Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 décembre 2014 5 26 /12 /décembre /2014 12:13

Après l'interdiction le 19 décembre 2014 du Parti progressiste unifié (PPU, gauche) en République de Corée (Corée du Sud), suivant une procédure et des principes contraires à toutes les normes démocratiques, la répression s'étend à présent à ses dirigeants et aux militants pro-réunification. Aujourd'hui comme hier, l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) est pleinement solidaire du combat pour la démocratie, les libertés et les droits des travailleurs en Corée du Sud. L'AAFC exige la libération immédiate de tous les prisonniers politiques, ainsi que l'abandon des poursuites engagées sur la base de la loi dite de sécurité nationale, suite aux plaintes déposées par des groupes d'extrême-droite qui agissent en sous-main du gouvernement sud-coréen. L'AAFC souligne l'impérieuse nécessité que le PPU soit autorisé à se reconstituer et ses députés rétablis dans leurs mandats et droits. Enfin, l'AAFC demande aux militants des organisations sociales et politiques françaises de ne pas se taire face à la dérive autoritaire en Corée du Sud : le silence est la meilleure arme de ceux qui, consciemment ou insconsciemment, choisissent d'être complices des autorités sud-coréennes. Notre vigilance s'étend à l'Europe, et tout particulièrement à l'Angleterre, où il apparaît que les agents du Service national de renseignement sud-coréen (National Intelligence Service, NIS) violent de plus en plus ouvertement les lois nationales et internationales.

Prononcée (hasard ou coïncidence?) par la Cour constitutionnelle le jour du deuxième anniversaire de l'élection de Mme Park Geun-hye à la présidence de la République en Corée du Sud, le 19 décembre 2014, l'interdiction du Parti progressiste unifié a enhardi les forces de police et les juges sud-coréens à lancer un vaste coup de filet, préparé de longue date, contre les militants pro-réunification. Leur action se fonde encore et toujours sur les dispositions de la loi sud-coréenne dite de sécurité nationale qui, en violation ouverte des principes démocratiques de base, sert depuis plus de soixante ans à réprimer les forces d'opposition en Corée du Sud, au nom d'une collusion, réelle ou fastasmée, avec la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord).

Manifestation à Séoul du Parti progressiste unifié et d'autres organisations progressistes contre la Présidente Park Geun-hye, élue il y a deux ans, le 19 décembre 2014  (source : "Hankyoreh")

Manifestation à Séoul du Parti progressiste unifié et d'autres organisations progressistes contre la Présidente Park Geun-hye, élue il y a deux ans, le 19 décembre 2014 (source : "Hankyoreh")

Après avoir qualifié fallacieusement le PPU de groupe "pro-Nord", dont l'existence serait contraire à la loi de sécurité nationale, l'appareil militaro-policier sud-coréen cherche à présent à frapper les organisations et militants pro-réunification comme "aidant l'ennemi", dans l'instruction des plaintes déposées en ce sens par des groupes d'extrême-droite qui servent souvent de faux-nez au gouvernement sud-coréen et à ses agents du NIS. Après l'interdiction du PPU, une plainte a été déposée à l'encontre de Mme Lee Jung-hee, présidente du PPU, et des cinq députés du PPU déchus de leurs mandats suite à la décision de la Cour constitutionnelle, en vue de les condamner comme "aidant l'ennemi" : non seulement la déchéance d'élus de la nation est une violation manifeste des règles de base de la démocratie parlementaire, en particulier de l'inviolabilité du mandat de législateur, mais cette attaque ciblée s'inscrit dans le cadre d'une persécution des minorités, condamnée par les tribunaux pénaux internationaux. 

Le 22 décembre 2014, une descente de police a eu lieu dans les locaux de l'Alliance coréenne, les domiciles de neuf de ses membres et chez un pasteur qui milite pour la paix, au motif qu'il aurait rencontré des Nord-Coréens lors d'un colloque qui s'était tenu en novembre 2013 à Potsdam. Bien sûr, la loi de sécurité nationale, qui interdit aux Sud-Coréens tout contact avec des Nord-Coréens, ne s'applique pas en dehors de la péninsule coréenne, mais les autorités sud-coréennes ont pris l'habitude de tenter de faire prévaloir une interprétation de cette loi contraire au principe de territorialité, pourtant l'un des fondements du droit international.

La police a avoué que l'enquête sur l'Alliance coréenne avait commencé dès le milieu de l'année 2012. Elle reconnaît ainsi que les coups de filet n'ont rien de spontané mais obéissent à un scénario ourdi de longue date, avant que l'interdiction du PPU ne serve de déclencheur face à l'apathie de la majorité des citoyens sud-coréens, mais aussi d'une fraction des démocrates prêts à collaborer avec les autorités conservatrices en acceptant l'interdiction du PPU. Cette situation est extrêmement inquiétante quant à l'avenir de la démocratie sud-coréenne, conquise de haute lutte après la mort de milliers de Sud-Coréens dans les années 1970 et 1980 : le manque de courage - ou la simple résignation - du plus grand nombre, ainsi que les jeux troubles de certains opposants pour accéder au pouvoir en s'engageant sur la voie de la collaboration, ont été, de tout temps et sur tous les continents, les adjuvants indispensables à la mise en place des dictatures.

C'est suivant la même logique que les agents du  Service national de renseignement sud-coréen sont de plus en plus fréquemment impliqués dans des actions illégales visant, cette fois, des non-Coréens qui militent pour la réunification de la péninsule, ou des Coréens à l'étranger. En France, l'Association d'amitié franco-coréenne est une cible pour le NIS, en raison de la solidarité de l'AAFC avec les Sud-Coréens en lutte pour la démocratie et la paix. Au Royaume-Uni, le NIS aurait agi de sorte que le représentant local de la Korea Friendship Association (KFA) doive quitter son emploi après des attaques ad hominem dans la presse britannique. De tels agissements du gouvernement sud-coréen et du NIS, ainsi que l'utilisation de réfugiés nord-coréens par le NIS, ont lieu dans d'autres pays d'Europe. Malgré les grandes divergences entre l'AAFC et la KFA, l'Association d'amitié franco-coréenne condamne avec la plus extrême fermeté les actions menées en violation du droit britannique et des lois internationales.


Sources :

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Politique sud-coréenne Relations internationales de la Corée
commenter cet article

commentaires

기분이 어때요? 26/01/2015 13:19

Bonjour,

A titre d'information, nous avons également traité ce sujet inquiétant sur notre blog dans un long article d'analyse :
http://guibuni.over-blog.com/2015/01/inquietante-poussee-de-zele-repressive-de-l-executif-sud-coreen.html

Nous en profitons pour vous remercier de votre travail d'information, votre site internet constitue une ressource précieuse pour décrypter l'actualité de la péninsule sans l'énorme biais idéologique qui traverse le traitement traditionnel de cette partie du globe dans nos médias occidentaux.

L'équipe de 기분이 어때요?

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)