Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 12:46

Particulièrement attendu cette année après la disparition du Président Kim Jong-il, l'éditorial conjoint des principaux titres de presse de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord), à l'occasion du Nouvel an 2012 (Juche 101) s'inscrit dans la continuité des orientation de la République populaire démocratique de Corée définies par le dirigeant Kim Jong-il, alors que le 15 avril 2012 marquera le centième anniversaire de la naissance du Président Kim Il-sung, fondateur de la RPDC en 1948. La priorité est ainsi donnée à la poursuite de l'édification d'un "pays puissant et prospère", sous la conduite du général Kim Jong-un, "Dirigeant suprême de notre Parti et de notre peuple", et commandant suprême de l'Armée populaire de Corée. Si les objectifs économiques et sociaux occupent donc une place déterminante dans l'éditorial conjoint de l'année 2012, Pyongyang réaffirme également ses positions de principe pour la réunification de la péninsule. L'Association d'amitié franco-coréenne partage pleinement les objectifs de l'éditorial conjoint d'élever le niveau de vie de la population nord-coréenne, d'une part, et de permettre aux Coréens de s'engager sur la voie de la réconciliation et de la réunification de leur pays sans ingérence extérieure, d'autre part, par les actions qu'elle mène : élever le niveau des échanges bilatéraux entre la France et la RPD de Corée, mieux faire connaître et comprendre la situation de la péninsule coréenne, en particulier par l'essor des échanges culturels, et permettre, enfin, la signature d'un traité de paix en Corée.


Poster 01122012

"En route pour repousser les dernières frontières de la science et de la technologie en portant haut la bannière de la révolution industrielle du nouveau siècle!" (poster édité en RPDC à l'occasion du Nouvel an 2012) 


Dans leur éditorial conjoint du 1er janvier 2012 (Juche 101), qui correspond à la première année du deuxième centenaire suivant le calendrier Juche, le Rodong Sinmun, organe du Comité central du Parti du travail de Corée, le Joson Inmingun, journal de l'Armée populaire de Corée, et le Chongnyon Jonwi, organe du Comité central de l'Union de la jeunesse socialiste Kim Il-sung, ont placé la poursuite de l'édification d'un "pays puissant et prospère" au coeur des priorités de la nouvelle année, alors que 2012 marque le centième anniversaire de la naissance du fondateur de la République populaire démocratique de Corée.


Un appel à la mobilisation générale, dans la fidélité aux objectifs fixés par le Président Kim Jong-il


Sous le mot d'ordre "Faisons de 2012 une année d'exaltantes victoires annonciatrices d'une grande période de puissance et de prospérité, conformément aux recommandations de l'éminent camarade Kim Jong-il", l'éditorial du 1er janvier rend d'abord un vibrant hommage au Président Kim Jong-il, décédé deux semaines plus tôt, appelant à la mobilisation du peuple tout entier dévoué pour faire triompher la révolution coréenne, dans un esprit d'union et de dévouement autour du dirigeant, du Parti et de l'armée. Selon l'éditorial, "chacun doit avoir la loyauté d’emboîter le pas au Dirigeant suprême surtout quand la situation est difficile, et se faire un camarade authentique prêt à se dépenser sans compter pour en réaliser brillamment le dessein".

A plusieurs reprises, l'éditorial conjoint souligne les difficultés qui doivent être surmontées. Il est d'ailleurs observé que le Président Kim Jong-il a dû faire face à une période difficile pour le socialisme coréen.


Economie : une liste précise des priorités à atteindre


Comme les années précédentes, les réalisations économiques des  douze mois écoulés sont soulignées : "des créations monumentales dont les centrales de Huichon qui seront dédiées au grand festival de 2012 ont été érigées un peu partout dans le pays", l'accent ayant été mis, notamment, sur la production d'électricité, l'industrie légère et la diversification de la production agricole : "d’innombrables usines de l’industrie légère ont été reconstruites et perfectionnées, des centres d’élevage et de pisciculture et de grands centres de production fruitière modernisés, échantillons modernes dignes du nouveau siècle, ont vu le jour un peu partout dans le pays, fruit éclatant de la stratégie de notre Parti pour la puissance et la prospérité." Dans le domaine de la construction et de l'architecture, si les travaux de réaménagement de la capitale Pyongyang et de construction de milliers de logements nouveaux se sont poursuivis et doivent continuer, l'éditorial conjoint se félicite également des progrès accomplis dans les campagnes : "des villages féeriques dignes du socialisme ont fait leur apparition partout dans le pays, notamment à Ryongrim, à Taehung et à Hoeryong."

Les priorités pour 2012 sont d'abord détaillées dans le domaine de l'économie, et tout particulièrement l'industrie légère et l'alimentation : "dans l’industrie légère, les plus gros efforts doivent tendre à faire faire leur effet aux centres de production modernes créés grâce à l’immense sollicitude de notre Parti. Il faut que cette industrie produise à flots des articles de qualité au goût du peuple et appréciés de lui."

Alors que la RPDC lutte toujours pour revenir à l'autosuffisance alimentaire, l'éditorial conjoint souligne qu' "assurer l’alimentation de la population s’avère actuellement une nécessité pressante pour construire une puissance prospère. Aujourd’hui, la capacité de combat des organisations du Parti et l’esprit révolutionnaire des cadres sont testés dans leur effort pour régler le problème alimentaire". Cette recommandation, formulée en des termes directs, prend un relief particulier si l'on considère que, en RPD de Corée, les jeunes cadres, surtout quand ils appartiennent à des familles de membres du Parti et de l'armée de haut rang, doivent faire la preuve de leurs capacités sur le terrain.

L'éditorial conjoint souligne encore les moyens d'améliorer les rendements de l'agriculture, alors que l'alarme a été sonnée en 2011 sur la situation alimentaire en RPDC : "il faut généraliser le système de production circulaire associant l’agriculture et l’élevage et les méthodes agricoles de notre invention basées sur l’emploi des engrais organiques, et fournir sans tarder et en quantité suffisante les intrants agricoles nécessaires à la réalisation des objectifs de production agricole. On verra à ce que les centres d’élevage et d’aviculture, les grandes fermes de culture fruitière et les centres de pisciculture modernes, secteurs qui doivent jouer un rôle majeur dans l’amélioration du bien-être du peuple, maximalisent leur rendement."

L'éditorial conjoint détaille ensuite, avec les mêmes précisions, les objectifs à atteindre pour améliorer les secteurs de base de l'industrie nationale, notamment l'électricité, le charbon, le fer et les voies ferrées, la situation du transport ferroviaire étant l'un des goulots d'étranglement dans le développement de l'économie nationale. A cet égard, des gains de productivité résident dans l'approfondissement des innovations technologiques : "les établissements de recherche scientifique doivent s’investir davantage dans le développement des techniques de base essentielles telles que l’informatique, la nanotechnologie et la biotechnologie, et des technologies des secteurs importants et accomplir davantage de réalisations scientifiques propres à dépasser le niveau mondial." L'objectif est de "rattraper et dépasser, dans tous les domaines de la vie sociale, la civilisation mondiale".


L'armée, fer de lance dans l'édification d'un pays "puissant"


Après avoir été détaillé les moyens à mettre en oeuvre pour faire de la RPDC un pays "prospère", l'éditorial conjoint souligne le rôle de l'armée dans l'édification d'un pays "puissant" à l'ère de la politique de Songun, c'est-à-dire de priorité donnée aux affaires militaires. L'Armée populaire de Corée ne joue d'ailleurs pas seulement un rôle de défense, mais participe aussi aux objectifs de développement du pays. Les soldats de l'Armée populaire de Corée sont impliqués dans les activités économiques, comme la construction de logements  et d'infrastructures  ou encore  l'exploitation des matières premières. Les grands groupes économiques de la RPDC, relevant du complexe militaro-industriel, disposent, comme les autres entreprises, de l'autonomie de gestion, notamment dans leurs relations économiques extérieures.

Selon l'éditorial conjoint, "il faut renforcer par tous les moyens la capacité de défense du pays sous la bannière du Songun. L’Armée populaire est le pilier et la force principale de la révolution nourrie du Songun et la troupe d’assaut de l’édification d’une nation puissante et prospère". L'éditorial souligne le devoir de fidélité des soldats au général Kim Jong-un, commandant suprême de l'Armée populaire de Corée.

L'accent est porté sur une meilleure administration des forces armées : "Il faut s’attacher à améliorer l’administration des unités et à instaurer le style militaire pour établir une discipline de fer au sein de toute l’armée, doter celle-ci de l’aspect d’une armée d’élite et d’un noble style de vie morale. De gros efforts doivent être toujours consentis pour renforcer toutes les compagnies pour les transformer en unités de combat dignes de ce nom, foyers chauds et familles accueillantes pour les soldats."

Si les responsables des autres organisations de masse - le Parti du travail de Corée, les organisations de travailleurs - sont également interpelés dans l'éditorial conjoint, seule l'Armée populaire de Corée se voit assigner des tâches spécifiques, qui touchent d'abord à la question de la défense nationale, outre l'objectif premier d'essor de l'économie.


La réunification de la Corée et les relations internationales


La fin de l'éditorial conjoint traite principalement de la réunification de la patrie, en soulignant la continuité des propositions formulées par la RPD de Corée. Comme pour les autres thématiques (travail idéologique, économie, défense nationale), l'éditorial suit un plan qui rappelle d'abord les objectifs poursuivis, avant de faire le bilan de l'année 2011 puis de fixer les objectifs pour l'année qui s'ouvre.

Pour les autorités de la RPDC, "partant de la volonté patriotique d’ouvrir une nouvelle phase à la réunification et à la prospérité, nous avons, l’année dernière, proposé aux autorités sud-coréennes un dialogue et des négociations sur une large échelle et cherché constamment à y parvenir". De fait, sur l'initiative de Pyongyang, un dialogue a été renoué fin juillet. Mais la réaction de Séoul après la disparition du dirigeant Kim Jong-il a été sévèrement jugée en RPD de Corée : si la Corée du Sud a présenté des condoléances (contrairement à 1994, après la mort du Président Kim Il-sung), elle n'a autorisé que deux délégations sud-coréennes à présenter leurs condoléances. Selon l'éditorial conjoint, "les actes inhumains et antinationaux de la clique traîtresse sud-coréenne qui avait empêché par tous les moyens la présentation de condoléances en tournant le dos au grand deuil national ont soulevé l’indignation et la condamnation véhémentes de toute la nation".

En critiquant vivement "les gouvernants conservateurs sud-coréens" et "les forces au pouvoir" à Séoul, la RPD de Corée attend manifestement de connaître les nouvelles majorités qui pourraient l'emporter lors des élections législatives du printemps, puis de l'élection présidentielle de décembre. L'opposition dominée par le Parti démocrate (centre-gauche), dont les dirigeants ont plaidé à de nombreuses reprises pour renouer le dialogue intercoréen mis à mal depuis 2008, a le vent en poupe mais se cherche encore un leader. Après Moon Jae-in, le nouveau favori des sondages pour l'opposition est depuis quelques mois un entrepreneur dans le domaine de l'informatique, homme neuf en politique, Ahn Cheol-soo, qui laisse planer le doute sur ses intentions de se présenter, ou non, à la magistrature suprême.

Dans ce contexte d'attente, l'éditorial conjoint appelle à célébrer, en octobre 2012, le cinquième anniversaire de la Déclaration conjointe Nord-Sud du 4 octobre 2007 adoptée par les gouvernements coréens lors du deuxième sommet Nord-Sud au plus haut niveau. La déclaration du 4 octobre 2007, sur la base de la Déclaration commune du 15 juin 2000, a posé les fondements d'une réunification pacifique de la Corée, par les Coréens eux-mêmes, du Nord, du Sud et de la diaspora, sans ingérence des puissances étrangères.

Toujours selon l'éditorial conjoint, "les manœuvres de confrontation intercoréenne conduisant les rapports Nord-Sud à la ruine doivent être contrées et rejetées. Les tentatives visant à porter atteinte à notre dignité et à semer la méfiance et l’antagonisme entre le Nord et le Sud ne sont nullement tolérables".

Alors que les exercices militaires conjoints américano - sud-coréens se sont clairement intensifiés depuis un an et demi, l'éditorial conjoint dénonce les "provocations militaires", sans nommer toutefois les Etats-Unis (il est fait référence aux "forces belliqueuses de l’intérieur et de l’extérieur du pays"), excepté dans un appel au retrait de Corée du Sud des 28.500 soldats américains qui y sont encore stationnés : "Il faut que, sous le mot d’ordre pour la paix contre la guerre toute la nation déjoue chaque tentative de provocation militaire insensée et d’augmentation des forces armées et de simulacres de guerre. Elle doit redoubler de vigilance envers le danger que présente la complicité militaire entre les forces belliqueuses de l’intérieur et de l’extérieur du pays et retirer de Corée du Sud les troupes d’agression américaines, obstacle principal à la paix dans la péninsule coréenne." La formulation est ferme, mais n'exclut pas la poursuite du dialogue renoué avec les Etats-Unis depuis cinq mois, en évitant toute mention de l'absence de condoléances américaines après le décès du Président Kim Jong-il, bien que celle-ci ait été négativement ressentie à Pyongyang.

A contrario, l'éditorial conjoint souligne que la RPD de Corée, engagée dans la marche vers le socialisme "sous la bannière de l'indépendance contre l'impérialisme", tend la main à tous les Etats respectueux de sa souveraineté, en mentionnant tout particulièrement les visites effectuées par le Président Kim Jong-il en Russie et en Chine, mais sans mettre spécialement en exergue l'amitié traditionnelle entre la RPD de Corée et la République populaire de Chine :

"Défenseur de la justice, le grand camarade Kim Jong-il a mené des activités extérieures dynamiques de longue haleine sous la bannière de l’indépendance contre l’impérialisme, haussant sensiblement la position et la dignité internationales de la Corée du Songun et apportant une contribution immortelle à l’œuvre d’émancipation de l’humanité. Ses visites historiques de l’année dernière en Chine et Russie ont été une occasion importante d’assurer la paix dans le monde et la sécurité en Asie du Nord-Est comme de développer les relations d’amitié traditionnelles. Aucun changement brusque de la situation internationale ni aucun effort désespéré des impérialistes ne peuvent contrecarrer notre progression vers le socialisme. A l’avenir aussi, nous adhérerons invariablement aux idées d’indépendance, d’amitié et de paix de notre Parti, élargirons et développerons les relations d’amitié et de bon voisinage avec tous les pays qui respectent la souveraineté du nôtre."


Voir le texte complet de éditorial sur le site Naenara


Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Politique de la RPDC
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)