Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 novembre 2018 4 01 /11 /novembre /2018 22:52

C'est le dernier rapport sur les droits de l'homme en Corée du Nord dont les médias français (de France 2 dans son journal télévisé de 20h, le 1er novembre 2018, au Figaro) jugent utile de rendre compte sans porter la moindre appréciation critique sur la façon dont le travail d'enquête a été mené : selon Human Rights Watch, des violences sexuelles seraient commises de manière systématique et sans protection ni réparation des victimes. L'Association d'amitié franco-coréenne a mené, pour sa part, le travail d'investigation qui constitue la base du métier de journaliste. 

La conclusion du rapport est sans appel : les viols et autres violences sexuelles contre les femmes seraient monnaie courante, acceptés socialement et le fait de hauts fonctionnaires et autres personnes en position d'autorité. Selon Human Rights Watch

Le rapport de 86 pages, intitulé « ‘You Cry at Night, but Don’t Know Why’: Sexual Violence against Women in North Korea » (« ‘Vous pleurez la nuit sans savoir pourquoi’ : Violence sexuelle à l’égard des femmes en Corée du Nord »), décrit les contacts sexuels non désirés et la violence sexuelle qui sont devenus si courants en Corée du Nord qu’ils en sont venus à être acceptés comme faisant partie de la vie ordinaire. De nombreux Nord-Coréens – hommes et femmes – ont déclaré à Human Rights Watch que lorsqu’un responsable en position de pouvoir « sélectionnait » une femme, elle n’avait d’autre choix que de céder à toutes ses exigences, qu’elles soient sexuelles, pécuniaires ou autres. Les femmes interrogées ont déclaré que ces prédateurs sexuels comprenaient de hauts responsables du parti, des gardes et interrogateurs des prisons et d’autres lieux de détention, des policiers et agents de la police secrète, des procureurs et des soldats. Craignant de subir déchéance sociale et représailles, et sans presque aucune voie de recours, les Nord-Coréennes dénoncent rarement les abus.

Human Rights Watch

Sur quels éléments se base cette conclusion, dans un rapport au titre sensationnaliste à souhait (comme si la force des mots devait pallier le manque d'éléments tangibles incontestables) ? Les récits, encore et toujours, d'une poignée de réfugiés nord-coréens, dont on sait pourtant que nombre d'entre eux sont employés et rémunérés par les services de renseignement, qu'ils soient sud-coréens ou - plus rarement - ceux de pays occidentaux. A contrario les propos de réfugiés nord-coréens qui, eux, ne cherchent pas à attirer la lumière sont rejetés dans l'ombre. Le film (Madame B. Histoire d'une Nord-Coréenne) retraçant le récit d'une réfugiée nord-coréenne ordinaire, dont l'AAFC a soutenu la diffusion, ne parle ainsi pas tant des violences faites aux femmes (bien que le héros du documentaire soit une héroïne) que des violences et des discriminations qu'encourent les Nord-Coréens candidats à l'asile politique en Corée du Sud puis une fois sur place, à commencer par les interrogatoires inhumains qu'ils subissent dans les centres de rétention gérés par les autorités sud-coréennes. Mais cette violence-là, elle documentée de manière incontestable, n'a pas droit de cité : elle ne cadre pas avec les schémas de la presse occidentale.

Car qui retrouve-t-on comme grands témoins du rapport de HRW ? Choi Seong-guk, dont les dessins illustrent l'article de HRW cité plus haut : coïncidence, M. Choi travaillait pour les services de propagande du Nord, avant de passer au Sud... où il poursuit, comme nombre d'anciens agents du Nord ayant fait défection, le même travail de conditionnement des opinions publiques, mais naturellement à fronts renversés. Que notre interlocuteur ne présente pas les garanties de crédibilité minimums qu'est en droit d'attendre le lecteur n'effleure pas le moins du monde les salariés de HRW, qui jugent même bon d'ajouter comme commentaires de son dessin : "ce dessin n’est pas un portrait de personnes réellement observées, mais illustre une situation typique décrite par des femmes ayant vécu ce genre de situation." Il ne s'agit pas "de personnes réellement observées", mais doit-on considérer qu'il s'agit d'une fiction ? Plus fondamentalement, accepterait-on comme récit indubitable de prisonniers de Guantanamo le reportage d'une ancienne victime de la torture américaine à Guantanamo passée dans les rangs des communicants de Daech ? A tout le moins, un caveat serait émis. Rien de tel, naturellement, dans le cas de la Corée du Nord, qui pour le journaliste occidental moyen a forcément tort, car elle est la Corée du Nord.


Autres témoignages : ceux de "commerçantes". Que les femmes soient les principales commerçantes en Corée du Nord pourrait déjà, en soi, susciter un débat sur le rôle qu'elles jouent dans une société où l'argent occupe une place de plus en plus importante (et un excellent observateur de la Corée du Nord comme Philippe Pons a bien relevé, dans Corée du Nord : Un Etat-guérilla en mutation, qu'il s'agissait d'un élément montrant une émancipation des femmes dans la période récente). Mais là n'est pas le débat : ces commerçantes parlent de rapports sexuels forcés - commis par ceux qui contrôlent les marchés généraux de biens et de services où elles opéraient. Que de tels rapports coercitifs et de violence existent est probable vu l'étendue des marchés généraux en Corée du Nord, mais qu'ils soient présentés comme la norme est un raccourci saisissant, surtout si l'on recontextualise les propos de ces anciennes commerçantes. En Corée du Nord, ces détenteurs de l'autorité ainsi mis en cause sont fréquemment haïs - ils concentrent le ressentiment de larges pans de la population, et l'image qu'ils véhiculent est, peu ou prou, celle du contrôleur du fisc ou de l'huissier de justice en Occident. Si l'on ajoute que les commerçant-e-s ayant fui la Corée du Nord ont souvent commis des infractions graves qualifiées de crimes dans les législations dans tous les pays du monde, quelle valeur accorder à ces témoignages, qui combinent le ressenti et la vengeance personnels avec le besoin de se valoriser par des récits extraordinaires ? Ce biais ("plus mes propos narrent des choses horribles, plus ils ont de valeur") est bien connu des chercheurs sud-coréens qui travaillent sur les difficultés, pourtant réelles, vécues par les réfugiés nord-coréens, et qui cherchent ainsi à approcher la vérité. Pourtant, à aucun moment ce biais n'a été pris en compte par les salariés de HRW. Pire, les propos témoignant des violences les plus graves ont été considérés comme les plus crédibles, au point de servir de titre au rapport mené. 

Or les violences faites aux femmes constituent précisément, parce qu'il s'agit d'un point sur lequel les vérifications sont difficiles, l'un des cas les plus fréquents de distorsion entre la réalité vécue par les réfugiés et ce qu'ils expriment, et qui aurait ainsi mérité un travail plus sérieux sur un sujet éminemment important. La jeune et photogénique Park Yeonmi, dont les affabulations ont été démontées par une journaliste australienne peu suspecte de sympathies pour la Corée du Nord, Mary Ann Jolley, parlait ainsi de violences sexuelles dans un centre pour réfugiés en Mongolie où, selon des sources fiables, de telles pratiques n'existent pas.

Mais là où l'enquête de HRW pêche le plus fortement réside dans ses affirmations à l'emporte-pièce selon lesquelles il n'y aurait pas de politique de protection des droits des femmes par les autorités nord-coréennes, à commencer par la répression des crimes sexuels, ce qui revient donc à faire l'Etat et de son appareil judiciaire un complice (quand il n'est pas l'auteur des crimes, par les personnes dépositaires de l'autorité publique ouvertement mises en cause de par leurs fonctions, du reste assez floues). Pourtant, c'est le contraire qui ressort du discours des officiels nord-coréens (que les auteurs n'ont d'ailleurs pas jugé utile d'interroger, instruisant exclusivement un procès à charge). Ainsi, lorsqu'elles démontent les mensonges du réfugié Shin Dong-hyuk (qui a ensuite décidé de se mettre en retrait, après avoir présenté ses excuses pour n'avoir pas dit la vérité), le célèbre faux Rescapé du camp 14, les autorités nord-coréennes soulignent que ce dernier aurait commis une agression sexuelle, à l'origine de son emprisonnement. Qu'elle soit vraie ou fausse, étayée ou de circonstance, l'accusation des Nord-Coréens envers Shin Dong-hyuk révèle néanmoins un point important : les crimes sexuels sont pris au sérieux par la justice nord-coréenne, et ce malgré les dénégations de HRW. 


Mais pourquoi cet intérêt spécifique pour les droits des femmes, et les crimes sexuels en particulier, et maintenant ? Il convient tout d'abord de rappeler qu'il s'agit d'une préoccupation constante des services de renseignement sud-coréens, grands pourvoyeurs d'éléments de langage prêts à l'emploi sur les droits de l'homme en Corée du Nord, surtout au moment où le mouvement #MeToo touche - plus que d'autres - la société sud-coréenne. De ce point de vue, renvoyer la Corée du Nord aux vicissitudes de la Corée du Sud est un expédient utile, surtout en ces temps où le rapprochement inter-coréen ne fait pas que des heureux - et comme à chaque fois en semblables circonstances, la question des droits de l'homme en Corée du Nord resurgit opportunément. Le rapport de HRW tombe à pic, et il n'est pas étonnant qu'un média public comme France 2 lui accorde une couverture maximale en y consacrant un reportage de son journal télévisé de 20 heures, alors que les autorités françaises ont encore récemment démontré qu'elles étaient arc-boutées sur une position hostile à tout dialogue avec la Corée du Nord

Si Human Rights Watch a donc abordé un sujet important, il est extrêmement regrettable que les conditions de son travail d'enquête l'invalident. Les droits des femmes en Corée du Nord méritent mieux qu'un rapport de circonstance, conduit à charge et sans esprit critique, fortement influencé par des acteurs qui ont un intérêt à présenter la Corée du Nord telle qu'ils voudraient qu'elle soit et non telle qu'elle est.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?