Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 janvier 2017 1 02 /01 /janvier /2017 19:53

Du 28 décembre 2016 au 18 janvier 2017, des étudiants sud-coréens visitent la France, l'Allemagne, la République tchèque, la Hongrie, l'Autriche et la Suisse dans le cadre du sixième voyage international pour la paix (et du cinquième voyage en Europe), organisé par l'association "Papillons de l'espoir" et soutenu par le Conseil coréen pour les femmes requises pour l'esclavage sexuel militaire du Japon. Le 2 janvier 2017, ils ont été place du Trocadéro, à Paris, sur le parvis des Droits de l'Homme, pour exprimer l'aspiration de tout un peuple à vivre en paix, ce qui exige de porter un regard lucide sur le passé - le Japon devant notamment formuler des excuses pour le crime de l'esclavage sexuel des "femmes de réconfort", principalement coréennes, commis avant et pendant la Seconde guerre mondiale.

Justice pour les "femmes de réconfort" !
Justice pour les "femmes de réconfort" !

Nulle part dans le monde peut-être davantage que dans la péninsule coréenne l'exigence de paix n'est plus forte, alors que la guerre civile internationalisée qu'a été la guerre de Corée s'est soldée par un simple accord d'armistice, en 1953, sans signature à ce jour d'un traité de paix ni mise en place de mécanismes de sécurité collective qui permettraient de privilégier le dialogue aux tensions et aux sanctions, et de supprimer les armes nucléaires sur le sol coréen.

Ce message de paix a été porté par les divers orateurs présents, coréens, japonais et français, tandis que des messages ont également été lus en anglais et en espagnol. Comme les années précédentes, l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) était présente : par la voix de son vice-président en charge des actions de coopération, Benoît Quennedey, elle a rappelé son exigence d'une paix durable en Corée, qui implique de renouer avec le dialogue, de mettre fin à la course aux armements et de trouver une solution honorable aux drames vécus par les "femmes de réconfort", anciennes esclaves sexuelles de l'armée japonaise - ce que ne permet pas le déshonorant accord nippo-sud-coréen signé fin 2015 - mais que la nouvelle situation politique ouverte, en Corée du Sud, par le vote de destitution de la Présidente Park Geun-hye pourrait heureusement remettre en cause.

Comme l'ont expliqué les organisateurs de "Papillons de l'espoir" qui relaient la campagne de 100 millions de signatures pour la résolution de la question de l'esclavage sexuel, le papillon symbolise cet espoir d'un monde d'harmonie, sans guerre, débarrassé de la violence intolérable faite aux femmes en période de conflit :

Le Papillon est le symbole qui représente la battement des ailes de la Liberté, échappant aux discriminations, à l'oppression, à la violence. Papillons de l'espoir est une association pour la résolution de la question de l'esclavage sexuel infligé par l'armée japonaise. Nos principales activités sont des campagnes pour la collecte de 100 millions de signatures au niveau national mais aussi international, ainsi qu'en France, en Allemagne, en Equateur et en Bolivie.

Puissent les papillons de l'espoir symboliser cette aspiration universelle à la justice, à la paix et à la fraternité !

Justice pour les "femmes de réconfort" !
Repost 0
23 novembre 2016 3 23 /11 /novembre /2016 20:17

En décembre 2017 doit se tenir la prochaine élection présidentielle en République de Corée (Corée du Sud). Mais ce calendrier pourrait se trouver accéléré, alors que les Sud-Coréens manifestent depuis des semaines par centaines de milliers pour obtenir la démission de la Présidente Park Geun-hye, embourbé dans le scandale Choi Soon-sil qui a révélé son incompétence : dans ce contexte, les conservateurs au pouvoir à Séoul accélèrent le rythme pour réaliser leur programme de répression politique et antisyndicale, et renforcer l'alignement de Séoul sur l'axe Washington-Tokyo. Plus que jamais, il faut les empêcher de mettre en oeuvre une politique discréditée dans l'opinion : tel est le sens, notamment, de la manifestation à Paris le 26 novembre 2016, à 15h place du Trocadéro, pour le départ de Mme Park Geun-hye, à laquelle l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) appelle à participer.

Une manifestante coréenne le 23 novembre, contre l'accord nippo-sud-coréen en matière de renseignement

Une manifestante coréenne le 23 novembre, contre l'accord nippo-sud-coréen en matière de renseignement

Cela fait quatre ans que l'accord nippo - sud-coréen, de partage d'information en matière de renseignement, était bloqué en Corée du Sud : sentant le risque que cet accord impopulaire ne soit jamais mis en oeuvre après leur départ du pouvoir désormais exigé par une écrasante majorité de Sud-Coréens, les conservateurs qui tiennent encore le haut du pavé à Séoul ont engagé une manoeuvre pour une entrée en vigueur immédiate, le 23 novembre 2016, en prétextant - une fois encore - la menace nord-coréenne. Il n'y a pourtant eu aucune initiative nord-coréenne récente de nature à juger cet empressement... sinon le besoin de Mme Park Geun-hye et de ses affidés de lier les mains de leurs successeurs, comme pour le déploiement en Corée du système de missiles antibalistique THAAD, sans l'accord du Parlement et malgré l'opposition d'une majorité de citoyens. Tel est le sens de la démocratie pour Mme Park Geun-hye, qui trouve opportunément des alliés pour cautionner sa démarche autoritaire dans les dirigeants français, François Hollande en tête. La Corée du Sud de Mme Park accomplit parfaitement son rôle de supplétif des Etats-Unis.

Cette marche à la guerre, par le renforcement des systèmes d'alliances militaires, est indissociable des atteintes grandissantes aux libertés publiques en Corée du Sud, que le bellicisme permet de justifier. Un des symboles de cette dérive autoritaire est la condamnation à cinq ans de prison du syndicaliste Han Sang-gyun, suivant une décision qui a soulevé un tollé international tant elle constitue une atteinte inacceptable à la liberté d'expression et à la liberté de manifestation. Alors que le procureur exige l'alourdissement de cette peine à huit ans en appel (le jugement sera rendu le 13 décembre prochain), l'AAFC appelle toutes et tous à signer la pétition en ligne pour la libération de Han Sang-gyun et assurer le respect des droits des travailleurs en Corée du Sud. Cette pétition, disponible en plusieurs lignes sur le site change.org, a été initiée par le Réseau européen pour une Corée progressiste (basé en Allemagne) et est adressée au juge Shim Dam.

Sources :

Repost 0
15 août 2016 1 15 /08 /août /2016 07:54

A l'occasion du 71e anniversaire de la libération de la Corée de la colonisation japonaise, le 15 août 1945, le Président de la Fédération de Russie Vladimir Poutine a adressé un message de félicitations à Kim Jong-un, Président de la Commission des affaires de l'Etat de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord). Alors que l'anniversaire de la Libération est traditionnellement, dans toute la Corée, l'occasion d'appeler au dialogue et à la réconciliation Nord-Sud, la Présidente Park Geun-hye de la République de Corée (Corée du Sud) a choisi cette année de délivrer un message guerrier, à la veille de manoeuvres militaires américano - sud-coréennes qui aggraveront une nouvelle fois les tensions et les risques de conflit dans la péninsule coréenne.

Dans son message au Président Kim Jong-un, le Président Vladimir Poutine a appelé au resserrement des liens avec la RPD de Corée et rappelé que des soldats de l'Armée rouge et des patriotes coréens étaient tombés pour la libération de la Corée. De fait, conformément à leurs engagements internationaux, les Soviétiques étaient intervenus en Corée en août 1945 pour combattre les troupes d'occupation japonaise, en respectant la limite du 38e parallèle au Sud de laquelle les Américains devaient recevoir la reddition des troupes japonaises - pour leur part, les Américains ont attendu la fin des combats pour débarquer en Corée, et n'ont donc pas combattu sur le sol de la péninsule coréenne pour libérer les Coréens de l'occupation japonaise. Selon l'agence nord-coréenne KCNA, le Président Vladimir Poutine a déclaré :

Nous nous souvenons avec respect des soldats de l'Armée rouge et des patriotes coréens qui ont consacré leur vie à l'indépendance de la Corée (...) Les glorieuses traditions d'amitié et de coopération forgées dans les années de la guerre sont devenues la pierre angulaire du développement des relations entre la Russie et la RPDC.

http://www.kcna.kp/kcna.user.home.retrieveHomeInfoList.kcmsf;jsessionid=CCC047A0401B8F6B387AC68AC4BFA728

Le Président Vladimir Poutine a également appelé à l'essor des relations bilatérales entre la Russie et la RPD de Corée dans les domaines économiques, scientifiques, technologiques et humanitaires, afin de garantir la paix et la stabilité en Asie du Nord-Est.

Préserver la paix n'était en revanche pas la préoccupation de la Présidente sud-coréenne Mme Park Geun-hye dans son message prononcé à l'occasion de la Libération de la Corée. Dans un discours au vitriol contre les "provocations" et les "menaces" nord-coréennes, elle a défendu la course aux armements en défendant avec force le déploiement en Corée du système américain de défense antimissile à haute altitude THAAD (Terminal High Altitude Area Defense) qui soulève un rejet croissant dans l'opinion publique sud-coréenne. Le 9 août, les Etats-Unis et leurs alliés avaient échoué à obtenir du Conseil de sécurité des Nations Unies l'adoption d'une résolution condamnant la RPDC pour son tir de missile balistique effectué le 2 août, après que la Chine eut demandé - en vain - d'éviter les provocations et les initiatives telles que le déploiement de THAAD.

Dans quelques jours débuteront les exercices militaires américano - sud-coréens Ulji Freedom Guardian, avec l'introduction de bombardiers américains dans le ciel de la Corée.

L'Association d'amitié franco-coréenne appelle une nouvelle fois à la paix et au dialogue dans toute la Corée en vue d'une dénucléarisation de toute la péninsule, et à cesser la course aux armements et les manoeuvres militaires qui aggravent dangereusement les tensions dans une des régions les plus militarisées au monde.

Repost 0
12 août 2016 5 12 /08 /août /2016 18:01

Dans Corée du Nord. Un Etat-guérilla en mutation, le journaliste Philippe Pons, correspondant du quotidien Le Monde pour la Corée et le Japon depuis plus de trente ans, a publié l'oeuvre d'une vie. Comme toujours, Philippe Pons, sans complaisance pour la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord), met en avant les transformations de l'Etat soumis au plus vieil embargo au monde et qu'une certaine presse veut, à la différence de Philippe Pons, enfermer dans des images caricaturales. Les thèses qu'il déploit sont parfois audacieuses (notamment sur le système politique interne à la Corée du Nord, dont les analyses américaines et sud-coréennes - utilisées par Philippe Pons - doivent être prises avec précaution vu la difficulté à confronter les données), mais l'information est riche, complète, y compris sur des sujets mal connus : nous traitons ci-après celui des relations, aujourd'hui rompues, entre le Parti communiste japonais (PCJ) et la RPDC, abordées page 158 de l'ouvrage.

Aux origines de la rupture entre le Parti communiste japonais et la Corée du Nord

Philippe Pons rappelle que la gauche japonaise - socialistes comme communistes, membres de l'Association de coopération pour le rapatriement des Coréens du Japon (Zainichi Chôsenjin kikoku kyoryoku kai) - ont soutenu le rapatriement en RPDC des Nord-Coréens du Japon, engagé à partir de 1959. Un communiste japonais, Terao Gorô, a ainsi publié un ouvrage décrivant la RPD de Corée de manière idéalisée, et dont le succès a été considérable.

Cependant, une partie des Coréens retournés au Nord de la péninsule ont eu du mal à s'habituer à une vie très différente de celle qu'ils espéraient, et matériellement beaucoup plus difficile que dans l'archipel nippon. C'est dans ce contexte que le correspondant à Pyongyang du quotidien du PCJ Akahata, Hagiwara Ryô, a été expulsé de RPDC en 1973, alors qu'il conduisait une enquête sur les rapatriés en Corée du Nord. Il a ensuite publié un livre, très critique sur le régime nord-coréen, qui va contribuer à la dégradation des relations entre le PCJ et la RPDC. Au sein de la gauche japonaise, seuls les socialistes maintiendront de bonnes relations avec les autorités nord-coréennes.

Puis la rupture entre le PCJ et Pyongyang est intervenue en 1987, après qu'un attentat contre un appareil de la Korean Air eut été attribué par Séoul à Pyongyang (ce que la Corée du Nord a toujours nié, l'enquête comportant en outre d'importantes zones d'ombre).

C'est ainsi que l'un des plus puissants partis communistes d'Asie (hormis ceux au pouvoir), avec les partis communistes indiens, a désormais cessé ses relations avec la RPD de Corée, cette prise de distance radicale étant étrangère à l'orientation du communisme japonais, qui n'a pas été sans rappeler celle des tendances eurocommunistes en Europe occidentale dans les années 1970.

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations Japon-Corée
commenter cet article
29 juillet 2016 5 29 /07 /juillet /2016 16:17

Le 28 décembre 2015, un accord nippo - sud-coréen a prétendu régler "de manière finale et irréversible" la question des "femmes de réconfort" - euphémisme désignant les centaines de milliers d'esclaves sexuelles, en grande partie coréennes, qui ont été obligées de se prostituer dans les bordels de l'armée impériale japonaise avant et pendant la Seconde Guerre mondiale. Cet accord a soulevé de vives protestations en Corée du Sud et dans le monde (notamment à Paris), puisque si le gouvernement japonais a exprimé une nouvelle fois des regrets il a refusé de reconnaître la responsabilité de l'Etat japonais. Par ailleurs, l'accord a prévu l'ouverture d'un fonds doté de 1 milliard de yens (soit 7,5 millions d'euros) pour que la Corée du Sud n'évoque plus ces questions dans les enceintes internationales - ce qui s'appelle acheter une indulgence à peu de frais : environ 40 euros pour chacune des exclaves sexuelles, pour solde de tout compte. Le 27 juillet 2016, la conférence de presse annonçant l'ouverture de la fondation pour gérer le fonds a été perturbée par l'irruption de manifestants hostiles à l'accord signé entre la Corée du Sud de Mme Park Geun-hye, qui n'a jamais autant cédé au nom d'un gouvernement sud-coréen, et les autorités nationalistes nippones.

Une manifestante emmenée de force par la police

Une manifestante emmenée de force par la police

Les messages des manifestants étaient clairs : "Vous ne pouvez pas faire taire les victimes avec de l'argent", tout en arborant des pancartes sur lesquelles il était écrit "Ce n'est pas ce que veulent les femmes de réconfort". Des étudiants ayant réussi à entrer dans la salle de la conférence de presse ont été évacués de force par la police. L'un d'entre eux criait : "Ecoutez les voix des victimes !".

Bien que défaite aux élections législatives du 13 avril 2016, la Présidente sud-coréenne Mme Park Geun-hye s'enferre à conduire une politique pour laquelle elle ne dispose plus de majorité parlementaire - poussant le déni de démocratie jusqu'à maintenir son équipe gouvernementale et à vouloir forcer l'Assemblée nationale à appliquer une politique que l'opposition, désormais majoritaire au Parlement, a combattue dans les urnes. Vendre l'honneur des femmes de réconfort pour le bon plaisir des nationalistes japonais fait partie de son programme, qu'elle entend mener à tout prix.

La mise en place de la "Fondation pour la réconciliation et la guérison", chargée de gérer le fonds de 1 milliard de yens pour les "femmes de réconfort", a donc donné lieu à une conférence de presse ce jeudi 28 juillet 2016. Même Kim Tae-hyun, dirigeant de la Fondation, a bien été obligé de reconnaître que l'accord du 28 décembre 2015 "n'était pas complètement satisfaisant", mais ce texte offre, selon lui, quelque espoir et il aurait même trouvé des survivantes qui lui auraient exprimé sa gratitude. On a connu déclarations plus enthousiastes... même les autorités sud-coréennes ne peuvent pas cacher qu'elles ont décroché un accord honteux pour les victimes et, plus généralement, pour le peuple coréen.

Présente dans la manifestation organisée à Paris quatre jours seulement après que cet accord de la honte a été rendu public, l'Association d'amitié franco-coréenne poursuivra le combat aux côtés des démocrates et des féministes coréens pour la dénonciation de l'accord du 28 décembre 2015, et en vue de la reconnaissance par les autorités japonaises de la responsabilité légale de l'Etat japonais dans le crime de masse qu'a constitué l'esclavage sexuel des femmes de réconfort.

Sources :

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations Japon-Corée Politique sud-coréenne
commenter cet article
26 juin 2016 7 26 /06 /juin /2016 17:14

Le dimanche 26 juin 2016, les étudiants coréens participant au cinquième voyage international pour la paix de l'association "Papillons de l'espoir" (et au quatrième voyage en Europe) ont fait une halte place du Trocadéro, à Paris, sur le parvis des Droits de l'Homme, pour réaffirmer leur exigence d'une Corée en paix et pour que les crimes du passé ne se reproduisent plus - le Japon devant notamment formuler des excuses pour le crime de l'esclavage sexuel des "femmes de réconfort" coréennes (et d'autres pays d'Europe et d'Asie) commis pendant la Seconde guerre mondiale. Comme pour les précédents voyages en Europe pour la paix, l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) a participé au rassemblement place du Trocadéro.

Pour la paix !

Comme toujours, les spectacles chorégraphiques et les chants des jeunes Coréens ont attiré un public nombreux, place du Trocadéro, témoignant - si besoin était - que l'attention des Parisiens n'étant pas entièrement accaparée par la coupe d'Europe de football en ce dimanche estival...

Au-delà de son caractère festif, l'étape parisienne du voyage en Europe était également lourde de sens : faire connaître la situation de la Corée à une opinion publique occidentale qui n'ignore que trop souvent que la guerre de Corée (1950-1953) ne s'est malheureusement toujours pas conclue par un traité de paix, et que le crime de guerre des "femmes de réconfort" ne peut être soldé par le peu glorieux accord intergouvernemental Corée du Sud - Japon du 28 décembre 2015. La dénonciation de cet accord était d'ailleurs au coeur des interventions des orateur japonais et coréen, tandis que les participants continuaient à réunir des soutiens dans le cadre de la campagne internationale des "100 millions de signatures" pour obtenir des excuses officielles des autorités japonaises.

Ayant fait de la conclusion d'un traité de paix en Corée l'un de ses combats majeurs, l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) était représentée par Benoît Quennedey, vice-président en charge des actions de coopération, qui a également souligné le besoin d'une dénucléarisation de toute la péninsule coréenne, d'un départ de l'ensemble des troupes étrangères et de la mise en place de mécanismes internationaux assurant une sécurité collective. Il a également rappelé l'engagement de l'AAFC aux côtés des anciennes victimes de l'esclavage sexuel militaire japonais, la dénonciation des crimes du passé contribuant à ce que ceux-ci ne se reproduisent plus à l'avenir : les femmes ne doivent plus être les premières victimes des conflits !

Pour la paix !
Pour la paix !
Repost 1
20 mars 2016 7 20 /03 /mars /2016 20:08

Le film Spirits’ homecoming de Cho Jung-rae raconte l'histoire des centaines de milliers de femmes, pour beaucoup d'entre elles coréennes, qui ont été obligées de se prostituer pour l'armée japonaise avant et pendant la Seconde guerre mondiale. Son succès époustouflant - le film caracole en tête du nombre d'entrées dans les cinémas sud-coréens - témoigne de l'émotion légitime que suscite la question des "femmes de réconfort", quelques mois après la conclusion d'un accord controversé entre les gouvernements japonais et sud-coréen que nous avons dénoncé, à l'AAFC, comme insuffisant, à l'instar du Conseil coréen sur les "femmes de réconfort". 

“Spirits’ homecoming” : le film sur les femmes de réconfort de Cho Jung-rae en tête du nombre d'entrées au cinéma

Il aura fallu près de quatorze ans au réalisateur Cho Jung-rae pour mener à bien son projet de film sur les "femmes de réconfort" - qu'il a côtoyées dans un foyer, et qui lui avaient donné comme seule instruction de réaliser un film de qualité. Il était émouvant de voir plusieurs d'entre elles assister à la première, alors qu'il n'y a plus que 44 survivantes sur les 238 femmes sud-coréennes qui ont accepté de témoigner en racontant leur histoire.

Le film Spirits’ homecoming est aussi exceptionnel dans la mesure où son budget de 500 millions de won (soit 381 000 euros) a été bouclé grâce au financement participatif, avec un nombre record de 320 000 donateurs.

Auprès du public, le succès a été au rendez-vous : le matin de la sortie (le 24 février 2016) déjà 27,5 % des billets avaient déjà été pré-vendus, et une semaine plus tard le nombre d'entrées (1,7 million) plaçait le film en tête des ventes.

L'AAFC espère que cette réussite contribuera à la mobilisation et à la sensibilisation de l'opinion publique pour que plus jamais les femmes ne soient victimes d'esclavage sexuel, notamment dans les périodes de guerre.

Sources :

 

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations Japon-Corée Culture
commenter cet article
20 février 2016 6 20 /02 /février /2016 19:58

Les Coréens du Japon, dont la présence dans l'archipel est un legs de la colonisation japonaise de la péninsule (1910-1945), sont pris malgré eux dans l'engrenage des relations nippo - coréennes, et plus particulièrement des relations entre le Japon et la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) s'agissant de la communauté nord-coréenne du Japon, regroupée au sein de l'Association générale des résidents coréens au Japon (Chongryon). L'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) milite de longue date pour la fin des discriminations, de droit et de fait, dont est victime la minorité coréenne au Japon - notamment dans un courrier recommandé adressé le 23 mai 2015 par Guy Dupré, Président de l'AAFC, au Premier ministre Shinzo Abe, et dont les services n'avaient même pas jugé utile d'accuser réception.

Une délégation de l'Alliance de la jeunesse coréenne en RPD de Corée (août 2014)

Une délégation de l'Alliance de la jeunesse coréenne en RPD de Corée (août 2014)

Le 10 février 2016, soit trois jours après le lancement du satellite nord-coréen "Kwangmyongsong-4", les autorités japonaises avaient annoncé l'adoption unilatérale de nouvelles sanctions contre la RPD de Corée. Ces mesures ont été approuvées par le gouvernement Shinzo Abe le 19 février 2016.

Ces sanctions comprennent l'interdiction d'entrée dans les ports japonais de tous les navires nord-coréens (y compris - ont précisé les autorités nippones - ceux ayant un caractère humanitaire), ainsi que des navires de pays tiers précédemment passés par la Corée du Nord. Sont par ailleurs interdits les transferts vers la RPDC d'un montant supérieur à 100 000 yens (soit 800 euros). Tout autant (sinon davantage que la RPDC), ces sanctions visent implicitement les Coréens du Japon affiliés à la Chongryon, dans la mesure où leurs liaisons avec la RPD de Corée s'effectuent essentiellement par voie maritime, et qu'ils transfèrent de l'argent à leurs familles en Corée du Nord. Ils sont ainsi les victimes collatérales de la dégradation des relations entre Tokyo et Pyongyang.

Dénonçant le non-respect par le Japon des engagements qu'il a conclus dans l'accord intergouvernemental de mai 2014, les autorités nord-coréennes ont réagi en annonçant la suspension des travaux de sa commission d'enquête sur les citoyens japonais portés disparus.

La situation internationale pèse enfin sur la vie quotidienne des Nord-Coréens du Japon. Ainsi, alors que la quasi-totalité des écoles coréennes de l'archipel sont gérées par la Chongryon, ces dernières restent exclues d'un programme d'exonérations fiscales dont bénéficient les autres écoles au Japon. Les perspectives de levée de cette discrimination, encore dénoncée lors d'un rassemblement des Coréens du Japon qui s'est tenue à Osaka le 13 février 2016, n'en apparaissent malheureusement qu'encore plus lointaines.

Lire aussi, sur les blogs de l'AAFC et de l'AAFC-Bourgogne :

Source :

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Coréens d'outre mer Relations Japon-Corée
commenter cet article
5 février 2016 5 05 /02 /février /2016 13:07

Le 31 décembre 2015, 50 étudiants sud-coréens et leurs accompagnateurs se sont rendus sur le site d'Oradour-sur-Glane, dans le cadre du quatrième tour d'Europe pour la paix. Comme lors des précédents tours d'Europe, ce déplacement sur un haut lieu symbolique de l'histoire de France a été soutenu et organisé par Liliane Boussel, correspondante régionale de l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) en Limousin, que nous remercions pour sa grande disponibilité, avant - notamment - un rassemblement à Paris qui a eu lieu le 1er janvier 2016. Nous reproduisons ci-après (y compris les photos et leurs commentaires) un article de compte rendu de Gwennaelle Guedj publié dans L'Echo, intitulé "Peace Tour un Europe" ; Tour d'Europe pour la paix, suivant le message inscrit sur l'anorak que portaient les étudiants coréens.

Des mots porteurs d'espoir écrits en noir sur des anoraks jaunes

Des mots porteurs d'espoir écrits en noir sur des anoraks jaunes

Quelle émotion de voir réunis en ce jour, étudiants sud-coréens, militants de l'association amitié France-Corée, de la CGT et Camille Senon.
Rencontre entre la mémoire et les combats actuels ; rencontre entre des volontés de montrer et de dire l'horreur.
Pour visiter le village, Camille Senon, survivante du massacre du 10 juin 1944, les accompagne et témoigne. La quiétude et l'intérêt règnent. Tous ces jeunes "venus de si loin" prennent des notes, des photos, des vidéos et donnent l'impression de ne pas en perdre une goutte. La visite se termine au monument aux Morts. Tous réunis face à la stèle, les Sud-Coréens déposent les uns après les autres une rose blanche tout en se recueillant. Moment bouleversant de reconnaissance et d'empathie.
Leur visite en Europe se déroule en vingt jours sur les lieux vestiges de la Seconde guerre mondiale, tels que Champigny-sur-Marne, les camps de concentration en Allemagne, etc.
Ce 4e tour d'Europe pour la paix a été organisé par l'association "Les papillons de l'espoir" et le Conseil coréen pour les femmes de réconfort (collectif de 38 associations), et coordonné en France par l'AAFC (Association d'amitié franco-coréenne).

1945, une même année pour deux histoires

1945, c'est la fin de la seconde guerre mondiale et la fin de la colonisation de la Corée par le Japon. Quarante ans de colonialisme, plus de deux millions de Coréens réduits en esclavage pendant la Seconde guerre mondiale, et plus de 200 000 femmes de réconfort (esclaves sexuelles)...
Les pourparlers entre les gouvernements coréen et japonais font d'ailleurs l'actualité ce lundi 28 décembre : Fumio Kishia, ministre des Affaires étrangères du Japon, a conclu avec son homologue sud-coréen Yun Byung-se un accord tendant à résoudre "de manière finale et irréversible" la question des "femmes de réconfort" ; texte que les associations jugent clairement insuffisant et marque un recul sans précédent par rapport aux positions jusqu'alors défendues par la Corée du Sud - et a même été qualifié "d'humiliant" par la République populaire démocratique de Corée. Suites à cet accord, les jeunes du tour pour la paix se rassemblent ce 1er janvier, place du Trocadéro à Paris pour signifier leur mécontentement et montrer qu'ils continueront à être présents dans ce combat. "Nous, participants du voyage en Europe pour la paix, nous nous sommes lancés dans ce voyage afin d'exprimer notre opposition à la guerre, tout en espérant la résolution du problème de l'esclavage sexuel par l'armée japonaise pendant la Seconde guerre mondiale. Les blessures de la Seconde guerre mondiale ne pourront être cicatrisées tant qu'il ne sera pas mis fin au problème de l'exploitation sexuelle". Les étudiants s'intéressent d'ailleurs de près aux réactions des gouvernements français et allemand suite au massacre. Camille Senon explique que "le gouvernement français a reconstruit mais les SS sont restés impunis et le gouvernement allemand, via le Président de la République fédérale en visite à Oradour en 2013, a demandé pardon pour ce crime". L'espoir de paix en ressortira-t-il grandi de ce voyage ?

Une citation était par ailleurs en exergue dans l'article :

"La paix est précaire et fragile, les atteintes aux libertés, les injustices, les inégalités et les répressions sont de tous nos combats", Camille Senon. Ici comme ailleurs, nous aspirons à la paix, utopie ou réalité ?

Les étudiants coréens avec Camille Senon et Liliane Boussel

Les étudiants coréens avec Camille Senon et Liliane Boussel

Dépôt de rose blanche et recueillement

Dépôt de rose blanche et recueillement

Article reproduit de L'Echo :

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Activités AAFC Relations Japon-Corée Histoire de la Corée
commenter cet article
2 janvier 2016 6 02 /01 /janvier /2016 12:29

Le 28 décembre 2015 l'accord conclu entre les ministres des Affaires étrangères japonais et sud-coréen a profondément divisé l'opinion publique non seulement coréenne, mais également asiatique : dans tous les pays victimes de l'esclavage sexuel des "femmes de réconfort" organisé par l'armée japonaise avant et pendant la Seconde guerre mondiale, ce n'est pas une aumône que demandent les survivantes, mais bien des excuses des autorités japonaises au plus haut niveau où elles reconnaîtraient juridiquement leur implication dans ce crime de masse. Plus encore, des mesures doivent être prises pour que plus que jamais les femmes ne soient les victimes des guerres comme objet sexuel : sur tous ces points, l'accord conclu entre Tokyo et Séoul, en prétendant régler définitivement la question, ne résout rien et laisse béantes les plaies du passé. Des manifestations rassemblant les survivantes, à l'initiative notamment du Conseil coréen pour les femmes requises pour l'esclavage sexuel militaire du Japon, ont ainsi eu lieu en République de Corée (Corée du Sud). En France, un rassemblement s'est tenu à Paris, place du Trocadéro, à l'initiative d'étudiants coréens organisant un voyage pour la paix en Europe (France, Allemagne, Suisse, Autriche, République tchèque), du 28 décembre 2015 au 16 janvier 2016. Des rassemblements similaires auront lieu aux autres étapes de leur voyage pour affirmer haut et fort que, non, la question des femmes de réconfort n'est pas réglée par l'accord du 28 décembre 2015.

"La question des femmes de réconfort n'est pas réglée" : rassemblement à Paris le 1er janvier 2016

Le voyage pour la paix organisé en Europe par l'association "Papillons de l'espoir", réunissant cinquante étudiants sud-coréens, a pour but de sensibiliser aux questions liées à la paix, alors que la péninsule coréenne vit toujours à l'heure de la guerre froide qui a entraîné sa division et sa militarisation. L'exigence d'un monde de paix et de justice implique aussi que ne se reproduisent jamais les crimes du passé, et en particulier que soit réglée la question des "femmes de réconfort", euphémisme désignant les centaines de milliers d'esclaves sexuelles exploitées dans les bordels militaires japonais, il y a plus de soixante-dix ans, et dont les dernières survivantes exigent que justice soit rendue.

Dans ce contexte, le rassemblement qui s'est tenu place du Trocadéro à Paris le 1er janvier 2016, prévu de longue date avec le soutien du Conseil coréen des femmes de réconfort, a pris une importance particulière - alors que le jour même de leur arrivée en France les étudiants apprenaient la conclusion d'un accord entre les gouvernements sud-coréen et japonais. Cet accord témoigne de la volonté de la présidente sud-coréenne Mme Park Geun-hye, avec le soutien des Etats-Unis, de solder au moindre coût les crimes japonais du passé pour préparer les guerres de demain, en levant les obstacles au renforcement de l'alliance militaire entre Washington, Tokyo et Séoul.

Après un rappel du contexte politique et du contenu de cet accord par les Coréens en visite en France, des témoignages ont été donnés par des Japonais et Coréens vivant en France, des organisations pacifistes japonaises s'étant engagées de longue date, dans notre pays, pour la reconnaissance par Tokyo du crime de masse commis à l'encontre des esclaves sexuelles (lire sur le blog de l'AAFC le compte rendu de la projection du film documentaire Murmures, à l'initiative des associations Espace-Japon et Echo-Echanges, le 7 mars 2009, à l'occasion de la Journée internationale de la femme http://www.amitiefrancecoree.org/article-28590933.html).

Pour les Français, Benoît Quennedey, vice-président de l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) chargé des actions de coopération, a pris la parole. Il a rappelé l'engagement constant de l'AAFC pour faire connaître en France - y compris dans les milieux parlementaires - la question des femmes de réconfort en vue de sa résolution par une mobilisation internationale. Cette campagne date notamment de la visite en France en septembre 2013 d'une survivante, Mme Kim Bok-dong, dont l'AAFC avait aidé à l'organisation matérielle de la visite. Lors du récent accord du 28 décembre 2015, alors que les gouvernements occidentaux se félicitaient de ce qui constitue à leurs yeux une avancée, l'AAFC a publié immédiatement un article où elle a adopté le point de vue des victimes et de toutes celles et de tous ceux qui militent pour mettre fin à l'esclavage militaire, hier comme aujourd'hui : par ses zones d'ombre, ses omissions et l'obligation en filigrane qu'il impose aux autorités sud-coréennes de ne plus évoquer ce sujet dans les relations internationales, cette déclaration conjointe constitue un recul sans précédent du gouvernement sud-coréen, ayant soulevé une émotion légitime dans l'opinion publique sud-coréenne et asiatique - alors même que la question des femmes de réconfort originaires d'autres pays que la Corée était ainsi passée sous silence.

"La question des femmes de réconfort n'est pas réglée" : rassemblement à Paris le 1er janvier 2016

Une résolution du Conseil coréen des femmes de réconfort a été lue par les participants. Elle a souligné que si le Premier ministre japonais Shinzo Abe avait exprimé des excuses en disant éprouver des responsabilités, il avait passé sous silence que le crime systématique commis à l'égard des femmes de réconfort avait été initié par les autorités japonaises elles-mêmes. Par ailleurs, Shinzo Abe a fait le choix de ne pas exprimer lui-même ces excuses, mais d'en laisser le soin à un représentant du gouvernement - ce qui soulève des doutes sur la sincérité de son geste.

L'accord prévoit par ailleurs la mise en place d'une fondation, pour aider les victimes coréennes - pour un montant de 1 milliard de yen, soit 7,6 millions d'euros ou encore une minute du produit intérieur brut japonais. Mais le Japon se contentera de verser l'argent, n'étant pas impliqué dans la gestion de la fondation qui relèvera des autorités sud-coréennes. En outre, l'accord ne prévoit pas de mesures sur la recherche de la vérité historique ni sur les programmes éducatifs en histoire des deux pays - mais, ajoutons-nous à l'AAFC, doit-on s'en étonner dès lors que tant Tokyo que Séoul sont engagées dans des processus de révisionnisme historique impliquant un contrôle des manuels scolaires, pour disculper dans un cas les crimes de guerre japonais, et dans l'autre cas réhabiliter le régime militaire ultra-autoritaire de Park Chung-hee, le père de l'actuelle présidente sud-coréenne Park Geun-hye ?

La résolution du Conseil coréen des femmes de réconfort dénonce surtout vivement l'attitude des autorités sud-coréennes, l'accord prétendant régler de façon "définitive et irréversible" la question des femmes de réconfort en évitant de critiquer le Japon sur cette question dans les enceintes diplomatiques internationales - tout en s'engageant à résoudre la question de la statue érigée devant l'ambassade du Japon à Séoul par les associations sud-coréennes de défense des victimes (en d'autres termes, à la déplacer). Exigeant du Japon une reconnaissance de sa responsabilité légale, dans la continuité des demandes qu'il a exprimées notamment en 2012 lors de la douzième conférence de solidarité asiatique pour la résolution de la question de l'esclavage militaire sexuel japonais, le Conseil coréen des femmes de réconfort a conclu que "l'accord est le fruit d'une collusion d'intérêts diplomatiques qui trahit toutes nos demandes".

"La question des femmes de réconfort n'est pas réglée" : rassemblement à Paris le 1er janvier 2016
"La question des femmes de réconfort n'est pas réglée" : rassemblement à Paris le 1er janvier 2016

Au total, ce sont 300 personnes qui ont assisté, à un moment ou à un autre, au rassemblement organisé pendant une heure et demie par les étudiants coréens ce 1er janvier 2016 place du Trocadéro - leurs expressions artistiques et festives (danses, chants, mosaïque animée formant des motifs à l'aide de fragments d'images dessinées sur des cahiers), particulièrement réussies, attirant un public nombreux - malgré un vent glacial en ce jour de fête. La distribution de tracts, les jours précédents, avait aussi permis de faire venir de nombreux Coréens vivant en France.

"La question des femmes de réconfort n'est pas réglée" : rassemblement à Paris le 1er janvier 2016
"La question des femmes de réconfort n'est pas réglée" : rassemblement à Paris le 1er janvier 2016
"La question des femmes de réconfort n'est pas réglée" : rassemblement à Paris le 1er janvier 2016
"La question des femmes de réconfort n'est pas réglée" : rassemblement à Paris le 1er janvier 2016

Les participants ont été appelés à signer la pétition visant à recueillir 100 millions de signatures pour la résolution de la question de l'esclavage sexuel infligé par l'armée japonaise.

 

"La question des femmes de réconfort n'est pas réglée" : rassemblement à Paris le 1er janvier 2016

Alors que le nombre de personnes présentes a atteint un niveau sans précédent en France sur la question des femmes de réconfort, ce rassemblement n'avait, à l'heure où nous publiions cet article, pas été couvert par les médias sud-coréens en France, dans leur écrasante majoritaire conservateurs ou à capitaux publics, donc pro-gouvernementaux - contrairement aux précédentes manifestations organisées dans notre pays à l'initiative ou avec le soutien du Conseil coréen des femmes de réconfort. Visiblement, dans la Corée du Sud de Mme Park Geun-hye, toute voix discordante tendant à relayer un point de vue qui ne sert pas sa politique n'est pas bonne à faire entendre. Pour les faucons au pouvoir à Séoul, les actions du Conseil coréen des femmes de réconfort méritaient d'être médiatisées lorsqu'elles pouvaient servir leurs objectifs politiques visant à se refaire une virginité dans une opinion publique échaudée par les atteintes de plus en plus flagrantes aux droits politiques et sociaux, l'abandon des promesses électorales (notamment vis-à-vis des femmes) et la gestion scandaleuse de crises - comme le naufrage du ferry Sewol, où ont péri plus de 300 personnes, majoritairement des lycées en voyage scolaire. Le rassemblement le 19 avril 2015 à Paris, en faveur des victimes et de leurs familles, avait d'ailleurs fait l'objet d'un boycott semblable par les médias sud-coréens en France (lire sur le blog de l'AAFC http://www.amitiefrancecoree.org/2015/04/300-manifestants-a-paris-pour-exiger-la-verite-sur-le-naufrage-du-sewol.html).

Ce sera à présent aux électeurs sud-coréens de trancher quant à l'avenir de leur pays, notamment lors des élections législatives prévues le 13 avril 2016, auxquelles les Sud-Coréens vivant à l'étranger pourront participer.

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations Japon-Corée Activités AAFC
commenter cet article

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Traduction automatique

French to Albanian  French to Arabic  French to Bulgarian  French to Chinese (Simplified)  French to Croatian  French to Czech  French to Danish

French to Dutch  French to English  French to Estonian  French to Finnish  French to German  French to Greek  French to Hebrew

French to Hindi  French to Hungarian  French to Indonesian  French to Italian  French to Japanese   French to Latvian  French to Lithuanian

French to Norwegian  French to Polish  French to Portuguese  French to Romanian  French to Russian  French to Serbian  French to Slovak

French to Slovene  French to Spanish  French to Swedish  French to Thai  French to Turkish  French to Ukrainian  French to Vietnamese

Attention !
Une traduction automatique
peut contenir des erreurs...

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


depuis le début de ce mois

 
 

Teads - Top des blogs - International

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)