Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 septembre 2009 1 28 /09 /septembre /2009 11:03

L'agence officielle KCNA de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) a annoncé, le lundi 28 septembre 2009, la visite officielle en RPDC de Wen Jiabao les 4 et 5 octobre prochains. La venue du Premier ministre de la République populaire de Chine, qui s'inscrit par ailleurs dans le cadre de l'année de l'amitié sino-coréenne après la visite du Premier ministre nord-coréen en Chine plus tôt cette année, a relancé les spéculations sur une possible reprise des pourparlers sur la dénucléarisation de la péninsule coréenne.

Est-ce le signal d'une reprise des pourparlers bilatéraux (RPDC - Etats-Unis), voire multilatéraux (les deux Corée, les Etats-Unis, la Chine, la Russie et le Japon) concernant la dénucléarisation de la péninsule coréenne ? En tout état de cause, l'annonce de la visite officielle en RPD de Corée, du 4 au 6 octobre, du Premier ministre chinois Wen Jiabao clôt une période d'intenses consultations diplomatiques, officielles ou officieuses, depuis le début du mois de septembre, ayant conduit le gouvernement américain à déclarer qu'il n'était pas hostile à des pourparlers bilatéraux directs avec Pyongyang, en vue de la reprise du dialogue à six. Plus tôt en septembre, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-il aurait dit à un envoyé du gouvernement chinois qu'il était prêt à des discussions multilatérales sur la dénucléarisation de la péninsule coréenne.

Dans le contexte de ces échanges diplomatiques de haut niveau, une rencontre a eu lieu, à New York, entre Pak Gil-yon, vice-ministre des affaires étrangères de la RPD de Corée, et le secrétaire général des Nations-Unies, le Sud-Coréen Ban Ki-moon. Le communiqué diffusé par les Nations-Unies à l'issue de cette réunion a fait état des discussions sur des sujets d'intérêt commun, "les relations entre les Etats-Unis et la RPDC, et les questions nucléaires, humanitaires et des droits de l'homme", M. Ban ayant plaidé pour une reprise des pourparlers à six.

Si la visite officielle à Pyongyang du Premier ministre chinois fait suite à celle de son homologue nord-coréen Kim Yong-il en Chine, en mars, dans le cadre de l'année de l'amitié sino-coréenne, elle a ainsi relancé les spéculations sur l'annonce d'une possible reprise des pourparlers lors de la visite de Wen Jiabao, alors que Pékin est l'hôte des discussions à six.

Mais si Pyongyang a multiplié les gestes d'ouverture et de dialogue depuis la visite de l'ancien président américain Bill Clinton à Pyongyang en août, rien n'indique que les Etats-Unis, les autres membres du Conseil de sécurité des Nations-Unies, la Corée du Sud et le Japon soient prêts, en contrepartie, à alléger les
sanctions contre la RPDC. Si cette ligne de fermeté devait être maintenue, le risque serait grand d'un nouvel échec diplomatique, imputable à l'intransigeance de Washington, Tokyo et Séoul.


Sources : AAFC, AFPAl Jazeera

Partager cet article
Repost0
21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 11:02

L'Union européenne a évoqué la question de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord), lors du sommet annuel avec la Chine, le 20 mai 2009. De fait, ce sommet attendu comme celui de la réconciliation a surtout montré l'état des divergences entre les deux pays, alors que la Chine a mis en garde contre toute ingérence dans ses affaires intérieures.

"Je veux souligner que pour mener une coopération stratégique (entre la Chine et l'Union européenne), la chose la plus importante est de bien s'en tenir aux principes du respect mutuel et de ne pas interférer dans nos affaires intérieures réciproques" : la déclaration du Premier ministre chinois Wen Jiabao à l'issue du sommet entre l'Union européenne et la Chine, le 20 mai 2009 à Prague, ne pouvait être plus claire.

Le sommet annuel devait initialement se tenir à Lyon le 1er décembre 2008, pendant la présidence française de l'Union européenne, mais il avait été reporté après une rencontre entre le président Nicolas Sarkozy et le dalaï-lama. La déclaration du Premier ministre chinois  le 20 mai dernier apparaît comme une nouvelle mise en garde qui montre que les relations sino-européennes ont été durablement affectées par les choix du président Nicolas Sarkozy pendant la présidence française, alors que le dirigeant religieux tibétain est à nouveau attendu prochainement en France, au Pays-Bas et au Danemark.

Ce sommet, présenté comme celui de la "réconciliation", a surtout réaffirmé les divergences sur les sujets économiques et diplomatiques, alors que la méthode priviligiée par les Européens - consistant à amener les dirigeants chinois sur leurs positions - ne répond pas vraiment au principe du "respect mutuel", évoqué par Wen Jiabao, ni à la recherche du compromis. Dans le domaine économique, la Chine voulait obtenir un assouplissement des conditions d'exportation de ses produits de haute technologie vers l'Europe, et un appui à ses démarches pour obtenir le statut d'économie de marché, dans le cadre de l'Organisation mondiale du commerce. Ces questions n'ont pas obtenu de réponse à Prague, dans l'attente du prochain sommet annuel qui aura lieu au deuxième semestre de cette année en Chine.

L'Union européenne a échoué à obtenir de la Chine tant qu'elle fasse pression sur les dirigeants de la Birmanie (Myanmar) pour engager un dialogue avec l'opposition, que sur la question de la Corée du Nord.

Sur ce dernier dossier, les Européens voulaient une condamnation du
lancement de la fusée Unha-2 par les Nord-Coréens le 5 avril dernier, et que la Chine fasse pression pour la reprise des pourparlers à six. L'échec des dirigeants européens tend à montrer que la Corée du Nord ne peut pas faire avancer la mise en place d'une diplomatie européenne autonome, si la position des Européens consiste simplement à relayer la position américaine.

Sans doute y a-t-il eu une mauvaise évaluation des relations entre la Chine et la RPD de Corée, alors que l'année 2009 est celle de l'amitié sino-coréenne. La plupart des diplomates européens estiment en effet que
l'adoption d'une déclaration "non contraignante" (sic) du président du Conseil de sécurité des Nations-Unies aurait fait l'objet d'une concertation préalable entre Pékin et Pyongyang. Or Pékin ne s'attendait pas à une réaction aussi ferme de Pyongyang, tandis que les sanctions prises contre plusieurs entreprises nord-coréennes, sur la base de cette déclaration, montre qu'elle n'était pas "non contraignante".

La Chine, soucieuse de bonne relations avec Washington, a-t-elle été le jouet des Américains et des Européens sur la Corée du Nord ? Une de ses priorités de Pékin est maintenant le rétablissement de la relation bilatérale avec Pyongyang. Par ailleurs, les déclarations bruyantes des Etats-Unis sur le prétendu consensus international à propos de Pyongyang ne correspondent pas à la réalité, que les diplomates européens ont bien maladroitement rappelée en mettant eux-mêmes le dossier nord-coréen sur la table des négociations du sommet UE-Chine. (Sources :
AFP, y compris photo, et EarthTimes

Partager cet article
Repost0
1 février 2009 7 01 /02 /février /2009 00:47

Le 23 janvier 2009, le dirigeant Kim Jong-il, secrétaire général du Parti du travail de Corée, a reçu une délégation du Parti communiste chinois. Cette visite, qui s'inscrit dans le cadre de l'année de l'amitié entre la Chine et la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord),  permet de resserrer encore les liens étroits qui unissent les deux pays socialistes.

Selon l'agence officielle nord-coréenne KCNA, le dirigeant Kim Jong-il, secrétaire général du Parti du travail de Corée, a reçu le 23 janvier 2009 une délégation du Comité central  (CC) du Parti communiste chinois (PCC)  conduite par M. Wang Jiarui, chef du département aux relations internationales. Ce dernier était porteur d'un message du Président Hu Jintao, secrétaire général du CC du PCC, à l'occasion du nouvel an lunaire, le 26 janvier, et de l'année de l'amitié entre la République populaire démocratique de Corée et la République populaire de Chine (photo : KCNA).

De fait, les deux pays socialistes nourrissent des liens d'amitié et de coopération de longue date, depuis l'intervention des volontaires chinois - dont le fils du président Mao Zedong, mort au combat - aux côtés des Nord-Coréens pendant la guerre de Corée (1950-1953). Les 2 millions de Coréens de Chine ont joué un rôle actif dans la victoire sur le Kuomintang puis la fondation de la République populaire de Chine, en 1949, et leur représentation au 17ème Congrès du PCC, en octobre 2007, témoigne toujours de la reconnaissance pde ce rôle historique.

Après la guerre de Corée, le Premier ministre chinois Zhou Enlai, en visite à Pyongyang du 14 au 21 février 1958, a déclaré que "la Corée et la Chine sont des Etats amis unis par le sang. Vous nous avez aidés quand nous avons eu besoin de vous. Nous sommes venus vous secourir quand vous avez été envahis par les impérialistes américains" (source : New Korea, n° 3, supplément, 1958). Lors de ses visites en Chine du 21 au 28 novembre 1958 et du 2 au 10 décembre 1958, le président Kim Il-sung a déclaré que "le peuple coréen conservera comme un trésor son amitié avec le peuple chinois et fera tout son possible pour renforcer et développer cette amitié". La Chine a  ainsi aidé à la reconstruction de la Corée après la guerre civile et internationale de 1950-1953. (source : Peking Review, 25 novembre 1958).

Pendant la guerre froide, Pyongyang a renforcé son indépendance en conduisant une  politique d'équilibre vis-à-vis des deux principales puissances socialistes, la Chine et l'Union Soviétique, tout en prenant en compte les évolutions de ses grands deux voisins. Si la crise de Cuba, en 1962, a convaincu la RPDC de la nécessité d'assurer sa propre défense en renforçant son potentiel militaire, tout en déplorant  alors la politique soviétique, les critiques de certains gardes rouges contre le président Kim Il-sung pendant la Révolution culturelle ont entraîné, un temps, un net refroidissement des relations sino- nord-coréennes.

Les relations actuelles entre la Chine et la RPDC ont pour base le traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle entre la République populaire démocratique de Corée et la République populaire de Chine, signé en 1961 :  en cas d'attaque militaire, la RPDC serait soutenue par la Chine. Sur le dossier du
Tibet, la RPDC soutient le gouvernement chinois, en ayant dénoncé les incidents ayant émaillé le passage de la flamme des Jeux olympiques de Pékin.

Hôte des pourparlers multilatéraux à six sur le nucléaire coréen, la Chine est favorable à une péninsule coréenne dénucléarisée.


La Chine est le premier partenaire économique de la Corée du Nord : les échanges commerciaux ont dépassé 2 milliards de dollars en 2008 (soit plus du tiers du commerce extérieur de la RPDC), selon les douanes chinoises. Les investissements chinois en RPDC, qui ont atteint 14 millions de dollars en 2005, se concentrent notamment dans les mines et l'énergie (fer, cuivre, molybdène, charbon, outre le projet d'exploitation commune de réserves de pétrole offshore, situées sur la frontière maritime des deux Etats), ainsi que dans la production d'acier. L'usine de bicyclettes de Pyongyang (photo : Alain Noguès). est gérée par les Chinois et les Nord-Coréens Plusieurs visites du dirigeant Kim Jong-il en Chine ont témoigné de son intérêt pour le modèle de développement chinois, tandis que Pékin encourage Pyongyang à la suivre sur la voie des réformes économiques.

La Chine et la Corée du Nord se soutiennent mutuellement dans le domaine humanitaire : alors que la RPDC serait le premier récipiendiaire de l'aide publique au développement chinoise,
la Corée du Nord a secouru les vicitimes du séisme survenu dans la province du Sichuan en mai 2008. La solidarité est également interindividuelle : si de nombreux Coréens ont été aidés par la minorité coréenne de Chine pendant la "Dure Marche "des années 1990, ce sont au contraire les Nord-Coréens qui ont accueilli les Chinois pendant les difficultés alimentaires apparues lors du "Grand Bond en Avant".

Bien qu'alliées, la Chine et la Corée du Nord ont des points de friction, s'agissant du tracé de la frontière sino-coréenne, et dans le domaine historique : depuis 1996, la Chine veut accréditer la thèse selon laquelle le plus ancien royaume coréen, le Koguryo (37 avant JC - 668 après JC) aurait été un Etat chinois. Il en est résulté le classement au Patrimoine mondial de l'Humanité de l'UNESCO non seulement des tombes du Koguryo situées en territoire coréen, mais également de celles se trouvant dans les actuelles provinces du Nord-Est de la Chine.



Sources :
- AAFC,
-
KCNA,
dépêche du 23 janvier 2009,
Lee Jong-heon, correspondant de l'United Press International, "China Taps North Korea Resources", 4 mai 2007;
- Samuel S. Kim, "Sino - North Korean Relations in the Post-Cold War World, in
Young Whan-kihl et Hong Nack-nim (sous la direction de), North Korea. The Politics of Regime Survival, East Gate Book, New York, 2006, pp. 183-202,
- Wikipédia.

Partager cet article
Repost0
28 mai 2008 3 28 /05 /mai /2008 12:05

En visite officielle en Chine, le président sud-coréen Lee Myung-bak a convenu avec son homologue chinois Hu Jintao, le mardi 27 mai 2008, de porter les relations bilatérales au niveau d'un "partenariat de coopération stratégique". Si les discussions sur le nucléaire nord-coréen ont occupé une place importante lors de la visite, elles ne doivent pas occulter le rôle essentiel des échanges commerciaux dans les relations entre la Chine et la Corée du Sud.

Lors de sa visite de quatre jours en Chine, le président sud-coréen Lee Myung-bak a mis l'accent sur les questions politiques. Il
a ainsi convenu avec son homologue chinois Hu Jintao, le mardi 27 mai 2008, de porter les relations bilatérales au niveau d'un "partenariat de coopération stratégique". De fait, la présence dans la délégation sud-coréenne du négociateur dans les pourparlers à six sur la dénucléarisation de la péninsule coréenne attestait de la volonté de Lee Myung-bak de resserrer les liens avec la Chine sur ce dossier, alors que la reprise des discussions multilatérales à Pékin est attendue au début du mois de juin.

Après son investiture en février dernier
Lee Myung-bak avait choisi de se rendre d'abord à Washington, avant de visiter Pékin pour la première fois. le président Hu Jintao a été invité en Corée du Sud pour le second semestre de l'année 2008.

Hu Jintao a remercié la Corée du Sud pour l'aide matérielle et financière apportée aux victimes du séisme dans le Sichuan, dont le bilan est estimé à au moins 67.000 victimes, comme une marque de la "profonde amitié entre [les] deux pays". Malgré ses difficultés, la Corée du Nord avait également apporté une aide à son voisin chinois après cette catastrophe.

La Chine et la Corée du Sud ont signé des accords dans les domaines de la science et de la technologie, de la justice et de l'éducation, tandis que le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, M. Qin Gang, a considéré l'alliance militaire entre les Etats-Unis et la Corée du Sud comme un "produit de la guerre froide".

De fait, si la Chine est intervenue auprès de la Corée du Nord lors de la guerre de Corée, il ne stationne plus de troupes étrangères sur le territoire nord-coréen depuis plus d'un demi-siècle, alors que des soldats américains sont toujours présents en Corée du Sud, où le commandement miltaire des troupes sud-coréennes est américain en cas de conflit.

La Chine et la Corée du Sud ont établi des relations diplomatiques le 24 août 1992. Des divergences politiques demeurent, en particulier sur l'interprétation de l'histoire du Koguryo, le plus ancien royaume coréen, qui s'étendait sur une partie du Nord-Est de l'actuel territoire chinois, et que Pékin tend à considérer comme partie intégrante de l'histoire de la Chine. La délimitation de la frontière sino-coréenne, qui concerne toutefois en premier lieu la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) et la République populaire de Chine, a été contestée par des parlementaires sud-coréens de tous bords politiques, ayant mis en cause la validité de la convention de Gando par laquelle le Japon, en 1909, reconnaissait comme chinoise une partie du territoire coréen. L'impérialisme japonais dominait alors la péninsule coréenne, mais la Corée restait un Etat indépendant.

Les échanges économiques entre les deux pays sont une donnée essentielle de leurs relations bilatérales. La Corée du Sud a ainsi annoncé qu'elle était devenue, en 2005, le deuxième fournisseur de la Chine : ses exportations à destination de la Chine avaient alors atteint 76,8 milliards d'euros (en hausse de 23,5 %), dépassant pour la première fois celles de Taïwan (74,6 milliards d'euros) et de l'Union européenne (73,6 milliards d'euros), derrière le Japon (100,5 milliards d'euros). En 2004, la Chine était devenue la première destination des exportations sud-coréennes, devançant les Etats-Unis.

Les échanges humains sont également un point de friction entre les deux pays. Bien que culturellement et politiquement plus proche de la Corée du Nord, l
a minorité coréenne de Chine, soit deux millions de personnes, avait choisi, pour partie, d'immigrer en Corée du Sud après l'établissement de relations diplomatiques, mais a été en proie à des mesures de discrimination. La Corée du Sud a sévèrement restreint l'immigration légale des Chinois en Corée du Sud, que ceux-ci soient ou non d'origine coréenne. Il est estimé que plusieurs centaines de milliers de Chinois vivraient en Corée du Sud, dans une situation de précarité due à leur statut d'immigré illégal. (Sources : Monster and Critics.com, Asia Times, wikipédia, AAFC)

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?