité régional Nouvelle-Aquitaine de l'AAFC, qui regroupe les anciennes régions administratives Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes. Nous reproduisons ci-après l'article d'Adrien Ayffre.

"Faire tomber les barrières" : le quotidien "L'Echo" rend compte de la création de l'AAFC - Nouvelle Aquitaine

L'assemblée générale du comité régional de l'association d'amitié franco-coréenne (AAFC) vient de se tenir à la maison des associations de Beaubreuil. La réunion était d'importance puisqu'il s'agissait notamment de former un nouveau comité régional englobant toute la région Nouvelle-Aquitaine, chargé de prendre la succession du comité régional limousin de l'association.

Et si le comité englobe maintenant les régions Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes, il est néanmoins question de "faire en sorte que le pôle Limousin soit plus actif qu'aujourd'hui", assure Benoît Quennedey, vice-président de l'AAFC chargé des actions de ccopération.

Fondé en 1986, le comité Limousin a eu "une forte activité jusqu'au début des années 2000", précise Benoît Quennedey, qui voudrait donc qu'il retrouve ces belles années.

CONSOLIDER LES ACQUIS

Mais attention : le comité Limousin a tout de même de belles actions à son actif. Nombre d'étudiants coréens ont pu visiter Oradour-sur-Glane grâce à l'AAFC. "Oradour marque toujours beaucoup les Coréens. Cela leur rappelle la colonisation de la Corée par le Japon, dont elle garde encore aujourd'hui beaucoup de séquelles", souligne le vice-président de l'association.

De telles actions, comme l'accueil d'étudiants coréens dans l'optique de développer les échanges entre la France et la Corée, dans son ensemble, doivent être maintenues. Au-delà, il s'agissait notamment pour l'AAFC (au niveau national comme à l'échelle de la nouvelle grande région) de tâcher de renforcer les coopérations entre la Corée du Sud et la Corée du Nord. "Par le dialogue, on fait tomber les barrières, d'autant que les Coréens ont horreur de ce clivage Nord-Sud" dit Benoît Quennedey.

L'association a également comme fer de lance de lutter contre l'emprisonnement arbitraire des opposants en Corée du Sud. "Que l'on soit syndicaliste, journaliste ou autre, on risque l'emprisonnement dès qu'on critique la politique du gouvernement sud-coréen" ajoute Benoît Quennedey, "c'est un fléau contre lequel on doit lutter".

UN NOUVEAU BUREAU

Au terme de l'assemblée générale, Liliane Boussel a été élue présidente du comité régional AAFC Nouvelle-Aquitaine. Les autres membres du bureau du comité régional sont Hugues Mathieu, secrétaire, et Alain Serres, trésorier, venu de Dordogne.

Camille Senon, militante syndicale et survivante du tramway stoppé avant Oradour-sur-Glane le 10 juin 1944, a quant à elle été élue présidente d'honneur.

Avec ce nouveau bureau, l'AAFC Nouvelle-Aquitaine compte bien poursuivre ses actions, et continuer les "opérations" menées jusqu'à présent. D'autres visites à Oradour-sur-Glane sont notamment prévues.

Il est intéressant de noter pour finir qu'environ 15 000 Coréens sont présents en France, et sont généralement organisés en associations. Parmi eux, la plupart sont des étudiants.

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Activités AAFC Corée et médias
commenter cet article
20 août 2016 6 20 /08 /août /2016 15:38

Le Britannique de 33 ans Louis Cole est un youtubeur professionnel, ses 1,8 million d'abonnés sur Youtubenérant des revenus publicitaires. Il s'est spécialisé dans les reportages sur les endroits les plus beaux et les plus insolites de la planète, qu'il filme derrière sa GoPro. Ce choix l'a conduit en République populaire démocratique de Corée (Corée du Nord) dont il a ramené une série de vidéos sur Youtube, qui cassent deux séries de clichés sur le pays : oui, on peut visiter la Corée du Nord ; oui, les Nord-Coréens sont des êtres humains qui font des pique-niques, dansent et vont dans les parcs d'attraction... Mais c'était trop pour certains médias bien-pensants, pour qui la seule information convenable doit être dans le dénigrement, systématique et sans appel, de la Corée du Nord. Vanity Fair, dont on découvre soudain l'expertise insoupçonnée en matière de politique internationale, a ouvert le bal, suivi par tous les médias qui savent, comme Le Monde dont le site bien-nommé "Big Browser" se distingue ici par une agressivité rare dans sa volonté d'imposer une pensée unique sur la Corée du Nord. La réaction en chaîne des médias dominants nous impose ce qu'il faut dire et faire - l'appel à la raison et au sens critique ne relevant selon eux que de la soumission à la "propagande" ennemie, ces mêmes médias bien-pensants reprenant inconsciemment les méthodes sinistres du "bourrage de crâne" en temps de guerre qu'ils croient dénoncer. Cette belle harmonie révèle que, sur la Corée du Nord, seul le bashing médiatique est acceptable, et Louis Cole en est une victime collatérale - de choix. Peut-être avec également une pointe de jalousie de la part de certains journalistes professionnels, spécialistes autoproclamés de l'information et détenteurs exclusifs du savoir, travaillant pour des médias qui ne survivent bien souvent (en France du moins) qu'à coups de subventions publiques - quand les youtubeurs professionnels n'ont pas besoin, eux, des aides de l'Etat.

Le youtubeur Louis Cole, victime collatérale du bashing anti - Corée du Nord

Les experts en droits de l'homme des Nations Unies sont formels : la Corée du Nord est la pire dictature au monde. Et peu importe que leurs grands témoins produisent des témoignages douteux, peu importe que les méthodes utilisées dans ses travaux par la commission ne soient pas acceptables sur le plan scientifique, ce qui compte est le bruit médiatique généré par l'enquête. Les néo-conservateurs américains spécialistes des droits de l'homme en Corée du Nord, à l'origine des travaux de la commission des Nations-Unies, peuvent être satisfaits de leur travail d'influence sur l'opinion publique. Car ce sont des experts dans l'art de la propagande qui sont à la manoeuvre : les mêmes néoconservateurs n'ont-ils pas poussé à faire la guerre en Irak sur la base d'armes de destruction massive qui n'existaient pas, créant ainsi indirectement le principal foyer actuel du terrorisme international djihadiste ? N'ont-ils pas prétendu soutenir en Syrie une opposition prétendument laïque, dont les armes se sont en tout cas retournés contre l'Occident après avoir fini dans les mains de Daech ?

L'acte II de cet art de la propagande consiste, après avoir imposé un point de vue, à détruire tout autre point de vue : aussi est-il important que les reportages du youtubeur Louis Cole soient dénigrés... comme une oeuvre de propagande (forcément, la propagande étant le nom commun pour désigner toute communication, quelle qu'elle soit, de l'ennemi ou supposé tel). Pourtant, encore faudrait-il trouver la main des Nord-Coréens dans cette opération : que Louis Cole soit fondamentalement apolitique, que l'hypothèse d'une opération montée (et pourquoi pas financée) par les autorités nord-coréennes relève, au mieux, de l'ignorance crasse des mécanismes de communication des Nord-Coréens, au pire d'une campagne calomnieuse savamment orchestrée, les tenants du North Korea bashing n'en ont cure : il faut du sang, des larmes et des morts en Corée du Nord.

Conscient que ce qu'il a visité en Corée du Nord est ce qu'on lui a donné à voir, Louis Cole a contre-attaqué en observant que ses vidéos sont aussi partie prenante de la réalité de la RPDC, qui ne se limite donc pas à des caricatures qu'on croirait inspirées de Tintin au pays des Soviets, comme veulent le faire croire les tenants de la doxa officielle sur la RPD de Corée. Comme il l'a précisé :

J’essaie de me concentrer sur les choses positives de ce pays et de combattre l’image purement négative que l’on voit dans les médias. Je vous invite à faire vos propres recherches sur la Corée du Nord. Ces vidéos proviennent d’une perspective que l’on nous montre et que nous ressentons ici.

L'excuse alors trouvée à Louis Cole par les tenants du bashing anti-Corée du Nord est qu'il est "gentil", "naïf" et que cette gentillesse est le grand péché des nouveaux médias sur Internet. Hors contexte, l'affirmation est pour le moins étonnante, à la seule lecture de la violence de certains propos sur les médias sociaux...

Non, comprenons-nous bien : il ne faut pas être gentil avec la Corée du Nord. Il faut être méchant. Pourquoi ? Car suivant leur logique implacable la Corée du Nord, c'est mal, et que nous, nous sommes du côté du bien, des droits de l'homme. Le bien et le mal ? Ce discours ne vous rappelle rien ? L'élan messianique, tendu vers la guerre, de George W. Bush définissant "l'axe du mal" (et lui-même campant naturellement le camp du bien) a enfin triomphé : une pensée néo-conservatrice, dont ceux qui jugent utile d'extirper le mal inhérent aux vidéos de Louis Cole sont les thuriféraires patentés, se faisant les petits propagandistes d'une idéologie que pour notre part, à l'AAFC, nous jugeons d'une dangerosité mortifère pour la paix et la sécurité du monde.

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Corée et médias
commenter cet article

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Traduction automatique

French to Albanian  French to Arabic  French to Bulgarian  French to Chinese (Simplified)  French to Croatian  French to Czech  French to Danish

French to Dutch  French to English  French to Estonian  French to Finnish  French to German  French to Greek  French to Hebrew

French to Hindi  French to Hungarian  French to Indonesian  French to Italian  French to Japanese   French to Latvian  French to Lithuanian

French to Norwegian  French to Polish  French to Portuguese  French to Romanian  French to Russian  French to Serbian  French to Slovak

French to Slovene  French to Spanish  French to Swedish  French to Thai  French to Turkish  French to Ukrainian  French to Vietnamese

Attention !
Une traduction automatique
peut contenir des erreurs...

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


depuis le début de ce mois

 
 

Teads - Top des blogs - International

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)