Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 novembre 2018 3 07 /11 /novembre /2018 14:24

Après la publication d'un rapport d'une ONG américaine sur les droits des femmes en République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord), dont la large et soudaine médiatisation rappellent les méthodes traditionnelles du gouvernement américain et/ou d'officines pour influencer l'opinion publique, une initiative américaine prend le contre-pied de la politique suivie par l'administration Trump depuis juin 2018 sur le dossier coréen : à compter du 5 novembre 2018 les manoeuvres navales conjointes ont repris entre les armées américaine et sud-coréenne - alors que le président américain s'était engagé à suspendre ce qu'il qualifiait d' "exercices de guerre" et de "provocations". Faut-il y voir dans la publication du rapport de Human Rights Watch et les exercices militaires des provocations délibérées, ou seulement une manifestation supplémentaire des méthodes très peu diplomatiques de négociation de l'administration Trump - consistant à exercer une pression maximale pour faire céder l'interlocuteur, placé dos au mur ? L'incertitude est d'autant plus grande que les autorités américaines sont traversées de profondes divisions internes sur le dossier coréen, et qu'une partie de l'appareil d'Etat a, dès l'origine, tout fait pour faire échouer le dialogue en cours, souhaitant ardemment revenir à la vieille politique de l'étranglement économique et militaire des régimes non amis, malgré l'échec patent de cette politique pour empêcher la Corée du Nord de se doter d'une force de frappe nucléaire susceptible d'atteindre le territoire américain. 

Exercices conjoints le 19 septembre 2017 à Pohang

Exercices conjoints le 19 septembre 2017 à Pohang

Certes, ce ne sont pas les manoeuvres militaires de grande ampleur - les plus importantes au monde en temps de paix - qu'effectuaient plusieurs fois par an Washington et Séoul aux abords immédiats de la Corée du Nord. Mais comme le souligne l'agence officielle sud-coréenne Yonhap, il s'agit des premiers exercices conjoints depuis juin 2018, ce qui envoie un signal inquiétant vis-à-vis des autorités nord-coréennes. Suivant les éléments de langage de Séoul - totalement en phase avec ceux de Washington : 

La Corée du Sud et les Etats-Unis ont repris des exercices navals conjoints ce lundi pour la première fois depuis qu'ils ont été suspendus en juin pour faciliter la détente dans la péninsule coréenne.

Les alliés ont entamé le Korea Marine Exercise Program (KMEP), qui mobilise 500 hommes du corps des Marines sud-coréen, de la Force navale américaine stationnée à Okinawa, au Japon, et des équipements militaires comme des véhicules d'assaut amphibies.

La reprise des exercices fait suite à la décision des alliés de continuer leurs exercices au niveau des bataillons et de petite envergure alors qu'ils songent apparemment à suspendre les manœuvres de grande ampleur pour ne pas provoquer le régime communiste dans un contexte d'efforts pour la paix.

Yonhap

Toujours pour banaliser ce qui est une décision majeure, l'agence officielle Yonhap énumère le nombre d'exercices similaires conduits les années passées. Mais quel que soit l'habillage, une provocation reste une provocation, et le risque est que la Corée du Nord ne se considère plus liée par son engagement réciproque de suspendre ses tirs balistiques et nucléaires. Dès lors, une escalade peut survenir - et il faudra alors se souvenir que ce sont les Américains qui auront lancé les hostilités, avec l'accord des Sud-Coréens. 

Peu après l'engagement des exercices maritimes, une nouvelle visite à Pyongyang du secrétaire d'Etat Mike Pompeo a été reportée - sans qu'il ne soit précisé, à ce stade, quelle partie avait pris cette décision, ni pour quels motifs. Au printemps, le Président Donald Trump avait déjà annulé le sommet prévu avec le Président Kim Jong-un - avant de le rétablir après une médiation sud-coréenne. En août, il avait à nouveau reporté sine die un déplacement en Corée du Nord de Mike Pompeo, avant que les autorités nord-coréennes ne mettent en scène leur volonté intacte de dialogue lors des cérémonies de célébration du soixante-dixième anniversaire de la fondation de la République populaire démocratique de Corée, le 9 septembre 2018 - ce qu'avait alors hautement apprécié Donald Trump. Les changements de ligne sont une constante de la méthode du coup de poing sur la table du chef d'Etat américain, mais qui en diplomatie sape plus sûrement la confiance mutuelle que dans une négociation commerciale où les objectifs à atteindre sont objectivement quantifiables. En tout état de cause, à Pyongyang, la question doit à présent se poser s'il l'on n'a pas fait preuve d'une trop grande faiblesse et d'une confiance excessive envers l'administration américaine.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?