Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 mai 2017 5 19 /05 /mai /2017 22:31

Taïwan et la RPDC n'entretiennent pas actuellement entre elles de relations diplomatiques. Toutefois l'histoire, l'économie ainsi que le tourisme et le problème des déchets nucléaires, la présence de la Chine Populaire et des Etats-Unis, font que ces deux pays ne sont pas de facto si éloignés que cela. Article rédigé par Florent Charles, docteur en droit.

A) L'Histoire

À la suite de la guerre civile chinoise, le gouvernement nationaliste du Kuomintang se replie sur des îles, dont les principales sont Haïnan et Taïwan. Un exode massif de civils accompagne l'état-major nationaliste et les troupes rescapées : Taipei est proclamée capitale provisoire de la République de Chine.

Alors que les États-Unis avaient reconnu le gouvernement de Tchang Kaï-chek comme le seul représentant légitime de toute la Chine, le président Harry Truman annonce le 5 janvier 1950 qu'ils ne s'impliqueraient pas dans un conflit éventuel entre la Chine populaire et Taïwan. Toutefois, le déclenchement de la guerre de Corée modifie la position américaine au sujet de Taïwan.

Le président Truman déclare le 27 juin 1950 que :

L'attaque sur la Corée fait comprendre clairement que le communisme a dépassé l'utilisation de subversion pour conquérir des nations indépendantes et va maintenant utiliser l'invasion armée et la guerre. Il a défié les ordres du Conseil de Sécurité des Nations-Unies conçu pour préserver la paix et la sécurité internationales. Dans ces circonstances, l'occupation de Formose par les forces communistes serait une menace directe pour la sécurité de la région du Pacifique et aux forces des États-Unis exerçant leurs fonctions légitimes et nécessaires dans ce domaine. En conséquence, j'ai ordonné à la 7ème flotte d'empêcher toute attaque contre Formose. Comme corollaire de cette action, je fais appel au gouvernement chinois de Formose de cesser toutes opérations aériennes et maritimes contre le continent. La 7ème flotte veillera à ce que cela soit réalisé. La détermination du statut futur de Formose doit attendre le rétablissement de la sécurité dans le Pacifique, un accord de paix avec le Japon, ou d'examen par les Nations-Unies.

Ainsi, sans l'intervention des États-Unis Taïwan ne serait pas de facto un État. Par ailleurs, sans l'intervention chinoise dans la guerre de Corée, la RPDC n'existerait sûrement plus.

Utilisation du napalm par les Américains pendant la guerre de Corée

Utilisation du napalm par les Américains pendant la guerre de Corée

La RPD de Corée ne doit sa survie qu'à la décision de Mao Tsé-Tung qui s'est débarrassé des nationalistes chinois de jouer un rôle de premier plan en Asie. Ainsi début novembre, près d'une cinquantaine de divisions chinoises franchissent le Yalu. Si officiellement il s'agit de volontaires, dans les faits l'armée chinoise impliquée ressort bien de Pékin. Dans les airs elle est couverte par une aviation aux commandes de Soviétiques qui alignent les fameux Mig 15.

Devant un tel déploiement de forces les troupes de MacArthur ne peuvent que reculer, la RPDC est rapidement libérée par les troupes chinoises. La situation est tellement sérieuse pour les Américains que MacArthur demande au président Truman de faire exécuter des frappes nucléaires sur la Mandchourie. Ces demandes et la radicalité de son engagement anti-chinois lui vaudront d'être remplacé par le général Ridgway. Après avoir frôlé la catastrophe durant l'hiver 1950-1951, les troupes onusiennes et sud-coréennes se ressaisissent et la guerre de mouvement cède peu à peu la place à une guerre de position coûteuse. A l'été 1953 la ligne de front s'est stabilisée non loin du 38ème parallèle. La RPDC et la République de Corée commencent alors leur reconstruction, laquelle sera plus rapide pour la première.
 

B) L'option taïwanaise

Selon Roger Cavazos ancien membre de l'armée américaine ayant travaillé au contact de nombreux pays d' Extrême-Orient, quand les leaders politiques chinois souhaitent que la RPDC ne soit pas un pays développant des armes de destruction massive, il se peut qu'ils fassent aussi référence au fait que Taïwan puisse obtenir de Pyongyang de telles armes afin de se défendre. Selon Mycal Ford, consultant associé auprès de l'université américaine dans l’État de Washington aux États-Unis, sans aller vers des relations aussi extrêmes entre les deux pays, on peut considérer qu'entre Taipei et Pyongyang existe un minimum d'échanges.

Il est relativement rare d'entendre parler de Taïwan sur la scène internationale sauf lorsque la République populaire de Chine tire des missiles dans le détroit de Taïwan ou tente de s'imposer militairement sur les quelques îles de l'ouest ou du sud de la mer de Chine. Cela ne veut pas dire pour autant que la RPDC ne prend pas acte de l'existence de Taïwan.

Les relations entre les deux États sont à la création de la RPDC quasi-inexistantes. En effet, les chinois nationalistes ont souhaité se battre contre la Corée du Nord lors de la guerre de Corée en aidant les États-Unis et dès l'arrivée des Chinois continentaux à Taïwan la RPDC a préféré se ranger du côté de son allié, Pékin.

Par ailleurs le Parti communiste chinois a toujours été soutenu sur le plan politique par Pyongyang lorsqu'il s'agit de l'unité de la Chine et du problème de la réintégration de Taïwan à l'ONU. La République populaire de Chine a reconnu l’État sud-coréen en 1992 mais la RPDC n'a jamais reconnu le régime de Taipei, un tel acte serait un suicide économique pour Pyongyang.

Régulièrement, Pyongyang condamne les autorités taïwanaises lorsqu'elles souhaitent organiser un référendum concernant le retour de Taïwan à l'ONU et lorsqu'elles tentent de quelque façon que ce soit de rejoindre cette organisation. Un tel référendum toujours selon Pyongyang poserait des problèmes majeurs concernant les relations entre la Chine populaire et Taïwan et déstabiliserait les équilibres géopolitiques extrême-orientaux. La RPDC soutient le principe d'une réunification chinoise basée sur le principe d'une seule Chine et d'un pays deux systèmes.

Mais que se passerait-il si les relations sino-nord-coréennes s'étendaient à Taïwan, si les sinophones de plus en plus nombreux en Corée du Nord avaient la possibilité de communiquer avec Taïwan ?

La RPDC depuis plusieurs années considère sérieusement l'hypothèse de développer ses relations économiques et touristiques avec l'étranger. Avec Taïwan, Pyongyang a de rares relations commerciales non officielles. Pékin interdit tout tourisme entre la Corée du Nord et Taipei. Ces considérations nous font prendre conscience que Taïwan pour la Corée du Nord n'est en aucun cas une alternative commerciale à la Chine.

Lorsqu'une relation commerciale ou touristique s'établit entre Taïwan et la RPDC elle revêt un caractère éminemment politique et diplomatique mais reste cachée. Par exemple en juin 2012 le journal taïwanais Huanqiu Shibao a révélé l'existence d'un voyage non prévu à Taipei effectué par Zhao Chengkui, vice-ministre du bureau du tourisme de la Corée du Nord, non invité par le gouvernement de Taïwan.

Zhao Chengkui a rencontré lors de son déplacement des agences de voyage taïwanaises afin de faire fructifier les échanges touristiques entre les deux pays en permettant aux Taïwanais de se rendre plus facilement dans son pays en y dépensant leur argent.

Le ministère des Affaires étrangères de Taïwan (acronyme anglais : MOFA) n'a pas été consulté ni prévenu de la visite de ce diplomate nord-coréen alors que le MOFA est une structure administrative et politique importante et que les deux pays n'entretiennent pas entre eux de relations diplomatiques. Celui-ci n'a pas violé les lois taïwanaises de l'immigration parce qu'il est arrivé à Taipei avec un visa de touriste. C'est toutefois uniquement en regardant les informations à la télévision taïwanaise que les membres du MOFA ont pu savoir quelques heures après que Zhao Chengkui était bien à Taïwan.

On peut se demander si le déplacement d'un tel vice-ministre est légal à Taïwan parce que celui-ci a un rang officiel dans son pays et qu'il lui a été accordé un visa pour touriste uniquement. Le MOFA ne s'est pas montré intransigeant en le laissant rentrer à Taïwan. Les États-Unis auraient pu s'insurger contre une telle visite mais Taipei aurait pu répondre qu'il n'en savait rien. En effet la loi taïwanaise est assez souple en ce qu'elle permet aux officiels nord-coréens arrivant à Taïwan d'obtenir un visa sur place et oblige uniquement les services de l'immigration d'informer le MOFA après la délivrance d'un tel visa.

Taïwan malgré tout n'a pas fourni à Zhao Chenkui un visa diplomatique parce que les États-Unis auraient été contre et ces derniers auraient pu remettre en cause la fourniture de ventes d'armes de Washington à Taipei.

La RPDC en plus de vouloir attirer des touristes dans son pays souhaite lors de foires commerciales qui se tiennent à Dandong en Chine tout près de la frontière nord-coréenne attirer des entreprises taïwanaises dans son pays en montrant à ces dernières la qualité de sa main d’œuvre.

Lors de ces foires, des petites entreprises taïwanaises vendent différents produits comme des composants électroniques, des produits cosmétiques, des vélos et du thé. Par ailleurs, des restaurants taïwanais sont présents sur place. C'est grâce à une décision provenant du gouvernement nord-coréen que les entreprises taïwanaises sont invitées régulièrement à Dandong.

La main d’œuvre nord-coréenne est peu onéreuse et très qualifiée selon les Taïwanais qui participent à ces foires. Pour les Nord-Coréens pouvant se rendre en Chine, travailler pour des entreprises taïwanaises est une expérience de grande importance. En fait, Taipei n'a jamais vraiment rompu complètement ses relations commerciales avec la Corée du Nord. Il y a environ cent entreprises taïwanaises installées en RPDC par l'intermédiaire de sociétés chinoises qui exportent majoritairement des produits chimiques et du matériel médical.


C) Les déchets nucléaires


Le Liberty Times, un journal taïwanais très populaire sur l'île reflétant souvent les idées du Parti démocrate progressiste local a en 2013 informé le public que la RPDC a décidé d'assigner en justice la société taïwanaise Taipower qui gère la production et la gestion du nucléaire en République de Chine.

Pyongyang n'en démord pas selon le journal : Taipower a rompu un contrat d'une durée de seize ans conclu entre la Corée du Nord et Taïwan qui donnait la possibilité à cette société d'exporter des déchets radioactifs de faible intensité dans le nord de la péninsule coréenne pour y être stockés en 1996.

Taipower devait payer à la RPDC 8,72 millions de dollars américains dans le cadre de ce contrat non écrit. Pyongyang, par l'intermédiaire de l'avocat Caihui Ling, lui réclame maintenant 300 millions de dollars américains de dédommagements.

Le ministère de l'économie taïwanais a tenu à préciser suite à la révélation de cette affaire que ce contrat a dû être suspendu en raison d'une importante pression politique provenant de Séoul et de Washington. Cependant, deux ans après en 1998 Taipower et la RPDC ont signé ce contrat malgré les réticences internationales : Pyongyang devait continuer à construire à un prix élevé des sites dans son pays où les déchets nucléaires taïwanais allaient être déposés, et par la suite Taipei règlerait la somme d'argent prévue dans le contrat.

L'entreprise taïwanaise n'a jamais pu respecter les termes du contrat parce qu'elle n'obtint jamais de la part de l'organisme officiel à l'énergie atomique taïwanais le droit d'exporter de tels déchets nucléaires à l'étranger. L'auteur Mycal Ford pense que Taipower n'a pas pu résister à la pression internationale et au fait qu'il était délicat de commercer avec un État « paria qui laisse mourir de faim sa population ». En fait, le gouvernement taïwanais ne voulait pas froisser les États-Unis qui lui vendent de nombreuses armes défensives pour rééquilibrer le rapport de force militaire dans le détroit de Taïwan.

L'organisme officiel à l'énergie atomique taïwanais prit malgré tout la décision de vérifier si en Corée du Nord le site où les déchets radioactifs de son pays allaient être déposés avait été bien construit. Il n'en fut rien. L'auteur s'interroge également sur le fait de savoir comment Taipower avait pu faire autant confiance en la capacité pour la RPDC à construire un tel site de dépôt de déchets radioactifs alors que celui-ci faisait face à une sévère pénurie alimentaire dans les années 1990. Quoiqu'il en soit l'avocat qu'a choisi Pyongyang continue toujours de travailler sur cette rupture de contrat de la part de Taipower.

Ce que l'on doit retenir selon Mycal Ford c'est qu'il est compliqué de s'engager dans des relations commerciales avec Pyongyang, particulièrement pour Taïwan qui est un allié des États-Unis. Par ailleurs, cet engagement peut poser un problème au regard de la réputation de l'île qui se veut être démocratique et constituer une alternative à la Chine continentale.

Si le problème des déchets nucléaires taïwanais a pu se poser pour la RPDC qui était censé les recevoir, la question se pose aussi de déchets radioactifs nord-coréens qui seraient entreposés au large des côtes taïwanaises. Cette information a pu voir le jour suite à une déclassification de documents officiels italiens par le service de renseignement militaire italien.

Ces déchets ont été entreposés durant les années 1990 selon ces documents et l'auraient été par l'intermédiaire d'un homme d'affaire italien Giorgio Comerio qui aurait fait fortune en entreposant également d'autres déchets près des côtes méditerranéennes et somaliennes.

Le fait d'entreposer de tels déchets était une pratique acceptée avant que l'organisation non gouvernementale Greenpeace s'empare de l'affaire. Les documents déclassifiés ont révélé que M. Comerio a commencé à collaborer avec le gouvernement de la RPDC vers 1995. L'affaire était simple : il obtint 227 millions de dollars américains et on lui confia 200.000 barils de déchets radioactifs à entreposer près des côtes taïwanaises, à un endroit où il est possible d'enfouir très profondément de tels barils.

La révélation de cette affaire en février 2017 coïncide avec le renouvellement de sanctions par l'ONU contre la RPDC après le succès de tirs de missiles balistiques stratégiques nord-coréens.

Des organisations environnementales taïwanaises ont été offusquées suite à cette révélation et ont protesté en demandant que le gouvernement taïwanais éclaircisse ce problème en souhaitant qu'il soit procédé à des tests pour savoir si l'environnement taïwanais et l'océan Pacifique avaient été impactés et que soit trouvé le lieu des déchets. Contrairement à ce qui s'est passé en Europe, la police du pays n'est pas intervenue pour disperser les manifestants.

Le cabinet du conseil à l'énergie atomique taïwanais a répondu aux manifestants qu'il n'était pas au courant des informations déclassifiées par le gouvernement italien.

 

    D) Les relations avec les États-Unis

      La décision de Donald Trump d'accepter de répondre à un appel téléphonique de la part de la nouvelle présidente taïwanaise Tsai Ing-wen pour la féliciter d'être parvenue à ce poste a créé une nouvelle donne dans les relations entre les États-Unis et la Chine populaire, non pas pour le contenu de l'appel mais pour cet appel lui-même.

      Tsai Ing-wen

      Tsai Ing-wen

      Si les États-Unis veulent jouer la carte taïwanaise en humiliant la Chine et le Parti communiste Chinois en revenant sur le principe d'une seule Chine, il n'est pas sûr du tout que le président Xi Jinping ne réagisse pas. En effet, ce dernier considère que Taïwan est une province chinoise qui devra un jour où l'autre être contrôlée par Pékin et non plus par les autorités locales taïwanaises.

      Le président chinois pourrait tout à fait entraîner une escalade des tensions entre Pékin et Washington en reconsidérant les relations sino-nord-coréennes et en agissant de trois façons différentes si le président Trump était amené à donner plus de contenu aux rapports entre les États-Unis et Taïwan. On pourrait imaginer une administration Trump acceptant de recevoir des officiels taïwanais aux États-Unis et une administration taïwanaise acceptant de recevoir des officiels américains.

      La Chine populaire pourrait ne plus voter les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU allant à l'encontre de la RPDC en ne la sanctionnant plus économiquement lorsque cette dernière teste de nouveaux missiles ou procède à une nouvelle expérimentation nucléaire.

      La Chine populaire pourrait également ignorer les sanctions du Conseil de sécurité de l'ONU à l'encontre de la RPDC. La récente résolution 2321 du Conseil votée avec l'accord de Pékin est une résolution qui isole économiquement encore plus Pyongyang. Pékin pourrait ne plus la respecter et cela redonnerait de l'oxygène à l'économie nord-coréenne. Cela permettrait à la Corée du Nord de se maintenir et ainsi d'éviter une réunification éventuelle de la péninsule coréenne par absorption qui aboutirait à une présence possible des troupes américaines jusqu'à la frontière nord-coréenne ou à un exode massif de Nord-Coréens en Chine populaire, ce que redoute Pékin.

      Pékin pourrait aussi changer radicalement sa politique envers la RPDC si Washington prévoyait de discuter avec Taipei d'une façon de plus en plus formelle sur le plan diplomatique. La Chine populaire pourrait alors soutenir une Corée du Nord nucléarisée. La position stratégique de la Chine en Asie-Pacifique n'a jamais été déséquilibrée par la présence d'une Corée du Nord nucléarisée.

      D'après Daniel R. DePetris, analyste en géostratégie auprès de la société Wikistrat, les États-Unis doivent choisir. Selon eux est-il préférable que Taïwan ait une stature internationale plus importante que maintenant pour relever le niveau de la sécurité géostratégique dans le Pacifique, ou faut-il permettre à moyen terme que la péninsule coréenne soit dénucléarisée ?

      Les règles du jeu ne sont pas aussi simples dans le domaine des relations internationales. Le 1er mai 2013 un tribunal américain de l'Illinois a sanctionné une société taïwanaise et un ressortissant taïwanais pour avoir enfreint les lois américaines relatives aux règles régissant l'interdiction de la prolifération des armes de destruction massive en commerçant avec la RPDC. Il n'y a pas qu'un bon et qu'un méchant.

      Si ces considération relatives aux prises de position des États-Unis face au problème chinois ne concernent pas directement les relations entre Taïwan et la RPDC, on peut remarquer à travers ces informations que Washington a une influence importante en Extrême-Orient, quoique pondérée par la présence de Pékin.

      C'est en redéfinissant ici leurs relations avec Taïwan que les États-Unis peuvent avoir une emprise directe sur les relations qu'entretiennent l'île et la RPDC, tout comme lorsque Washington tente de faire évoluer ses relations avec Pyongyang vers plus ou moins d'ouverture entre les deux capitales.


      La RPDC et Taïwan n'entretiennent donc pas entre elles de relations diplomatiques. Il existe cependant des bribes de relations économiques et touristiques entre ces deux pays, notamment par l'intermédiaire de la Chine populaire. L'influence des États-Unis en Extrême-Orient a des conséquences non négligeables sur ces relations.

      Repost 0
      12 avril 2017 3 12 /04 /avril /2017 18:52

      Face à l'attitude belliqueuse des Etats-Unis (qui ont dépêché le porte-avions à propulsion nucléaire USS Carl Vinson, avec sa flotte d'escorte, au large de la péninsule coréenne), tant la République de Corée (du Sud) que le Japon ont fait savoir qu'ils ne voulaient pas de frappes américaines sur la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) qui feraient courir le risque d'un embrasement de la région - Séoul et Tokyo étant alors aux premières loges. Dans ce contexte particulièrement tendu - où il convient de relativiser la portée de la démonstration de force de Donald Trump (le porte-avions USS Carl Vinson est déjà dans la région Pacifique depuis janvier) - un pays porte le poids des efforts diplomatiques pour une issue négociée, loin des réactions passionnées et impulsives et faisant appel à la raison : la République populaire de Chine.

      Donald Trump et Xi Jinping lors de leur rencontre en Floride, le 8 avril 2017

      Donald Trump et Xi Jinping lors de leur rencontre en Floride, le 8 avril 2017

      Dans la diplomatie chinoise, on évalue la situation la tête froide sans réaction impulsive - un peu le contraire de l'Américain Donald Trump lorsqu'il a pris la décision de frapper la Syrie, faisant planer une menace de guerre dans la péninsule coréenne, théâtre de très larges exercices de guerre.

      Dans ce contexte, le Président chinois Xi Jinping a pris acte des frappes américaines en Syrie (intervenues pendant son sommet aux Etats-Unis), réaffirmé la volonté de Pékin d'agir de concert avec Washington (qui a menacé d'agir unilatéralement), notamment sur la question coréenne, en plaidant pour le multilatéralisme. Médiateur de longue date entre les Etats-Unis et leurs alliés d'une part, la RPD de Corée d'autre part, sur la question coréenne, la Chine a agi avec calme, en appelant une nouvelle fois les différentes parties à la retenue - alors que la RPD de Corée est par ailleurs soupçonnée de pouvoir procéder à un essai nucléaire ou un essai balistique avant le 15 avril 2017, 105e anniversaire de la naissance du fondateur du pays, le Président Kim Il-sung.

      Cette fois, le Président Xi Jinping a choisi d'appeler lui-même son homologue américain Donald Trump le 12 avril 2017, afin de le dissuader d'une action aux conséquences imprévisibles. Selon le Korea Times, le Président américain aurait été pressé de

      trouver une solution pacifique aux tensions croissantes autour du programme nucléaire nord-coréen.

      Dans un éditorial cité par Courrier international, le Huanqiu Shibao a souligné les limites d'une aventure militaire unilatérale américaine :

      Si l’Amérique veut agir seule, le ‘résultat’ sera là, mais le soutien international sera faible. La question nucléaire nord-coréenne ne se résume pas à une question militaire, il faudra toujours au bout du compte parvenir à une solution politique, et la coopération internationale ne devra pas faire défaut.

      Le même éditorial incitait par ailleurs Pyongyang à s'abstenir de toute initiative dans le contexte présent, "pour sa propre sécurité et pour préserver sa capacité de négociation". Au même moment, l'Assemblée populaire suprême de la RPD de Corée s'est réunie pour prendre des décisions budgétaires (le budget militaire a été accru de 5,4 % par rapport à 2016, pour faire face aux menaces américaines, représentant ainsi 15,8 % du budget national), et reconstituer par ailleurs une commission des Affaires étrangères - traduisant la volonté de relancer la diplomatie parlementaire.

      Si la Chine sanctionnerait probablement une nouvelle fois la RPDC en cas d'essai nucléaire, elle a aussi ses propres intérêts stratégiques (qui l'amène à s'opposer au déploiement de THAAD en Corée du Sud) et entend exercer ses responsabilités de grande puissance pour préserver la paix et la stabilité dans son environnement immédiat.

      Sources :

      Repost 0
      Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations internationales de la Corée Relations Chine-Corée
      commenter cet article
      25 mars 2017 6 25 /03 /mars /2017 22:24

      Le 16 mars 2017, le journal russe en ligne Vzgliad, dont la fréquentation estimée à 20 millions de visiteurs par mois, a publié un article d'Andrei Rezchikov intitulé (en français) : "Les « mises en garde » chinoises sur la défense anti missiles commencent à produire leur effet", revenant sur la montée des tensions dans la péninsule coréenne, à la suite notamment du déploiement dans le Sud de la Corée du système américain de missiles antibalistique Terminal High Altitude Area Defense (THAAD). Nous reproduisons ci-après une traduction en français de cet article par Marianne Dunlop, par ailleurs adhérente de l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC), publiée sur le site Histoire et société. L'AAFC a ajouté les liens dans cet article vers d'autres articles du blog de l'AAFC.

      Moon Jae-in, favori de l'élection présidentielle anticipée sud-coréenne du 9 mai 2017.

      Moon Jae-in, favori de l'élection présidentielle anticipée sud-coréenne du 9 mai 2017.

      Il semble bien que la Corée du Sud ait l’intention de reconsidérer sa décision de déployer sur son territoire le système de défense antimissile des États-Unis. Des allusions en ce sens ont commencé à apparaître au sein du parti dont le représentant est susceptible de diriger le pays après la prochaine élection. La Chine a trouvé des arguments très sensibles pour les Coréens.

      Jeudi, le chef de l’opposition parlementaire sud-coréenne « Toburo » (« Ensemble ») A San-ho a appelé à renoncer à l’installation du système anti-missile US THAAD – tant que le pays n’aura pas obtenu le consentement de la Russie et de la Chine.

      Le politicien a expliqué que le déploiement du système anti-missile n’est possible que si cela ne porte pas atteinte aux relations de Séoul avec les pays voisins, rapporte TASS en référence à « Yonhap. » « Nous devons être très prudents dans cette affaire délicate, – a-t-il dit. – La Chine exerce une forte pression économique ».

      Début mars, le commandement du contingent américain en Corée du Sud a annoncé avoir commencé le déploiement du complexe anti- missile THAAD. Les deux premiers lanceurs ont été acheminés vers une base militaire près de la ville de Pyeongtaek, à 70 km de Séoul. Selon la position officielle de Washington, la raison de l’installation de THAAD dans la région a été la menace nucléaire de la Corée du Nord.

      Initialement le déploiement de THAAD était prévu pour l’été, mais le processus a été accéléré après que la Corée du Nord a mené une série de lancements de missiles. A Moscou, le Conseil de la Fédération a qualifié l’apparition de THAAD en Corée du Sud « un nouveau défi à la Russie », une tentative de « l’encercler par l’est et l’ouest. » La Chine est encore plus préoccupée. Pékin estime que la puissance de THAAD est excessive pour dissuader la Corée du Nord, et son véritable objectif est la surveillance de la partie nord-est de la Chine avec l’aide d’un puissant radar. « Nous ne permettrons pas de porter atteinte à nos intérêts de sécurité nationale », – a déclaré à cette occasion le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Hong Lei.

      Le fait que ce soit la gauche qui s’oppose au déploiement du système antimissile américain n’est pas un hasard. Selon un expert de la Corée, le Professeur de l’Université d’Etat de St. Petersbourg Irina Lantsova, la vie politique de la Corée du Sud comprend principalement : une aile droite conservatrice, qui est basée sur une alliance étroite avec les Etats-Unis, et un groupe de partis, dont le « Toburo », qui peut être qualifié de centre-gauche. Ils préconisent une politique étrangère plus équilibrée avec un appui non seulement sur les États-Unis mais aussi d’autres puissances régionales.

      « Déjà au printemps et en été de l’année dernière, beaucoup de personnalités de centre-gauche se sont opposées au système de défense antimissile en Corée. La société en Corée du Sud n’est pas unie sur cette question. Et maintenant, avec la crise politique que connaît le pays, lorsque les chances pour l’arrivée du centre-gauche au pouvoir sont accrues, des voix s’élèvent à nouveau pour que soit révisée la décision sur la défense antimissile », – dit Lantsova à notre journal.

      Pour rappel, des élections présidentielles anticipées sont prévues à la date du 9 mai. Elles ont été rendues nécessaires après que le Parlement a voté la destitution de la présidente Park Geun-hye, et maintenant la décision a été approuvée par la Cour constitutionnelle. Selon Lantsova, après le fiasco de Park Geun-hye, la cote de la droite a chuté et les chances d’arrivée au pouvoir du centre-gauche sont grandes. Comment l’écrivait jeudi « Kommersant », le favori incontesté de la course est aujourd’hui le représentant du parti « Toburo », Moon Jae-in.

      Des sanctions non annoncées officiellement, mais néanmoins efficaces

      En outre, un grand impact sur la politique de Séoul a été exercé par les sanctions de la Chine, qui a commencé à restreindre le commerce avec son voisin, y compris l’annulation officieuse des tournées de chanteurs et la diffusion de films en provenance de Corée du Sud. « La Chine est le principal partenaire économique de la République de Corée. Les restrictions commerciales concernent principalement les biens de consommation de la jeunesse. En outre, les Chinois ont limité la présence de grandes sociétés coréennes comme le groupe Lotte », – dit-elle. Le ministère de la Défense coréen a reconnu que la tension dans ce domaine s’est également amplifiée – la coopération militaire entre les deux pays est presque au point mort. C’est la société Lotte qui a fourni un emplacement sur le territoire de Corée pour l’installation de THAAD, et maintenant la moitié de son réseau de supermarchés en Chine a déjà fermé – sous divers prétextes.

      Le politologue de Corée du Sud Pak No-ja a expliqué au journal VZGLIAD que, selon les sondages, la plupart des Coréens considèrent déjà ces sanctions comme une menace pour l’économie du pays, jusqu’à 30% du commerce étant effectué avec la Chine (en comptant Taiwan et Hong Kong). « Du point de vue de nombreux Coréens, qui sont essentiellement préoccupés par la survie économique, THAAD  est de la folie complète », – a dit Pak.

      Le parti « Toburo » s’appuie sur de grands conglomérats tels que Samsung et Hyundai, qui sont maintenant liés à la Chine, et non aux États-Unis. La plus grande usine de Samsung pour la production de semi-conducteurs se trouve en Chine. « Du point de vue du capital monopoliste coréen, une rupture avec la Chine serait un coup mortel, couvrir de telles pertes à court terme serait absolument impossible », – dit-il.

      En fin de compte, tout se résume à qui l’emportera, du grand capital en alliance avec les libéraux et le centre-gauche, ou de la droite étroitement associée au lobby militaire, puisque le ministère de la Défense est le principal soutien du THAAD. Pak prévoit que l’élection de mai portera sans doute au pouvoir l’opposition, et le président sera le représentant de « Toburo » Moon, et ensuite, avec le soutien de la grande entreprise, le nouveau chef va se battre contre le ministère de la Défense. « Le résultat de cette lutte montrera quels sont les rapports de forces sociales et politiques dans la société, leur influence, leurs possibilités », – prédit Pak No-ja.

      Dans le cas d’une telle lutte, l’expert n’exclut pas que les Etats-Unis par la suite abandonnent le système de défense antimissile en Corée du Sud, afin de conserver leur influence sur la partie sud de la péninsule coréenne. « Les Etats-Unis comprennent qu’il leur faut maintenir l’hégémonie idéologique. Il faut que la majorité des Coréens soient persuadés que la suprématie politique et militaire américaine en fin de compte est à leur avantage », – a-t-il conclu.

      La situation autour du radar américain en Corée du Sud ressemble à celle autour du radar américain en Pologne. Les États-Unis envisagent de déployer un radar en Pologne pour surveiller la Russie, de même que leur radar en Corée du Sud est conçu pour avoir un œil sur la Chine. Cependant, la peur de fâcher la Chine en Corée du Sud, semble-t-il, a été beaucoup plus forte que la peur de fâcher la Russie en Pologne.

      Traduit par Marianne Dunlop pour Histoire et Société

      Sources :

      Repost 0
      8 mars 2017 3 08 /03 /mars /2017 13:14

      Après le tir de quatre missiles par la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) le 6 mars 2017, en réaction au lancement de manoeuvres militaires conjointes américano - sud-coréennes d'une ampleur sans précédent, la tension a encore monté d'un cran avec le début du déploiement, au sud de la péninsule, du dispositif américain de missiles antibalistiques Terminal High Altitude Area Defense (THAAD), dont les premiers équipements sont arrivés à Osan, au sud de Séoul le 7 mars 2017. La République populaire de Chine a réagi par la voie de son ministre des Affaires étrangères, Wang Yi, qui, lors d'une conférence de presse s'étant tenue le 8 mars, a réitéré l'opposition de son pays au déploiement de THAAD, tout en esquissant les voies d'une sortie de crise qui permettrait de préserver la paix et la stabilité en Asie du Nord-Est.

      Wang Yi, lors de sa conférence de presse du 8 mars 2017.

      Wang Yi, lors de sa conférence de presse du 8 mars 2017.

      Dans la doxa néoconservatrice, l'affaire est entendue : la Chine serait toujours in fine l'alliée d'une Corée du Nord belliqueuse et aventurière, et la course aux armements entretenue en Asie du Nord-Est par les Etats-Unis relèverait de la légitime défense du Japon et de la République de Corée (Corée du Sud) face à un adversaire pourtant infiniment moins puissant (le budget militaire américain est plus de 100 fois supérieur à celui de la Corée du Nord).

      Mais avec le début du déploiement de THAAD en Corée du Sud, Pékin dénonce à présent ouvertement l'utilisation du prétexte nord-coréen pour redéployer les forces armées américaines dans la région Asie-Pacifique et bien contrecarrer, en premier lieu, la montée en puissance de la Chine. Lors de sa conférence de presse du 8 mars 2017, le ministre des Affaires étrangères chinois Wang Yi a rappelé "solennellement" l'opposition de son pays au déploiement de THAAD :


       

      Nous demandons à la Corée du Sud de ne pas insister à vouloir prendre ce chemin, car le résultat ne peut qu'être dommageable pour les autres et ne peut que faire du mal à soi-même.

      Plus qu'un moyen d'intercepter un hypothétique missile nord-coréen (dont la réussite technique serait de surcroît hasardeuse), le dispositif THAAD permet un espionnage militaire de la Russie et de la Chine, et affaiblit donc les capacités d'autodéfense de Pékin et Moscou.

      Wang Yi a usé d'une métaphore ferroviaire pour analyser la situation en Corée, en évoquant l'image de

       

      deux trains qui accélèrent l'un en face de l'autre sans qu'aucun des deux ne veuille céder le passage.

      Dans ce contexte, la Chine renvoie dos à dos les deux Etats coréens. Vis-à-vis de Pyongyang, Pékin a suspendu les importations de charbon nord-coréen suite à l'essai balistique auquel a procédé la RPD de Corée le 12 février 2017. Selon une source très proche des services de renseignement américains (Radio Free Asia), la RPD de Corée aurait réagi en suspendant ses exportations de terres rares vers la Chine. Enfin, la Chine a donné son accord sur le communiqué de presse du Conseil de sécurité des Nations unies, rédigé par les Etats-Unis,  condamnant les tirs de missiles balistiques nord-coréens du 6 mars 2017, adopté à l'unanimité des membres du Conseil de sécurité.

      Il n'est pas nouveau que la Chine applique les sanctions internationales contre la Corée du Nord, dont elle a toujours désapprouvé le programme nucléaire. En revanche, les sanctions économiques prises à l'encontre de la Corée du Sud suite au déploiement de THAAD sont relativement inédites par leur ampleur. Ainsi, les agences de voyages chinoises ont suspendu leurs circuits touristiques en Corée du Sud. 

      Un autre sujet concerne le conglomérat sud-coréen de l'agroalimentaire Lotte, qui a cédé à l’armée sud-coréenne un terrain de golf pour accueillir le système THAAD. Les activités de 23 magasins du groupe Lotte ont été suspendues par les autorités chinoises pour infraction aux règles de sécurité incendie. Les autorités sud-coréennes dénoncent une mesure de rétorsion contre THAAD et entendent saisir l'Organisation mondiale du commerce (OMC). En tout état de cause, des manifestations appelant au boycott des produits sud-coréens ont éclaté en Chine, alors qu'un nombre croissant de voix appelle, en Chine, à "sanctionner la Corée du Sud".

      Manifestation à Jilin (Chine) contre le déploiement de THAAD et pour le boycott des produits sud-coréens.

      Manifestation à Jilin (Chine) contre le déploiement de THAAD et pour le boycott des produits sud-coréens.

      Dans ce contexte, les propositions chinoises d'une sortie de crise ne doivent pas être interprétées comme de nature à favoriser la Corée du Nord ou bien les Etats-Unis et la Corée du Sud, mais traduisent bien une volonté de renouer le dialogue - tout en préservant les intérêts chinois.

      Lors de sa conférence de presse du 8 mars 2017, Wang Ji a ainsi déclaré :

      Afin de désamorcer la crise qui se prépare dans la péninsule, la Chine propose que, dans un premier temps, [la Corée du Nord] suspende ses programmes nucléaire et balistique, en échange de l'arrêt des manœuvres militaires à grande échelle des Etats-Unis et de la Corée du Sud.

      Cette proposition est raisonnable : elle reprend le principe "action contre action" qui avait permis d'aboutir à de précédents accords sur la question nucléaire en Asie du Nord-Est, en visant à créer un climat de confiance mutuel et à engager une désescalade par étapes, dans laquelle  chacune des parties s'engage à accomplir simultanément un geste d'apaisement. De fait, les Etats-Unis avaient déjà arrêté leurs exercices de guerre dans les années 1990 pour créer les conditions d'un dialogue avec Pyongyang - et une telle initiative ne serait donc pas nouvelle. Pour sa part, la Corée du Nord a proposé à de multiples reprises de suspendre son programme nucléaire et balistique contre la reprise de dialogue en vue de parvenir à des garanties de sécurité, qui pourraient lui permettraient de renoncer in fine à sa force de dissuasion nucléaire - mais elle ne peut pas accepter le diktat de l'administration Obama consistant en un désarmement nucléaire complet, unilatéral et sans contreparties.

      La proposition chinoise est désormais sur la table. Les Etats-Unis et la Corée du Sud vont-ils sérieusement l'envisager, ou préfèreront-ils s'entêter dans une course aux armements qui ne peut que précipiter les dangers de guerre en Asie ?

      Principales sources :

       

      Repost 0
      Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations Chine-Corée Relations internationales de la Corée
      commenter cet article
      5 mars 2017 7 05 /03 /mars /2017 17:36

      Les tensions liées à la mise en place du système de missiles antibalistiques américain THAAD ont augmenté d’un cran depuis que le gouvernement chinois sanctionne les Etats-Unis à travers son allié sud-coréen - avec l'annulation notamment de visites de groupes touristiques sud-coréens en Chine prises en charge par des tours opérateurs chinois. Alors que les Etats-Unis ont encore accru la portée de leurs exercices de guerre annuels menés en coopération avec l'armée sud-coréenne (les manoeuvres militaires "Foal Eagle" ont démarré le 1er mars 2017 pour une durée de deux mois, impliquant 300 000 hommes et le porte-avions à propulsion nucléaire USS Carl Vinson, avant l'exercice de commandement "Key Resolve", basé sur une simulation informatique, qui débutera le 13 mars), la péninsule est à nouveau le théâtre d’un combat qui la dépasse et dont elle serait la principale victime en cas de conflit ouvert. Nous publions ci-après le témoignage et l'analyse d'un Français ayant vécu en République de Corée (Corée du Sud), pour rendre compte des enjeux géopolitiques et sécuritaires dans lesquels est impliquée la péninsule coréenne.

      Les croix des églises chrétiennes illuminent le ciel de la nuit séoulite.

      Les croix des églises chrétiennes illuminent le ciel de la nuit séoulite.

      « Le premier centimètre c’est le plus dur, le plus coûteux... pour les suivants ça va tout seul ! » Louis-Ferdinand Céline, 1937

      Les élites sud-coréennes mais également une grande partie de sa population qui subissent des atteintes incessantes à la souveraineté et aux intérêts fondamentaux de la nation semblent s’être depuis longtemps résignées à cet état de fait.

      Il est ainsi difficile de trouver des opposants à la présence américaine au Sud qui s’apparente de bien des manières à une occupation militaire. S’opposer aux Etats-Unis, c’est être un communiste en puissance et donc l’ennemi de la nation.

      La télévision et la culture pop inondant le pays ont fini de réduire le peu d’esprit critique qui restait en abreuvant la population de programmes d’une rare indigence ("le temps de cerveau disponible", aurait-on dit dans un autre contexte), esprit critique déjà mis à mal par la loi sur la sécurité nationale, toujours en vigueur en 2017.

      Les Américains sont ainsi au Sud en terrain conquis ayant transformé Séoul en une réplique asiatique d’une de leurs banlieues où les myriades d’enseignes américaines, inconnues des Européens, font concurrence aux églises évangélistes dont les néons la nuit ne manquent pas de surprendre le touriste se rendant dans le pays pour la première fois.

      On comprend qu'au final les manifestations n'aient pas été plus importantes concernant le déploiement du système de missiles antibalistiques américain THAAD.

      Ce dernier sous prétexte de fournir une défense contre une attaque nucléaire du Nord (qui de l’aveu même des faucons de Washington n’a aucune chance de se produire, les dirigeants en poste à Pyongyang étant tout sauf suicidaires) est en fait un élément central dans la guerre froide qui va en s’intensifiant entre les Etats-Unis et la République populaire de Chine.

      Une nouvelle bipolarisation du monde est en marche et la péninsule coréenne de par sa position stratégique va, malgré elle, être amenée à nouveau à y jouer un rôle crucial.

      "L'avenir se décide dorénavant en Asie" (Hillary Clinton, Secrétaire d’Etat américaine, 2011).

      "L'avenir se décide dorénavant en Asie" (Hillary Clinton, Secrétaire d’Etat américaine, 2011).

      Après les catastrophes successives issues de la politique arabe des néo-conservateurs américains et la résistance de plus en plus forte des pays d’Amérique latine face à l’ingérence venue du Nord dans leur politique et leur économie, les Etats-Unis ont choisi de recentrer leurs efforts impérialistes en Asie.

      Le choix de cette zone est tout sauf anodin, car ce qui peut sembler nouveau dans le jeu diplomatique américain est en fait un retour à l’ordre antérieur où dans un climat de guerre froide, ils y combattaient déjà « la tyrannie communiste » en s'érigeant en chevaliers du monde libre dans les années 1950, sur le sol de la péninsule coréenne.

      Le continent asiatique a toujours été en ligne de mire de Washington, y voyant au mieux un futur débouché commercial, mais plus souvent un territoire où placer des dirigeants soumis à leurs intérêts, ne coïncidant que rarement avec ceux des populations.

      Cette idéologie, qui cache bien entendue une volonté d’hégémonie, a subtilement été transposée par le complexe militaro-industriel avide de conflits armés à un certain nombre de pays arabes laïcs qui ont ainsi subi la vindicte américaine, avec des résultats inquiétants en termes de démocratie, de stabilité et de légitimité des nouveaux pouvoirs mis en place dans les années 2000.

      Le cas de la Libye et de son chef d’Etat le colonel Mouammar Kadhafi a été suivi attentivement depuis Pyongyang, les autorités nord-coréennes y avant vu, à raison, la preuve que l’on ne pouvait pas faire confiance aux dirigeants occidentaux.

      En 2003, la Libye a en effet été poussée par les Américains à abandonner son programme nucléaire en échange de la normalisation des relations diplomatiques et du retrait de la Libye de la liste des pays soutenant le terrorisme.

      On se souvient tous ainsi de ces images insolites du dirigeant libyen plantant sa tente sur la pelouse d’un célèbre palace parisien avant de rencontrer en grande pompe le Président Nicolas Sarkozy.

      Quelques années plus tard, les avions de chasses de ces mêmes pays devenus théoriquement non-hostiles bombardaient l’armée légale libyenne en soutien à une rébellion constituée en grande partie d’islamistes qui ne reculent pas dans l'emploi de procédés terroristes pour s'opposer à l'Occident. A contrario, si Mouammar Kadhafi et Saddam Hussein avaient été en possession d’un arsenal nucléaire, même minime, ily a fort à parier qu'ils seraient toujours aux commandes de leurs pays respectifs.

      Avant et après : la leçon libyenne.Avant et après : la leçon libyenne.

      Avant et après : la leçon libyenne.

      Cette expérience a renforcé Pyongyang dans sa volonté d’assurer sa sécurité par l’arme atomique, gage ultime de sa sécurité et de son indépendance en conformité avec l’idéologie du Juche, au cœur de la politique nord-coréenne.

      Dans les négociations qu'elles proposent à leurs adversaires stratégiques, les autorités nord-coréennes ne parlent ainsi plus d’une dénucléarisation du pays mais d’un gel de leur production d’armes nucléaires moyennant des contreparties - et en particulier de véritables garanties de sécurité. La Corée du Nord est et veut désormais être reconnue comme une puissance nucléaire, engageant des pourparlers directs avec les Etats-Unis - sans le Japon, ni la Corée du Sud, soumis aux intérêts américains.

      Les Etats-Unis sont en effet chez eux au sud de la zone démilitarisée et s’y comportent comme puissance occupante depuis 1945, bien aidés par leurs alliés fidèles que sont les conservateurs sud-coréens, héritiers de dictatures militaires - qui étaient d'ailleurs parfois plus indépendantes des Etats-Unis.

      Dans cet ordre d'idées, il est logique que les conservateurs n’aient rien trouvé à redire à la mise en place du système de missile THAAD qui selon eux renforce la « coopération » militaire américano-coréenne, qu’ils considèrent, non sans raison, comme étant le fondement de la politique de défense de la République de Corée.

      Les Etats-Unis étant en perte de vitesse sur le continent asiatique comptent ainsi sur une remilitarisation du nord-est du continent pour y rétablir un rapport de forces en leur faveur, la cible n’étant plus l’Union Soviétique (bien que la Russie commence à y regagner une certaine influence) mais la Chine, plus grande puissance régionale qui tente non sans succès de reprendre sa place d’Empire du Milieu.

      Les Américains, bien qu'éloignés de cette région du globe à la fois géographiquement et culturellement, ont à la faveur de la défaite japonaise de 1945, pris pied dans l'archipel nippon, et au Sud de la péninsule coréenne - leur intérêt n'étant évidemment pas de quitter ces postes avancés.

      GIs à Panmunjom.

      GIs à Panmunjom.

      La division du pays constitue finalement une aubaine pour les deux grandes puissances.

      Les Etats-Unis jouent sur la peur de la Corée du Nord pour introduire en Corée un arsenal de guerre impressionnant qui serait bien entendu inacceptable en temps de paix ou même de guerre froide (comme en avait témoigné la crise des missiles de Cuba en 1962), tandis que la Chine qui n'est certes pas favorable au programme nucléaire nord-coréen préfère cet état de fait à une réunification du pays qui deviendrait vraisemblablement pro-américain et fortement nationaliste, risquant de ce fait de réveiller les velléités indépendantistes des nombreuses minorités qui constituent sa population, en premier lieu la forte population ethnique coréenne présente entres autres dans la province du Yanbian.

      Enfin, Séoul bénéficie grâce à la présence des GI’s sur son sol d’une défense militaire à moindre coût (ce que Donald Trump durant sa campagne avait déclaré vouloir remettre en cause) et son développement économique a été soutenue dans une relation de subordination envers les Américains - la Corée du sud ayant apporté le deuxième plus important contingent de soldats lors de la guerre du Vietnam, après les Etats-Unis.

      Il reste à voir quel sera l’impact à moyen et long termes du déploiement de THAAD en Corée du Sud, qu'on peut considérer comme une nouvelle crise des missiles - alors que l'attitude conciliante de Nikita Khrouchtchev en 1962 avait contribué à sa mise à l'écart.

      Pour sa part, la RPD de Corée avait compris à cette occasion que jamais l’URSS ne s’engagerait dans un conflit armé contre les Etats-Unis et qu’elle devait de ce fait assurer par elle-même sa défense. L'augmentation importante du budget militaire nord-coréen a été une conséquence directe de la crise des missiles de Cuba.

      Il est probable que la même analyse puisse être faite en 2017 (avec la Chine dans le rôle de l'URSS), la Chine n'étant pas encline à intervenir militairement en Corée, contrairement à l'intervention des volontaires chinois lors de la guerre de Corée (1950-1953). Elle fera cependant tout pour contrecarrer les plans de Washington, et bien que Séoul soit maintenant beaucoup plus proche d’un point de vue économique voire idéologique de Pékin, elle visera à défendre Pyongyang, refusant  une réunification qui mettrait clairement en péril l’équilibre régional au profit des Américains.

      L’intérêt des Coréens du Sud comme du Nord dans ces querelles d’hégémonies semble bien loin, l'histoire de la Corée victime des appétits des grandes puissance se répétant une nouvelle fois .

      La position stratégique de la péninsule est trop importante pour qu’elle soit laissée à un peuple qui n'en a jamais agressé un autre, fort d'une histoire plusieurs fois millénaire, et que les puissances ont divisé pour mieux régner depuis maintenant plus de 70 ans.

      Repost 0
      Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations Etats-Unis-Corée Relations Chine-Corée
      commenter cet article
      20 février 2017 1 20 /02 /février /2017 13:27

      La politique coréenne de la Chine, sur les questions stratégiques, est guidée par des principes constants : assurer la stabilité de la péninsule en évitant que ses partenaires (notamment, Corée du Nord, Etats-Unis, Corée du Sud, Japon) prennent des initiatives qui aggravent les tensions ; régler par la voie du dialogue les différends en suspens. Dans ce contexte, deux décisions ont été prises quasi-simultanément, qui témoignent des tensions pesant sur la politique coréenne de la Chine : l'expulsion de plusieurs dizaines de missionnaires sud-coréens actifs dans le Nord-Est de la Chine où sont présents illégalement des milliers de Nord-Coréens ; la suspension jusqu'à la fin de l'année 2017 des importations de charbon nord-coréen par la Chine.

      Centrale à charbon chinoise

      Centrale à charbon chinoise

      Aucune des deux initiatives prises récemment par la Chine ne semble être le fruit du hasard. S'agissant de la suspension des importations de charbon nord-coréen, à compter du 19 février 2017 et jusqu'au 31 décembre 2017 (y compris pour les cargaisons en attente d'examen par les douanes), les autorités chinoises ont affirmé qu'il ne s'agissait que de l'application des sanctions prises par le Conseil de sécurité des Nations unies, la résolution 2321 plafonnant les ventes nord-coréennes de charbon à 400,9 millions de dollars (ou 7,5 millions de tonnes) par an à partir de 2017 - pour mémoire, en 2016 la Chine a importé 22,5 millions de tonnes de charbon de la République populaire démocratique de Corée (soit une hausse de 15 % par rapport à 2015), pour une valeur de 1,19 milliard de dollars, selon les statistiques des douanes chinoises. L'impact sur l'économie nord-coréenne est donc réel, cette annonce coïncidant avec le lancement d'un missile de moyenne portée par la RPD de Corée le 12 février 2017. D'aucuns analystes y voient le signe que Pékin entendrait punir Pyongyang en utilisant l'arme économique. En tout cas, la Chine dément de fait les critiques américaines de l'administration Donald Trump sur son manque supposé d'application des sanctions internationales contre la RPD de Corée. 

      Il serait cependant hasardeux d'en déduire une simple volonté des autorités chinoises de se rapprocher des Etats-Unis sur la question coréenne. Dans le même temps, les autorités chinoises ont expulsé plusieurs dizaines de missionnaires sud-coréens qui, sous couvert d'assistance humanitaire, cherchent à convertir les dizaines de milliers de Nord-Coréens présents en Chine - le plus souvent, pour des raisons économiques et de manière temporaire, avant de retourner en RPD de Corée. Il n'est pas nouveau que la Chine, en application de ses accords de coopération avec Pyongyang (qui impliquent l'expulsion vers la RPD de Corée des Nord-Coréens présents illégalement sur le territoire chinois) et pour des raisons de maintien de l'ordre public, voit d'un mauvais oeil le prosélytisme des missionnaires sud-coréens dans le Nord-Est du pays (qui implique le passage des Nord-Coréens en Corée du Sud) et n'hésite pas à expulser des Sud-Coréens participant à des activités illicites en droit chinois. Toutefois, cette décision coïncide avec une expression accrue du mécontentement chinois sur le déploiement en Corée du Sud du bouclier de missiles américain THAAD qui, officiellement dirigé contre la Corée du Nord, vise en pratique la Russie et la Chine.

      En prenant des initiatives sur la question coréenne qui ne rompent pas avec ses engagements antérieurs, la Chine envoie donc des signaux à l'administration Trump : mais celle-ci acceptera-t-elle de discuter avec Pékin des questions stratégiques liés à la péninsule coréenne ?

      Sources :

      Repost 1
      Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations Chine-Corée
      commenter cet article
      30 novembre 2016 3 30 /11 /novembre /2016 13:28

      Chercheur associé au Centre d’études coréennes de l’Institut pour les études sur l’Extrême-Orient de l’Académie des sciences de Russie, Konstantin Asmolov est un des meilleurs spécialistes de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) et, plus largement, des questions coréennes, dont l'Association d'amitié franco-coréenne a déjà traduit certaines articles (notamment sur l'affaire des mines, qui avait provoqué un bras-de-fer intercoréen en août 2015). Nous publions ci-après la traduction en français d'un article de Konstantin Asmolov pour New Eastern Outlook, parue sur le site Internet Le Saker francophone. Nous remercions la traductrice Diane Gilliard, qui a signalé cet article sur la page Facebook de l'Association d'amitié franco-coréenne  pour qu'il soit reproduit sur le site Internet de l'AAFC : il analyse et met en perspective les démarches américaines faisant pression sur la République populaire de Chine pour que la RPD de Corée abandonne son programme nucléaire militaire, pourtant développé en réaction à la politique anti-RPDC de Washington. 

      USA-Chine : qui est responsable du développement du programme des armes nucléaires de la Corée du Nord ?

      par Konstantin Asmolov

      New Eastern Outlook - 15 novembre 2016

       

      Les annonces de la Corée du Nord sur l’achèvement de son programme de développement d’armes nucléaires ont fait exploser les discussions sur «qui est responsable». Plus précisément, cela concerne qui est prioritairement responsable de l’escalade de la situation au niveau actuel. Dans le contexte d’une opposition croissante entre les États-Unis et la Chine, c’est Beijing qui est maintenant accusé, les accusations allant de «n’a rien fait, alors qu’il le pouvait» à «a apporté une aide active».

      Commençons par les déclarations de la candidate à la présidence des États-Unis, Hillary Clinton. Le 13 octobre 2016, lors d’une conférence devant des responsables de Goldman Sachs, Hillary Clinton a souligné que l’Armée de libération chinoise est le principal soutien de la Corée du Nord. C’est à ce moment qu’elle a déclaré sa position : si Beijing n’est pas en mesure d’empêcher la Corée du Nord de construire un missile balistique intercontinental capable de transporter des armes nucléaires, les États-Unis peuvent encercler la Chine avec des systèmes de défense antimissile et des bases navales.

      Sankei Shimbun (un quotidien japonais) cite le secrétaire américain à la Défense Ashton Carter: «La Chine est la première responsable des actions présentes de la Corée du Nord. Elle couvre le comportement dangereux de ce pays.» Il suggère aux lecteurs que Beijing est engagé dans un complot évident. Poussant jusqu’au bout la critique de Washington pour sa politique de grande puissance, il a décidé de répondre de cette manière. Comme preuve, le journal japonais se réfère à Chosun Ilbo [un quotidien sud-coréen, NdT], qui a rapporté que, selon un ancien employé de l’Agence de renseignement de la défense des États-Unis, Bruce Vector, dont l’opinion a été publiée le 1er septembre, la fusée nord-coréenne est une copie exacte du missile balistique à gaz propulseur à deux étages chinois Tszyuylan-1, conçu pour être placé sur des sous-marins.

      Alors qu’il donnait une conférence à l’Université nationale de Séoul, le secrétaire adjoint au Département d’État américain, Tony Blinken, a aussi annoncé qu’on ne peut pas parler de l’économie nord-coréenne sans mentionner la Chine. Pyongyang dépend totalement de la coopération avec Beijing, donc la Chine est particulièrement responsable de la mise en place de sanctions contre la Corée du Nord.

      Le but de ces accusations est de forcer la Chine à être «plus constructive». Pendant ce temps, les politiciens chinois déclarent constamment que le problème nucléaire dans la péninsule de Corée n’est pas provoquée par les actes de Beijing et que la Chine ne peut pas agiter une baguette magique et résoudre la situation. Les racines du problème émanent des conflits entre les États-Unis et la Corée du Nord, et c’est l’Amérique qui devrait faire preuve d’une approche constructive. Le 12 septembre 2016, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Hua Chunying a noté que le cœur du problème nucléaire sur la péninsule de Corée, réside dans le conflit entre les États-Unis et la Corée du Nord et que c’est l’Amérique qui devrait en assumer la responsabilité. «Nous appelons une fois encore toutes les parties à examiner la situation générale, à agir avec prudence afin d’éviter les provocations réciproques, ainsi qu’à promouvoir conjointement la dénucléarisation et à faire de réels efforts pour atteindre la paix et la stabilité dans la péninsule de Corée», a dit le diplomate chinois, notant que la situation actuelle témoigne de l’importance et de l’urgence véritables à revenir aux négociations à six, aussitôt que possible.

      Le 14 septembre 2016, des suggestions américaines que la Chine devrait participer activement à l’isolement de la Corée du Nord ont été rejetées dans le Quotidien du peuple chinois (Renmin Ribao). Le journal déclare que la responsabilité principale de la situation actuelle ne peut pas être imputée à la Corée du Nord, mais aux États-Unis. Le 21 septembre, dans son discours aux Nations unies, le Premier ministre chinois, Li Keqiang, n’a pas non plus mentionné les sanctions.

      Le 2 novembre 2016, Hua Chunying [la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, NdT] a annoncé une fois de plus qu’il n’est pas possible de parvenir à la solution fondamentale du problème nucléaire dans la péninsule de Corée, uniquement par des sanctions et des pressions. Commentant la récente réunion des chefs des délégations des États-Unis et de la République de Corée lors des négociations à six, pendant lesquelles il y a eu des appels répétés à renforcer les sanctions et à augmenter la pression contre la Corée du Nord dans l’espoir que la nouvelle résolution du Conseil de sécurité de l’ONU introduirait des restrictions forcées des exportations de charbon nord-coréennes, Hua Chunying a dit que le Conseil de sécurité de l’ONU examinait et discutait du problème nucléaire nord-coréen. Cependant, une part importante de la résolution 2270 du Conseil de sécurité fait référence à la nécessité de reprendre les négociations à six et de chercher à réduire la tension en Asie du Nord-Est par des moyens politiques et diplomatiques. C’est ainsi qu’une solution sensée au problème nucléaire nord-coréen peut être trouvée.

      Deux jours plus tard, le 4 novembre, elle a déclaré que le déploiement du système de défense antimissile américain sur la péninsule de Corée ruinerait l’équilibre stratégique des forces dans la région, et que Beijing se réserve le droit de prendre les mesures nécessaires pour préserver sa propre sécurité. Les actes des États-Unis vont à l’encontre des efforts déployés pour assurer la paix et la stabilité sur la péninsule de Corée, a dit Hua Chunying, appelant les parties concernées à prendre en compte les préoccupations légitimes de la Chine.

      Le cœur de la politique chinoise est à la fois la question THAAD [Terminal High Altitude Area Defense, système de missiles antibalistiques américain, NdT] (vue par la Chine comme visant à contenir ses capacités en missiles) et la perception plus large que les préparatifs militaires étasuniens contre la Corée du Nord sont en fait dirigés contre la Chine. Résultat, en dépit d’un grand nombre de différences importantes entre les pays, les relations entre Beijing et Pyongyang sont fondées sur le principe «l’ennemi de mon ennemi est mon ami». Il est plus facile de soutenir la Corée du Nord, que de risquer davantage de conséquences graves qui pourraient se produire si elle était trop durement mise sous pression. La volonté de la Chine d’enquêter sur les liens illégaux entre un grand nombre d’entreprises chinoises et la Corée du Nord montre que «la fenêtre n’est pas totalement close» et peut être vue comme une tentative d’affaiblir les efforts des États-Unis d’imposer des sanctions contre les sociétés chinoises qui font des affaires légales avec la Corée du Nord.

      La Chine et la Corée du Nord étendent en même temps leur coopération économique, malgré les effets des sanctions internationales. Selon le journal Rodong Sinmun, la troisième rencontre de la Commission intergouvernementale de Corée du Nord et de Chine, où les questions frontalières ont été discutées, s’est tenue à Pyongyang le 25 octobre. La partie chinoise était dirigée par Liu Zhenmin, et la nord-coréenne par le vice-ministre des Affaires étrangères Pak Myong-guk. La discussion a porté sur l’organisation d’un nouveau passage de la frontière, puisqu’un pont entre la ville de Sinuiju (en Corée du Nord) et la ville de Junchun (en Chine) a été construit en septembre. En outre, un pont sera ouvert entre Sinuiju et Dandong (en Chine) dans un proche avenir.

      Par ailleurs, le chiffre d’affaires entre la Corée du Nord et la Chine, au troisième trimestre de cette année, a augmenté de 3,4% par rapport à la même période de l’an dernier. Les Chinois construisent de nouveaux entrepôts et des bureaux dans la zone économique spéciale de Rason, ce qui signifie un afflux d’investissements. L’importation en Chine de voitures en provenance de Corée du Nord a fortement augmenté.

      L’importation de riz chinois a également augmenté. Selon l’administration chinoise des douanes, en septembre 2016, 18 477 tonnes de céréales ont été livrées par la Chine à la Corée du Nord. C’est 2,7 fois plus qu’en août et six fois plus qu’en septembre dernier. Ce mois-là, 16 000 tonnes de riz ont été importées (2 000 tonnes de plus qu’en janvier et août). Bien que les experts sud-coréens expliquent ce fait par la décision du gouvernement de Corée du Nord de stabiliser les prix du riz, puisque les stocks ont baissé l’an dernier, tout fait lié à la Corée du Nord a été considéré exclusivement comme le signe d’une famine imminente et d’un effondrement en cours depuis un certain temps.

      De manière générale, tandis qu’une partie accuse l’autre et fourbit ses armes, l’autre cherche des manières de résoudre le problème, ce qui montre clairement qui pourrait encourager le dialogue, mais ne veut pas le faire.

       

      Konstantin Asmolov, docteur en Histoire, premier chercheur associé au Centre d’études coréennes de l’Institut pour les études sur l’Extrême-Orient de l’Académie des sciences de Russie, exclusivement pour le magazine en ligne New Eastern Outlook.

      Traduit par Diane, vérifié par Wayan, relu par Nadine pour le Saker francophone

       

      Source :

      Repost 0
      24 septembre 2016 6 24 /09 /septembre /2016 10:48

      Après l'adoption par le Conseil de sécurité des Nations Unies, le 2 mars 2016, de la résolution 2270 ayant significativement accru les sanctions contre la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) au regard de la poursuite de ses programmes nucléaires, spatiaux et balistiques, les gouvernements occidentaux, sud-coréen et japonais poussent la République populaire de Chine à fortement diminuer ses échanges économiques avec la RPDC, dans le but de provoquer une asphyxie de l'économie nord-coréenne et un changement de régime à Pyongyang. Dans ce contexte, les données commerciales chinoises (en l'absence de séries statistiques comparables publiées par la RPD de Corée) sont scrutées avec attention, tout particulièrement dans les milieux néoconservateurs. Pékin est ainsi régulièrement condamnée de ne pas appliquer les sanctions contre la RPD de Corée en l'absence d'effondrement du commerce bilatéral Chine-Corée du Nord. Une analyse factuelle dépassant le procès d'intention montre pourtant que cette accusation reste à démontrer. 

      La ville de Dandong, à la frontière sino-coréenne, est l'un des principaux points de passage des échanges entre la Chine et la RPD de Corée.

      La ville de Dandong, à la frontière sino-coréenne, est l'un des principaux points de passage des échanges entre la Chine et la RPD de Corée.

      Selon les données statistiques douanières chinoises, les échanges bilatéraux avec la RPD de Corée ont atteint 17,7 milliards de yuans (soit 2,2 milliards d'euros) au premier semestre 2016, en baisse de 5,6 % par rapport aux six premiers mois de l'année 2015, les importations nord-coréennes ayant diminué encore plus fortement (de 8,7 %). Un rebond a cependant été constaté en août 2016 (+ 30 % par rapport à août 2015, se répartissant entre + 41,6 % pour les exportations chinoises et + 18,7 % pour les importations chinoises), après un repli en juillet 2016 (- 15,7 % par rapport à juillet 2015), n'effaçant pas une tendance globale au ralentissement. Les importations chinoises de minerai de fer ont fortement augmenté en août 2016 ; en revanche, la Chine importe moins de charbon nord-coréen, dans un contexte de saturation du marché chinois. Si l'on complète ces données par des observations de visu des échanges à la ville frontalière chinoise de Dandong, les échanges par voie ferroviaire et terrestre se poursuivent à un rythme comparable avec la période antérieure à l'adoption de la résolution 2270.

      Le fait que les exportations nord-coréennes, dominées par les produits miniers, aient plus fortement baissé que les importations de la RPD de Corée, est cohérent avec le fait qu'elles sont ciblées par la résolution 2270. Cette évolution doit cependant aussi tenir compte de l'évolution de la production nord-coréenne et des besoins chinois.

      On ne constate donc pas l'effondrement attendu (espéré ?) par les faucons néo-conservateurs, à Washington, Séoul, Tokyo ou Paris. Mais de là à affirmer que la Chine n'applique pas les sanctions commerciales contre Pyongyang, il y a un pas que ces partisans de la guerre et du chaos n'ont pas hésité à franchir.

      Il y a en effet tout lieu de croire la Chine quand, opposée au programme nucléaire militaire nord-coréen, elle affirme mettre en oeuvre les résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies. Elle a ainsi publié plus rapidement que d'ordinaire les textes réglementaires régissant son application des sanctions. Par ailleurs, le texte de la résolution 2270 reposait sur une ambiguïté - à savoir que les restrictions aux principales exportations de minerais (notamment charbon et minerai de fer) par la Corée du Nord seraient exclues du champ d'application de la résolution dès lors qu'elles seraient utilisées à "des fins concernant les moyens d'existence" de la population nord-coréenne. Cette précision a dû été acceptée par les Etats-Unis et leurs alliés, pour obtenir l'aval de la Chine dans l'adoption de la résolution : comment reprocher à présent aux autorités chinoises de ne pas respecter les termes d'un accord accepté par Washington et ses alliés,en pleine connaissance de cause ?

      Dire aujourd'hui que "la Chine n'applique pas les sanctions contre la Corée du Nord", selon les éléments de langage de l'administration américaine volontiers repris par les médias occidentaux, relève ainsi d'une méconnaissance du texte de la résolution 2270 et occulte le fait que les Etats-Unis ne sont, pour leur part, guère sensibles au respect du multilatéralisme, en s'arrogeant le droit de prendre des initiatives unilatérales - qu'il s'agisse du déploiement en Corée du Sud du système de missiles THAAD (sans aucune concertation avec Pékin ni Moscou, pourtant directement concernées) ou de la mise en oeuvre de sanctions américaines contre la RPD de Corée, à nouveau sans consulter d'autres puissances que les Etats qui leur sont affidés

      Le procès fait aux autorités chinoises est d'autant plus injuste que celles-ci n'hésitent pas à poursuivre leurs entreprises nationales qui enfreignent les règles clairement définies du régime de sanctions internationales - à savoir l'interdiction des exportations permettant la poursuite par Pyongyang de ses programmes nucléaires et balistiques.
      Le département de la sécurité publique de la province de Liaonin vient ainsi d'annoncer des poursuites contre le conglomérat Hongxiang, dirigé par Mme Ma Xiaohong et qui constitue l'un des acteurs majeurs des échanges sino - nord-coréens, basé à Dandong. Les pousruites portent sur de "graves crimes économiques" - dont la nature n'a toutefois pas été précisée.

      Principales sources :

       

      Repost 1
      15 septembre 2016 4 15 /09 /septembre /2016 12:48

      L'Institut russe d'Extrême-Orient est l'un des organismes internationaux les plus réputés pour ses analyses sur la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord). Le 7 septembre 2016, le site russe Newsinfo a publié un entretien avec un des chercheurs du centre, Evgeny Kim, sous le titre "Les sanctions des Etats-Unis rendront le régime de Kim Jong-un éternel". Nous publions ci-après cet article traduit du russe, qui revient en détail sur la situation internationale actuelle en Asie du Nord-Est et aussi les politiques des principaux acteurs en présence, y compris la Russie et la Chine.

      "Les sanctions des États-Unis rendront le régime de Kim Jong-un éternel"

      En quoi  l’arme nucléaire est-elle utile à la direction de la RPDC ? Quel rôle jouent les États-Unis dans la rivalité entre la Corée du Sud et la Corée du Nord ? Comment les gens vivent-ils maintenant en République Populaire Démocratique de Corée, et pourquoi la Russie et la Chine misent-elles sur ce pays ? Sur ces questions nous donnons la parole à Evgeny Kim, candidat en sciences philosophiques et collaborateur scientifique principal du Centre des études coréennes de l'Institut d'Extrême-Orient.

      — Que représente la République populaire démocratique de Corée ? Comme le pays vit derrière un  rideau de fer, des rumeurs circulent selon lesquelles les gens y souffrent de la faim. Qu’en est-il réellement ?

      — Le peuple vit  non dans l'aisance, comme en Amérique ou en Suède. Sans doute leur niveau de vie n’atteint pas le nôtre. Et en ce sens, certes, le pays est pauvre. Mais d'autre part, je voudrais remarquer que c'est un pays avec une économie en croissance. Si vous vous rappelez, dans les années 90 et au début des années 2000 vous aviez une économie périssante, qui allait en général vers le désarroi. Ils ont surmonté cette étape, et c'est maintenant une économie en expansion.

      De plus je voudrais remarquer qu'il n'y a pas là-bas de gens mourant de famine. Oui, puisque le pays est  modeste, leur approvisionnement n’est pas celui auquel nous sommes habitués. On estime là-bas normal que, chez eux, une personne consomme environ 1700-1800 kilocalories (kcal) par jour, et non 8000 kcal, comme le champion olympique Phelps, ou  3000 kcal, comme le Russe ordinaire. Mais, selon les normes de l'Organisation mondiale de la santé, le minimal nécessaire pour le maintien de l'activité vitale et pour le travail normal d’une personne est de 1430 kcal. Tout cela est assuré. De plus, le pays a des relations diplomatiques avec environ 150 États. Peut-on parler d'isolement ? Il me semble que non. Naturellement,  on ne va pas là-bas très facilement, un visa est nécessaire. Mais dans le monde il en est de même dans de nombreux pays.

      Pourquoi le pouvoir nord-coréen veut-il l’arme nucléaire ?

      Il faut prendre en considération que le pays vit en réalité en état de siège, parce que les troupes américaines se trouvent en Corée du Sud. Elles ne sont pas très nombreuses (28 500 soldats), mais elles sont équipées de l'armement le plus moderne.

      De plus il y a une immense base américaine militaire sur le territoire du Japon, depuis laquelle le temps de vol jusqu'en Corée n'est que de 2 à 3 heures. En outre l'armée sud-coréenne, qui comprend 660 000 personnes est environ la cinquième armée, en nombre de militaires, dans le monde. Les dépenses militaires annuelles de l'armée sud-coréenne sont d'environ 35 milliards de dollars. Pour que vous ayez une idée claire de ce que cela représente pour le Nord, j’ajoute que le produit intérieur brut de la Corée du Nord est d’environ 33 à 34 milliards de dollars.

      Les potentiels militaires de la Corée du Sud et de la Corée du Nord ne sont  pas comparables. La  Corée du Nord a décidé de miser notamment sur l'armement nucléaire et les missiles, parce qu’elle ne peut pas rivaliser avec le Sud en termes d’armements conventionnels.

      Ils ont vu  comment Kadhafi a renoncé à l'arme nucléaire, et ce qui lui est arrivé ensuite. Ils ont vu également comment, en son temps, Saddam Hussein a renoncé lui aussi à se doter de l'arme nucléaire, et ils en sont arrivés à la conclusion : si tu as l’arme nucléaire, on ne te touchera pas.

      Certes, cela demande de l'argent, mais la présence de cette arme permet de dépenser moins pour la mise en place d’armements conventionnels faisant contrepoids à ceux de la Corée du Sud. On a l’impression que les États-Unis et la Corée du Sud agissent d'une manière délibérée pour le renforcement du régime de la Corée du Nord. Ainsi, ce printemps ont eu lieu les manœuvres militaires "Key Resolve"  et "Foal Eagle". Le but de ces manoeuvres est de tester, préparer et répéter de la réalisation du plan rapide 5015 (OPLAN 5015), qui prévoit la destruction de la direction de la Corée du Nord, la destruction des centres spatiaux du pays, des centrales nucléaires et de tous les systèmes liés aux centres de gestion de la force de frappe nucléaire et des missiles.

      C'est un plan de déclaration de guerre contre un autre pays, l’inconnue étant sa date de mise en oeuvre. C'est pourquoi la direction de la Corée du Nord peut raisonner à peu près ainsi : "Regardez, nous tentons de leur parler, et eux essaient constamment de nous anéantir. C'est pourquoi nous devons être unis tous ensemble et résister face aux impérialistes américains".

      Que les États-Unis, et la Corée du Sud rêvent de liquider le régime de la Corée du Nord ne fait pas l'objet du moindre  doute. Ils le déclarent ouvertement. Bien que, officiellement, la direction sud-coréenne dise : "Nous ne sommes pas pour le remplacement du régime politique de la Corée du Nord, nous voulons seulement qu'ils renoncent à  l'arme nucléaire". Or ils ne peuvent pas renoncer à l'arme nucléaire tant que les  Américains seront présents sur territoire de la Corée du Sud, et chaque année les manoeuvres recommencent !

       

       La Chine a bloqué récemment au Conseil de sécurité de l'ONU une résolution, qui condamne l'essai de missiles. Cette décision est liée au fait que les Américains installent  leur propre défense antimissiles, mais la Chine considère qu'il faut d’abord y mettre fin, et ensuite parler des essais de fusées nucléaires. C'est-à-dire que la Chine a pris la défense de la Corée du Nord. Pourquoi pas la Russie ?

      Vous savez, nous avons une répartition des rôles bien définie. L'application du droit du veto au  Conseil de sécurité de l’ONU est une mesure extraordinaire, et il ne faut pas l'utiliser en toute occasion. Nous avons, si vous voulez, un accord  officieux avec la Chine : tout ce qui touche à la Corée du Nord  à l'ONU sera réglé par elle. Et nous appuyons automatiquement toutes les résolutions du Conseil de sécurité liées aux sanctions contre la Corée du Nord parce que les Américains les ont coordonnées avec les Chinois. Y compris la résolution 2270 du Conseil de sécurité de l'ONU qui interdit les exportations de charbon par la RPDC.

      Ainsi  la Chine fait preuve d’hypocrisie en ce qui concerne la Corée du Nord et quand elle en prend la défense c'est seulement quand l'affaire concernée touche ses propres intérêts ?

      La Chine a accédé en son temps aux désirs des Américains, et maintenant  il lui faut continuer à soutenir automatiquement cette position. Mais la Chine, en prenant tout en compte, n’est pas à même de mettre en oeuvre cette résolution. C'est aussi le cas maintenant. Le commerce entre la Corée du Nord et les régions frontalières de la Chine n'est pas fermé, il se poursuit. Et c'est pour cela qu’il n’y a pas encore en RPDC de signes de détérioration de son approvisionnement. Tout va normalement.

      Mais il me semble qu'en leur temps nos diplomates, de même que les diplomates chinois, ont fait une erreur, en pensant que s’ils accédaient aux désirs des Américains, ceux-ci accéderaient aux leurs. Il n'en est rien. Le jour même où la Chine a accepté la résolution la plus dure contre la Corée du Nord, proposée par les Américains, ceux-ci ont avancé leurs  navires en mer de Chine. Le jour même où nous avons accepté cette résolution, à la suite de la Chine, les États-Unis ont annoncé qu’ils prolongeaient les sanctions contre nous.

      Depuis toujours les États-Unis se renforcent en Corée pour une toute autre raison que le bien des Coréens. Ils sont installés en Corée pour contrer la Chine, et le système de défense antimissiles n'est pas directement dirigé contre la Corée du Nord. Quand les hommes politiques du Sud disent que les missiles du Nord menacent la sécurité nationale du pays, je me demande toujours : "prennent-ils l’avis de leurs militaires, oui ou non ?"

      Le système qui s'installera est étudié pour détruire des missiles à hauteur de 50 à 150 kilomètres. 100 kilomètres et au-delà c’est déjà au-delà de l’espace aérien. Ne sont donc concernées que les fusées balistiques intercontinentales. Pour les Coréens du Nord pilonner ou détruire quelque chose sur le territoire de la Corée du Sud n'a aucun sens si c'est pour utiliser des missiles balistiques intercontinentaux, beaucoup trop coûteux et trop imprécis. Ils feront cela par des missiles tactiques à proche rayon d’action. Et ce système, que les Sud-Coréens veulent installer, ne sera aucunement utile, mais est par contre adapté pour tenter d’intercepter des missiles qui seraient lancés depuis la Chine ou la Fédération de Russie.

      On estime que les Américains ont investi dans la Corée du Sud après la guerre pour en faire l'image du miracle asiatique et que les habitants du Nord envient le niveau de vie des Sud-Coréens et renversent leur gouvernement. Pourquoi la Chine et la Russie ne peuvent pas maintenant, s'étant unies, créer un pareil miracle avec la Corée du Nord ?

      En ce qui concerne le miracle coréen, les Américains ont injecté environ cinq milliards de dollars dans l'économie de la Corée du Sud jusque dans les années 1960. L'Union Soviétique et la République populaire de Chine ont davantage investi dans l'économie de la Corée du Nord. Jusqu'en 1972 la Corée du Nord avait un niveau de vie plus élevée que la Corée du Sud, l'économie se développait avec davantage de succès, la formation était plus élevée.

      Comment les Sud-Coréens ont-ils commencé à gagner ? Quand les Américains ont commencé la guerre contre le Viêt Nam en 1965, le pouvoir sud-coréen a envoyé là-bas deux divisions, et les États-Unis, en échange, ont augmenté l'aide militaire à la Corée du Sud et lui ont accordé un certain nombre de crédits. De plus les Américains ont également vu que leurs militaires qui faisaient la guerre au Viêt Nam avaient besoin de repos, de traitement, ils devaient coudre l'équipement, la literie … et il les fallait les approvisionner. Les Américains ont confié tout cela à la Corée du Sud. Et la Corée du Sud a gagné beaucoup d'argent. Si l'Amérique avait passé ces commandes au Japon ou en Amérique, cela aurait coûté deux fois plus cher. C'est pourquoi il n'y avait pas de place pour de la bienfaisance, c'était un calcul du côté des États-Unis de se servir du bas niveau de vie de la population de la Corée du Sud et d'une main d'oeuvre à bas coût pour recevoir toutes les facilités attendues : les vêtements, le confort et les femmes…

      Mais pour le compte de quoi la rivalité entre la Corée du Sud et la Corée du Nord se prolonge-t-elle à  longueur d’années ?

       La compétition a lieu non pas dans l'intérêt de l'aide directe américaine, mais au compte de la création de conditions plus favorables aux capitaux en dehors du pays et sur le marché international grâce à l'accès au FMI et au bénéfice de conditions favorables pour l'exportation de biens aux États-Unis.

      Pourquoi la Russie et la Chine n’aident-elles pas les Coréens du Nord à se redresser un peu économiquement ?

       La Russie est un pays capitaliste, pourquoi  aiderait-elle  un pays socialiste ?

       

      Il faut y trouver quelque intérêt. Nous aidons la Syrie, nous aidons l'Ukraine.

      Il y des intérêts.  Par exemple, depuis  longtemps j’ai dit que la Corée du Nord a des minérais très intéressants, qui seraient utiles à notre économie. Et aussi des réserves très intéressantes de terres rares. Vladimir Poutine a récemment organisé une conférence sur ce sujet. Il est intéressant de noter que nos grandes entreprises achetaient les minerais et terres rares en Amérique latine. Je dis : "Pourquoi ? Vous comprenez qu'à n'importe quel moment peut surgir un  conflit militaire, et tout cela s'arrêtera". Et ici nous avons une frontière commune, nous pourrions acheter à la République populaire démocratique de Corée ! Mais les sociétés pensent seulement uniquement à leurs bénéfices à court terme. L'avenir leur importe peu.

      Il faut qu'ici les compagnies d'État agissent, or chez nous on tente de réduire le rôle de l'État. En conséquence, sans soutien de l'État, nos sociétés travailleront difficilement avec la Corée du Nord. Il faut ici que l'État manifeste sa volonté et élabore un programme précis de coopération économique avec la Corée du Nord. Par exemple, la Corée du Nord avait une dette envers nous, nous avons déprécié 90 pour cent de cette dette, et en avons maintenu 10 pour cent (un milliard de dollars). Si les Coréens du Nord disent qu’ils ont élaboré des projets réalisables avec la Russie, alors nous pouvons considérer cet argent comme notre placement, qui irait sur de telles affaires. Nous soustrairions cela de la dette restante, et nous considèrerions cela comme notre apport. Ainsi, on peut aider Corée du Nord à moderniser certaines entreprises.

       

      Maria Snytkova a préparé cette publication.

      Lioubov Lioulko posait les questions.

      Traduction du russe YB.

      Repost 0
      24 juillet 2016 7 24 /07 /juillet /2016 15:10

      En septembre 2015, la Présidente sud-coréenne Park Geun-hye se démarquait des dirigeants occidentaux en se rendant à Pékin pour les cérémonies commémorant la fin de la Seconde guerre mondiale, arrivant à mener une politique d'équilibre entre Washington et Pékin. En février 2016, l'adoption, avec le soutien de la République populaire de Chine, de sanctions d'une ampleur sans précédent contre la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) pouvait à nouveau être perçue par les autorités sud-coréennes comme le signe que la Chine se rapprochait fortement de leurs positions sur la question nucléaire dans la péninsule coréenne. Mais la décision américano - sud-coréenne de déployer en Corée le système américain THAAD de missiles antibalistiques a mis fin à ce qui apparaissait comme un début de rapprochement stratégique entre Séoul et Pékin : en choisissant clairement le camp américain par une décision qui menace les intérêts stratégiques chinois (la portée du THAAD permettant d'atteindre la Chine du Nord-Est), Séoul est à nouveau perçue comme le simple supplétif de Washington en Asie du Nord-Est, soulevant colère et incompréhension dans l'opinion publique chinoise.

      Dessin paru dans le quotidien chinois (pro-gouvernemental) "Global Times" du 20 juillet 2016, pour illustrer un article de Ding Gang intitulé "THAAD pourrait faire l'objet d'une frappe chirurgicale".

      Dessin paru dans le quotidien chinois (pro-gouvernemental) "Global Times" du 20 juillet 2016, pour illustrer un article de Ding Gang intitulé "THAAD pourrait faire l'objet d'une frappe chirurgicale".

      Il n'est pas fortuit que l'opposition chinoise au système de missiles THAAD ait été exprimée dans un rapport sur la mise en oeuvre de la résolution 2270 imposant de nouvelles sanctions contre la RPD de Corée, adoptée par le Conseil de sécurité des Nations Unies après l'essai nucléaire nord-coréen du 6 janvier 2016 et le lancement d'un nouveau satellite par Pyongyang le 7 février 2016. En effet, pour Pékin les sanctions contre la RPD de Corée ne sont pas une fin en soi, mais doivent conduire à un retour au dialogue et aux négociations sur la question nucléaire dans la péninsule coréenne. Or, pour Washington (comme pour les faucons au pouvoir à Séoul), les sanctions sont bien une fin en soi, visant à provoquer l'effondrement de la RPD de Corée et étant combinées avec une escalade des tensions entretenue par Washington pour accélérer le processus militaire devant conduire à la chute du régime nord-coréen. Pour les partisans américains et sud-coréens de l'option militaire, le déploiement de THAAD n'est d'ailleurs que l'une des facettes les plus visibles de leur jeu hypocrite - prétendant parer à la menace d'un adversaire cent fois plus faible - mais elle n'est pas la seule : le commandement militaire américain utilise au maximum la carte des médias pour mener une guerre psychologique consistant à décrire les dirigeants nord-coréens (comme d'ailleurs ceux de tout pays s'opposant à la domination américaine) comme des dictateurs atteints de folie, tandis que s'amplifient des manoeuvres militaires désormais tripartites - associant Washington, Tokyo, Séoul et dont l'adversaire réel est bien Pékin, et pas Pyongyang.

      L'opposition de la Chine au déploiement de THAAD, rappelée dans le rapport remis par Pékin sur la mise en oeuvre de la résolution 2270, fait écho à la colère de l'opinion publique chinoise vis-à-vis des dirigeants sud-coréens, et dont rend compte un éditorial du Global Times (titre lié au Quotidien du Peuple) en date du 22 juillet 2016. Cet éditorial s'offusque également de la manière dont  les positions de principe chinoises pour la paix et le désarmement en Asie du Nord-Est (y compris pour le désarmement nucléaire de la RPDC) sont travesties par les médias conservateurs sud-coréens, qui lient le refus par Pékin du système THAAD et l'application par la Chine des sanctions contre la RPD de Corée :

      Séoul est-elle consciente des dégâts qu'elle a créés sur les intérêts de sécurité chinois et de la confusion qui en découle quant aux perceptions et aux analyses nouvellement partagées en ce qui concerne les sanctions [contre la RPDC] ? (...) La Chine a déjà payé le prix d'un refroidissement de ses relations avec la Corée du Nord, et a enregistré les pertes diplomatiques les plus importantes quant à la question nucléaire nord-coréenne.

      En d'autres termes, pour l'auteur de l'éditorial du Global Times du 22 juillet 2016, la Chine ne s'apprête pas à remettre en cause le principe des sanctions contre la RPDC, mais elle ne veut pas non plus être le jouet des intérêts américains servis par les autorités sud-coréennes - alors qu'elle a beaucoup perdu en termes non seulement d'intérêts nationaux (du fait des sanctions économiques contre Pyongyang, où elle a investi des milliards de dollars), mais aussi de prestige diplomatique, dans un contexte d'impasse des pourparlers à six (la Chine, les Etats-Unis, les deux Corée, la Russie et le Japon) sur la question nucléaire dans la péninsule.

      Sources :

      Repost 0
      Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations Chine-Corée
      commenter cet article

      Présentation

      • : Association d'amitié franco-coréenne
      • Association d'amitié franco-coréenne
      • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
      • Contact

      Recherche

      D'où venez-vous?

      aujourd'hui


      dans les 30 derniers jours

       
       

      Nouvelles de la "liste noire"

      Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

       

       

      * Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)