Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 juin 2018 6 30 /06 /juin /2018 08:28

Séparées par des milliers de kilomètres, la République de Cuba et la République populaire démocratique de Corée sont deux nations soumises à des agressions et à des sanctions de la part des États-Unis et de leurs alliés. États en résistance, les deux républiques sont également la cible de campagnes médiatiques de dénigrement à grande échelle depuis plusieurs décennies, rabaissant, pour une grande majorité du public, la connaissance de leurs réalités à des clichés et des stéréotypes véhiculés par leurs adversaires. Soucieux de resituer chacune des deux républiques dans son contexte historique et actuel, le Comité jeunes et étudiants de l’Association d’amitié franco-coréenne (AAFC) a organisé une réunion publique « Cuba et la Corée du Nord à l’épreuve de la guerre médiatique » le 26 juin 2018 à Paris, avec pour intervenants :

- pour Cuba, Viktor Dedaj, administrateur du site d’information legrandsoir.info, co-auteur (avec Danielle Bleitrach et Jacques-François Bonaldi) du livre Cuba est une île

- pour la Corée, le colonel Alain Corvez, ancien conseiller du général commandant la Force des Nations unies déployée au Sud-Liban (FINUL) et ancien conseiller en relations internationales aux ministères de la Défense et de l’Intérieur, se revendiquant du gaullisme et par ailleurs membre du comité Valmy.

La réunion, à laquelle ont participé des diplomates et/ou des représentants de la République populaire démocratique de Corée, de la République de Cuba et de la République bolivarienne du Venezuela, a été animée par Loïc Ramirez, président du Comité jeunes et étudiants de l'AAFC. 

Cuba et la Corée du Nord à l'épreuve de la guerre médiatique

En ouverture, Viktor Dedaj a tenu à rappeler le danger qui pèse sur la vie de Julian Assange, retenu depuis six ans à l'ambassade d'Equateur à Londres, et qui fait l'objet d'une violente vindicte américaine.

Il a ensuite souligné que la République de Cuba constituait un excellent exemple de désinformation, situé à l'épicentre des lignes de fracture Est-Ouest et Nord-Sud. Pour comprendre quels pays sont critiqués par les médias dominants, Viktor Dedaj a souligné la nécessité de réfléchir sur le modèle de société adopté dans les différents Etats de la planète :
- un premier cas de figure porte sur les pays dont les modèles est comparable au nôtre, qui ne sont pas critiqués dans la mesure où notre modèle économique et social est présenté comme le meilleur possible ;
- un deuxième cas concerne des pays dont le modèle économique et social est proche de celui des Etats occidentaux, comme le Venezuela - qui a fondamentalement une économie de marché et un système politique multipartite - mais qui ne sont pas pour autant exempts de critiques par les médias, le Venezuela étant ainsi régulièrement qualifié de "dictature" ;

- un troisième cas de figure porte sur les pays dont le modèle de société n'est en rien occidental, mais qui échappent pourtant à la critique systématique : l'Arabie Saoudite, bien qu'étant une dictature théologique de droite, n'est jamais stipendiée comme telle ; la Corée du Sud des généraux relevait aussi de cette catégorie ;
- une quatrième catégorie englobe les pays dont le système économique et social est différent du nôtre, et qui font l'objet de critiques nombreuses et systématiques (Cuba, la République populaire démocratique de Corée - Corée du Nord -, l'Iran...).


Ce rapide tour d'horizon montre qu'un pays n'est pas critiqué suivant son modèle économique et social ; le degré de mise en cause médiatique par la doxa occidentale dépend en réalité de son degré de résistance, que celle-ci soit à bon ou à mauvais escient. Et c'est bien tout le malheur de Cuba : avoir osé défié la superpuissance américaine toute proche, l'île n'étant située qu'à 150 kilomètres des côtes américaines.

Viktor Dedaj a ensuite examiné les axes du processus de désinformation. Celle-ci a comme instrument privilégié les fausses nouvelles, ou faked news, en mobilisant plusieurs moyens :
- le vocabulaire utilisé : dans le cas de Cuba, employer le termes "embargo" plutôt que celui (correspondant pourtant à la réalité, inavouable car relevant de la catégorie du crime contre l'humanité) de "blocus" ; désigner Fidel Castro comme le Leader Maximo, terme qu'on ne trouve nulle part dans les textes officiels cubains... ; 
- le deuxième outil repose sur la décontextualisation : l'agressivité américaine sera tue, le blocus sera présenté comme ayant prétendument été levé ; s'agissant enfin de l'accusation de terrorisme, on oubliera opportunément que 3000 attentats - faisant autant de morts (et, rapporté à la population française, l'équivalent de 20 000 morts) - ont été commis à Cuba ;

- le troisième outil est la fabrication de récits, comme celui d'Armando Valladarès, prisonnier qui écrit (un poète), en tout cas ancien policier du régime de Batista, arrêté pour avoir transporté des explosifs pour préparer des attentats contre Cuba socialiste, et faux paralytique. 

Les mêmes pays qui se revendiquent de l'Etat de droit n'ont pas hésité à le bafouer ouvertement : la loi Helms-Burton a ouvert le bal des lois d'extraterritorialité, ignorant le principe fondamental de territorialité de la loi (à savoir que la loi américaine s'applique aux Etats-Unis et pas dans le monde entier). Elle vise ouvertement le changement de régime économique et social à Cuba, et prévoit même que ceux qui se disent victimes de l'Etat cubain fixent eux-mêmes le montant des remboursements auxquels ils estiment avoir droit : nul doute que les multinationales feront preuve, comme toujours, de pondération et de modération, pour ne pas porter atteinte au bien-être du peuple cubain en réclamant des dommages et intérêts trop élevés. 

Le Colonel Corvez a ensuite abordé le cas nord-coréen, qu'il a étudié à partir de sa formation de géopoliticien. Ayant rappelé le paroxysme des tensions autour de la péninsule coréenne tout au long de l'année 2017, il avait alors affirmé (notamment dans une tribune de septembre 2017 intitulée "Corée : ne pas confondre coercition et dissuasion) que le danger d'éclatement d'une troisième guerre mondiale devait être écarté. En effet, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a parfaitement assimilé le concept de dissuasion nucléaire, et c'est parce que la Corée du Nord dispose désormais d'une force de dissuasion que - à l'instar de la France du général de Gaulle - le risque de guerre nucléaire esr désormais écarté. A cet égard, Alain Corvez rappelle la réponse faite par de Gaulle à Alain Peyrefitte sur le risque que comportait l'arme nucléaire française selon le porte-parole du Gouvernement à cette époque : 

Alain Peyrefitte dans son œuvre magistrale «C’était de Gaulle» rapporte comment le Général lui explique après l’explosion de la première bombe atomique française, qui n’était encore qu’une bombe A, le principe de la dissuasion :

«J’allais lui demander: ça ne vous fait rien de penser que vous pourriez… (Tuer vingt millions d’hommes deux heures après le déclenchement d’une agression)

Il me répond tranquillement: Précisément, nous ne les tuerons pas, parce qu’on saura que nous pourrions le faire. Et, à cause de ça, personne n’osera plus nous attaquer. Il ne s’agit plus de faire la guerre, comme depuis que l’homme est homme, mais de la rendre impossible comme on n’avait jamais réussi à le faire. Nous allons devenir un des quatre pays invulnérables. Qui s’y frotterait s’y piquerait mortellement. La force de frappe n’est pas faite pour frapper mais pour ne pas être frappé».

L'arme nucléaire est une menace pour l'humanité dont il faut se débarrasser. Mais en attendant la réalisation de cette promesse de fin de l'arme nucléaire, celle-ci constitue aujourd'hui une arme de non-emploi (à l'exception évidemment des bombardements américains sur Hiroshima et Nagasaki), dont la détention garantit l'absence d'attaque - et donc la paix. 

Toujours selon le Colonel Corvez, le sommet de Singapour du 12 juin 2018 a été la conséquence de la prise de conscience, par le Président Donald Trump, que la guerre nucléaire étant impossible, seule restait l'issue de la négociation. Le sommet a eu lieu aux conditions fixées par les Nord-Coréens, qui ont obtenu que le texte adopté évoque la dénucléarisation complète de la péninsule coréenne (ce qui remet en cause la présence éventuelle d'armes nucléaires américaines en Corée du Sud, voire le parapluie nucléaire militaire américain sur la Corée du Sud) et que n'y figure pas, à ce stade, la formule, contraignante, de "dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible", mais seulement celle de denucléarisation "complète" et - comme cela vient d'être souligné - de toute la péninsule coréenne, à égalité de devoirs pour chacune des parties signataires. Cependant, pour sa part, le président américain peut se prévaloir d'être le premier commandant en chef des Etats-Unis à avoir réussi une telle négociation avec la Corée du Nord, là où ses prédécesseurs ont échoué. 

Au regard du précédent iranien, Alain Corvez a cependant exprimé sa conviction que la RPD de Corée ne procédera pas à sa dénucléarisation tant que les troupes américaines demeureront en Corée du Sud. 

L'accord trouvé entre les présidents Donald Trump et Kim Jong-un a toutefois soulevé une levée de boucliers de tous ceux qui s'opposent au président américain. A cet égard, les processus de désinformation à l'oeuvre pour Cuba se retrouvent dans le cas nord-coréen, et notamment la diffusion massive de fausses informations : faux écrivains comme Bandi, dissidents mentant sur ce qu'ils ont vécu (comme Park Yeon-mi et Shin Dong-hyuk, qui a eu, quant à lui, le mérite de se mettre en retrait, mais dont les ouvrages n'ont, eux, pas disparu des rayonnages des bibliothèques et des librairies). Tous les médias occidentaux prêtent leurs micros à ces auteurs ou à leurs porte-voix, amplifiant l'écho de prospères entreprises de propagande, ces ouvrages constituant les best-sellers sur la Corée du Nord, grâce à des diffusions massives en librairie sans équivalent pour aucun autre livre sur le même thème : le conditionnement des opinions publiques est à ce prix. 

Pour lutter contre la "mal-information", qui relève du mauvais exercice de la profession de journaliste, Viktor Dedaj a développé une méthode identifiant les contradictions du discours (les "ruptures narratives"), qu'il présente dans le cadre d' "ateliers d'auto-défense intellectuelle". 

En conclusion, Viktor Dedaj a appelé à mettre en avant certaines vérités tues par les médias dominants. Ainsi, Cuba a développé le plus fortement au monde l'agriculture biologique ; 40 000 médecins cubains sont envoyés gratuitement à l'étranger, pour des salaires modestes car ils ont embrassé leur profession par vocation et non par appât du gain. A Cuba, le médecin de quartier est par ailleurs responsable pénalement de ses fautes éventuelles dans les soins qu'il apporte aux familles de son périmètre d'intervention. Pour sa part, la Corée du Nord a généralisé la santé et l'éducation gratuites, adopté en 1946 la loi la plus avancée d'Asie de l'Est sur l'égalité femmes-hommes et apporté un soutien constant aux luttes de libération nationale des peuples soumis aux jougs colonial puis néo-colonial.

Cuba et la Corée du Nord à l'épreuve de la guerre médiatique
Partager cet article
Repost0
20 juin 2018 3 20 /06 /juin /2018 21:56

Alors que le président nord-coréen Kim Jong-un a achevé sa troisième visite en Chine en l'espace de trois mois, et que le président sud-coréen Moon Jae-in s'apprête à partir pour la Russie pour rencontrer le président Vladimir Poutine (et accessoirement assister au match de la coupe du monde du football entre la Corée du Sud et le Mexique), la recomposition diplomatique en cours s'accélère, après le sommet de Singapour entre les présidents Donald Trump et Kim Jong-un. Pour sa part, le président américain s'est concerté avec son allié sud-coréen pour ne pas mener en août prochain les manoeuvres militaires américano-sud-coréennes - conformément à l'engagement qu'il avait pris de cesser les "exercices de guerre" "provocateurs" vis-à-vis de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord). Analyse - avec en annexe un compte rendu de l'entretien donné par le président de l'AAFC à RT France le 19 juin 2018.

Kim Jong-un et Xi Jinping le 19 juin 2018

Kim Jong-un et Xi Jinping le 19 juin 2018

Le chemin sera long sur la voie de la normalisation des relations entre les Etats-Unis et la RPD de Corée, d'autant que la dénucléarisation de la péninsule coréenne devra avoir pour contrepartie des garanties de sécurité à l'égard de la Corée du Nord non seulement de la part des Etats-Unis, mais aussi dans un cadre collectif amené à impliquer la Chine et la Russie. Dans ce contexte, il est logique que Pékin et Moscou souhaitent être étroitement associés au processus de recomposition diplomatique en cours. Si le troisième sommet entre Xi Jinping et Kim Jong-un a porté sur la dénucléarisation de la Corée, les relations bilatérales et l'amélioration des échanges économiques (en mettant notamment l'accent sur le renforcement des liaisons de transport, la présence du Premier ministre Pak Pong-ju aux côtés du dirigeant nord-coréen étant symptomatique de la priorité donnée au développement économique), une nouvelle fois le dirigeant nord-coréen a très certainement informé son allié chinois (en vertu du traité d'alliance de 1961, toujours valide) des résultats de sa rencontre avec le Président Trump - le numéro un chinois avait déjà rappelé, lors de sa première rencontre de 2018 avec le Président du Parti du travail de Corée, qu'il entendait réaffirmer l'alliance stratégique Pékin-Pyongyang, ce qui implique des échanges d'informations en ce domaine.

La Russie, d'une certaine manière en concurrence avec la Chine pour être un partenaire sinon privilégié du moins majeur de Pyongyang,  alors qu'elle n'est plus le principal partenaire politique et économique de la RPD de Corée depuis la disparition de l'URSS, a une diplomatie plus audacieuse : elle mentionne plus directement que la Chine a la nécessité de lever les sanctions économiques qui frappent la RPDC sans attendre la fin du processus de dénucléarisation qui, selon les experts, prendra des années. C'est en ce sens qu'il faut interpréter la visite d'Etat, au cours des prochains jours, de Moon Jae-in en Russie : alors que le dialogue direct qui s'est établi entre Washington et Pyongyang, avec Pékin en juge de paix, pourrait tendre à marginaliser Moscou et Séoul sur les questions de sécurité, ces deux capitales réaffirment leurs convergences de vue en ce domaine, dessinant une possible convergence qui permettrait à la Corée du Sud de s'affranchir (un peu) de la tutelle militaire américaine sans nécessairement devoir se coordonner avec la Chine (d'autant que le contentieux bilatéral sur le déploiement de THAAD n'est pas entièrement soldé). La Russie n'est peut-être plus un acteur économique majeur en Asie du Nord-Est, mais elle reste un membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies et a une courte frontière commune avec la Corée du Nord : alors que la relance du contentieux commercial entre Pékin et Washington ne fait pas nécessairement de la Chine le meilleur arbitre d'un différend potentiel entre la Corée du Nord et les Etats-Unis sur le rythme, les modalités et le contreparties du processus de dénucléarisation, la Russie pourra utilement apporter ses bons offices. Dans l'immédiat, il s'agit pour elle de ne pas être marginalisée dans le processus multilatéral en cours - si elle a été partie aux pourparlers à six sur la dénucléarisation de la Corée, elle ne figurait pas (de même que le Japon) dans les pourparlers à quatre qui s'étaient mis en place lors de la première crise nucléaire, dans les années 1990.

Reste l'inconnue japonaise. Le très conservateur Premier ministre japonais Shinzo Abe a dû être réconforté que Donald Trump ne signe pas un accord global détaillé le 12 juin 2018 : Tokyo a le temps d'infléchir sa stratégie d'intransigeance à l'égard de Pyongyang, le temps de voir la rapidité - ou non - de la résolution des questions en suspens entre la RPD de Corée et les Etats-Unis d'Amérique. Dans tous les cas, fautes d'alliés de premier plan pour maintenir une pression maximale sur Pyongyang, le Japon doit déjà se préparer à une inflexion diplomatique, qui pourrait passer par une normalisation des relations diplomatiques, voire une visite de Shinzo Abe à Pyongyang - tout en continuant certainement à défendre des positions sceptiques tendant à parier sur l'échec des discussions américano - nord-coréennes.

Annexe : compte rendu de l'interview sur RT France le 19 juin 2018, au journal de 21h

Magali Forestier (MF), présentatrice du journal télévisé reçoit le président de l’AAFC, Benoit Quennedey (BQ).

-MF : Donald Trump suspend les prochains exercices de guerre, il respecte ses engagements, c’était une volonté de la Corée du nord qui les considérait comme une agression.

-BQ : Ces exercices de guerre sont les plus grandes manœuvres militaires en temps de paix, et elles n’ont cessé de gagner en ampleur depuis leur début dans les années 1970. C’est d’ailleurs Donald Trump lui-même qui utilise le terme "exercices de guerre" en remarquant qu’ils ont un caractère "provocateur". Ceux-ci s'inscrivent dans le cadre des dispositifs OPLAN qui ont pour but un changement de régime à Pyongyang. Cette suspension tant qu’il y a des négociations en cours et que la Corée du Nord arrête ses essais nucléaires et de tirs balistiques intercontinentaux revêt une importance considérable. En d"autres termes, on crée les conditions de la confiance pour engager le dialogue sur une bonne voie.

-MF : Aujourd’hui le leader nord-coréen est en Chine, quel est l’objet de cette visite ?

-BQ : C’est la troisième visite en trois mois. La Chine est le poumon économique de la Corée du Nord. Celle-ci est étranglée par des sanctions économiques. Donald Trump a dit que la levée des sanctions n’était pas à l’ordre du jour. Mais au-delà du vote par le Conseil de sécurité de l’ONU, la Chine a une certaine marge de manœuvre dans leur application. Le premier objectif des Nord-Coréens est d’obtenir un soutien chinois en cas d’échec des négociations avec les Américains et déjà de subir une application moins stricte des sanctions. Deuxième objectif important : la Chine et la Corée du Nord restent liées par une alliance militaire datant de 1961, aux termes de laquelle les deux parties doivent se consulter sur les questions d’intérêt mutuel. On peut donc penser que les Nord-Coréens ont rendu compte de la rencontre avec le président Donald Trump, ce qui répond aussi à la volonté des Chinois d’être pleinement partie prenante du jeu diplomatique qui se met en place.

-MF : Cette cessation des manœuvres militaires fait extrêmement peur au Japon qui a toujours compté sur son allié américain pour protéger cette région. Donald Trump prend des décisions sans même consulter ses alliés historiques...

-BQ : Lors de son annonce du 12 juin, ni le commandement américain, ni la Corée du Sud n’avaient manifestement été informés et ils ont réagi avec surprise. Le Japon est dans un situation de confrontation ancienne avec la Corée du Nord au point d’avoir participé aux récentes manœuvres militaires américano-Sud-Coréennes. Le Japon a poussé à la montée des tensions et est aujourd’hui dans une position jusqu'au-boutiste dans laquelle il s’est un peu marginalisé. Comme lors de l’établissement des relations entre les Etats-Unis et la Chine populaire en 1972 le Japon ne veut pas être marginalisé… On peut penser que le Japon vise un sommet avec la Corée du Nord. Dans le jeu diplomatique en cours c’est la dernière pièce du puzzle qui manque.

- MF : Donald Trump a tendance à annoncer les choses de façon rapide sans même consulter parfois ses conseillers à la défense. Il semble que certains membres du Pentagone aient été surpris.

BQ : Les membres du Pentagone sont extrêmement réticents vis-à-vis de la Corée du Nord qu’ils considèrent comme un pays retors et susceptible de ne pas tenir ses engagements, mais les Etats-Unis ont montré qu’ils ne tenaient pas non plus leurs engagements. On est dans un jeu de poker menteur. Il faut aussi voir que dans l’administration américaine il n’y pas un bloc homogène. Entre Mike Pompeo qui est devenu l’interlocuteur des Nord-Coréens et qui a rencontré plusieurs fois Kim Jong-un à Pyongyang, et John Bolton le faucon interventionniste qui justifie la guerre en Irak, hier, aujourd’hui et s'il le faut demain, les positions ne sont pas du tout les mêmes. Il est probable que, pour ne pas avoir de bâtons dans les roues, Donald Trump a choisi les interlocuteurs qu'il a mis dans la confidence.

Partager cet article
Repost0
15 juin 2018 5 15 /06 /juin /2018 14:38

Le sommet de Sentosa, à Singapour, le 12 juin 2018 a donné lieu à une importante couverture médiatique : le matin du sommet, Benoît Quennedey, président de l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC), est intervenu sur le plateau de RT France ; le soir même, il faisait partie des experts invités par France 24 pour s'exprimer dans le cadre du débat d'actualité The Debate. Nous rendons compte ci-après de ces deux émissions.

Intervention de Benoît Quennedey au journal télévision de RT France le 12 juin 2018, à 7h (heure de Paris), alors qu’une déclaration - dont le contenu n'était alors pas encore connue - était annoncée à l’issue du sommet (en cours).

La journaliste Dora Abdel Razic (DAR) interroge Benoît Quennedey (BQ), président de l’AAFC.

DAR : Kim Jong-un est apparu souriant face à Donald Trump, les deux hommes ont un caractère imprévisible, quel scénario prévoyez-vous pour les heures à venir ?

BQ : Ce sommet historique entre un président américain en exercice et le dirigeant suprême nord-coréen a été voulu par les deux parties. Rien n’a été laissé au hasard, compte tenu du passé d’hostilité entre les deux pays. Cette rencontre avec un président américain en exercice est un objectif de longue date de la Corée du Nord. Kim Jong-un est souriant mais le fait que Trump ait l’air grave a été étudié pour ne pas troubler une partie des Américains.

DAR : Un dirigeant va-t-il avoir l’ascendant sur l’autre ?

BQ : Non, car ce serait une humiliation pour chacun des deux. L’important est la déclaration qui va être signée. Elle comprendra sans doute l’objectif de dénucléarisation, mais s’agira-t-il de la seule Corée du Nord ou, comme dans la récente déclaration commune Nord-Sud, de l’ensemble de la péninsule, donc aussi du territoire sud-coréen ? Un signal concernant la levée des sanctions sera-t-il donné ? L’objectif d’une paix durable et peut-être aussi des annonces de visite de Kim Jong-un aux Etats-Unis ou de Donald Trump en RPDC peuvent être envisagés.

DAR : Sur ces différents dossiers quelle est la place des autres acteurs, Corée du Sud, Chine … ?

BQ : Jusqu’ici l’approche américaine était multilatérale jusqu’à ce que Donald Trump, à l’automne 2017, menace de détruire la RPDC. On mesure donc le chemin parcouru. Pour la Corée du Sud, comme l'a observé le Président Moon Jae-in,  c’est le début d’un long processus, car aujourd’hui ce sera la signature d’une déclaration de principes plus que la présentation d’une feuille de route. Bien sûr, la Chine dont le dirigeant a rencontré deux fois en 40 jours son homologue nord-coréen, ne peut qu’approuver cette démarche de dialogue qu’elle a toujours appelée de ses vœux. Si un traité de paix remplace l’armistice, la Chine sera partie prenante, ayant participé au conflit de 1950-1953. Elle aura aussi un rôle à jouer dans le système de garanties collectives de sécurité que la Corée du Nord exigera en contrepartie de sa dénucléarisation. La Russie a aussi un rôle à jouer dans un tel système et une rencontre est d’ailleurs prévue entre les dirigeants russe et nord-coréen.

DAR : On a vu la destruction du site d’essais nucléaires nord-coréen, est-ce un pas en avant, un signe positif ?

BQ : Oui, et les Nord-Coréens ont multiplié les gestes concrets avec aussi la libération des trois ressortissants américains qui étaient emprisonnés.  Maintenant la RPDC attend des gestes concrets des Américains et pas seulement des déclarations d’intentions. Elle attend de voir ce qu’ils vont mettre sur la table des négociations.

The Debate (Le débat) sur France 24 (version anglophone). Le 12 juin2018, le journaliste franco-américain François Picard anime une émission de 19h10 à 20h00 sur la « poignée de mains historique » à Singapour.

Deux participants en duplex depuis les Etats-Unis : Katharine Moon (KM) titulaire de la chaire d’études Asiatiques Wasserman au collège Wellesley (Massachusetts), d’origine coréenne, et Sam Nunberg (SN) ancien conseiller de la campagne électorale de Donald Trump.

Deux participants français sur le plateau : Antoine Bondaz, enseignant à l’Institut d’études politiques (IEP) de Paris, et Benoît Quennedey, président de l’AAFC. Compte tenu de la longueur de ce débat seuls des extraits sont repris ci-après.

L’animateur (A) s’adresse en premier à Katharine Moon pour lui demander, en entendant la voix de Kim Jong-un évoquer un avenir brillant pour la République populaire démocratique de Corée (RPDC), ce qu’elle en pense de cette déclaration.

KM : Cela fait deux fois que je l’entends parler et je dois dire qu’il manie la langue coréenne avec éloquence, avec gravité et en utilisant des mots très simples. Il est très efficace et j’ai été impressionnée ces deux foix. Il semble très à l’aise et très désireux d’être pleinement un nouvel acteur sur la scène internationale

A : Nous avons toujours du mal à comprendre la structure du pouvoir à Pyongyang. Est-il vraiment le seul à tenir les rênes du pouvoir ?

KM : Oui, c’est lui qui dirige mais la Corée du Nord est un pays complexe et il doit prendre en compte des intérêts différents. Il a des défis importants à relever. D’abord gérer le commandement militaire qui se voit mis de côté avec les pourparlers. Economiquement il doit aussi tenir compte de ceux qui se sont enrichis avec les réformes et qui se demandent s’ils vont être les gagnants ou les perdants des annonces qui ont été faites très clairement.

A : Antoine Bondaz, qu’en pensez-vous ?

AB : C’est une rencontre historique mais pas un accord technique de dénucléarisation, ni même quelque chose se rapprochant de ce qui été conclu dans le cadre de l’accord avec l’Iran. C’est une déclaration d’intentions qui est vague et ne reprend pas les termes de dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible. Mais au moins, nous allons dans la bonne direction.

A : Va-t-on dans la bonne direction Benoît Quennedey ?

BQ : Oui. Je ne suis pas aussi sévère qu’Antoine Bondaz. Bien sûr c’est une déclaration d’intentions mais si nous considérons la déclaration commune de Panmunjom des deux dirigeants coréens le 27 avril 2018, nous voyons qu’elle incluait non seulement l’objectif de dénucléarisation mais aussi celui d’un traité de paix, qui sont cette fois repris dans une déclaration entre Américains et Nord-Coréens. La déclaration de ce jour prévoit aussi concrètement le rapatriement des restes de soldats américains morts en Corée entre 1950 et 1953. Le plus important est qu’il s’agit du début d’un processus qui sera long et difficile, mais si nous nous souvenons qu’il y a neuf mois Donald Trump menaçait à l’ONU de détruire la Corée du Nord nous pouvons apprécier le chemin parcouru depuis lors.

AB : Il n’y a rien de nouveau dans cette déclaration, par rapport aux engagements antérieurs de la Corée du Nord (notamment en 2005 et 2012), y compris la question du rapatriement des restes de soldats morts en Corée.

A : Sam Nunberg, êtes-vous d’accord ?

SN : Je suis en complet désaccord avec le dernier analyste qui vient de parler. Je sais que je parle à une audience européenne et vous devez mettre de côté votre aversion pour Donald Trump. Il a hérité d’une situation difficile, Barack Obama lui avait dit que c’était la menace numéro un et celui-ci a été très près d’un bombardement de la Corée du Nord. Donald Trump a une nouvelle approche et c’est ce que veulent les Américains. Les accords cités par l’analyste précédent comme celui de 2005 ont été des échecs constants de la diplomatie classique, ce dont nous ne voulons plus. Donald Trump ne lève pas les sanctions, il veut des gestes de Kim Jong-un. Si Kim Jong-un comprend qu’en échange de la dénucléarisation il obtiendra un  développement économique de son pays il acceptera cet accord.

A : Votre réaction, Katharine Moon ?

KM : Alors que Donald Trump avait annoncé un nouvel accord qui serait du jamais vu, celui qui a été conclu est inférieur aux attentes. Donald Trump a aussi cédé en renonçant aux manœuvres militaires conjointes avec les Sud-Coréens.

Puis le reporter de France 24 reprend la parole pour dire qu’au cours de la journée Donald Trump a été un « président normal », comme s’il avait rencontré Emmanuel Macron…

A : Trump parle du caractère provocateur des manœuvres. Etes-vous surpris Antoine Bondaz ?

AB : Je suis très surpris, il est en train d’affaiblir l’alliance avec la Corée du Sud, en mentionnant un possible retrait des troupes américaines de Corée du Sud sans réelles raisons alors qu’il parle d’exercices militaires qui sont plus que justifiés et défensifs par nature. Soyons clairs : Trump offre des concessions au Nord alors que celui-ci n’a rien fait. Le gel des essais nucléaires et des tirs de missiles ne veut rien dire.

SN : Nous n’abandonnons pas la Corée du Sud, nous installons là-bas le système THAAD. Ceux qui sur votre plateau critiquent l’abandon des manœuvres militaires doivent avoir à l’esprit qu’il s’agit des plus importants exercices militaires de l’histoire de l’humanité. Trump a fait un geste de bonne volonté, nous Américains ne voulons pas envoyer 300 000  soldats faire la guerre en Corée – car nous savons que ce serait à nous de le faire en cas de nécessité.

KM : Je vous interromps pour dire que c’est vrai que ces manœuvres sont devenues trop importantes, mais je précise qu’elles incluent 300 000 soldats sud-coréens et pas américains…Trump a fait cette annonce sans en informer son ministère de la Défense ni le gouvernement sud-coréen qui ont aussitôt déclaré qu’ils n’étaient pas au courant.

(…)

A : Benoît Quennedey, qu’en dites-vous ?

BQ : Il faut être clair. Comme cela a été dit, tout ce qui a été essayé avec la Corée du Nord n’a pas fonctionné. Je regrette d’avoir à le dire mais l’action de  Barack Obama a été un désastre au regard des objectifs visés, puisque  la Corée du Nord s’est équipée d’armes nucléaires et de missiles. Au moins Donald Trump a essayé et réussi à entamer un dialogue. L’arrêt des manœuvres n’affaiblit nullement l’alliance américano-sud-coréenne, mais par contre favorise le dialogue Nord-Sud que souhaite par ailleurs le président sud-coréen Moon Jae-in.

AB : Je ne suis pas sûr que les Japonais vont  penser ainsi. La diminution de l’ampleur des exercices militaires est différente de leur suspension, ce qui est une demande des Chinois et des Russes. Beijing aujourd’hui doit très content.

A : Katharine Moon, n’avez-vous pas l’impression que le leader japonais Shinzo Abe doit aujourd’hui se sentir un peu seul ?

KM : Les choses ne se passent pas comme il l’aurait voulu mais il envisage déjà un sommet avec Kim et je suis persuadée que ce sommet aura lieu car c’est une bonne période pour Kim.

Projection de la vidéo américaine montrant la future Corée du Nord en plein boom économique.

A : Benoît Quennedey, que peuvent penser les Nord-Coréens d’une telle vidéo ?

BQ : Depuis l’arrivée au pouvoir de Kim Jong-un l’opinion publique nord-coréenne s’est habituée à un changement de styles. Rappelons nous en 2012 l’apparition des  personnages de Walt Disney dans des représentations artistiques du groupe Moranbong, alors nouvellement constitué. La Corée du Nord est déjà en boom économique, mais bien sûr un boom d’ampleur limitée à cause des sanctions dont les Nord-Coréens souhaitent avant tout la levée - et probablement sur ce point ont-ils l’oreille de la Chine.

A : Sam Nunberg, voyez-vous l’avenir de la Corée du Nord comme une démocratie occidentale ou plutôt comme la Chine ?

SN : C’est un sujet que j’ai souvent abordé avec le président Trump, il offre à la Corée du Nord la possibilité de suivre un développement comparable à celui la Chine, où Kim Jong-un resterait au pouvoir et dans lequel les Nord-Coréens seraient prospères.

A : Antoine Bondaz, pensez-vous aussi que Donald Trump offre à la Corée du Nord de suivre la voie empruntée par le modèle chinois ?

AB : Le Nord aura beaucoup de mal à mener de vraies réformes économiques. Leur dilemme est de savoir comment obtenir un développement économique tout en gardant un contrôle de la population.

KM : Toute voie qui sortirait ce pays de la voix nucléaire serait la bienvenue. Je ne suis pas sûre qu’ils aient le désir de suivre la voie chinoise. Ils sont très fiers, surtout par rapport aux grandes puissances. Ils vont  choisir  leur propre modèle et jouer des contradictions entre les grandes  puissances  pour obtenir un soutien économique. C’est ce que tout dirigeant conscient dans un pays souverain devrait faire. Les Sud-Coréens sont soulagés que le sommet se soit passé sans anicroches mais les Sud-Coréens conservateurs sont inquiets, ce qui pourrait se refléter dans les élections à venir [NdA : les élections locales du 13 juin 2018 ont au contraire été un désastre pour les conservateurs sud-coréens].

Partager cet article
Repost0
12 juin 2018 2 12 /06 /juin /2018 19:57

Le sommet de Singapour entre les présidents Donald Trump et Kim Jong-un n'a pas fait que des heureux : les partisans de la pression maximale sur la République populaire démocratique de Corée - voire de l'option militaire - ont cherché à minimiser la portée de la déclaration conjointe entre Washington et Pyongyang, voire à la critiquer sinon comme contre-productive, du moins comme insuffisante. Ces positions ont notamment des partisans dans les cercles gouvernementaux au Japon - mais aussi en France, où la ministre des Affaires européennes Mme Nathalie Loiseau, invitée de LCP, "en est presque venue à  critiquer la décision de Donald Trump de signer un document devant les caméras à l'issue d'une rencontre qui a duré plus de quatre heures" comme l'a observé Le Huffington Post. Sans ignorer que le sommet historique du 12 juin 2018 n'est que le début d'un processus long et incertain vers la paix et la dénucléarisation de la Corée, l'Association d'amitié franco-coréenne a jugé utile de répondre point par point aux arguments des sceptiques, relayés notamment dans des médias français

Nathalie Loiseau, ministre française des Affaires européennes, n'a pas été enthousiasmée par la rencontre, en déclarant sur LCP que "signer un document avec Kim Jong-un c'est quand même pratiquement récompenser quelqu'un qui a été à l'encontre de tous les traités internationaux"

Nathalie Loiseau, ministre française des Affaires européennes, n'a pas été enthousiasmée par la rencontre, en déclarant sur LCP que "signer un document avec Kim Jong-un c'est quand même pratiquement récompenser quelqu'un qui a été à l'encontre de tous les traités internationaux"

"La déclaration conjointe ne comporte aucun engagement nouveau / aucun engagement concret" (variante : "La déclaration conjointe marque un recul par rapport aux précédents engagements de Kim Jong-un")

Ceux qui critiquent la déclaration conjointe insistent notamment sur le fait qu'elle ne mentionne que la dénucléarisation "complète" de la Corée du Nord, et non sa dénucléarisation "complète, vérifiable et irréversible". Mais une dénucléarisation "complète" doit par nature être vérifiable vérifiée par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). De même une dénucléarisation complète est par définition totale et sans retour en arrière, sinon cela s'appellerait une suspension des programmes nucléaires.

Au demeurant, parler d'un processus irréversible, c'est ignorer l'adage "fontaine, je ne boirai pas de ton eau". La diplomatie est affaire de circonstances : pourquoi la RPD de Corée s'engagerait-elle à - tout - céder et définitivement aux Etats-Unis sur la question nucléaire, alors qu'elle n'a reçu à ce stade que d'encore vagues engagements de sécurité et de non-agression de la part de Washington ? Comment renoncerait-elle définitivement à sa force de dissuasion quand les motifs de la dissuasion (le risque d'une attaque) n'ont pas disparu ? N'en déplaise à ceux qui préféreraient qu'un diktat soit imposé à la Corée du Nord, il s'agit d'une processus de négociations, de discussions entre des Etats parties libres ou non de s'engager conformément à leurs intérêts. C'est le principe même de la diplomatie. 

Enfin, en termes de dénucléarisation la Corée du Nord s'est certes engagée auprès des Etats-Unis dans les mêmes termes que vis-à-vis de la Corée du Sud le 27 avril 2018 - mais avec cette différence (de taille) que les Etats-Unis sont le pays dont elle estime qu'il la menace directement, Pyongyang mettant en avant les précédents irakien de 2003 et libyen de 2011.

"Donald Trump a trop cédé à Kim Jong-un"

Dans le détail, Donald Trump n'a au contraire rien cédé sur la levée des sanctions économiques contre la RPD de Corée (qui constitue pour elle une priorité) et a renvoyé à plus tard l'éventuel établissement de relations diplomatiques bilatérales, sans davantage de calendrier sur ces deux points que la Corée du Nord concernant son processus de dénucléarisation. Ces détails - dont nous avons toujours souligné, à l'AAFC, qu'ils sont fondamentaux - sont renvoyés à des discussions ultérieures, qu'annonce précisément la déclaration conjointe en précisant qu'elles seront conduites, côté américain, par le secrétaire d'Etat Mike Pompeo.

Une concession importante a cependant été faite, mais lors de la conférence de presse du Président Donald Trump et non dans la déclaration elle-même : la suspension des manoeuvres militaires américano-sud-coréennes décrites par le chef d'Etat américain comme des "exercices de guerre" et des "provocations". Cette suspension en elle-même n'est toutefois en rien exceptionnelle : un quart de siècle plus tôt il s'agissait déjà d'une mesure mise en place par les Etats-Unis dans le cadre du dialogue avec Pyongyang, afin d'établir un climat de confiance. Pour donner une comparaison, la procédure est comparable à celle, lorsque deux pays sont en guerre, qu'ils évitent de continuer les combats. La proposition de Donald Trump est une mesure de bon sens de nature à favoriser la désescalade des tensions, et qui trouve son pendant dans la suspension des essais nucléaires et de ses tirs balistiques déjà annoncée par Pyongyang et qui constituaient la réponse, précisément, aux manoeuvres militaires des Américains et de leurs alliés - qui étaient jusqu'à aujourd'hui les plus importantes au monde en temps de paix.

Proposer de réduire l'ampleur des exercices militaires, comme le formulent certains, n'est pas un argument sérieux : que penserait-on d'une proposition similaire de Pyongyang de limiter la puissance de ses essais nucléaires, plutôt que de les suspendre ? Une telle proposition serait évidemment rejetée comme un leurre.

"Donald Trump a rehaussé le statut diplomatique d'un dirigeant qui ne respecte pas les droits de l'homme et ne mérite pas de tels égards"

L'argument est particulièrement spécieux car il présume qu'on ne peut pas discuter avec le dirigeant nord-coréen. La diplomatie est pourtant l'art de discuter avec ses partenaires, voire ses ennemis... Pendant la guerre froide, aurait-on dû refuser toute négociation avec l'Union soviétique au motif qu'elle n'était pas une démocratie libérale ? Les défenseurs d'une telle position sont, en fait, implicitement, des partisans de la guerre - ou de sa poursuite sous d'autres formes (embargo, blocus, sanctions). 

"Donald Trump affaiblit l'alliance américano - sud-coréenne"

Cet argument est une reprise en droite ligne de l'argument d'autorité des néo-conservateurs de tous pays, notamment sud-coréens, extrêmement hostiles à une approche conciliante avec le Nord. En outre, d'une part il résume l'alliance bilatérale à ses aspects militaires, et d'autre part il en donne une vision particulièrement étriquée : en quoi défend-on mieux la Corée du Sud en poursuivant des manoeuvres militaires qui ont justifié la poursuite de ses programmes nucléaires et balistiques par la Corée du Nord, potentiellement une menace pour Séoul en cas de conflit ? Enfin, lorsque l'on sait que c'est le Président Moon Jae-in qui a souhaité reporter en début d'année les manoeuvres militaires avec les Etats-Unis après les Jeux olympiques de Pyeongchang auxquels ont participé les Nord-Coréens, il est permis de douter que le refus du dialogue avec Pyongyang corresponde aux intérêts de l'actuelle administration sud-coréenne, qui n'a pourtant à aucun moment émis le désir de s'éloigner de l'alliance avec Washington...

"La signature d'un traité de paix est une chimère renvoyée à un avenir lointain"

Un traité de paix a au contraire une portée très concrète : mettre en place des mécanismes de sécurité collective qui préviennent les affrontements qui ont, à de trop nombreuses reprises, endeuillé la péninsule coréenne depuis la signature de l'accord d'armistice (ayant mis fin aux combats de la guerre de Corée) le 27 juillet 1953.

Comme la guerre de Corée a été menée par trois parties (y compris la Chine), et que la Corée du Sud aurait vocation à rejoindre un tel traité de paix, il est parfaitement logique que la déclaration de Singapour n'ait pas conduit à la signature d'un tel accord. Réaffirmer un tel objectif, dans un document signé en commun par les Présidents Kim Jong-un et Donald Trump, est le maximum de qui pouvait être fait. 

"Donald Trump a fait le jeu de la Chine"

L'intérêt de la Chine est de garantir la stabilité dans la péninsule coréenne et de permettre sa dénucléarisation : ce n'est pas parce que ces objectifs sont poursuivis par la déclaration commune qu'ils correspondent nécessairement à une manipulation chinoise... fort heureusement, les partisans de la paix ne sont pas tous les agents d'influence ou les mercenaires de Pékin. 

Au demeurant, Pyongyang a conduit depuis longtemps une politique indépendante de Pékin, et voir dans son attitude la main de la Chine est particulièrement méconnaître la nature des relations sino-nord-coréennes. 

"La Corée du Nord n'abandonnera jamais ses armes nucléaires, car elle n'a pas respecté ses précédents engagements"

C'est oublier que les Etats-Unis n'ont pas tenu non plus leurs engagements de l'époque : blâmer la seule Corée du Nord est une réécriture de l'histoire non conforme à la réalité des faits, chaque partie n'entendant alors pas abandonner ses intérêts unilatéralement et sans contreparties. Dans ce contexte, le processus était voué à l'échec.

La différence fondamentale est que le processus actuel traduit une implication directe des plus hauts dirigeants des pays concernés, à travers une série de rencontres au sommet sans précédent. Peut-on légitimement croire que tous ces acteurs jouent un double jeu consistant à n'afficher qu'un consensus de façade ? Il y a bien de toute évidence une volonté partagée d'aboutir, en prenant en compte les attentes des différentes parties. 

Partager cet article
Repost0
8 juin 2018 5 08 /06 /juin /2018 22:32

Dans son édition du 7 juin 2018, Lina Sankari, spécialiste de la Corée à L'Humanité, a fait une présentation de l'ouvrage La Corée du Nord, cette inconnue (publié en 2017 aux éditions Delga) dans le quotidien communiste. Nous publions ci-après des extraits de sa critique. 

Lina Sankari présente "La Corée du Nord, cette inconnue" dans "L'Humanité"

Lina Sankari a cité à plusieurs reprises l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) dans ses articles. Sa recension d'un des deux ouvrages publiés par Delga et consacrés à la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) - avec Comment peut-on être Coréen (du Nord) ? de Robert Charvin, vice-président de l'AAFC, est toutefois la première publiée à notre connaissance dans un quotidien national français. 

D'emblée, Lina Sankari souligne la nécessité de dépasser les clichés et les idées reçues : 

Il est des images inévitables. À propos de la Corée du Nord, le cliché confine aux défilés militaires, aux foules endoctrinées et éplorées à la mort de chacun de ses dirigeants et à une famine que l’on voudrait endémique. Dans un essai pédagogique, Benoît Quennedey, président de l’Association d'amitié franco-coréenne confronte données fiables et travaux universitaires afin de comprendre le pays et ses évolutions.

Lina Sankari observe que l'ouvrage "passe au crible le système politique, économique et social" et aborde les enjeux militaires et diplomatiques, tout en concluant que 

[il] explique comment les agressions extérieures, l'impasse diplomatique et les sanctions ont jusqu'alors bloqué toute ouverture et développement du pays. A méditer à l'aune des sommets à venir entre les deux Corées puis entre Donald Trump et Kim Jong-un.

Partager cet article
Repost0
5 juin 2018 2 05 /06 /juin /2018 19:16

Dans un contexte de revirements de l'administration américaine sur la tenue ou non sur le sommet du 12 juin 2018 à Singapour entre Donald Trump et Kim Jong-un - qui sera une première entre un président américain en exercice et le dirigeant suprême nord-coréen - Benoît Quennedey, président de l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC), est intervenu à ce titre dans plusieurs médias : RT France le 31 mai 2018 puis France 24 (canal francophone et canal anglophone) le 1er juin 2018. Nous rendons compte ci-après de ses interventions sur RT France et sur le canal francophone de France 24. 

La Corée du Nord au centre de tractations diplomatiques. RT France invite le président de l'AAFC dans son journal télévisé du jeudi 31 mai 2018 à 19h. 

Stéphanie de Muru, (SdM) journaliste à RT France après avoir travaillé sur FR3, I-Télé et BFM TV, a posé trois questions à Benoît Quennedey (BQ).

SdM : Ce sommet a été annoncé puis annulé et enfin réannoncé à moitié. Aura-t-il lieu ?

BQ : Je suis un sempiternel optimiste et je pense qu’il aura lieu. Dans cette séquence il y a un temps record pour régler un certain nombre de questions. Des deux côtés on n’entend pas arriver à un accord défavorable. L’agacement nord-coréen suivi de l’épisode de l’annulation du sommet par les Américains a permis le retour dans le jeu de la Corée du Sud avec le deuxième sommet intercoréen tenu à la demande des Nord-Coréens. D’ailleurs le président sud-coréen Moon Jae-in n’a pas exclu un sommet tripartite si l’on devait, en particulier, discuter d’un traité de paix.

SdM : Qu’est ce qui peut sortir de ce sommet qui a un peu mal commencé ?

BQ : On peut arriver soit à un accord global prévoyant la dénucléarisation de la Corée et en contrepartie des garanties de sécurité pour la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) avec différentes étapes de mise en oeuvre, soit rester dans un cadre plus général avec tout un nuancier possible d'accords. Nous assistons actuellement à une multiplication des rencontres diplomatiques marquée dernièrement par la rencontre du ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie Sergueï Lavrov et du Président Kim Jong-un. La dénucléarisation de la RPDC que demande Washington doit être complète, vérifiable et irréversible mais les garanties de sécurité qu'apportera Washington doivent elles aussi être complètes, vérifiables et irréversibles - vérifiables par des parties tiers comme la Chine et la Russie. Sergueï Lavrov a mentionné également à Pyongyang la levée des sanctions au cours de ce processus, et pas in fine  comme le veulent certains faucons américains. L'accord sera global ou pas : il s’agit d’assurer non seulement la dénucléarisation mais aussi la paix dans cette région du monde.

SdM : Cette rencontre de Kim Jong-un et de Lavrov est aussi un évènement historique. En quoi peut-elle peser sur ce sommet ?

BQ : Lors des discussions des sanctions au Conseil de sécurité de l’ONU on a pu voir que progressivement la Russie a fait davantage valoir son point de vue. La Russie faisait partie des pourparlers à six. La Russie en dehors de son intérêt politique ne peut pas laisser passer l’occasion d’accords économiques dans les domaines des réseaux gaziers et ferroviaires. La Russie a d'ailleurs été l’une des principales victimes des sanctions sud-coréennes avec la suspension des projets de rétablissement des liaisons ferroviaires intercoréennes en mars 2016.

 

Message de Kim Jong-un à Donald Trump. Le vendredi 1er juin 2018, la chaîne de télévision France 24 (en français) dans son journal de 23h apporte un éclairage sur l'actualité en invitant Benoît Quennedey, président de l'AAFC

Sommet Kim Jong-un - Donald Trump : l'AAFC sur RT France et France 24

Après avoir montré les images de Donald Trump qui, après sa rencontre avec Kim Yong-chol, annonce que le sommet est en bonne voie, la première question a porté sur le sommet à venir entre Washington et Pyongyang.

France 24 : Le sommet est un début. Comment avez-vous réagi à l’annonce de Donald Trump ?

BQ : C’est un grand soulagement, car après des semaines de confrontation le sommet était réellement en danger. L’élément très important est le rôle de la Corée du Sud. Elle a fait tout ce qui était possible pour que ce sommet ait lieu. Kim Yong-chol reçu au Bureau Ovale, c’est déjà tout un symbole. Rappelons qu’il est personnellement sous le coup de sanctions américaines. Il y a 18 ans le processus engagé par l’administration Clinton n’avait pas été mené jusqu’au bout par souci, à la demande des républicains, de ne pas lier les mains de son successeur, à la veille d'une élection présidentielle. Les Nord-Coréens ont su se positionner par rapport à la politique extérieure atypique de Donald Trump et ont compris qu’il y avait une opportunité. Nous avons donc une configuration extrêmement favorable, mais comme l’a dit Donald Trump lui-même, « c’est le début d’un long processus ».

France 24 : Quel est l’intérêt des Coréens du Nord à cette rencontre ? La lettre de Donald Trump à Kim Jong-un était assez dure.

BQ : Le président américain nous avait habitué à un style encore moins diplomatique... Sinon, on ne connaît pas le contenu de la lettre de Kim Jong-un à Donald Trump. Ce qui apparaît actuellement en Corée du Nord est un regard différent par rapport aux étrangers, une réelle volonté d’ouverture, avec un intérêt pour les modèles chinois et plus encore vietnamien. Il y a une réelle volonté de développer le pays. Si des garanties de sécurité sont obtenues dans le cadre d’un processus de sécurité collective dont les contours restent à définir, et où la Chine et la Russie auront leur place, si les sanctions sont levées, alors Pyongyang n'aura aucune raison de refuser un processus qui garantirait son développement économique. Pour les Nord-Coréens cela vaut le coup d’essayer.

France 24 : Votre association est parfois jugée un peu trop complaisante à l’égard de la Corée du Nord. Est-ce que pour vous c’est une démocratie ? Est-ce qu’il faut négocier avec elle ?

BQ : C’est un régime né d’une guérilla militaire, avec une grande concentration des pouvoirs qui rappelle celui de la Chine. Il faut aussi tenir compte de l’influence du confucianisme. Le régime politique n’a rien à voir avec une démocratie de type occidental au sens où nous l’entendons ici.

La diplomatie relève d'un autre domaine, l'intérêt des Etats et le réalisme. Quand la France négocie avec l’Arabie Saoudite qui a des principes très éloignés des nôtres on ne pose pas cette question…

La paix en Corée est possible car les deux parties ont des intérêts qui convergent. Kim Jong-un représente une nouvelle génération et la Corée du Nord n’est pas un pays statique.

Les choses évoluent, et si le processus en cours aboutit peut-être verra-t-on un jour à Pyongyang, après des décennies de confrontation, les enfants d'expatriés américains jouer avec les enfants nord-coréens.

Partager cet article
Repost0
31 mai 2018 4 31 /05 /mai /2018 07:39

Le 22 mai 2018, la chaîne RT France a consacré son magazine L'échiquier mondial à la question de la paix et de la dénucléarisation dans la péninsule coréenne. En fin d'émission, Oleg Shommer (OS) a interrogé Benoît Quennedey (BQ), président de l'AAFC, déjà intervenu à plusieurs reprises sur la chaîne. Nous reproduisons ci-après leur échange.

L’animateur, après avoir présenté la succession rapide des évènements, rencontres et déclarations, demande à son invité si le leader Kim Jong-un est sincère dans son intention de renoncer à son programme nucléaire ou s’il s’agit d’une manoeuvre politique.

BQ - Si demain la Corée du Nord obtient des garanties des Etats-Unis dans le domaine économique, notamment la levée des sanctions, si elle obtient également des garanties dans le domaine de la sécurité, alors oui les conditions sont réunies pour avoir un accord qui fasse avancer la cause de la paix dans la péninsule coréenne.

OS - Au vu des dernières manœuvres militaires les Nord-Coréens peuvent-ils avoir confiance dans la bonne volonté Américaine affichée dans l’agenda?

BQ - La Corée du Nord veut tester la bonne volonté américaine ce qui n’est pas anodin quand on voit que l’accord sur l’Iran a été rayé d’un coup de crayon par les Etats-Unis. Elle attend des gestes concrets en contrepartie de ses efforts, dans le cadre d’un accord diplomatique reposant sur le principe action pour action, chaque partie avançant simultanément

OS- La rencontre entre les deux leaders coréens marque-t-elle le début d’un processus de réunification ?

BQ - La réunification est le serpent de mer des relations intercoréennes depuis la division en 1945. Aujourd’hui il faut recréer les conditions d’un dialogue, combler le fossé économique et culturel entres les deux Corées. Quand Donald Trump parle du possible avenir brillant de la Corée du Nord, il met l’accent sur un écart devenu très important. N’oublions pas que jusque dans les années 1970, la Corée du Nord était plus développée que la Corée du Sud. Déjà, revenir à la politique de dialogue qui a été suivie par le Sud jusqu’en 2008 représente un espoir. Ensuite, créer un processus de réunification est ce que souhaite tout le peuple coréen. Ce sera un processus long dont les modalités seront à définir par les Coréens eux-mêmes. Il est trop tôt pour dire s’il s’agira d’un modèle confédéral ou d’une solution comme entre la Chine et Hong-Kong « un pays deux systèmes  ». En tout cas le rapprochement intercoréen est à nouveau sur les rails.

Partager cet article
Repost0
13 mai 2018 7 13 /05 /mai /2018 09:41

La République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) continue d'avancer rapidement sur la voie de sa dénucléarisation, en procédant comme convenu dans moins de deux semaines - sans attendre le sommet avec le Président Donald Trump le 12 juin 2018 - au démantèlement d'un élément majeur de son programme nucléaire : selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères de la RPD de Corée reproduit par l'agence nord-coréenne KCNA, le site d'essais nucléaires du village de Punggye sera démantelé entre le 23 et le 25 mai prochains (selon les conditions diplomatiques), en présence de journalistes étrangers de Chine, de Russie, des Etats-Unis, du Royaume-Uni et de la République de Corée (Corée du Sud). 

Pyongyang invite les médias internationaux à couvrir le démantèlement du site de Punggye-ri entre le 23 et le 25 mai 2018

L'annonce du démantèlement du site d'essais nucléaires de Punggye avait été faite dès la réunion du Comité central du Parti du travail de Corée du 20 avril 2018, une semaine avant le sommet intercoréen du 27 avril 2018 entre les Présidents Kim Jong-un et Moon Jae-in - lors de laquelle il avait été confirmé que le processus serait mené de manière transparente, en mai 2018, et en présence de journalistes et d'experts étrangers. 

Conformément à leurs engagements, les autorités nord-coréennes ont rendu publique, le 12 mai 2018, la date de la destruction du site de Punggye, ainsi que ses modalités techniques : 

Conformément à la décision de la troisième réunion plénière du septième Comité central du Parti du travail, l'Institut des armes nucléaires et les autres institutions concernées sont en train de prendre des mesures techniques en vue de démanteler le site d'essais nucléaires du nord de la RPDC dans le but d'assurer la transparence de l'arrêt du site nucléaire.

Une cérémonie de démantèlement est prévue entre les 23 et 25 mai, selon les conditions météorologiques.

Le démantèlement du site d'essais nucléaires se déroulera dans l'ordre suivant : provoquer l'effondrement de tous les tunnels du site d'essais par explosion, bloquer complètement les entrées, retirer toutes les installations d'observation ainsi que les instituts de recherche et structures des unités de garde sur le site.

Parallèlement au démantèlement, les gardes et chercheurs seront retirés et la zone autour du site sera complètement fermée.

Le communiqué du ministère des Affaires étrangères de la RPD de Corée a aussi donné des détails précis sur la couverture de cette opération par les médias de cinq autre pays, en précisant leurs conditions d'accueil, de transport et d'hébergement :

[Le ministère des Affaires étrangères de la RPD de Corée] a l'intention d'autoriser non seulement les médias locaux mais aussi les journalistes d'autres pays à effectuer une couverture sur le terrain afin de montrer, de manière transparente, que le site d'essais nucléaires du nord du pays sera conduit conformément à la décision de la troisième réunion plénière du septième Comité central du Parti du travail de Corée.

Au regard de l'espace exigu du site d'essais, les journalistes d'autres pays seront limités à ceux venant de la Chine, de la Russie, des Etats-Unis, du Royaume-Uni et de la Corée du Sud.

Les journalistes invités viendront de Corée du Sud et des pays membres du Conseil de sécurité des Nations unies, à l'exception notable de la France - ce qui traduit l'effacement de notre pays sur la question nucléaire dans la péninsule coréenne, et peut aussi être interprété comme une conséquence de la volonté des gouvernements français successifs de ne pas avoir établi de relations diplomatiques complètes avec la RPD de Corée - contrairement à tous les autres pays de l'Union européenne (sauf l'Estonie), à la différence notamment du Royaume-Uni dont les journalistes seront, quant à eux, bien invités à venir couvrir la destruction du site d'essais nucléaires. 

La mesure a une portée réelle : elle traduit l'engagement concret de la RPD de Corée dans le processus de dénucléarisation - contrairement à des informations erronées relayées par certains médias, des experts ont souligné que le site, encore utilisé lors du sixième essai nucléaire nord-coréen le 3 septembre 2017, restait parfaitement opérationnel.

A l'annonce de cette décision, un mois avant son sommet avec le Président Kim Jong-un, le Président Donald Trump a salué une décision "intelligente".

Sources :
- KCNA

Partager cet article
Repost0
30 avril 2018 1 30 /04 /avril /2018 21:20

Sommet historique intercoréen du 27 avril 2018, démantèlement annoncé du site d’essais nucléaires nord-coréen dès le mois de mai, avant le sommet entre les présidents Kim Jong-un et Donald Trump (que ce dernier envisage désormais dans un délai de 3 à 4 semaines)... CNews en parlait le 29 avril 2018, à partir de 21h15, lors d'un débat avec Benoît Quennedey, président de l’Association d’amitié franco-coréenne (AAFC), dans l’émission de Harold Hyman « L’Actu à la carte ». Quelques jours plus tôt, le président de l'AAFC avait par ailleurs répondu aux questions de Claire Tervé pour le Huffington Post sur ce qu'un traité de paix changerait dans la péninsule coréenne.

Comprendre le sommet intercoréen : retour sur l'émission « L'Actu à la carte » sur CNews du 29 avril 2018

Sur le plateau pour parler de l’actualité concernant la Corée, après un sujet sur la situation en Arménie, se trouvait également Kim Souya, artiste plasticienne vivant à Paris, et active dans la communauté sud-coréenne en France.

Pendant dix minutes Harold Hyman a donné la parole aux deux intervenants en commençant par l’émotion soulevée par la rencontre entre Moon-Jae-in et Kim Jong-un.

D’abord Kim Souya a déclaré avoir passé une nuit blanche, compte tenu du décalage horaire, pour regarder en direct cette rencontre, et en a été émue au point d’en pleurer et a assuré « ne pas être la seule ». C’est la première fois qu’elle entendait la voix du leader du Nord qu’elle a décrite « avec un petit accent charmant ».

Ensuite Benoît Quennedey a donné son sentiment sur « l’emballement des évènements ». Il a fait le parallèle avec l’année 2017 et le contraste avec la situation d’aujourd’hui, en mettant l’accent sur la prise en mains par les deux parties coréennes de leur destin commun et sur l’importance de la déclaration commune qui va bien au-delà des rencontres au sommet de 2000 et 2007 en abordant à présent la question de la paix. « Cette fois-ci il semble que ce soit la bonne » et « on est peut-être sur une nouvelle ère ».

Harold Hyman a repris l’historique de la question nucléaire dans la péninsule en présentant une illustration récapitulative et a demandé en quoi cette fois-ci cela déboucherait positivement.

Benoît Quennedey a expliqué que la Corée du Nord maintenant possède un armement qui lui permet de discuter sur un pied d’égalité avec les Etats-Unis évoquant la « sérénité des Nord-Coréens » qui veulent désormais passer à un stade de prospérité et de développement économique.

L’animateur s’adressant à Kim Souya lui a demandé si en tant que Sud-Coréenne elle était prête à payer plus d’impôts pour aider ses frères du Nord a obtenu une réponse immédiate « Bien sûr et ce n’est pas seulement moi », puis ajoutant que « ce n’est pas vrai » qu’au Sud on se désintéresse de la situation au Nord. Une séquence d’émotion qui a poussé l’expert de l’Arménie encore présent sur le plateau à s’exprimer « il y a une fierté coréenne qui aujourd’hui est amenée à s’exprimer de manière très forte ».

Kim Souya a repoussé les craintes concernant l’avenir de « la démocratie sud-coréenne » et « l’arrivée d’idées néfastes en provenance du Nord ».

Enfin les deux intervenants ont insisté sur le sentiment d’unité entre les deux parties divisées de la Corée et sur la marche vers la paix et la dénucléarisation.

Conclusion de Harold Hyman « la sincérité sera le mot-clé de l’avenir ».

On peut remarquer que cette émission, pas seulement par ses intervenants, mais aussi par l’attitude presque bienveillante de son animateur témoigne d’un nouveau souffle dans la présentation médiatique en France de la situation dans et autour de la péninsule coréenne.

 

Revoir l'émission « L’Actu à la carte » du 29 avril 2018 (le sujet coréen est évoqué à partir de 11'07") : 

Partager cet article
Repost0
22 avril 2018 7 22 /04 /avril /2018 21:52

Après l'annonce par Pyongyang de la suspension de ses essais nucléaires et de missiles balistiques intercontinentaux, Benoît Quennedey, président de l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC), a donné son point de vue sur la chaîne RT France, le samedi 21 avril 2018, au journal télévisé de 12h, en répondant aux questions de la présentatrice pendant plus de six minutes. 

La fin des essais nucléaires et des tirs de missiles, concrètement cela veut dire quoi ?

Concrètement cet arrêt intervient à une semaine de la rencontre prévue entre les deux dirigeants du Sud et du Nord. Il est probable que Mike Pompeo, ancien directeur de la CIA et actuel secrétaire d'Etat, lors de son récent voyage à Pyongyang, a demandé un geste de bonne volonté explicite, et cette demande a donc été exaucée. Du côté de la RPDC il s’agit d’une décision approuvée par le Comité central du Parti, dans le cadre d'un processus collectif. Ce geste montre que la préparation de la rencontre entre Donald Trump et Kim Jong-un avance bien.

Il ne s’agit pas d’un bluff ?

Non, les Nord-Coréens depuis leurs décisions de janvier sont dans une séquence diplomatique. Il ne s’agit certes que de la suspension de leur programme, une suspension mais pas forcément un arrêt définitif. C’est cependant un premier geste qui s’inscrit dans une séquence diplomatique qui est le fait des deux parties de la Corée, comme on l’a vu au moment des Jeux olympiques, avec ces images des athlètes défilant ensemble, et qui reprend en main son destin. Sur une question aussi sensible pour la Corée du Nord, qui considère l’arme nucléaire comme son assurance vie, il y a une volonté d’aller de l’avant.

On parlait jusqu’à présent d’apaisement mais est-ce qu’on se dirige vers une vraie réconciliation ?

Le président Moon-Jae-in en a parlé lors d'une conférence de presse il y a deux jours, donc peu avant la rencontre avec Kim Jong-un. Chaque partie doit faire des efforts et pour le moment c’est le Nord qui en fait. On doit donc espérer des gestes de l’autre partie dans la levée des sanctions et l’établissement de relations diplomatiques avec Washington.

Washington, Séoul, l’Union européenne ont réagi à cette annonce du Nord, mais quelles sont les conséquences pour la péninsule coréenne ?

Le plus important est de revenir à la paix et de permettre la prospérité. La Corée du Nord est soumise à un régime de sanctions draconien sans équivalent au monde. L’UNICEF a déclaré en janvier que 60 000 enfants allaient mourir si les sanctions n’étaient pas levées. Lors de la récente réunion du Comité central du Parti, Kim Jong-un a ainsi mis l’accent sur l’économie.

La Corée du Nord veut donc sortir de son isolement et revenir sur la scène internationale ?

C’est clair et cette volonté s’est déjà manifestée avec la rencontre du leader coréen avec Xi Jinping. Le Nord considère que, ayant atteint ses objectifs de défense qui lui permettent de discuter d’égal à égal avec les Etats-Unis, il n’y a pas de raison de conserver un armement nucléaire si sa sécurité est assurée. Mais la dénucléarisation est un processus long qui nécessitera des étapes, la suspension en étant une. Il y a la question des garanties de sécurité, d’où l’idée d’un traité de paix qui remplacerait enfin l’accord d’armistice de 1953. Enfin, pour la première fois va se dérouler un sommet intercoréen qui va précéder un sommet Etats-Unis et Corée du Nord. Ainsi, les diplomaties sont coordonnées, ce qui n’était pas le cas dans les années 2000 où la diplomatie du Sud ne coïncidait pas toujours avec la diplomatie américaine. On peut espérer un régime de paix permanent et de prospérité.

Vous avez quand même le Japon qui émet beaucoup de réserves. Pourquoi cette méfiance ?

Il y a un très vieil antagonisme entre le Japon et la Corée qui remonte à la colonisation japonaise de 1910 à 1945 et l’enrôlement des Coréens de force dans l’armée impériale japonaise et les Coréennes devenues des esclaves sexuelles. Dans ce contexte le Japon a toujours joué le rôle de « Monsieur plus ». Le Japon ne veut pas être l’oublié et l’abandonné de ces négociations, d'autant qu'il sait qu’en cas de conflit, après les Etats-Unis, la cible nord-coréenne serait le Japon. Ce n’est donc pas très surprenant que le Japon soit dans une situation de surenchère. On verra par la suite si le Japon propose aussi un sommet avec le dirigeant nord-coréen, ce qui a déjà eu lieu avec Junichiro Koizumi dans les années 2000.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?