Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 octobre 2018 3 31 /10 /octobre /2018 23:37

Le 29 octobre 2018, le groupe d'évaluation du Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO a recommandé l'inscription du ssireum (forme traditionnelle de lutte coréenne qui apparaît sur des tombes de l'époque Koguryo) sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'humanité. La décision finale sera prise par le Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO lors de sa session qui se tiendra à l'île Maurice, du 26 novembre au 1er décembre 2018. 

Lutteurs sur la fresque d'une tombe de l'époque Koguryo (datée du 5e siècle)

Lutteurs sur la fresque d'une tombe de l'époque Koguryo (datée du 5e siècle)

L'originalité de l'inscription du ssireum sur la liste du patrimoine mondial est qu'elle traduit non pas la demande d'un, mais de deux Etats membres de l'UNESCO : la République de Corée (Corée du Sud) et la République populaire démocratique de Corée (Corée du Nord) ont chacune soumis la candidature de la forme de combat qu'elles estiment relever plus spécifiquement de leur zone géographique. Le comité d'évaluation a décidé de retenir les deux dossiers, en notant - concernant le dossier du Sud - que la pratique du ssireum transcendait les âges, les classes sociales et les aires géographiques et était attestée lors de fêtes nationales, et - à propos du dossier du Nord - que le ssireum était profondément enraciné dans la société, et qu'il traduisait la cohésion de la société caractérisée par la puissance physique et mentale de ses membres.

Dans notre édition du 2 septembre 2011, nous rappelions que le ssireum consiste à faire tomber son adversaire pour chacun des deux lutteurs qui se trouvent à l'intérieur d'un cercle. 

Compte tenu de l'avis favorable du comité d'évaluation, le suspense ne porte pas tant sur l'inscription effective du ssireum sur la liste du patrimoine mondial fin novembre et début décembre (en principe, le comité suit l'avis de son groupe d'évaluation), que sur l'hypothèse que les deux Etats coréens soumettent in fine une unique candidature, malgré le délai rapproché d'ici l'ouverture des travaux de la prochaine session du Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. Cette possibilité avait d'ailleurs favorablement été accueillie par la directrice générale de l'UNESCO Audrey Azoulay lors de son entretien avec le Président Moon Jae-in, en visite en France, le 16 octobre 2018.

Sources : 

Partager cet article

Repost0
17 octobre 2018 3 17 /10 /octobre /2018 20:50

Si les échanges entre le président sud-coréen Moon Jae-in et son homologue français ont été particulièrement décevants pour les autorités sud-coréennes et pour la paix dans la péninsule, compte tenu de la position ultra-conservatrice d'Emmanuel Macron, les autres rencontres inscrites au programme de la visite en France du président de la République de Corée, le 16 octobre 2018, ont été nettement plus prometteuses pour l'avenir des relations franco-coréennes. Retour sur ces échanges.

Avec Edouard Philippe : cap sur les coopérations économiques vecteurs de modernisation technologique

Edouard Philippe, Anne Hidalgo, Audrey Azoulay : le contenu de leurs échanges avec Moon Jae-in

Si l'augmentation du nombre de vols directs entre la France et Séoul a été l'aspect le plus commenté par l'agence officielle Yonhap des échanges entre le Président Moon Jae-in et le Premier ministre Edouard Philippe, c'est plus largement l'essor des relations économiques qui a été mis en avant, en étant resituées dans une perspective historique (introduction de la technologie du TGV à Séoul, développement conjoint d'un satellite). Selon les services de la présidence sud-coréenne,

En notant que l'introduction du train à grande vitesse (TGV) en Corée du Sud durant les années 1990 et d'autres projets économiques conjoints, tels que le développement conjoint d'un satellite au cours des années 2000, ont fourni de grands avantages aux peuples des deux pays, le président Moon et le Premier ministre Philippe ont convenu de continuer à explorer de nouveaux domaines de coopération en étendant continuellement le commerce et les investissements entre les deux pays.

Parmi les nouveaux secteurs de coopération ont ainsi été mentionnés le changement climatique, l'intelligence artificielle et les technologies de l'information et de la communication. Toujours selon les autorités sud-coréennes, il s'agit de secteurs clés pour la "quatrième révolution industrielle". Dans un contexte de ralentissement de la croissance économique en Corée du Sud, cette approche s'inscrit dans une conception du progrès économique telle qu'analysé par Joseph Schumpeter - selon laquelle les innovations technologiques déterminent les cycles de croissance.

Lors de ses rencontres avec les milieux économiques, le Président Moon Jae-in a aussi observé que l'établissement d'un régime de paix durable dans la péninsule coréenne sera un facteur de croissance économique.

Anne Hidalgo a apporté son soutien à l'organisation conjointe des Jeux olympiques de 2032 par toute la Corée

Edouard Philippe, Anne Hidalgo, Audrey Azoulay : le contenu de leurs échanges avec Moon Jae-in

Si la réception dans les salons de l'hôtel de ville de Paris d'un chef d'Etat en visite officielle en France fait partie des usages protocolaires, la maire de Paris Anne Hidalgo a appuyé le projet du Président Moon Jae-in d'une candidature conjointe des deux Etats coréens à l'organisation des Jeux olympiques de 2032. La première édile parisienne a observé que ce projet était conforme à l'esprit de l'olympisme.

Tout en témoignant de sa connaissance du rôle de la France et de Paris dans le mouvement de libération de la Corée alors soumise à la colonisation japonaise, le Président Moon Jae-in a aussi plaidé pour un soutien de la ville de Paris à la participation conjointe d'athlètes nord et sud-coréens aux Jeux Olympiques de Paris en 2024, alors que la constitution d'équipes conjointes inter-coréennes lors de récents événements sportifs est l'une des manifestations les plus éclatantes du renouveau du dialogue et des échanges Nord-Sud.

Avec Audrey Azoulay : augmentation du soutien de l'Unesco aux programmes éducatifs à destination de la RPDC

Lors de leur rencontre, le Président Moon Jae-in et la directrice générale de l'Unesco, la Française Audrey Azoulay, ont convenu de favoriser la coopération et la paix dans la péninsule coréenne, par une augmentation des aides à la Corée du Nord dans le domaine de l'éducation et en promouvant la désignation de la zone démilitarisée (DMZ) entre les deux Corée comme réserve mondiale de biosphère.

Sources :

Partager cet article

Repost0
19 août 2018 7 19 /08 /août /2018 13:21

Le 18 août 2018, les athlètes nord et sud-coréens ont défilé ensemble, sous le drapeau de la Corée réunifiée, lors de la cérémonie d'ouverture des dix-huitièmes Jeux asiatiques d'été (Asiad) au stade Gelaro Bung Karno, à Jakarta, en Indonésie. C'était la onzième fois que les Coréens marchaient ensemble lors de l'ouverture d'une compétition sportive internationale - et la deuxième fois cette année après les Jeux olympiques d'hiver de Pyeongchang. Alors que des équipes conjointes ont été constituées dans plusieurs disciplines, les Jeux asiatiques apparaissent comme une nouvelle manifestation du rapprochement Nord-Sud dans le domaine sportif - aujourd'hui à la pointe de la reprise des échanges inter-coréens. 

Rapprochement sportif inter-coréen : émotion et fierté lors du défilé conjoint en ouverture des Jeux asiatiques

Avec un millier d'athlètes, les Coréens - du Nord et du Sud - sont la nation la plus fortement représentée aux 18e Jeux asiatiques, devant l'Indonésie et la Chine - mais si l'on compte séparément les Nord et les Sud-Coréens, les Sud-Coréens n'arrivent qu'en troisième place. 

Non seulement les objectifs en termes de médailles sont une fois encore élevés (pour mémoire, aux précédents Jeux asiatiques, à Incheon, en 2014, la Corée du Sud s'était classée deuxième au tableau des médailles, avec 79 médailles d'or, 70 médailles d'argent et 79 médailles de bronze, et la Corée du Nord septième avec 11 médailles d'or, 11 médailles d'argent et 14 médailles de bronze), mais la constitution d'équipes conjointes inter-coréennes donnent un fort contenu politique et diplomatique à cette compétition : les trois sports concernés sont le basketball féminin, l'aviron (dans trois épreuves) et les courses de bateau-dragon, un sport nautique d'équipe propre à l'Asie qui utilise une pirogue appelée bateau-dragon. Le bateau de l'équipe masculine (qui participera aux épreuves sur 200 m, 500 m et 1 000 m) a été baptisé du nom de Taedong, le fleuve qui arrose Pyongyang, et celui de l'équipe féminine (qui concourra sur les distances de 200 m et 500 m), Hangang, le fleuve qui baigne Séoul.

C'est ainsi sous les acclamations de soutiens venus de toute la Corée que les athlètes ont défilé ensemble, tandis que le Premier ministre sud-coréen Lee Nak-yeon et le vice-Premier ministre nord-coréen Ri Ryong-nam se levaient ensemble, en se tenant par la main et en levant les bras au ciel, lorsque sont apparus les sportifs du Pays du matin calme.

Le Premier ministre sud-coréen Lee Nak-yeon (à gauche) et le vice-Premier ministre nord-coréen Ri Ryong-nam, lors de l'ouverture des Jeux asiatiques, le 18 août 2018

Le Premier ministre sud-coréen Lee Nak-yeon (à gauche) et le vice-Premier ministre nord-coréen Ri Ryong-nam, lors de l'ouverture des Jeux asiatiques, le 18 août 2018

Alors que lors du défilé d'ouverture des Jeux olympiques de Pyeongchang, le porte-drapeau masculin était un Sud-Coréen plus âgé (Won Yun-jong, né en 1985) et la porte-drapeau une Nord-Coréenne plus jeune (Hwang Chung-gum, née en 1995), pour les Jeux asiatiques de Jakarta-Palembang les deux porte-drapeaux de la Corée étaient cette fois un Nord-Coréen plus jeune (Ju Kyong-chol, footballeur né en 1997) et une Sud-Coréenne plus âgée (Lim Yung-hui, née en 1980, capitaine de l'équipe de basketball dont elle est la doyenne, et qui comprend aussi des Nord-Coréennes). La Corée a été la quinzième équipe à entrer dans le stade, tandis que retentissait le chant Arirang, pièce maîtresse du patrimoine folklorique commun à toute la péninsule.

La basketteuse Lim Yung-hui (Sud) et le footballeur Ju Kyong-chol (Nord), porte-drapeaux de l'équipe coréenne unifiée lors de la cérémonie d'ouverture

La basketteuse Lim Yung-hui (Sud) et le footballeur Ju Kyong-chol (Nord), porte-drapeaux de l'équipe coréenne unifiée lors de la cérémonie d'ouverture

D'autres événements sportifs inter-coréens récents montrent qu'il s'agit d'un des domaines où la coopération Nord-Sud est la plus florissante : après la victoire de l'équipe mixte inter-coréenne lors de l'Open de Corée, le 21 juillet 2018 à Daejeon, des jeunes footballeurs sud-coréens ont participé du 13 au 18 août 2018 à un tournoi international des moins de 15 ans (U15) à Pyongyang réunissant également des joueurs biélorusses, chinois, ouzbeks et russes, et des matchs de football inter-coréens ont eu lieu à Séoul, le 11 août 2018, entre les travailleurs des deux pays. A cette occasion, la délégation nord-coréenne s'est rendu sur la tombe de Jeon Tae-il, ouvrier du textile s'étant immolé par le feu en 1970 pour dénoncer les conditions du travail alors en vigueur dans le sud de la Corée. 

Principales sources : 

Partager cet article

Repost0
4 août 2018 6 04 /08 /août /2018 17:10

Du 18 août au 2 septembre 2018, les villes indonésiennes de Jakarta et Palembang accueilleront les 18e Jeux asiatiques. Les athlètes nord et sud-coréens défileront ensemble lors des cérémonies d'ouverture et de clôture et formeront des équipes unifiées dans plusieurs épreuves (basket, canoë, aviron). A cette occasion, les chefs d'Etat ou de gouvernement des nations participantes ont été invités en Indonésie - dont le Président Moon Jae-in et le Président Kim Jong-un. En ce qui concerne le dirigeant nord-coréen, l'invitation a été transmise par une délégation indonésienne qui s'est rendue en République populaire démocratique de Corée. Nous traduisons ci-après de l'anglais une dépêche de l'agence Reuters publiée par le Korea Herald, principal quotidien sud-coréen de langue anglaise, rendant compte de cette visite - de manière assez factuelle, même si plusieurs commentaires (notamment sur la volonté des Nord-Coréens d'honorer - ou non - leurs engagements en matière de dénucléarisation) traduisent un point de vue qui ne reflète pas celui de l'AAFC. Traduction AAFC-BA.

L’Indonésie invite le Nord-Coréen Kim Jong-un aux Jeux asiatiques

Une délégation d’officiels indonésiens a visité la Corée du Nord cette semaine afin de remettre une invitation de la part du Président Joko Widodo au dirigeant nord-coréen Kim Jong-un pour assister à la cérémonie d’ouverture des Jeux asiatiques à Jakarta en août, a déclaré la Police nationale indonésienne.

Puan Maharani, ministre des Affaires culturelles et à la Coordination du Développement Humain, était accompagnée par plusieurs autres représentants du gouvernement et de la police lors de sa visite à Pyongyang, selon une information provenant de la Police nationale ce lundi.

« La principale raison de notre venue (à Pyongyang) est de transmettre une invitation officielle au Président de la Corée du Nord pour assister à la cérémonie d’ouverture des Jeux asiatiques le 18 août », a déclaré Mme Maharani selon cette même source.

Le Président Kim Jong-un le 10 juin 2018

Le Président Kim Jong-un le 10 juin 2018

Mme Maharani et les délégués indonésiens ont rencontré Kim Yong-nam, le chef d’Etat en titre et président du Présidium de l’Assemblée Populaire Suprême lundi, a ajouté la Police nationale.

Elle a également discuté des relations inter-coréennes lors de sa visite ainsi que des questions régionales et des résultats de la police indonésienne dans sa lutte contre l'extrémisme.

Le vice-Premier ministre Ri Ryong-nam, le vice-ministre des Affaires étrangères Choe Hui-chol, le directeur général adjoint du département Asie Park Hyun-chol et le directeur du département Asie Ri Ho-joon ont également participé à la réunion, toujours selon le communiqué.

Les gouvernements des deux Etats coréens se sont mis d’accord pour proposer un défilé commun [des athlètes] lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux asiatiques qui auront lieu d’août à septembre, ce qui est un signe parmi d'autres pour réduire les tensions liées aux ambitions nucléaires de Pyongyang.

La Corée du Nord et la Corée du Sud ont marché sous le drapeau de la Corée unifiée pendant la cérémonie d’ouverture et de clôture des Jeux olympiques d’hiver de Pyeongchang. Les Jeux Asiatiques, accueillis par les villes de Jakarta et de Palembang, seront sans doute l’occasion de cimenter cette relation.

La Corée sera probablement un sujet important durant les Jeux alors que des doutes apparaissent concernant la promesse de Kim Jong-un de travailler à la dénucléarisation de son pays, faites pendant le sommet avec le président américain Donald Trump à Singapour en juin.

Un autre délégué indonésien, le chef adjoint de la Police nationale Syafruddin, assure que l’Indonésie garantit la sécurité des délégations de tous les pays présents aux jeux d’Asie, y compris la Corée du Nord.

« Du point de vue de la sécurité l'Indonésie est très stable. Ne vous inquiétez pas et n'ayez pas de doutes », a ajouté Syafruddin, qui comme beaucoup d’Indonésiens ne possède qu’un unique nom.

Source :

Partager cet article

Repost0
21 juillet 2018 6 21 /07 /juillet /2018 12:53

C'est une équipe formée du Sud-Coréen Jang Woo-jin et de la Nord-Coréenne Cha Hyo-sim qui a remporté la finale en doubles mixtes de l'Open de Corée - l'une des étapes du Pro-Tour de tennis de table, organisée par l'Association (sud-)coréenne de tennis de table sous l'égide de la Fédération internationale de tennis de table (ITTF), le 21 juillet 2018 à Daejeon. Un succès spectaculaire qui rappelle l'obtention du titre de championne du monde de l'équipe coréenne unifiée en 1991, après la formation d'une équipe commune aux Mondiaux de tennis de table en 2018 en Suède, et témoigne du dynamisme et du succès des échanges intercoréens dans le domaine sportif.

De gauche à droite, Cha Hyo-sim et Jang Woo-jin, lors du quart de finale contre les Hongkongais Ho Kwan Kit et Lee Ho Ching le jeudi 19 juillet 2018 à l'Open de Corée

De gauche à droite, Cha Hyo-sim et Jang Woo-jin, lors du quart de finale contre les Hongkongais Ho Kwan Kit et Lee Ho Ching le jeudi 19 juillet 2018 à l'Open de Corée

L'émotion était palpable - dans les tribunes où les supporters coréens criaient "Nous sommes unis !", mais aussi - et d'abord - parmi les deux joueurs. Jang Woo-jin a ainsi déclaré : 

J'ai vu Hyo Sim pleurer pendant la cérémonie, et cela m'a brisé le coeur de devoir dire au revoir maintenant.

En effet, la loi sud-coréenne de sécurité nationale interdit toujours tout contact non autorisé préalablement entre Nord et Sud-Coréens, même au sein d'une même famille.

Seize joueurs nord-coréens ont participé à l'édition 2018 de l'Open de Corée.

En finale, les deux Coréens ont battu les Chinois Wang Chuqin et Sun Yingsha, qui ont remporté le premier jeu (11-5) afin de perdre les trois suivants face à la redoutable équipe coréenne (11-3, 11-4 et 11-8).


 

Jang Woo-jin et Cha Hyo-sim lors de finale de l'Open de Corée

Jang Woo-jin et Cha Hyo-sim lors de finale de l'Open de Corée

Mise à jour le 29 juillet 2018 : une révélation de l'Open de Corée a par ailleurs été le jeune Nord-Coréen Ham Yu-song, vainqueur (épreuves individuelles) pour les moins de 21 ans, puis qui lors de la compétition générale a battu le numéro 11 mondial, le Japonais Kenta Matsudeira. Ce résultat est d'autant plus intéressant que ce sont les joueuses nord-coréennes qui obtiennent leurs meilleurs résultats pour la RPD de Corée - le manque de ressources financières handicapant la Corée du Nord pour atteindre les premières places mondiales dans les épreuves masculines.
 

Ham Yu-song à l'Open de Corée

Ham Yu-song à l'Open de Corée

Sources : ​​​​​​​

Partager cet article

Repost0
3 mai 2018 4 03 /05 /mai /2018 20:52

Lors des quarts de finale des championnats du monde de tennis de table, qui se déroulent actuellement à Halmstad en Suède, les joueuses de la République de Corée (Corée du Sud) et de la République populaire démocratique de Corée (Corée du Nord) ont choisi de ne pas s'affronter, pour former une équipe commune qui affrontera le Japon (vainqueur de l'Ukraine) en demi-finale, le vendredi 4 mai 2018. Si la formation d'une équipe coréenne unifiée a des précédents en tennis de table (notamment en double féminin en 1991, avec le titre de championnes du monde alors obtenu par les Sud-Coréennes Hong Cha-ok et Hyun Jung-hwa et les Nord-Coréennes Yu Son-bok et Ri Bun-hui), c'est la première fois que la réunification a lieu pendant le déroulement d'une compétition sportive. Un symbole puissant, une semaine seulement après le sommet historique du 27 avril 2018 entre les Présidents Kim Jong-un et Moon Jae-in, ayant donné lieu à l'adoption de la déclaration de Panmunjom dans laquelle les deux dirigeants soulignaient la nécessité de participer en commun à des événements sportifs.

Mondiaux par équipes de tennis de table : les Coréens font équipe commune

Dans un communiqué, la Fédération internationale de tennis de table (acronyme anglais, ITTF) a salué le voeu des Coréennes de former une seule équipe et l'accord trouvé entre les dirigeants des deux sélections, en précisant qu'elle avait donné son accord : 

Les deux équipes n'ont pas souhaité s'affronter pour une place en demi-finale. Les discussions (...) ont débouché sur un accord entre les dirigeants des sélections de Corée du Nord et de Corée du Sud, validé par la Fédération internationale (ITTF), de présenter une équipe de Corée unie pour les demi-finales.

Lors des phases de groupe, les Sud-Coréennes avaient dominé le groupe D, en se classant devant (dans cet ordre) Hong Kong (autre demi-finaliste de la compétition, face à la Chine), l'Allemagne, la Thaïlande, le Luxembourg et le Brésil, en remportant tous leurs matchs, accédant ainsi directement aux quarts de finale.

Au sein du groupe C, les Nord-Coréennes avaient fini deuxième de leur groupe, après la Roumanie et devant Taïwan, mais avaient elles aussi accédé aux quarts de finale en battant les Russes contre toute attente.

Mondiaux par équipes de tennis de table : les Coréens font équipe commune

L'Association d'amitié franco-coréenne souhaite plein succès aux Coréennes qui pourraient, 27 ans après la victoire en double féminin en 1991, faire vaciller le colosse chinois.

Mise à jour 4 mai 2018 : les Coréennes se sont inclinées face au Japon, qui a remporté ses 3 matchs. Kasumi Ishikawa a remporté difficilement son duel contre la Nord-Coréenne Kim Song-i (11-4, 6-11, 11-8, 11-13, 16-14). De l'avis général, l'équipe coréenne unifiée a été plus forte que si les Nord et les Sud-Coréennes avaient concouru séparément.

Sources : 

Partager cet article

Repost0
1 avril 2018 7 01 /04 /avril /2018 13:22

Le 31 mars 2018, Thomas Bach, président du Comité international olympique (CIO), a été reçu à Pyongyang par le Président Kim Jong-un. Cette visite fait suite à l'invitation donnée au président du CIO de visiter la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) lors des Jeux olympiques d'hiver qui se sont tenus à Pyeongchang, en République de Corée (Corée du Sud), du 9 au 25 février 2018, lors desquels les deux Etats coréens ont défilé en commun pendant la cérémonie d'ouverture et formé une équipe commune de hockey féminin - ouvrant ainsi une nouvelle ère de coopération et d'échanges Nord-Sud (la date du troisième sommet intercoréen ayant été fixée au 27 avril 2018) tout en contribuant plus globalement à un apaisement des tensions dans la péninsule coréenne marquée notamment par l'invitation du Président Kim Jong-un au Président Donald Trump à le rencontrer. Ce changement de climat diplomatique, qui a commencé avec la proposition du Président Kim Jong-un d'une participation de la RPD de Corée aux Jeux de Pyeongchang, fait suite à une année 2017 marquée par une montée paroxysmique des risques de guerre. 

Thomas Bach et Kim Jong-un

Thomas Bach et Kim Jong-un

Les valeurs de l'olympisme incluent la contribution à l'édification d'un monde de paix : après un discours remarqué en ce sens du Président du CIO Thomas Bach lors de l'ouverture des Jeux olympiques de Pyeongchang, ce dernier a conduit une délégation du CIO en visite en RPD de Corée où le rôle joué par le CIO pour la participation des athlètes nord-coréen a été salué par le dirigeant nord-coréen. Selon l'agence de la KCNA de la RPD de Corée, 

Le Dirigeant Suprême l'a remercié et dit qu'il était reconnaissant au CIO d'avoir porté une attention particulière à la participation des joueurs de la RPDC aux 23e Olympiades d'hiver et apporté une coopération active en prenant des mesures particulières au-delà des règles et des précédents.

De fait, le CIO s'est affirmé comme un acteur à part entière sur la scène diplomatique internationale, en favorisant la participation des athlètes nord-coréens et d'une importante délégation officielle de la RPD de Corée malgré les sanctions internationales qui limitent aujourd'hui de tels échanges entre les deux parties de la Corée. 

La visite de la délégation du CIO en RPD de Corée - où le Président Thomas Bach a été invité à revenir fréquemment, en tant qu' "ami", par le Président Kim Jong-un - a porté sur l'avenir, et notamment la participation (ainsi confirmée à cette occasion) de la RPD de Corée aux Jeux olympiques d'été à Tokyo en 2020 et d'hiver en 2022 à Pékin, ainsi qu'aux prochains Jeux olympiques de la jeunesse d'été à Buenos Aires en 2018 et d'hiver à Lausanne en 2020. Alors que le dirigeant nord-coréen a fait de l'avènement de la RPDC comme une grande nation sportive l'une de ses priorités après son accession aux plus hautes fonctions du Parti et de l'Etat, le soutien au développement du sport fait pleinement partie des missions du CIO qui rappelle que : 

Le Comité International Olympique est une organisation internationale indépendante à but non lucratif, composée de volontaires, qui s’engage à bâtir un monde meilleur par le sport. Il redistribue plus de 90 % de ses revenus au mouvement sportif au sens large, soit chaque jour l’équivalent de 3,4 millions de dollars (USD) pour aider les athlètes et les organisations sportives à tous les niveaux dans le monde.

D'ores et déjà, le CIO soutiendra la participation d'athlètes nord-coréens aux prochains Championnats du monde de tennis de table qui auront lieu en avril à Halmstad en Suède du 29 avril au 6 mai 2018. 

Thomas Bach joue au tennis de table lors d'une visite des équipements sportifs de la RPDC

Thomas Bach joue au tennis de table lors d'une visite des équipements sportifs de la RPDC

Ces sujets (rôle du CIO pour promouvoir la paix et le dialogue, soutien au développement du sport) ont été abordés plus en détail lors des autres rencontres de la délégation du CIO, reçue avec les honneurs protocolaires d'une délégation conduite par un chef d'Etat, notamment lors de ses discussions avec les représentants du Comité national olympique de la RPDC, présidé par Kim Il-guk, par ailleurs ministre des Sports, et deux des vice-présidents du Parti du travail, Choe Hwi, également président du Comité national d’orientation sportive, et Choe Ryong-hae, par ailleurs vice-président de la Commission des affaires de l’État de la RPD de Corée. Un dîner a été offert à la délégation du CIO par Kim Yong-nam, Président du Praesidium de l'Assemblée populaire suprême de la RPD de Corée, qui conduisait la délégation nord-coréenne lors des cérémonies d'ouverture des Jeux olympiques de Pyeongchang. 

Kim Jong-un a reçu Thomas Bach, président du Comité international olympique

Sources :

- KCNA

Partager cet article

Repost0
18 mars 2018 7 18 /03 /mars /2018 17:43

Les Jeux paralympiques d'hiver de Pyeongchang - les plus grands dans l'histoire des Jeux paralympiques d'hiver, par le nombre de nations et d'athlètes y ayant participé - se sont terminés le 18 mars 2018, après dix jours de compétition. Pour la première fois, la République de Corée (Corée du Sud) a obtenu une médaille d'or aux Jeux paralympiques d'hiver - grâce à la performance réalisée par Sin Eui-hyun, tandis que la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) a signé sa première participation à des Jeux paralympiques d'hiver - sans remporter de médailles. Certes symboliques sur la plan de la question sociale du handicap, ces premières olympiades tendent toutefois à favoriser l'évolution des mentalités dans (toute) la Corée, sur le long chemin de la pleine intégration sociale des personnes handicapées, qu'il convient d'encourager. 

Image de la cérémonie de clôture.

Image de la cérémonie de clôture.

La cérémonie de clôture était sans faute, à l'image de l'ensemble de l'organisation des Jeux olympiques et paralympiques qui, sur le plan diplomatique, ont permis un rapprochement intercoréen riche d'espoirs et l'annonce inédite d'une rencontre pour la première fois entre un président américain en exercice et le dirigeant suprême nord-coréen. 

Intitulée "Nous faisons bouger le monde", la cérémonie de clôture - comme la cérémonie d'ouverture - a été le fruit du travail de Lee Moon-tae, président de la Fondation coréenne pour les arts du spectacle traditionnels (KoTPA), et de ses équipes.

La clôture des Jeux paralympiques a aussi conduit à la remise par le Comité international paralympiques du
 prix Whang Youn-dai  au skieur alpin néo-zélandais Adam Hall et à la skieuse de fond finlandaise Sini Pyy. Remis par Mme Whang Youn-dai, le prix récompense deux athlètes paralympiques - une homme et une femme - qui symbolisent l'esprit et les valeurs des Jeux paralympiques. Le prix Whang Youn-dai a été attribué pour la première fois en 1988, lors des Jeux paralympiques de Séoul. Il porte le nom de la docteur en médecine Mme Whang Youn-dai qui, après avoir contracté la poliomyélite à l'âge de trois ans, s'est consacrée au développement des sports paralympiques en Corée et dans le monde.

Au centre, à la tribune, le docteur Whang Youn-dai, lors de l'annonce le 16 mars 2018 des lauréats du prix qui porte son nom

Au centre, à la tribune, le docteur Whang Youn-dai, lors de l'annonce le 16 mars 2018 des lauréats du prix qui porte son nom

Défilé de la délégation sud-coréenne lors de la cérémonie de clôture des Jeux paralympiques.

Défilé de la délégation sud-coréenne lors de la cérémonie de clôture des Jeux paralympiques.

Au tableau des médailles, la République de Corée a terminé 16e ex aequo avec la Finlande et la Nouvelle-Zélande, dans un classement dominé par les Etats-Unis (13 médailles d'or, 15 médailles d'argent et 8 médailles de bronze), suivis, dans cet ordre, par les athlètes russes (8 médailles d'or, 10 médailles d'argent et 6 médailles de bronze), le Canada, la France, l'Allemagne et l'Ukraine. 

Si les athlètes coréens n'ont pas tout à fait atteint leurs ambitieux objectifs d'avant les Jeux (1 médaille d'or, 2 médailles d'argent et 2 médailles de bronze), ils peuvent avoir la satisfaction d'avoir remporté une médaille d'or pour la première fois aux Jeux paralympiques d'hiver depuis que la République de Corée a participé aux Jeux paralympiques d'hiver à Albertville en 1992. Les Coréens doivent ce résultat à Sin Eui-yun : le porte-drapeau de la délégation sud-coréenne a remporté, à près de 38 ans (il est né le 1er avril 1980), l'épreuve de 7,5 km assis en ski de fond, doublant l'exploit en décrochant une médaille de bronze, toujours en ski de fond, en 15 km assis (aux épreuves de biathlon des Jeux de Pyeongchang, il s'est classé trois fois 5e, sur les distances de 7,5 km, 12,5 km et 15 km assis).

Emu aux larmes, l'athlète a tenu à remercier sa mère. Comme l'a observé Yonhap, Sin Eui-yun est un exemple de courage et de volonté, après avoir perdu ses jambes dans un accident à la veille de la cérémonie de remise de diplômes : 

Sin, âgé de 37 ans, a perdu ses jambes dans un accident automobile, la veille d'une cérémonie de remise de diplômes. Il a commencé le sport en 2009 en jouant au basket-ball en fauteuil et a également pratiqué le hockey sur luge.

Sin Eui-yun a décroché l'or à l'épreuve de 7,5 km assis en ski de fond.

Sin Eui-yun a décroché l'or à l'épreuve de 7,5 km assis en ski de fond.

La troisième médaille sud-coréenne des Jeux, en bronze, a été obtenue en hockey sur luge, à l'issue d'un match victorieux contre l'Italie (1-0, grâce à un but de Jang Dong-shin en troisième période). L'équipe médaillée olympique a été formée de Cho Byeong-seok, Cho Young-jae, Choi Kwang-hyouk, Choi Si-woo, Han Min-su, Jang Dong-shin, Jang Jong-ho, Jung Seung-hwan, Kim Dea-jung, Kim Young-sung, Lee Hae-man, Lee Jae-woong, Lee Ji-hoon, Lee Jong-kyung, Lee Ju-seung, Lee Yong-min et Yu Man-gyun. 

Les joueurs sont été salués par leur entraîneur Seo Kwang-suk, qui a souligné le prix des larmes : 

Leur sueur, leur sang et leurs larmes d’un environnement si difficile, venir ici avec la confiance seulement, (...) mes larmes expriment ma gratitude à leur égard.

L'équipe para-olympique sud-coréenne médaillée en hockey.

L'équipe para-olympique sud-coréenne médaillée en hockey.

La tenue des Jeux paralympiques de Pyeongchang est porteuse d'espoirs pour l'intégration des personnes handicapées, dans une société coréenne où un formalisme pesant issu d'une culture néo-confucéenne a longtemps tendu à cacher et à maltraiter les personnes handicapées - qui faisait ainsi partie des éléments sociaux indésirables envoyés dans les camps de concentration par le régime militaire sud-coréen il y a encore seulement une génération. Mais les mentalités évoluent, et la mobilisation a permis peu à peu d'améliorer - entre autres - l'accessibilité aux transports, à commencer par l'accès aux Jeux paralympiques, comme l'a observé le journaliste du Monde Phlippe Mesmer dans une enquête publiée le jour de la cérémonie d'ouverture des Jeux paralympiques. Pour autant, un tiers des personnes handicapées sud-coréennes ne sortiraient encore jamais de chez elles.

En Corée du Nord, où les moyens financiers manquent de surcroît, la participation d'athlètes pour la première fois à des Jeux paralympiques d'hiver a représenté un signal positif, dans une société où l'intégration des personnes handicapées marque toujours un grand retard. En 2017, un expert de la Commission des droits de l'homme des Nations unies a pu visiter la RPD de Corée et, de l'avis des spécialistes, le handicap est l'un des domaines où des progrès visibles sont enregistrés en matière de droits de l'homme en Corée du Nord. De fait, des ONG travaillent sur la question du handicap en RPDC. L'Association d'amitié franco-coréenne a également apporté sa contribution en organisant l'accueil en France, en février 2015, d'une délégation de la Fédération (nord-)coréenne des personnes handicapées : de jeunes artistes handicapés, hébergés en France à l'Institut national des jeunes sourds, et dont la visite en France était prise en charge par l'ONG britannique DULA, ont ainsi donné de très beaux spectacles à Paris.

Si la voie pour la pleine intégration sociale des personnes handicapées est encore longue en Corée, au Nord comme au Sud, les progrès réalisés sont appréciables, et méritent d'être encouragés : l'humanité d'une société s'apprécie selon la manière dont elle protège ses éléments les plus faibles, au premier rang desquels les personnes handicapées.

Principales sources : 

Partager cet article

Repost0
9 mars 2018 5 09 /03 /mars /2018 23:38

La cérémonie d'inauguration des Jeux paralympiques de Pyeongchang s'est tenue le 9 mars 2018 : la douzième édition des Jeux paralympiques d'hiver, qui s'achèveront le 18 mars, marque un record par le nombre de participants, tant en nombre de nations présentes (49) que d'athlètes (570), concourant pour 80 médaille d'or. L'Association d'amitié franco-coréenne revient sur un événement chargé d'émotion. 

Ouverture des Jeux paralympiques de Pyeongchang
Ouverture des Jeux paralympiques de Pyeongchang

La cérémonie d'ouverture, mise en scène par Kim Moon-tae, avait pour thèmes la passion - la passion qui mène à l'égalité et à l'harmonie, valeur confucéenne qui a occupé une place majeure dans les représentations - et la coexistence entre les peuples. Mêlant thématiques traditionnelles et traitements modernes, elle a notamment mis en lumière l'artiste Shin Myeong-jin, qui a des prothèses aux jambes et au bras et a exécuté sur un tambour traditionnel de grandes dimensions une interprétation de la cérémonie bin-rye, cérémonie d'accueil traditionnelle en Corée quand des visiteurs importants arrivaient à la cour royale.

Comme l'a souligné l'agence sud-coréenne Yonhap, les thèmes abordés ont manifesté la puissance du rêve paralympique et des espoirs qu'il soulève : 

Un segment a (...) reflété les rêves et visions des personnes handicapées. Une jeune fille atteinte d'un handicap visuel a dessiné un monde imaginaire rempli d'espoir. Des enfants et athlètes paralympiques ont dansé sur une chanson en langue des signes, communiquant le message que PyeongChang est un endroit où le rêve de ne faire qu'un devient réalité.

A la différence de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques, les délégations nord et sud-coréennes ont défilé séparément - faute d'avoir pu parvenir à un accord sur le drapeau de la Corée unifiée, où ne figurait pas la représentation des îles Dokdo (revendiquées par le Japon), ce que n'a pas accepté le Nord. Le Sud-Coréen Choi Bogue et le Nord-Coréen Ma Yu-chol ont toutefois porté ensemble la flamme olympique. Il s'agit de la première participation de la République populaire démocratique de Corée aux Jeux paralympiques d'hiver - de même que pour la Géorgie et le Tadjikistan.

De haut en bas : défilés des délégations sud et nord-coréenne ; Choi Bogue et Ma Yu-chol portent ensemble la flamme olympique
De haut en bas : défilés des délégations sud et nord-coréenne ; Choi Bogue et Ma Yu-chol portent ensemble la flamme olympique
De haut en bas : défilés des délégations sud et nord-coréenne ; Choi Bogue et Ma Yu-chol portent ensemble la flamme olympique

De haut en bas : défilés des délégations sud et nord-coréenne ; Choi Bogue et Ma Yu-chol portent ensemble la flamme olympique

Après les discours  de Lee Hee-beom, président du comité d'organisation des Jeux de Pyeongchang, et Andrew Parsons, président du Comité international paralympique, les Jeux ont officiellement été déclarés ouverts par Moon Jae-in, président de la République de Corée. 

La flamme paralympique a enfin été allumée, après avoir parcouru 2 018 kilomètres et été relayée par 800 porteurs de flambeau. Puis la "sphère de la coexistence" s'est transformée en un soleil rouge puis en une lune blanche, tandis que se produisaient la chanteuse Sohyang et la soprano Sumi Jo.

En haut : le Président Moon Jae-in salue la foule.
En haut : le Président Moon Jae-in salue la foule.

En haut : le Président Moon Jae-in salue la foule.

Sources : 

Partager cet article

Repost0
25 février 2018 7 25 /02 /février /2018 11:15

A l'issue des Jeux olympiques de Pyeongchang, le 25 février 2018, qui ont été marqués par un nombre record de participants (2925 athlètes originaires de 93 pays), la République de Corée (Corée du Sud) a obtenu un nombre record de médailles : 5 médailles d'or, 8 médailles d'argent et 4 médailles de bronze, soit un total de 17 médailles, qui la classe 7e au tableau des médailles, dans un classement dominé par la Norvège, suivie de l'Allemagne et du Canada. Si ce résultat est sensiblement inférieur aux objectifs initiaux (8 médailles d'or, 4 médailles d'argent et 8 médailles de bronze), il n'en reste pas moins très bon. Précédemment, la Corée du Sud avait obtenu son plus grand nombre de médailles lors de Jeux olympiques d'hiver à Vancouver en 2010 (14 médailles, dont 6 médailles d'or, 6 médailles d'argent et 2 médailles de bronze) et a fait nettement mieux qu'en 2014 à Sotchi (3 médailles d'or, 3 médailles d'argent et 2 médailles de bronze). Pour sa part, la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord), qui concourait dans une équipe unifiée avec la Corée du Sud en hockey féminin, n'a pas obtenu de médailles. 

Aux premières médailles d'or remportées par Lim Hyo-jun (qui a ensuite ajouté une médaille de bronze, à l'épreuve du 500 mètres qui a donné lieu à un doublé coréen de médailles, avec l'argent pour Hwang Dae-heon), Yun Sing-bin et Choi Min-jeong se sont ajoutées celles obtenues en patinage de vitesse sur piste courte (ou short-track), au relais 3 000 mètres, chez les femmes, le 20 février, et en patinage de vitesse (mass start hommes) le 24 février. 

A l'épreuve de relais 3 000 mètres en patinage de vitesse sur piste courte, la victoire a été décrochée par un quatuor formé des Coréennes Shim Suk-hee, Choi Min-jeong (dont c'est ainsi la deuxième médaille d'or lors de ces Jeux olympiques, après celle obtenue au 1 500 mètres), Kim Ye-jin et Kim A-lang. Les athlètes ont bouclé les 27 tours du palais des glaces de Gangneung en 4'07''361, devant l'Italie (4'15''901), dans une discipline largement dominée par les Coréennes (6 médailles d'or sur les 8 médailles d'or dans cette épreuve depuis son introduction aux Jeux olympiques d'hiver).


 

Tour d'honneur des patineuses coréennes après leur victoire au 3 000 mètres relais

Tour d'honneur des patineuses coréennes après leur victoire au 3 000 mètres relais

En patinage de vitesse, départ groupé (mass start) hommes, Lee Seung-hoon, numéro un mondial, a remporté l'or, après avoir déjà décroché l'argent dans l'épreuve de poursuite en patinage de vitesse, aux côtés de Chung Jae-won (âgé de seulement 16 ans, et qui a servi de lièvre à Lee Seung-hoon dans cette épreuve) et Kim Min-seok, qui a obtenu deux médailles lors de ces Jeux (il a également récolté le bronze à l'épreuve du 1 500 mètres).

Lee Seung-hoon (à droite) et Chung Jae-won, après l'épreuve de départ groupé en patinage de vitesse

Lee Seung-hoon (à droite) et Chung Jae-won, après l'épreuve de départ groupé en patinage de vitesse

Le dernier jour des épreuves a enfin vu deux médailles d'argent décrochées dans des disciplines collectives, en bobsleigh chez les hommes et en curling chez les femmes. La veille, en obtenant l'argent à l'épreuve de slalom parallèle géant en snowboard, Lee Sang-ho était devenu le premier Coréen à obtenir une médaille olympique dans un sport de neige.


Liste des médailles coréens aux Jeux olympiques de Pyeongchang

 

Bobsleigh
Bob à 4 hommes : Won Yun-jong, Jun Jung-lin, Seo Young-woo et Kim Dong-hyun (médaille d'argent)

Curling
Femmes : Kim Eun-jung, Kim Kyeong-ae, Kim Seon-yeong, Kim Yeong-mi et Kim Cho-hi (médaille d'argent)

Patinage de vitesse
500 mètres
Femmes : Lee Sang-hwa (médaille d'argent)
Hommes : Cha Min-kyu (médaille d'argent)

1 000 mètres
Hommes : Kim Tae-yun (médaille de bronze)

1 500 mètres 

Hommes : Kim Min-seok (médaille de bronze)

Départ groupé (mass start)
Hommes : Lee Seung-hoon (médaille d'or)
Femmes : Kim Bo-reum (médaille d'argent)

Poursuite 
Hommes : Lee Seung-hoon, Chung Jae-won et Kim Min-seok (médaille d'argent)

Patinage de vitesse sur piste courte (short-track)

500 mètres
Hommes : Hwang Dae-heon (médaille d'argent) et Lim Hyo-jun (médaille de bronze)

1 000 mètres
Hommes : Seo Yi-ra (médaille de bronze)

1 500 mètres
Hommes : Lim Hyo-jun (médaille d'or)
Femmes : Choi Min-jeong (médaille d'or)

Relais 3 000 mètres
Femmes : 
Shim Suk-hee, Choi Min-jeong, Kim Ye-jin et Kim A-lang (médaille d'or)

Skeleton
Hommes : Yun Sung-bin (médaille d'or)

Snowboard

Slalom parallèle géant, homme : Lee Sang-ho (médaille d'argent) 


Sources : 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?