Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 janvier 2019 2 01 /01 /janvier /2019 16:17

Le 1er janvier 2019, Kim Jong-un, président du Parti du travail de Corée (PTC), président de la Commission des affaires d'Etat de la République populaire démocratique de Corée (RPDC) et commandant suprême de l'Armée populaire de Corée, a prononcé le traditionnel discours de Nouvel an, faisant le bilan de l'année écoulée et traçant les grandes lignes de l'année qui s'ouvre. Compte tenu des évolutions intervenues en 2018 dans les relations entre la RPDC et la Corée du Sud d'une part, entre la RPDC et les Etats-Unis d'autre part, cette allocution était particulièrement attendue cette année. Voici la traduction du compte rendu qu'en a fait l'agence de presse officielle KCNA.

Kim Jong-un, le 1er janvier 2019

Kim Jong-un, le 1er janvier 2019

Le dirigeant suprême Kim Jong-un a prononcé un discours à l'occasion du Nouvel an 2019.

Dans son discours de Nouvel an, il a adressé ses vœux chaleureux au peuple et à l'armée à travers le pays et aux compatriotes au Sud et à l'étranger, et exprimé son espoir que les dirigeants et amis de pays étrangers enregistrent des succès dans leur travail.

Il a déclaré que 2018 a été une année historique où, conformément à la ligne d’indépendance et à la décision stratégique du Parti du travail de Corée, de grands changements ont eu lieu dans la situation intérieure et extérieure et l’édification du socialisme a atteint un palier nouveau.

Notant qu'en cette année nouvelle nous sommes confrontés à la tâche d’ouvrir sûrement des perspectives pour le progrès de l’édification du socialisme grâce à l’élargissement et au renforcement de la capacité de développement indépendant du pays, il a dit que nous devons arborer le mot d'ordre « Ouvrons une nouvelle voie à la marche pour l’édification du socialisme en portant haut la bannière de la confiance en soi ! ».

Il a appelé à un essor révolutionnaire sur tous les fronts de l'édification du socialisme en considérant la confiance en soi comme une arme précieuse en vue de la prospérité.

Il a souligné le besoin de réussir à atteindre l’objectif stratégique du développement de l'économie nationale en comptant sur nos propres forces techniques et ressources ainsi que sur l’esprit créateur et l’enthousiasme révolutionnaire élevés du peuple entier, pour ainsi passer à une étape nouvelle de sa croissance.

Il a mis en évidence le besoin d'augmenter par tous les moyens le potentiel politique et idéologique de notre Etat.

Il a souligné le besoin d'accélérer l'édification d'une civilisation socialiste et de renforcer le potentiel de la défense national.

Il a dit que l'année dernière a été une année émouvante, marquée de changements spectaculaires jamais vus dans l’histoire de plus de 70 ans de la division.

En nous basant sur les réalisations précieuses de l’année dernière, marquée remarquablement d’événements sans précédent, nous devons faire, en 2019, de plus grands progrès dans l’effort pour le développement des rapports Nord-Sud, la paix et la prospérité ainsi que pour la réunification du pays, a-t-il souligné.

Tous les Coréens doivent arborer le mot d'ordre « Appliquons en tous points les Déclarations historiques Nord-Sud pour inaugurer une période de pleine floraison de l’effort de paix, de prospérité et de réunification de la péninsule coréenne ! », a-t-il insisté.

Notant que notre volonté immuable est de mettre fin à la source des rapports d’hostilité militaire entre le Nord et le Sud et de transformer la péninsule coréenne en une zone de paix permanente et durable, il a appelé à étendre et développer sur tous les plans la collaboration et les échanges entre le Nord et le Sud pour raffermir la réconciliation et l’union nationales et permettre à tous les Coréens de bénéficier réellement de l’amélioration des rapports Nord-Sud.

Il a déclaré que nous ne tolérons jamais l’ingérence des forces extérieures qui entendent barrer la voie de notre nation vers la réconciliation, l’union et la réunification, en cherchant à subordonner les rapports Nord-Sud à leurs goûts et intérêts.

Il a déclaré que, l'année dernière, le PTC et le gouvernement de la RPDC se sont efforcés de façon responsable de sauvegarder la paix et la sécurité mondiales, d’élargir et renforcer les relations d’amitié avec différents pays.

Notant que la rencontre et la conférence au sommet entre la RPDC et les Etats-Unis, premières dans l’histoire, ont changé de façon spectaculaire les rapports RPDC-Etats-Unis, rapports les plus hostiles sur le globe, et ont contribué grandement à la paix et à la sécurité de la péninsule coréenne et de la région, il a souligné que c’était l'attitude immuable du PTC et du gouvernement de la RPDC, ainsi que sa ferme volonté, d’établir de nouvelles relations entre les deux pays comme l’exige le nouveau siècle, d'instaurer un système de paix permanent et durable dans la péninsule coréenne et d'aller vers une dénucléarisation complète comme stipulé dans la Déclaration conjointe RPDC-Etats-Unis du 12 Juin.

Il a ajouté que la RPDC n'avait pas l'intention de rester obstinément empêtrée dans l’histoire regrettable entre les deux pays, mais la volonté de résoudre au plus tôt le passé et à aller vers l’établissement de nouveaux rapports répondant aux aspirations des peuples des deux pays et aux impératifs de l’évolution de l’époque.

Comme l’a montré le progrès rapide des rapports Nord-Sud de l’an dernier, rien n’est impossible quand on prend la décision nécessaire, et si les partenaires de négociations osent se libérer chacun de son opinion invétérée, proposent, selon le principe de se reconnaître et de se respecter l’un l’autre, des projets équitables et procèdent avec une attitude correcte et la volonté de résoudre les problèmes, ils pourront parvenir sans faute à un aboutissement favorable à l’un et à l’autre, a-t-il déclaré.

Déclarant qu'il reste prêt à s’asseoir de nouveau n’importe quand avec le Président des Etats-Unis, il a également souligné qu'il s'efforcera d’obtenir un résultat digne d’être accueilli par la communauté internationale.

Mais si les Etats-Unis, au lieu de tenir les engagements qu’ils ont pris au vu et au su du monde entier, interprètent mal la patience du peuple coréen et tentent d'imposer certaines choses à la RPDC et de poursuivre toujours leurs sanctions et pressions contre elle, force nous serait de chercher une nouvelle voie permettant de sauvegarder la souveraineté du pays et les intérêts suprêmes de l’Etat ainsi que d’obtenir la paix et la sécurité dans la péninsule coréenne, a-t-il souligné.

Il a appelé les pays voisins et la communauté internationale à soutenir les positions et efforts sincères de la RPDC tendant à stimuler l’évolution positive de la situation dans la péninsule coréenne et lutter contre tous les actes et défis de nature à détruire la paix et à contrecarrer la justice.

Il a souligné que le PTC et le gouvernement de la RPDC, suivant les idées d’indépendance, de paix et d’amitié, continueront à renforcer l’union et la coopération avec les pays socialistes et développeront les relations avec tous les pays qui traitent amicalement la RPDC.

"Supreme Leader Kim Jong Un Makes New Year Address", KCNA, 1er janvier 2019

Partager cet article

Repost0
20 novembre 2018 2 20 /11 /novembre /2018 23:13

Dans notre édition du 13 novembre 2018, nous mettions en garde contre un article du New York Times citant une étude qui entendait dénoncer les sites cachés de missiles de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord). Nous décrivions notamment des méthodes analogues à la désinformation sur les armes de destruction massive ayant conduit à la guerre d'Irak en 2003. De fait, le 17 novembre 2018 le journaliste d'investigation Tim Shorrock (à l'origine de la publication de preuves sur le fait que les Américains ont laissé faire en connaissance de cause le massacre de Kwangju en 1980) révélait, dans The Nation, comment l'article du New York Times s'inscrit bien dans une démarche de manipulation de l'opinion publique. Son enquête a été intitulée "Comment le New York Times a trompé l'opinion à propos de la Corée du Nord", par référence directe à l'article du New York Times qui dénonçait l'attitude selon lui "trompeuse" des autorités nord-coréennes.

Tim Shorrock

Tim Shorrock

Tim Shorrock observe tout d'abord que les prétendues révélations de l'étude à laquelle le New York Times a donné sa publicité planétaire émane d'un organisme, le Centre d'études stratégiques et internationales, qui est totalement intégré au complexe militaro-industriel américain. 

Alors que les auteurs de l'étude mettaient en garde contre la possibilité que "certaines informations puissent se révéler fausses ou incomplètes" (et ils savaient de quoi ils parlaient, puisque la présidence sud-coréenne devait réagir quasi-immédiatement sur les erreurs de cette étude), cette réserve méthodologique a totalement disparu dans l'article du New York Times qui a "révélé" l'information au monde entier. 

Et pour cause : l'auteur de l'article du New York Times, David Sanger, est un journaliste de "l'Etat profond", en l'occurrence un agent d'influence des services de renseignement qui l'alimentent en fuites dûment orchestrées - ce qui a permis à David Danger de devenir l'une des voix autorisées sur les programmes militaires nord-coréens. Pour Tim Shorrock, David Sanger n'est que depuis trop longtemps le porte-voix des services de renseignement américains.

Au-delà des divergences d'approches entre la République de Corée (Corée du Sud) et les Etats-Unis sur la question coréenne, il est désormais patent que les autorités américaines utilisent tous les moyens en leur pouvoir - à commencer par le pouvoir médiatique - pour imposer des réponses qui ne sont pas celles de Séoul - qui a dû, en l'espèce, contre-attaquer, mais n'a pas osé mettre directement en cause David Sanger et le  puissant New York Times.

Washington a lancé de longue date la guerre médiatique contre la Corée du Nord, et c'est le rôle des citoyens conscients d'empêcher que l'appareil de propagande des renseignements américains ne précipite la planète dans un nouveau conflit pour le seul profit du lobby militaro-industriel.

Sources : 

Partager cet article

Repost0
18 novembre 2018 7 18 /11 /novembre /2018 23:20

La mise en place d'un comité conjoint américano-sud-coréen concernant les relations économiques avec la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) a entraîné une réaction courroucée de Pyongyang, comme une tentative d'ingérence dans les relations Nord-Sud. De fait, les approches américaine et sud-coréenne concernant les sanctions à l'égard de la RPD de Corée divergent de plus en plus fortement, et un tel comité apparaît comme une forme de tutelle américaine, ainsi que l'a observé Oleg Kiryanov , correspondant à Séoul du journal Rossiyskaïa Gazeta, et par ailleurs diplômé de l’Université nationale de Séoul où il a étudié pendant six ans. Nous publions ci-après du russe (traduction YB) un article publié le 4 novembre 2018 dans Rossiyskaïa Gazeta, intitulé "Les Etats-Unis ont intimidé des hommes d'affaires sud-coréens qui sont allés en République populaire démocratique de Corée" (traduction AAFC-YB).

Manoeuvres militaires conjointes entre les Etats-Unis et la Corée du Sud

Manoeuvres militaires conjointes entre les Etats-Unis et la Corée du Sud

Les autorités des États-Unis continuent à exercer une pression directe sur les milieux d'affaires de la Corée du Sud, en les menaçant de sanctions en cas de tentatives de coopération économique avec Pyongyang. Après les coups de téléphone directs des collaborateurs du ministère des Finances des États-Unis aux banques sud-coréennes, qui ont commencé à manifester un intérêt au développement des liens avec la République populaire démocratique de Corée, les grands conglomérats locaux ont été visés par les représentants de l'ambassade des États-Unis à Séoul qui leur ont dit "de se préparer à un entretien avec les représentants du ministère des Finances".

Nous rappellerons que ces derniers temps les divergences entre les approches des États-Unis et de la Corée du Sud concernant la RPDC sont devenues évidentes. Si Washington continue à insister sur l'intensification de la pression sur Pyongyang, le gouvernement du Sud souligne la nécessité de lever certaines sanctions, en estimant que ce n'est que par la voie de concessions mutuelles qu'on peut encourager la RPDC à renoncer à l'arme nucléaire et réduire les tensions. L’écart de son allié "de la ligne générale" a fortement fâché Washington. Plus d'une fois les États-Unis ont déjà clairement adressé des avertissements à la République de Corée. Dans la même période les émissaires américains sont souvent venus à Séoul pour exercer des pressions sur le gouvernement. Bien qu'à Séoul on tente de ne pas étaler tout cela au grand jour c’est devenu tellement évident que le ministre de la Réunification de la Corée du Sud a reconnu des divergences d’approche avec les États-Unis.

Les États-Unis ont continué la tactique de la pression non seulement sur le gouvernement du Sud, mais aussi directement "avec des menaces ciblées" sur les personnes susceptibles de mener des coopérations avec le Nord. Les fonctionnaire du ministère des Finances des États-Unis ont téléphoné à toutes les grandes banques de la Corée du Sud qui, sous une forme ou une autre, ont déclaré être prêtes à une coopération avec la RPDC, et les ont mises en garde sur "la nécessité de respecter le régime de sanctions contre la RPDC", en faisant remarquer que, si les banques désobéissaient, les États-Unis pourraient également leur appliquer des sanctions. Il est évident que Washington a commencé à étudier les mesures à prendre si le gouvernement du Sud manifeste une "indépendance excessive" et donne aux banques l'ordre de commencer l'instruction des projets avec la RPDC.

C'est maintenant le tour des conglomérats sud-coréens. Les diplomates des États-Unis travaillant à l'ambassade de Séoul sont venus voir les directions de ces compagnies qui ont accompagné le président Moon Jae-in à Pyongyang en septembre, et ils ont dit aux hommes d'affaires "de se préparer à des appels téléphoniques du ministère des Finances des États-Unis". Selon les propos des diplomates le ministère américain voudrait entendre leurs explications au sujet des promesses faites à Pyongyang de développer la coopération avec la RPDC qu'envisagent les conglomérats sud-coréens avec le Nord. Moon Jae-in était accompagné d’une grande délégation économique, comprenant des représentants de la direction des principales entreprises de Corée dont Samsung, Hyundai, SK et LG.

Selon le journal sud-coréen Chosun Ilbo, les compagnies ont confirmé que l'ambassade des États-Unis leur a dit de s'attendre à des coups de téléphone du ministère des Finances américain et que de plus ceux-ci seraient uniquement adressés aux directeurs des compagnies.

Les experts sud-coréens ont fait à la fois le parallèle avec "les coups de téléphone directs" aux banques toujours par ce ministère des États-Unis et ont supposé raisonnablement que l'essentiel des conversations serait analogue : des avertissements sur "la nécessité de respecter les sanctions" et des menaces explicites de "prendre des mesures" si d'aventure les hommes d'affaires s'avisaient de désobéir.

Pourtant, très récemment, les États-Unis auraient changé d'avis sur le fait de téléphoner. "Nous avons entendu dire que les représentants des États-Unis ont renoncé, on ne sait pourquoi, à l'idée de nous téléphoner … Mais aucune explication n'a été donnée", a déclaré un représentant du conglomérat Hyundai. Ces propos ont été confirmés par Samsung, SK et LG.

Selon les politologues, tout s’est joué lors de la visite récente à Séoul du représentant spécial des États-Unis spécial pour la RPDC Stephen Biegun. En une semaine il n’a pas hésité à venir deux fois en Corée du Sud, et, en outre, lors de sa deuxième visite il a insisté pour que participent à la rencontre avec lui des personnes haut placées dans l'administration du président, et qui sont considérées comme les principaux partisans du développement de la coopération et de la réconciliation avec la RPDC. Après le départ de Biegun les États-Unis ont déclaré aussitôt qu'ils se sont mis d'accord pour créer avec la Corée du Sud un comité commun, qui s'occupera de la coordination de la politique en ce qui concerne la RPDC. Selon des sources internes aux cercles politiques de la Corée du Sud, cette structure réalisera des fonctions de surveillance et de contrôle quant à "le penchant excessif" de Séoul en ce qui concerne l'amitié avec Pyongyang. "Je ne peux pas dire précisément ce qu’a déclaré Biegun mais il a fait savoir que les États-Unis n’approuvent pas l'approche de la Corée du Sud et que Séoul doit modérer son ardeur et soutenir la ligne américaine. Ce nouveau comité s’est vu doter de grandes responsabilités, ce qui a satisfait Washington et garanti que les États-Unis cibleront et contrôleront toutes les actions du Sud concernant le Nord. C’est probablement pourquoi les États-Unis ont décidé qu'ils n'avaient plus de besoin de prévenir les compagnies directement", a expliqué une source sud-coréenne bien placée et voulant rester anonyme. Elle a reconnu aussi que "les coups de téléphone directs "des États-Unis" ont étonné fortement les banquiers locaux et les hommes d'affaires. Toujours selon la même source, "c'est une pratique réellement extraordinaire. Je ne cacherai pas que cela a blessé plusieurs Coréens que Washington tente de leur dire directement ce qu’ils doivent faire". Mais les Etats-Unis estiment visiblement qu’il est temps de passer à une plus pression plus forte.

Article original en russe : 

Partager cet article

Repost0
13 novembre 2018 2 13 /11 /novembre /2018 23:08

Dans un contexte où le dialogue américano - nord-coréen est pour le moment suspendu, un certain nombre d'acteurs tentent de faire pencher la balance dans le sens d'un arrêt des discussions et d'un retour au cycle antérieur des tensions et des sanctions, dont ils espèrent qu'elles entraînent l'effondrement de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord). C'est ainsi qu'un rapport émanant notamment de milieux du renseignement, publié par un groupe ("Beyond Parallel") relevant d'un certain Centre d'études stratégiques et internationales, a été publié fort à propos dans le New York Times, pour démontrer la "grande supercherie" à laquelle se livrerait la Corée du Nord, en entretenant un réseau d'au moins vingt bases secrètes de missiles balistiques. Sauf que le contenu du rapport n'a rien de scoop, et encore moins valeur de preuve quant à une supposée duplicité dont ferait preuve Pyongyang dans ses discussions avec les Etats-Unis. 

Les photos de la base de Sakkanmol, présentées comme l'une des principales pièces à conviction

Les photos de la base de Sakkanmol, présentées comme l'une des principales pièces à conviction

Comme toujours, le rapport présente toutes les garanties attendues d'un travail d'experts dont les conclusions seraient recoupées, vérifiées et indubitables, en se fondant sur des images satellitaires et de "nombreux" entretiens avec des experts occidentaux du renseignement et des transfuges nord-coréens. 

Mais l'entreprise de déstabilisation du dialogue entre Washington et Pyongyang est tellement évidente, et par ailleurs contraire aux intérêts de Séoul, que c'est  la présidence sud-coréenne (citée par l'agence Yonhap) a jugé nécessaire de démonter, une à une, les conclusions d'un rapport destiné, une fois encore, à dresser l'opinion publique occidentale contre le régime de la RPD de Corée, suivant des méthodes qui rappellent la salve médiatique menée à grande échelle à la veille de l'invasion de l'Irak en 2003. 

Première faille du rapport : les informations données ne constituent pas un scoop, et sont d'ailleurs connues de longue date par Séoul et Washington qui dispose d'informations plus complètes et plus fiables.  Selon Kim Eui-kyeom, porte-parole de la présidence sud-coréenne cité par Yonhap : 

Les autorités des services de renseignement de la Corée du Sud et des Etats-Unis ont des informations beaucoup plus détaillées fournies par les satellites militaires et sont en train de suivre étroitement (cela).

Deuxième faille : l'amalgame opéré entre les missiles balistiques intercontinentaux et les missiles balistiques de courte et moyenne portée. Toujours selon le porte-parole de la présidence sud-coréenne cité par l'agence Yonhap, "les installations n'ont rien à voir avec les missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) et les missiles balistiques à portée intermédiaire (IRBM)". 

Troisième faille : Pyongyang ne s'est engagé en rien sur ces sites de missiles et ne peut donc pas être accusé d'en avoir dissimulé l'existence. Selon Yonhap, 

Le Nord n'a pas promis de fermer la base et il n'y a pas eu d'accord ou de négociations pour celle-ci, a souligné Kim.

Bref, beaucoup de bruit pour rien ? Non, car dans la guerre médiatique contemporaine l'ennemi à abattre doit faire l'objet d'attaques systématiques, sur tous les fronts, en engageant les grandes manoeuvres préalables sur le terrain de la manipulation des opinions publiques, sans laquelle aucune guerre ne peut aujourd'hui être menée en Occident, avant le déclenchement des hostilités.  

Plus que jamais, l'Association d'amitié franco-coréenne amène à redoubler d'efforts dans le combat contre la désinformation, pour le dialogue et pour la paix.

Principale source : 

Partager cet article

Repost0
7 novembre 2018 3 07 /11 /novembre /2018 14:24

Après la publication d'un rapport d'une ONG américaine sur les droits des femmes en République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord), dont la large et soudaine médiatisation rappellent les méthodes traditionnelles du gouvernement américain et/ou d'officines pour influencer l'opinion publique, une initiative américaine prend le contre-pied de la politique suivie par l'administration Trump depuis juin 2018 sur le dossier coréen : à compter du 5 novembre 2018 les manoeuvres navales conjointes ont repris entre les armées américaine et sud-coréenne - alors que le président américain s'était engagé à suspendre ce qu'il qualifiait d' "exercices de guerre" et de "provocations". Faut-il y voir dans la publication du rapport de Human Rights Watch et les exercices militaires des provocations délibérées, ou seulement une manifestation supplémentaire des méthodes très peu diplomatiques de négociation de l'administration Trump - consistant à exercer une pression maximale pour faire céder l'interlocuteur, placé dos au mur ? L'incertitude est d'autant plus grande que les autorités américaines sont traversées de profondes divisions internes sur le dossier coréen, et qu'une partie de l'appareil d'Etat a, dès l'origine, tout fait pour faire échouer le dialogue en cours, souhaitant ardemment revenir à la vieille politique de l'étranglement économique et militaire des régimes non amis, malgré l'échec patent de cette politique pour empêcher la Corée du Nord de se doter d'une force de frappe nucléaire susceptible d'atteindre le territoire américain. 

Exercices conjoints le 19 septembre 2017 à Pohang

Exercices conjoints le 19 septembre 2017 à Pohang

Certes, ce ne sont pas les manoeuvres militaires de grande ampleur - les plus importantes au monde en temps de paix - qu'effectuaient plusieurs fois par an Washington et Séoul aux abords immédiats de la Corée du Nord. Mais comme le souligne l'agence officielle sud-coréenne Yonhap, il s'agit des premiers exercices conjoints depuis juin 2018, ce qui envoie un signal inquiétant vis-à-vis des autorités nord-coréennes. Suivant les éléments de langage de Séoul - totalement en phase avec ceux de Washington : 

La Corée du Sud et les Etats-Unis ont repris des exercices navals conjoints ce lundi pour la première fois depuis qu'ils ont été suspendus en juin pour faciliter la détente dans la péninsule coréenne.

Les alliés ont entamé le Korea Marine Exercise Program (KMEP), qui mobilise 500 hommes du corps des Marines sud-coréen, de la Force navale américaine stationnée à Okinawa, au Japon, et des équipements militaires comme des véhicules d'assaut amphibies.

La reprise des exercices fait suite à la décision des alliés de continuer leurs exercices au niveau des bataillons et de petite envergure alors qu'ils songent apparemment à suspendre les manœuvres de grande ampleur pour ne pas provoquer le régime communiste dans un contexte d'efforts pour la paix.

Yonhap

Toujours pour banaliser ce qui est une décision majeure, l'agence officielle Yonhap énumère le nombre d'exercices similaires conduits les années passées. Mais quel que soit l'habillage, une provocation reste une provocation, et le risque est que la Corée du Nord ne se considère plus liée par son engagement réciproque de suspendre ses tirs balistiques et nucléaires. Dès lors, une escalade peut survenir - et il faudra alors se souvenir que ce sont les Américains qui auront lancé les hostilités, avec l'accord des Sud-Coréens. 

Peu après l'engagement des exercices maritimes, une nouvelle visite à Pyongyang du secrétaire d'Etat Mike Pompeo a été reportée - sans qu'il ne soit précisé, à ce stade, quelle partie avait pris cette décision, ni pour quels motifs. Au printemps, le Président Donald Trump avait déjà annulé le sommet prévu avec le Président Kim Jong-un - avant de le rétablir après une médiation sud-coréenne. En août, il avait à nouveau reporté sine die un déplacement en Corée du Nord de Mike Pompeo, avant que les autorités nord-coréennes ne mettent en scène leur volonté intacte de dialogue lors des cérémonies de célébration du soixante-dixième anniversaire de la fondation de la République populaire démocratique de Corée, le 9 septembre 2018 - ce qu'avait alors hautement apprécié Donald Trump. Les changements de ligne sont une constante de la méthode du coup de poing sur la table du chef d'Etat américain, mais qui en diplomatie sape plus sûrement la confiance mutuelle que dans une négociation commerciale où les objectifs à atteindre sont objectivement quantifiables. En tout état de cause, à Pyongyang, la question doit à présent se poser s'il l'on n'a pas fait preuve d'une trop grande faiblesse et d'une confiance excessive envers l'administration américaine.

Partager cet article

Repost0
25 octobre 2018 4 25 /10 /octobre /2018 22:01

Le 25 octobre 2018, les deux gouvernements coréens ont achevé le processus de démilitarisation de la zone commune de sécurité (acronyme anglais : JSA) située de part et d'autre du 38e parallèle, dans la zone démilitarisée. L'Association d'amitié franco-coréenne salue cette mesure qui met en oeuvre l'une des dispositions des mesures adoptées conjointement lors du sommet de Pyongyang de septembre 2018, permettant de diminuer les tensions ainsi que les risques d'affrontement accidentels, et s'inscrit dans le cadre de la déclaration du 19 septembre 2018 : mettre un terme aux rapports hostiles militaires en adoptant des mesures de confiance mutuelle, dont la portée dépasse de loin la dimension symbolique. 

La zone commune de sécurité (JSA) : enfin démilitarisée !

Pendant 20 jours, à compter du 1er octobre 2018, Nord et Sud-Coréens ont procédé à un travail de déminage dans la JSA, qui a par ailleurs permis de mettre à jour les restes de soldats morts pendant la guerre de Corée. Les vérifications sont prévues les 26 et 27 octobre 2018. 

Le 25 octobre, le retrait des postes militaires, des troupes et des armes à feu est devenu effectif à 13 h (heure locale), dans ce qui est devenu désormais l'une des
toutes premières zones tampons, démilitarisée, entre les deux parties de la Corée. Chacune des deux parties (Nord et Sud) pourra stationner 35 hommes (dont 5 officiers) dans la zone, qui sera ouverte aux civils coréens et aux touristes étrangers de 9h à 17h. 

Des discussions vont désormais définir le statut de l'organisme conjoint qui sera chargé de la gestion de la JSA.

Le processus de désarmement a été mené conjointement avec le Commandement des Nations unies en Corée (acronyme anglais : UNC), traduisant ainsi l'implication des Etats-Unis au-delà des échanges Nord-Sud. Alors que les secteurs (minoritaires) de l'opinion sud-coréenne hostiles à la politique de rapprochement inter-coréen avaient dénoncé une attitude qui consistait, selon eux, à mettre les Etats-Unis devant le fait accompli (traduisant que ces néo-conservateurs se sentent plus américains que sud-coréens...), une des vertus de cette mesure est également d'engager concrètement Washington sur la voie de la paix et du désarmement dans la péninsule coréenne - alors que le dialogue entre les Etats-Unis et la République populaire démocratique de Corée en est encore à ses débuts..

Source : 

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2018 1 08 /10 /octobre /2018 21:07

La visite du secrétaire d'Etat Mike Pompeo à Pyongyang - après le sommet de Sentosa du 12 juin 2018 entre les dirigeants nord-coréen et américain - s'était déjà soldée par un semi-échec, avant que le Président Donald Trump n'annule un nouveau déplacement au nord de la Corée de son secrétaire d'Etat fin août - en raison, selon lui, du manque de progrès dans la dénucléarisation de la République populaire démocratique de Corée. Mais depuis le dialogue bilatéral a repris au plus haut niveau, avec une nouvelle rencontre à Pyongyang entre le Président Kim Jong-un et Mike Pompeo, le 7 octobre 2018. Ce réchauffement s'explique largement par les nouveaux gestes de bonne volonté accomplis par les Nord-Coréens : alors que la parade militaire du 9 septembre 2018, pour les 70 ans de la fondation de la RPDC, a évité de mettre en avant les missiles balistiques et les avancées du programme nucléaire, la visite à Pyongyang du président sud-coréen Moon Jae-in du 18 au 20 septembre 2018 a consacré de nouveaux engagements du Président Kim Jong-un : aux termes de la déclaration commune du 19 septembre 2018, "le Nord a exprimé son intention de continuer à prendre des dispositions supplémentaires, telles que celles concernant la suppression perpétuelle des installations nucléaires de Nyongbyon, si les Etats-Unis prennent les mesures correspondantes selon l’esprit de la déclaration conjointe du 12 Juin RPDC-USA".

Kim Jong-un et Mike Pompeo, le 7 octobre 2018

Kim Jong-un et Mike Pompeo, le 7 octobre 2018

En termes diplomatiques, cela s'appelle un échange approfondi, visant à mettre sur la table tous les sujets de désaccord pour poser les termes de la discussion : le 7 octobre 2018, Mike Pompeo a rencontré pendant cinq heures et demie (deux réunions de deux heures avant et après le déjeuner, et un déjeuner d'une heure et demie) le dirigeant Kim Jong-un. sauf pendant le déjeuner, le président de la Commission des Affaires d'Etat de la République populaire démocratique de Corée n'était accompagné que de sa sœur, Kim Yo-jong - témoignant ainsi de son implication personnelle sur le dossier des relations avec Washington.

D'après la dépêche de l'agence nord-coréenne KCNA, les discussions ont porté sur la mise en œuvre de la déclaration du 12 juin 2018, les "propositions" de Pyongyang pour "résoudre la question de la dénucléarisation" et en ce qui concerne "des sujets d'intérêt commun", et enfin l'organisation d'un second sommet avec le Président Donald Trump - dont la date et le lieu restent à fixer. Un autre site que Singapour semble probable.


Le secrétaire d'Etat Mike Pompeo a ensuite rendu compte de ces échanges, qu'il a qualifiés de "productifs", à Séoul, avant de prendre le chemin de Pékin. Selon le président sud-coréen, il est prévu un déplacement à Moscou du Président Kim Jong-un (témoignant ainsi de la volonté nord-coréenne de rehausser le statut de la Russie comme un des partenaires privilégiés de Pyongyang, après ses visites du printemps en Chine), ainsi qu'une visite à Pyongyang du président chinois Xi Jinping (qui serait donc le premier chef d'Etat non coréen à se rendre au Nord depuis l'accession du Président Kim jong-un aux plus hautes fonctions du Parti et de l'Etat), tandis qu'est envisagé un sommet entre le Japon et la RPD de Corée. Ce dernier point est probablement le plus compliqué à mettre en œuvre, au regard de la position intransigeante de Tokyo sur la question coréenne, y compris en ce qui concerne les droits de la minorité coréenne qui réside au Japon. Mais la RPD de Corée avait là aussi fait le premier pas lors des cérémonies de célébration de la fondation de la République, le 9 septembre 2018, en évitant notamment les allusions trop marquées à la colonisation japonaise.

En renonçant unilatéralement, à ce stade, à exiger des engagements contraignants de Pyongyang (qu'il s'agisse d'un calendrier de dénucléarisation ou d'une liste des armes nucléaires nord-coréennes), les Etats-Unis ont contourné les points de blocage à un approfondissement du dialogue avec Pyongyang. Mais ils doivent aussi, à présent, mettre sur la table d'autres propositions que la suspension des manœuvres militaires avec la Corée du Sud, alors que la Corée du Nord a précisé que la conclusion formelle d'un traité de paix ne pouvait pas constituer la contrepartie à sa dénucléarisation. Garanties de sécurité, contreparties économiques (à commencer par la levée des sanctions), établissement de relations diplomatiques (à un niveau à préciser) : l'éventail de ce qu'attend Pyongyang est large. Reste à savoir ce que Washington est prêt à accorder, suivant le principe d'une démarche "action pour action" où la confiance mutuelle s'établit lorsque chacune des deux parties accomplit un pas vers l'autre. Mike Pompeo a d'ailleurs reconnu le bien-fondé de la démarche, en déclarant qu'un nouveau "pas" avait été effectué - un pas qui, selon nous, conduit plus avant sur la voie du désarmement, de la paix, de la prospérité et de la sécurité collective.

Partager cet article

Repost0
27 septembre 2018 4 27 /09 /septembre /2018 19:28

Il y a un an, le Président américain Donald Trump menaçait de "détruire complètement" la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) à la tribune des Nations Unies. Lors du débat général de la 73e session, qui s'est ouvert le 25 septembre 2018, le ton a radicalement changé - alors que les deux Etats coréens se sont engagés, depuis le début de l'année 2018, dans un processus accéléré de rapprochement et ont plaidé conjointement pour la dénucléarisation, la paix et la sécurité collective dans la péninsule coréenne. L'Association d'amitié franco-coréenne examine les déclarations et positions adoptées par trois des protagonistes du dossier coréen dans le contexte de la session 2018 de l'assemblée générale : les Etats-Unis d'Amérique, la République de Corée et le Japon.

La 73e session de l'Assemblée générale des Nations unies

La 73e session de l'Assemblée générale des Nations unies

Donald Trump, entre enthousiasme réel et répétition à la tribune des éléments de langage préparés par son administration

Le 26 septembre, dans le contexte de l'assemblée générale des Nations Unies, Donald Trump a fait état d'une "lettre extraordinaire" qu'il a reçue du Président Kim Jong-un, avant un second sommet dont la préparation conduira à une nouvelle visite du secrétaire d'Etat Mike Pompeo en RPD de Corée dès octobre. Tout en remerciant pour leurs efforts diplomatiques la Corée du Sud (il avait reçu le Président Moon Jae-in le 24 septembre), la Chine et (plus curieusement, effet de l'alliance nippo-américaine ?) le Japon, le président américain a exprimé sa conviction que la RPD de Corée était déterminée à avancer sur la voie de la paix et de la prospérité :

Je viens de montrer une lettre que j'ai reçue hier du dirigeant Kim, qui est une lettre extraordinaire (...) J'ai reçu d'autres lettres du dirigeant Kim. Il veut voir se réaliser des choses formidables pour la Corée du Nord, pour en faire une puissance économique, et ils ont le potentiel pour accomplir cela (...) Je crois que le dirigeant Kim Jong-un, un homme que j'ai appris à connaître et à aimer bien, veut la paix et la prospérité pour la Corée du Nord (...) Beaucoup de choses se passent dans les coulisses, loin des médias, ce que personne ne sait, mais elles se produisent néanmoins et elles se déroulent de manière très positive. Je pense donc que vous aurez de très bonnes nouvelles en provenance de Corée du Nord dans les mois et les années à venir.»

Yonhap

Conscient que fixer une date butoir pour la dénucléarisation de la RPD de Corée (comme l'y appellent les faucons de son administration) est le meilleur moyen de faire échouer le dialogue avec Pyongyang, le Président Donald Trump a déclaré, lors d'une conférence de presse, qu'il refusait de se laisser prendre dans un "jeu du calendrier", et que l'essentiel était de poursuivre le moratoire sur les essais nucléaires et balistiques (auxquels il semble avoir assimilé les tests d'engins spatiaux, dont les finalités sont pourtant très différentes) :

Si cela prend deux ans, trois ans ou cinq mois, peu importe. Il n'y a pas de test nucléaire et il n'y a pas de test de fusées.

Yonhap

Ces propos font écho aux déclarations du Président Kim Jong-un rapportés par des officiels sud-coréens, selon lesquels le dirigeant nord-coréen envisagerait une dénucléarisation de la péninsule coréenne avant la fin du mandat de quatre ans du président américain (soit fin 2021). Cette date butoir n'a toutefois été confirmée ni par des sources nord-coréennes, ni dans le cadre du dialogue américano-nord-coréen. Elle est revanche crédible avec la volonté probable de Pyongyang d'éviter qu'un changement éventuel de locataire à la Maison Blanche ne remette en cause la pérennité du processus engagé.

En même temps, le discours de Donald Trump devant les Nations Unies - probablement écrit par ses conseillers - a été en revanche très conventionnel, sans aspérités ni déclaration marquante, en réaffirmant surtout qu'il n'y aurait pas de levée des sanctions avant l'achèvement du processus de dénucléarisation de la Corée du Nord. Une telle affirmation est le meilleur moyen de faire échouer le dialogue avec Pyongyang, et correspond à une constante du discours américain actuel.

Moon Jae-in : favoriser la pleine intégration de Pyongyang sur la scène internationale

Soucieux de convaincre les autres membres des Nations Unies de la nécessité de prendre en compte la nouvelle priorité accordée par la RPD de Corée à l'économie, le Président Moon Jae-in a exhorté la communauté internationale à aider à la pleine intégration de la RPD de Corée :

Le 20 avril, la Corée du Nord a officiellement mis fin à sa politique de développement nucléaire et concentre à présent tous ses efforts dans le développement économique (...) La Corée du Nord est sortie d'elle-même de son long isolement pour s'ouvrir à nouveau au monde (...) Maintenant, il est temps pour la communauté internationale de répondre au nouveau choix et aux efforts de la Corée du Nord.

Yonhap

S'agissant des relations inter-coréennes, Séoul a d'ailleurs formulé de nouvelles propositions : le 27 septembre 2018, Kim Young-choon, ministre de la Pêche et des Océans, a fait part de la possibilité - discutée avec ses interlocuteurs nord-coréens - de créer une zone de pêche commune près de la frontière maritime occidentale ainsi que de moderniser certains ports nord-coréens.

L'appel à saisir la main tendue par Pyongyang s'adressait en premier lieu aux pays qui n'ont toujours pas établi de relations diplomatiques complètes avec la RPD de Corée - parmi lesquels les Etats-Unis, le Japon et la France. Le Japon a exprimé sa volonté d'améliorer les relations bilatérales avec Pyongyang, tandis que la France, une fois de plus, a occulté la question coréenne dans l'intervention à la tribune d'Emmanuel Macron.

Shinzo Abe : pour une rencontre avec Kim Jong-un, vraiment ?

Le Japon étant manifestement soucieux de ne pas être à la remorque des Etats-Unis en se faisant marginaliser sur le dossier nord-coréen, son Premier ministre Shinzo Abe a exprimé sa volonté d'un sommet avec le dirigeant nord-coréen, mais en le limitant visiblement à un unique objet - le rapatriement des Japonais enlevés par les services nord-coréens il y a plusieurs décennies, et constituant un dossier que Pyongyang tend à considérer comme ayant été réglé.

Pour pouvoir résoudre le problème des enlèvements, je suis également prêt à mettre fin à la méfiance mutuelle avec la Corée du Nord, prendre un nouveau départ et rencontrer en face-à-face le président Kim Jong-un.

France 24

Mais le Japon est-il sincère dans sa volonté de dialogue avec Pyongyang - Shinzo Abe ayant quand même dû préciser qu'aucun sommet n'est en cours actuellement ? On peut en douter, tant le Japon a été en pointe, au cours de l'année 2017, pour sanctionner toujours davantage la Corée du Nord, et au regard de l'opportunité qu'ont alors constitué les tensions autour de la péninsule coréenne pour que le Premier ministre conservateur dissolve la chambre basse et élargisse sa majorité - en surfant sur un discours violemment anti-RPDC. 

Sans répondre à la proposition japonaise, le Rodong Sinmun, quotidien du Parti du travail de Corée, a répondu que le Japon devait d'abord s'excuser pour ses crimes de guerre (des millions de travailleurs forcés, des centaines de milliers d'esclaves sexuelles et également des centaines de milliers de conscrits malgré eux à la fin de la colonisation japonaise) et apporter des compensations - comme il l'a fait par ailleurs sur ce point en 1965, lors de la normalisation des relations diplomatiques entre Séoul et Tokyo :

Notre peuple n'a pas oublié les péchés commis dans le passé par le Japon, même maintenant (...) Sans repentance, excuses et compensations pour les péchés du passé, (le Japon) ne pourra pas vivre avec confiance dans la communauté internationale.

Rodong Sinmun

La porte au dialogue n'est pas fermée. Mais Tokyo devra encore faire un effort pour l'ouvrir.

Partager cet article

Repost0
24 septembre 2018 1 24 /09 /septembre /2018 21:53

La visite du Président Moon Jae-in au nord de la Corée, du 18 au 20 septembre 2018, a permis d'acter de nouveaux progrès vers la dénucléarisation de la péninsule coréenne, aux termes de la déclaration commune signée à Pyongyang le 19 septembre 2018 : d'une part, "le Nord a décidé d’abord de détruire à jamais le champ d’essai de moteurs et la rampe de lancement de fusées de la commune de Tongchang en autorisant la visite d’experts des pays intéressés", et d'autre part "le Nord a exprimé son intention de continuer à prendre des dispositions supplémentaires, telles que celles concernant la suppression perpétuelle des installations nucléaires de Nyongbyon, si les Etats-Unis prennent les mesures correspondantes selon l’esprit de la Déclaration conjointe du 12 Juin RPDC-USA". C'est fort de ces engagements de Pyongyang que le Président Moon Jae-in a rencontré à New York, le 24 septembre 2018, le Président Donald Trump, auquel le Président Kim Jong-un avait proposé une nouvelle rencontre, après leur sommet du 12 juin 2018 à Singapour. Le président américain, qui avait favorablement réagi au message délivré par Pyongyang lors de la célébration du 70e anniversaire de la fondation de la République populaire démocratique de Corée (pas de missiles balistiques intercontinentaux, pas d'armes nucléaires lors du défilé militaire), a annoncé qu'un nouveau sommet RPDC-Etats-Unis aurait lieu à une date "prochaine".

Visite de Moon Jae-in aux Etats-Unis : Donald Trump annonce un prochain sommet avec Kim Jong-un

Le Président Trump aime cultiver les effets d'annonce ; il n'a pas failli à sa réputation en distillant les informations aux journalistes quant au prochain sommet entre Pyongyang et Washington, avant sa rencontre avec le Président Moon Jae-in :

Ce sera entre la Corée du Nord et les Etats-Unis, donc dans un format similaire à celui que nous avons eu précédemment, probablement en un autre lieu. A nouveau, ce sera annoncé très bientôt.

Le secrétaire d'Etat Mike Pompeo, dont le Président Donald Trump avait différé fin août sine die une nouvelle visite en RPD de Corée, se rendra à nouveau à Pyongyang d'ici la fin de l'année, pour préparer ce second sommet, qui devrait préciser les engagements pris lors du sommet historique de Singapour - qui était le premier de l'histoire entre un dirigeant suprême nord-coréen et un président américain en exercice, et ainsi d'une portée comparable à celle du premier sommet israélo-palestinien.

Alors que les Nord-Coréens ont multiplié depuis ce printemps les gestes de bonne volonté, Washington tarde à préciser ses engagements en matière de sécurité collective et de non-agression vis-à-vis de Pyongyang - lesquels seraient le corollaire indispensable à un traité de paix, clôturant 65 ans d'affrontements sporadiques, ayant trop souvent endeuillé les deux parties divisées de la Corée depuis la fin des combats de la guerre de Corée (25 juin 1950 - 27 juillet 1953).


Une déclaration officielle de la fin de la guerre de Corée et des garanties de sécurité ont été évoquées lors du sommet entre les présidents Donald Trump et Moon Jae-in au titre des "mesures correspondantes" en contrepartie des mesures de dénucléarisation déjà prises par les autorités nord-coréennes. Toujours selon les termes du compte rendu de la rencontre utilisés par l'agence officielle sud-coréenne Yonhap. les deux dirigeants ont discuté des mesures à prendre pour "récompenser la Corée du Nord pour ses mesures de dénucléarisation". Le Président Moon Jae-in a transmis à son homologue américain un message personnel du Président Kim Jong-un dont le contenu n'a pas été rendu public. Le Président Donald Trump a été élogieux à l'égard du dirigeant nord-coréen, en déclarant au Président Moon, toujours selon Yonhap :

Le président Kim est vraiment très ouvert et formidable, franchement, et je pense qu'il souhaite voir quelque chose se passer.

Visite de Moon Jae-in aux Etats-Unis : Donald Trump annonce un prochain sommet avec Kim Jong-un

Si ces paroles doivent à présent se traduire en actes concrets, elles n'en témoignent pas moins d'une volonté manifestement de sortir de l'impasse. Il reste à présent à négocier le plus difficile, à savoir les étapes et le contenu du processus de dénucléarisation de la RPD de Corée, ainsi que (entre autres) un traité de paix et des garanties de sécurité pour Pyongyang, parallèlement à une levée des sanctions qui devra être menée par étapes et non en fin de processus si l'on souhaite que celui-ci aboutisse.

Article mis à jour le 25 septembre 2018.

Sources :

Partager cet article

Repost0
14 septembre 2018 5 14 /09 /septembre /2018 20:46

Le 9 septembre 2018 a été célébré le 70e anniversaire de la fondation de la République populaire démocratique de Corée. A cette occasion, une délégation de l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) était présente en RPD de Corée - et un compte rendu de son déplacement sera publié prochainement. Les cérémonies - une fois encore grandioses - ont mis l'accent sur la volonté de dialogue de Pyongyang, à la veille par ailleurs du sommet inter-coréen qui se tiendra à Pyongyang du 18 au 20 septembre 2018. L'offensive diplomatique en cours se caractérise aussi par le nombre et le niveau des délégations qui étaient présentes aux cérémonies de commémoration à Pyongyang.

Le Président Kim Jong-un, lors de la cérémonie d'ouverture des nouveaux jeux gymnastiques de masse, le 9 septembre 2018

Le Président Kim Jong-un, lors de la cérémonie d'ouverture des nouveaux jeux gymnastiques de masse, le 9 septembre 2018

Une parade militaire et civile le matin du 9 septembre, puis le soir la première représentation du nouveau spectacle de gymnastique de masse intitulé "La patrie brillante" et le lendemain soir un défilé aux flambeaux : le programme des célébrations a été conforme à un scénario bien huilé, les prouesses techniques atteignant de nouveaux sommets - notamment lors du défilé aux flambeaux sur la place Kim Il-sung, qui a été combiné avec le recours à des éléments colorés formant des motifs géants, dans la tradition des mouvements d'ensemble, ainsi qu'à des feux d'artifice et des jets d'eau.

Fondation de la RPD de Corée : Pyongyang à l'offensive diplomatique
Fondation de la RPD de Corée : Pyongyang à l'offensive diplomatique
Fondation de la RPD de Corée : Pyongyang à l'offensive diplomatique
Fondation de la RPD de Corée : Pyongyang à l'offensive diplomatique

Cependant, le contenu même des cérémonies a envoyé un message sans ambiguïté sur la volonté de Pyongyang d'approfondir le dialogue - tant vis-à-vis des Etats-Unis (en l'absence remarquée, cette année, de présentation des missiles balistiques intercontinentaux lors du défilé, l'accent étant mis sur les armes défensives, et il n'y pas eu davantage de mention des armes nucléaires lors du spectacle de gymnastique de masse) que de la République de Corée - l'apparition sur écran géant de l'image du Président Kim Jong-un étant combinée à celle du Président Moon Jae-in, à Panmunjom le 27 avril 2018, si bien que ce sont bien les deux chefs d'Etat qui ont alors été applaudis.

Au-delà de la forte portée symbolique des messages des cérémonies de célébration, les autorités nord-coréennes sont à l'initiative pour relancer le processus avec les Etats-Unis engagé lors du sommet historique entre les Présidents Donald Trump et Kim Jong-un à Singapour, le 12 juin 2018 : le Président Kim Jong-un a écrit au chef d'Etat américain pour lui proposer une deuxième rencontre. S'agissant des relations inter-coréennes, le progrès le plus marquant a été l'inauguration à Kaesong, le 14 septembre 2018, du bureau de liaison qui constituera un canal d'échanges permanent Nord-Sud, concrétisant l'un des engagements pris lors de la déclaration du Panmunjom du 27 avril 2018. A la veille des cérémonies du 9 septembre, le Président Kim Jong-un avait reçu
une délégation spéciale du Président Moon Jae-in conduite par Chung Eui-yong, chef du Bureau de la sécurité nationale à la présidence de la République de Corée.

Pour autant, la RPD de Corée ne néglige pas ses relations avec ses autres partenaires, dont beaucoup étaient représentés au niveau gouvernemental lors des cérémonies de commémoration de la fondation de la République :
- aux côtés du dirigeant nord-coréen se trouvait
Li Zhanshu, membre du Comité permanent du Bureau politique du Comité central (CC) du Parti communiste chinois (PCC) et président du Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale de la République populaire de Chine (RPC), en visite en qualité de délégué spécial de Xi Jinping, Secrétaire général du CC du PCC et Président de la RPC ; le Président Kim Jong-un a organisé une
représentation artistique et un banquet en l'honneur de la délégation chinoise ;
- la Russie était représentée par Valentina Matvienko, Présidente du Conseil de la Fédération de Russie, en visite officielle en RPD de Corée ;
- une délégation du Parti et de l'Etat cubains était conduite par Salvador Antonio Valdes Mesa, premier vice-président de Cuba, membre du Bureau politique du Comité central du Parti communiste de Cuba ;
-
Mohamed Ould Abdel Aziz, président de la Mauritanie, était également présent à Pyongyang pour les cérémonies de commémoration.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?