/ / /
Rapport présenté par le Président Kim Il-sung
au sixième Congrès du Parti du travail de Corée
le 10 octobre 1980 (extraits)



Compte tenu des idées et principes élevés énoncés en commun par le Nord et le Sud dans la Déclaration conjointe Nord-Sud du 4 Juillet [1972], ainsi que des réalités de notre pays, caractérisées par l’existence d’idéologies et de régimes différents dans le Nord et le Sud du pays, nous devons trouver le moyen le plus rapide et le plus sûr de réunifier la patrie, puis le mettre en œuvre grâce à des efforts soutenus.

Notre Parti considère que la voie la plus réaliste et la plus rationnelle qui soit pour réunifier la patrie en toute indépendance, dans la paix et selon le principe de la grande union nationale, consiste à unir le Nord et le Sud en un Etat fédéral, en conservant tels quels leurs idéologies et leurs régimes respectifs.

Des régimes différents existent au Nord et au Sud depuis longtemps, depuis la Libération, et des idéologies différentes y règnent. Dans ce contexte, pour réaliser l’union nationale et la réunification de la patrie, il faut s’abstenir de considérer comme absolus l’idéologie et le régime d’une seule partie. Si le Nord et le Sud veulent chacun voir dans leur idéologie et leur régime quelque chose d’intangible et se les imposer l’un à l’autre, un affrontement et des conflits seront inévitables, qui, à leur tour, n’auront pour effet que d’approfondir la partition. Puisque la nation tout entière est unanime à considérer la réunification du pays comme sa plus grande tâche, les différences d’idéologie et de régime ne peuvent empêcher la réunification. Il est possible que des gens aux idées différentes vivent ensemble dans un pays et que des régimes sociaux différents coexistent dans un pays unifié. Nous n’imposerons jamais notre idéologie et notre régime à la Corée du Sud et nous subordonnerons tout à l’union nationale et à la réunification du pays.

Notre Parti insiste pour que notre patrie soit réunifiée grâce à la fondation d’une république fédérale où serait formé un gouvernement national unifié auquel le Nord et le Sud prendraient part sur un pied d’égalité et sous lequel, investies des mêmes droits et des mêmes devoirs, les deux parties appliqueraient respectivement une autonomie régionale, à condition que chacune d’elles reconnaisse et admette entièrement l’idéologie et le régime de l’autre.

Il serait raisonnable que l’Etat unifié sous la forme fédérale mette sur pied une assemblée fédérale nationale suprême composée d’un nombre égal de représentants du Nord et du Sud et d’un nombre approprié de représentants de nos compatriotes résidant à l’étranger, et que cette assemblée organise un comité permanent fédéral dont la mission consisterait à diriger les gouvernements régionaux du Nord et du Sud et à contrôler l’ensemble des activités de l’Etat fédéral.

L’assemblée fédérale nationale suprême et son appareil permanent, le comité permanent fédéral, en tant que gouvernement unifié de l’Etat fédéral, devraient délibérer selon des principes équitables, conformément à l’aspiration de toute la nation à l’union, à la collaboration et à la réunification, des problèmes concernant la politique, la défense nationale, les relations extérieures, ainsi que des autres problèmes communs touchant aux intérêts généraux du pays; de même, ils devraient travailler au développement unifié du pays et réaliser l’union et la collaboration entre le Nord et le Sud dans tous les domaines. Le gouvernement unifié de l’Etat fédéral devrait respecter les régimes sociaux et les avis des organisations administratives, des partis, des groupes et de toutes les couches sociales du Nord et du Sud, et empêcher qu’une partie impose sa volonté à l’autre.

Sous la direction du gouvernement fédéral, les gouvernements régionaux du Nord et du Sud pratiqueraient une politique indépendante dans la mesure où elle correspondrait aux intérêts fondamentaux et aux exigences de toute la nation, et chercheraient à réduire les différences entre le Nord et le Sud dans tous les domaines ainsi qu’à réaliser le développement unifié du pays.

Il est souhaitable que l’Etat fédéral prenne le nom de République fédérale démocratique du Koryo, pour ressusciter l’appellation d’un Etat unifié ayant autrefois existé sur notre territoire, appellation déjà largement connue dans le monde, et pour traduire l’idéal politique commun du Nord et du Sud qui aspirent tous deux à la démocratie.

Il faut que la République fédérale démocratique du Koryo soit un Etat neutre ne faisant partie d’aucune alliance ou bloc politique et militaire. Etant donné que le Nord et le Sud, ces deux zones aux idéologies et régimes différents, se réunifieraient en un seul Etat fédéral, la République fédérale démocratique du Koryo, il est logique, et d’ailleurs le plus raisonnable dans la pratique, que celle-ci soit un Etat neutre.

La République fédérale démocratique du Koryo, Etat unifié qui comprendrait tout le territoire coréen et tous les Coréens, devrait pratiquer une politique conforme aux intérêts fondamentaux et aux exigences du peuple coréen tout entier.

Notre Parti estime convenable que cette république se fixe et applique la politique gouvernementale suivante:

Premièrement, la République fédérale démocratique du Koryo devrait s’en tenir fermement à l’indépendance dans tous les domaines de ses activités d’Etat et pratiquer une politique indépendante.

L’indépendance est le critère fondamental d’un Etat indépendant; elle est vitale pour un pays et pour un peuple. Ce n’est qu’en maintenant fermement l’indépendance et en exerçant la souveraineté dans les activités étatiques qu’il est possible de sauvegarder la dignité et l’honneur de la nation, de renforcer et développer le pays conformément aux aspirations du peuple.

La République fédérale démocratique du Koryo ne serait le satellite d’aucun autre pays; elle serait un Etat totalement indépendant et souverain, un Etat non-aligné, qui ne dépendrait d’aucune force étrangère.

Elle rejetterait toutes les formes d’ingérence étrangère et de recours aux forces extérieures, elle exercerait une totale souveraineté dans ses activités intérieures et extérieures, elle résoudrait tous les problèmes de la politique étatique en toute indépendance et en fonction des intérêts fondamentaux de la nation coréenne et des réalités de notre pays.

Deuxièmement, la République fédérale démocratique du Koryo devrait pratiquer la démocratie dans toutes les régions du pays et dans tous les domaines de la vie sociale et chercher à réaliser une large union nationale.

La démocratie est une notion politique commune à tous, car des personnes aux idées et opinions politiques différentes peuvent l’approuver et l’accepter; c’est un droit sacré et légitime que doivent exercer les larges masses populaires de différentes couches sociales, en tant que maîtres de l’Etat et de la société.

La République fédérale démocratique du Koryo s’opposerait à la dictature et à la politique des agents secrets et développerait sur tous les plans un régime socio-politique démocratique défendant et garantissant strictement les libertés et les droits du peuple.


L’Etat fédéral assurerait la constitution et les libres activités des partis politiques et des organisations sociales, les libertés de religion, de parole, de la presse, de réunion et de manifestation; il garantirait à la population du Nord et du Sud le droit de voyager librement à travers le pays et de mener en toute liberté ses activités politiques, économiques et culturelles dans n’importe quelle région.


Le gouvernement fédéral ne devrait pas favoriser une seule partie, que ce soit le Nord ou le Sud; il devrait pratiquer une politique équitable afin de garantir les intérêts des deux zones, des deux régimes, de tous les partis et groupes et de toutes les classes et couches sociales du pays. Toute la politique du gouvernement fédéral reposerait sur le principe de la grande union nationale et aurait pour but de renforcer l’union et la collaboration nationales en vue d’assurer le développement et la prospérité unifiés du pays.

Le gouvernement fédéral ne s’enquerrait du passé d’aucune des organisations ni d’aucune des personnalités du Nord et du Sud qui chercheraient à développer l’Etat unifié, mais leur tendrait la main; il ne tolérerait aucune forme de représailles et de persécutions politiques contre elles.


Troisièmement, la République fédérale démocratique du Koryo devrait mettre en train la collaboration et les échanges économiques entre le Nord et le Sud et assurer le développement indépendant de l’économie nationale.

Notre pays recèle, au Nord comme au Sud, des richesses naturelles pratiquement inépuisables et possède déjà des assises économiques. Si, après la réunification du pays, le Nord et le Sud s’entraident et collaborent pour exploiter en commun leurs richesses naturelles et utilisent efficacement les assises économiques déjà fondées, notre économie nationale se développera à un rythme très élevé et notre peuple tout entier vivra heureux sans avoir rien à envier à personne.

La collaboration et les échanges économiques entre le Nord et le Sud auraient pour condition préalable la reconnaissance des systèmes économiques différents existant dans les deux zones, ainsi que des diverses activités économiques des entreprises. Le gouvernement fédéral devrait reconnaître et protéger toutes les formes de propriété qui existent au Nord et au Sud: la propriété d’Etat, la propriété coopérative, la propriété privée et la propriété individuelle: quant à la propriété et aux activités économiques des capitalistes, on s’abstiendrait de les restreindre ou de leur porter atteinte tant qu’ils concourraient au développement de l’économie nationale, à moins qu’ils ne recourent à la monopolisation ou à des actes analogues à ceux des compradores.


L’Etat fédéral coordonnerait efficacement les activités économiques de toutes les unités productives et entreprises en fonction des intérêts des différentes classes et couches sociales et veillerait à ce que le Nord et le Sud exploitent et utilisent en commun leurs richesses naturelles, notamment du sous-sol et de la mer, et développent largement la division du travail et le commerce selon les principes de la coopération et de la compensation mutuelle. Il est également souhaitable que les autorités et les entreprises du Nord et du Sud organisent et gèrent en commun rationnellement des compagnies et des marchés.

Grâce à la collaboration et aux échanges exercés, entre le Nord et le Sud, dans différents domaines, l’Etat fédéral développerait leurs économies de façon qu’elles deviennent des économies nationales indépendantes organiquement liées et associées entre elles.

Quatrièmement
, la République fédérale démocratique du Koryo devrait assurer les échanges et la coopération entre le Nord et le Sud dans les domaines de la science, de la culture et de l’enseignement et développer de façon unifiée la science, la technique, la culture et les arts nationaux et l’éducation nationale.

Notre peuple a une longue et brillante tradition culturelle nationale. Intelligente et talentueuse, notre nation a dès l’antiquité magnifiquement développé la science, la technique, la culture et les arts. Après la Libération, aussi bien dans le Nord que dans le Sud du pays, ont été formés un grand nombre de scientifiques et de techniciens compétents, de travailleurs du domaine de la culture et d’artistes de talent. Si, dans le cadre des échanges et de la coopération entre le Nord et le Sud, les scientifiques, les techniciens, les travailleurs du domaine de la culture et les artistes unissent leurs forces et leur intelligence, la science, la technique, la culture et les arts nationaux se développeront et s’épanouiront avec plus d’éclat encore dans notre pays.

L’Etat fédéral devrait veiller à ce que les scientifiques et les techniciens du Nord et du Sud collaborent dans leurs recherches et procèdent à de larges échanges en ce qui concerne les réalisations et les expériences faites dans leurs secteurs respectifs pour développer rapidement la science et la technique de notre pays.

Il encouragerait au maximum les échanges et la collaboration entre les artistes et les sportifs du Nord et du Sud, inciterait les scientifiques des deux parties à collaborer pour procéder à des fouilles, pour protéger et entretenir le patrimoine culturel national, pour étudier et développer la langue et l’écriture proprement coréennes. Notre culture et nos arts nationaux s’épanouiraient ainsi dans toute leur beauté et notre nation continuerait à faire valoir ses particularités en tant que nation homogène.

L’éducation revêt une importance majeure, parce qu’elle décide de l’avenir de la nation. Le gouvernement fédéral développerait un système d’enseignement populaire et veillerait à ce que l’éducation jouisse du soutien efficace de l’Etat et de la société, afin d’assurer ainsi la formation d’un grand nombre d’excellents cadres techniques nationaux et l’élévation continue du niveau culturel ainsi que de celui des connaissances de l’ensemble de la population.

Cinquièmement
, la République fédérale démocratique du Koryo devrait rétablir les communications, les postes et les télécommunications entre le Nord et le Sud et assurer la libre utilisation de ces moyens sur toute l’étendue du pays.

Les communications, les postes et les télécommunications sont les artères et les nerfs du pays.Leur interruption consécutive à la partition territoriale a été la source d’une grande détresse pour notre nation: les membres des mêmes familles et autres parents séparés ne peuvent se revoir ni même échanger de leurs nouvelles bien que domiciliés tout près les uns des autres. Ce malheur national ne prendra fin et les échanges et la collaboration dans les domaines politique, économique et culturel entre le Nord et le Sud ne revivront réellement que si les communications, les postes et les télécommunications rompues sont rétablies.

L’Etat fédéral devrait remettre en état les voies ferrées et les routes reliant le Nord et le Sud et ouvrir de nouvelles lignes de navigation et aériennes afin d’assurer la libre circulation sur terre, sur mer et dans les airs. De même, il devrait veiller à ce que les communications télégraphiques et téléphoniques et la correspondance postale se fassent librement entre toutes les régions du Nord et du Sud.

Le gouvernement fédéral veillerait non seulement à ce que le Nord et le Sud utilisent en commun les moyens de communication et les installations postales, télégraphiques et téléphoniques, mais aussi qu’ils en viennent pas à pas à les gérer en commun afin de les unifier progressivement dans tout le pays.

Sixièmement
, la République fédérale démocratique du Koryo devrait stabiliser les conditions de vie de tout le peuple, notamment des masses laborieuses, à commencer par les ouvriers et les paysans, et améliorer systématiquement son bien-être.

Les masses laborieuses sont maîtres de l’Etat et de la société et créateurs de tous les biens matériels. Leur assurer des conditions de vie stables et améliorer constamment leur bien-être devrait être le principe essentiel des activités d’un Etat démocratique au service du peuple; ce serait d’ailleurs un devoir national légitime pour le gouvernement unifié.

Dans toutes ses activités, l’Etat fédéral devrait donner la priorité à la stabilisation du niveau de vie des travailleurs, notamment des ouvriers et des paysans, ainsi que de toutes les autres couches de la population, et à l’amélioration de leur bien-être. Il assurerait à tous les travailleurs les conditions de vie élémentaires, telles que la nourriture, l’habillement et le logement, et élèverait le niveau de vie des pauvres à celui des couches sociales moyennes afin que le peuple tout entier vive heureux.

Il accorderait un emploi à toutes les personnes aptes au travail, leur garantirait de bonnes conditions de travail et de repos et appliquerait un système salarial, une politique des prix et une fiscalité équitable susceptibles de stabiliser le niveau de vie des travailleurs. Des mesures devraient être prises pour que les entreprises de toutes catégories, notamment moyennes et petites, normalisent leurs activités productives et assurent de bonnes conditions de vie aux travailleurs; l’Etat devrait surtout soutenir activement l’économie des paysans et des pêcheurs pauvres, ainsi que des petits commerçants et des artisans.

L’Etat fédéral se préoccuperait sérieusement de l’instruction et de l’amélioration de la santé des travailleurs et veillerait, grâce aux mesures qu’il prendrait à cet effet, à ce que tous les travailleurs et leurs familles sans exception bénéficient de l’enseignement et des soins médicaux.

Septièmement
, la République fédérale démocratique du Koryo devrait mettre fin à l’état d’affrontement militaire existant entre le Nord et le Sud, organiser une armée nationale unie et défendre la nation contre les agressions étrangères.

L’affrontement militaire entre les immenses forces armées du Nord et du Sud constitue une source de malentendus, de méfiance et de dissension, et il menace la paix.

Pour mettre un terme à cet état d’affrontement militaire et éliminer définitivement l’éventualité d’une guerre fratricide, l’Etat fédéral devrait réduire les effectifs respectifs des armées des deux parties à 100 000 ou 150 000 hommes. En même temps, il lui incomberait de supprimer la ligne de démarcation militaire qui sépare le Nord du Sud, de démanteler toutes les installations militaires existant dans les parages de cette ligne, de dissoudre les organisations civiles armées dans le Nord et le Sud et d’y interdire les exercices militaires des civils.

L’Etat fédéral devrait organiser une armée nationale unie par la fusion de l’Armée populaire de Corée et de l’«armée nationale» de la Corée du Sud. L’armée nationale unie, en tant qu’armée nationale d’un Etat unifié, n’appartiendrait ni au Nord ni au Sud et aurait pour mission de défendre la patrie sous le commandement unifié du gouvernement fédéral. Le Nord et le Sud se chargeraient en commun de toutes les dépenses nécessaires à l’entretien de l’armée nationale unie et à la défense de la patrie.

Huitièmement
, la République fédérale démocratique du Koryo devrait défendre et protéger les droits et les intérêts nationaux de tous nos compatriotes résidant à l’étranger.

Actuellement, un grand nombre de Coréens résident à l’étranger. La République fédérale démocratique du Koryo, qui serait leur patrie, aurait naturellement la responsabilité et le devoir de défendre et de protéger leurs droits et intérêts nationaux.

Elle mettrait tout en œuvre pour que tous nos compatriotes résidant à l’étranger jouissent des droits et des libertés légitimes reconnus sur le plan international et leur accorderait un soutien et des encouragements énergiques dans leur lutte pour acquérir leurs droits nationaux démocratiques.

Le gouvernement fédéral assurerait à tous nos compatriotes résidant à l’étranger le droit de voyager librement dans leur patrie, de la regagner, de vivre et de travailler à leur guise à n’importe quel endroit de la patrie.

Neuvièmement
, la République fédérale démocratique du Koryo serait tenue de régler judicieusement les relations nouées par le Nord et le Sud avec d’autres pays avant la réunification et de coordonner de façon unifiée les activités extérieures des gouvernements des deux zones.

Seul un règlement correct des relations nouées par le Nord et le Sud avec d’autres pays avant la réunification permettrait de garantir judicieusement dans leur ensemble les intérêts de toute la nation et de chacune des deux zones du pays unifié, ainsi que de développer avec équité des relations d’amitié entre l’Etat fédéral et les différents pays du monde. Par ailleurs, étant donné qu’après la réunification le Nord et le Sud maintiendraient dans une certaine mesure des relations indépendantes avec d’autres pays, il serait nécessaire que le gouvernement fédéral coordonne judicieusement et de façon unifiée les activités extérieures des gouvernements des deux zones.

La République fédérale démocratique du Koryo dénoncerait tous les traités et accords préjudiciables à l’unité nationale, notamment les traités militaires, conclus unilatéralement par le Nord et le Sud avec d’autres pays avant la réunification. Il serait souhaitable qu’elle maintienne, parmi les relations établies par le Nord et le Sud avec d’autres pays, les relations économiques et autres conformes aux intérêts communs de la nation.

L’Etat fédéral autoriserait le Nord et le Sud à collaborer économiquement avec d’autres pays sans distinction de régime social. Il laisserait intacts les capitaux de pays étrangers investis en Corée du Sud avant la réunification et garantirait toujours leurs intérêts.

La République fédérale démocratique du Koryo autoriserait les gouvernements régionaux du Nord et du Sud à établir des relations bilatérales avec d’autres pays. Grâce à une coordination efficace des relations extérieures du Nord et du Sud, l’Etat fédéral amènerait les gouvernements des deux zones à agir de concert sur le plan extérieur.

Dixièmement
, la République fédérale démocratique du Koryo, en tant qu’Etat unifié représentant toute la nation, devrait développer ses relations d’amitié avec tous les pays du monde et pratiquer une politique extérieure pacifique.

La République fédérale démocratique du Koryo serait la seule à représenter la totalité de la nation coréenne dans les relations extérieures. L’Etat fédéral représenterait la nation coréenne à l’ONU et dans les autres organisations internationales et enverrait une délégation unique à toute rencontre internationale supposant la représentation de la Corée tout entière.

La République fédérale démocratique du Koryo adhérerait fermement à la ligne neutraliste, pratiquerait une politique de non-alignement et développerait ses relations d’amitié avec tous les pays dans le monde selon les principes de l’indépendance, de la non-ingérence dans les affaires intérieures, de l’égalité, des avantages réciproques et de la coexistence pacifique. Elle développerait avec un soin particulier ses relations d’amitié avec les pays voisins.

Elle serait un pays épris de paix et pratiquerait une politique extérieure pacifique. La Corée réunifiée ne menacerait d’agression aucun pays, voisin ou autre, ne participerait ni ne collaborerait à aucun acte d’agression international. L’Etat fédéral n’admettrait ni la présence de troupes étrangères ni l’installation de bases militaires étrangères sur son territoire et y interdirait la production, l’introduction et l’utilisation des armes nucléaires, en vue de transformer pour toujours la péninsule coréenne en zone de paix et zone dénucléarisée.

Cette politique gouvernementale en dix points qu’aurait à appliquer la République fédérale démocratique du Koryo reflète fidèlement les aspirations et les exigences communes de toute la nation coréenne et montre clairement le chemin que devra suivre la Corée réunifiée.

Le projet de réunification de la patrie et le Programme politique en dix points de l’Etat réunifié, projet et programme nouveaux présentés par notre Parti au présent congrès, jouiront du soutien agissant et de l’approbation enthousiaste du peuple coréen tout entier, et les peuples du monde entier les salueront chaleureusement.

Notre Parti mettra tout en œuvre pour obtenir au plus tôt l’application du nouveau projet de réunification du pays et réaliser l’ardent désir des cinquante millions de Coréens de vivre heureux dans une patrie unifiée. Pour créer une république fédérale et réunifier le pays comme l’exige le projet de notre Parti, tous les Coréens, qu’ils vivent dans le Nord, dans le Sud ou à l’étranger, sont invités à lutter, étroitement unis autour d’un grand front uni national, sous le drapeau de la réunification de la patrie, sans distinction d’idéologie, de régime, d’appartenance politique et d’opinion politique.

Le chemin que suivent notre Parti et notre peuple dans leur lutte pour la réunification indépendante et pacifique de la patrie reste hérissé de difficultés et d’obstacles. Mais nous les surmonterons tous à coup sûr et finirons par accomplir l’œuvre historique de réunification grâce à l’union de toutes les forces nationales.

Si nous constituons la République fédérale démocratique du Koryo et réunifions la patrie grâce à l’union de toute la nation et à la collaboration du Nord et du Sud, notre pays paraîtra sur la scène du monde en Etat indépendant et souverain, digne et jouissant de prestige, avec une population de cinquante millions d’habitants, doté d’une brillante culture et d’une puissante économie nationales, et bâtira sur son territoire de trois mille ri* un paradis pour le peuple qui prospérera de jour en jour.
* NDLR : 10 ri équivalent à 4 km 

   

 

Source : Naenara

Partager cette page

Publié par

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Traduction automatique

French to Albanian  French to Arabic  French to Bulgarian  French to Chinese (Simplified)  French to Croatian  French to Czech  French to Danish

French to Dutch  French to English  French to Estonian  French to Finnish  French to German  French to Greek  French to Hebrew

French to Hindi  French to Hungarian  French to Indonesian  French to Italian  French to Japanese   French to Latvian  French to Lithuanian

French to Norwegian  French to Polish  French to Portuguese  French to Romanian  French to Russian  French to Serbian  French to Slovak

French to Slovene  French to Spanish  French to Swedish  French to Thai  French to Turkish  French to Ukrainian  French to Vietnamese

Attention !
Une traduction automatique
peut contenir des erreurs...

Recherche

D'où venez-vous?

Aujourd'hui

Depuis le début de ce mois
Locations of visitors to this page

 

Ebuzzing - Top des blogs - International

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog