Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 août 2012 1 13 /08 /août /2012 21:01

jean_jacques_candelier_a_l-assemblee_nationale.jpgDès sa réélection le 17 juin 2012, le député communiste du Nord Jean-Jacques Candelier a interrogé le nouveau Gouvernement de Jean-Marc Ayrault sur les relations diplomatiques entre la France et la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord). Dix mois après l'ouverture d'un bureau français de coopération à Pyongyang, le ministère français des Affaires étrangères réaffirme, comme en mai 2011 en réponse à de précédentes questions du député Jean-Jacques Candelier, que "l'établissement de relations diplomatiques entre la France et la RPDC n'est pas d'actualité", en invoquant les mêmes arguments avancés depuis 2000 : les relations intercoréennes, la question nucléaire et les droits de l'homme, à propos desquels les formulations utilisées - très fermes - sont comparables à celles déjà employées en 2011.

 

Si la continuité sur la question coréenne prévaut dans la diplomatie française, malgré le changement de majorité, quelques évolutions peuvent être relevées : ainsi, si la France se déclare favorable "à toute initiative permettant de contribuer à la détente, la paix et la stabilité", elle souligne qu'il faut une volonté en ce sens des "différentes parties impliquées" - ce qui est une façon de reconnaître que la Corée du Sud et les Etats-Unis, notamment, doivent aussi souhaiter s'engager, tout en rappelant que la position de la France dépendra aussi de celle de ses partenaires. Alors que la France a de nouveau souligné - en réponse à chacune des deux questions - sa ferme condamnation du lancement du satellite artificiel nord-coréen, le 13 avril 2012 (qu'elle qualifie de "provocation" et de "tir" pris, selon elle, en contradiction avec les résolutions 1718 et 1874 du Conseil de sécurité des Nations unies), elle ne fait toutefois plus allusion aux sanctions internationales adoptées contre la RPD de Corée, à la différence de sa réponse du 24 mai 2011.

 

Il n'est pas fait référence au changement de direction à la tête de la RPD de Corée, ce qui nous semble prudent sur un sujet éminemment sensible en RPD de Corée, alors que les spéculations vont bon train. En décembre 2011, la réaction française après la mort du dirigeant Kim Jong-il avait surpris le ministère des Affaires étrangères de la RPD de Corée. Un article de l'AAFC à ce sujet avait ensuite permis au Quai d'Orsay d'apporter les explications attendues à la délégation générale de la RPD de Corée en France, ce dont nous nous félicitons pour le bon développement des relations bilatérales dans un esprit de compréhension mutuelle. Nous renouvelons nos pleins voeux de succès à Olivier Vaysset, directeur du bureau français de coopération, que nous avions rencontré avant son entrée en fonctions. L'AAFC a toujours plaidé pour qu'Olivier Vaysset soit considéré comme un interlocuteur de premier rang des Nord-Coréens, malgré le handicap que constitue son absence de titre d'ambassadeur - faute de relations diplomatiques complètes entre la France et la RPD de Corée. A cet égard, nous nous réjouissons qu'Olivier Vaysset ait été reçu récemment, au début de cet été, par le ministère des Affaires étrangères de la RPD de Corée.

  

En ce qui concerne la coopération franco - nord-coréenne, le Quai d'Orsay souligne qu'elle a  un objectif d'abord culturel et humanitaire, en observant qu'il "garde la porte du dialogue ouverte avec Pyongyang" - sans qu'il ne soit fait référence à de nouvelles initiatives, déjà prises ou à l'étude, depuis l'ouverture du bureau français de coopération à Pyongyang en octobre 2011. En particulier, la - courte - réponse du ministère français des Affaires étrangères ne mentionne pas la venue à Paris de l'orchestre nord-coréen Unhasu en mars 2012, ce qui est de nature à confirmer que le gouvernement français n'a pas été à l'initiative de cet événement, même s'il en a permis le bon déroulement, notamment pour l'octroi des visas. Dans le domaine de l'aide publique au développement, l'aide aux deux ONG françaises présentes en Corée du Nord, Triangle génération humanitaire et Première urgence, augmentée en 2010, a été reconduite en 2011 à hauteur de 500.000 euros, comme le précise le réponse à la question écrite n° 323. L'AAFC ajoute que, si le programme d'accueil de professeurs nord-coréens de français à Grenoble n'a, pour sa part, pas été poursuivi depuis 2011, en revanche un nouveau programme pluriannuel d'accueil de dix étudiants nord-coréens en architecture a commencé en septembre 2011, un an après l'achèvement du précédent programme (2002-2010) ; la participation française concerne la prise en charge de la protection sociale des étudiants.

 

Il y a tout lieu de conclure que, en l'absence d'évolution de la situation diplomatique dans la péninsule coréenne - alors que les regards sont aujourd'hui tournés vers les futures échéances électorales aux Etats-Unis et en Corée du Sud - les relations diplomatiques entre la France et la République populaire démocratique de Corée ne devraient pas connaître de changement majeur dans les prochains mois. Ce statu quo n'est pas à la hauteur des attentes des Nord-Coréens, qui avaient adressé leurs félicitations à la fois au Président François Hollande et au Premier ministre Jean-Marc Ayrault, alors que l'usage n'est d'adresser des félicitations qu'aux dirigeants des Etats avec lesquels la RPD de Corée a établi des relations diplomatiques complètes. Pour sa part, alors que vingt-cinq des vingt-sept gouvernements des Etats membres de l'Union européenne ont reconnu la RPD de Corée, l'Association d'amitié franco-coréenne continue de plaider pour l'établissement de relations diplomatiques complètes entre la France et la RPD de Corée, qu'elle estime le plus à même de favoriser la paix et la stabilité dans la péninsule coréenne. Cette étape nouvelle dans les relations bilatérales de la France faciliterait également une pleine insertion de la RPDC sur la scène internationale, tout en s'inscrivant dans la tradition française de reconnaissance des Etats et non des régimes.

 

Nous reproduisons ci-après les deux questions posées par Jean-Jacques Candelier à Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, le 3 juillet 2012, et les réponses apportées par le Quai d'Orsay le 7 août 2012, dans des délais nettement plus brefs qu'en 2010-2011, ce qui mérite d'être salué. Les réponses apportées en mai 2011 sur les mêmes sujets peuvent être consultées sur le site de l'AAFC.

 

Question écrite du député Jean-Jacques Candelier (N° 324) publiée au Journal officiel (JO) du 3 juillet 2012

 M. Jean-Jacques Candelier attire l'attention de M. le ministre des affaires étrangères sur la question d'un projet de traité de paix en Corée rédigé par l'organisation civique sud-coréenne « Solidarité pour la paix et la réunification de la Corée » (Spark selon les initiales anglaises). Le 27 juillet 1953, après trois années et des millions de morts, les combats de la guerre de Corée prirent fin avec la conclusion d'un simple accord d'armistice. Aucun traité de paix n'a été signé, la péninsule coréenne étant virtuellement toujours en état de guerre. Le 19 septembre 2005, au cours des pourparlers sur la dénucléarisation de la péninsule coréenne, les deux Corées, les États-unis, la Chine, la Russie et le Japon avaient publié une déclaration affirmant la nécessité de conclure un traité de paix et d'établir une structure de paix dans la péninsule. Ces pourparlers à six sont au point mort. Désireux de leur donner une suite, des spécialistes et des juristes sud-coréens ont rédigé en 2008 un projet de traité de paix en Corée. Il s'agit d'une démarche concrète proposant des objectifs atteignables, pour peu que les six aient la volonté sincère de parvenir à la paix. Un appel et une pétition ont été lancés par l'organisation civique Spark. Estimant urgent d'établir la paix dans la péninsule coréenne, il lui demande son avis sur cet appel-pétition et sur le projet de traité de paix mentionné [Note de la rédaction : et que l'AAFC appelle à signer].

 

Réponse du ministère des Affaires étrangères publiée au JO du 7 août 2012

La France, tout comme ses partenaires, est favorable à toute initiative permettant de contribuer à la détente, à la paix et à la stabilité dans la péninsule coréenne, dès lors que les différentes parties impliquées font preuve de leur volonté d'oeuvrer effectivement en ce sens. Les pourparlers à six sur la dénucléarisation de la péninsule sont interrompus depuis que la Corée du Nord a quitté unilatéralement la table des négociations en 2008. Pyongyang s'est livrée depuis à des provocations répétées, dont le tir de fusée du 13 avril dernier, effectué en flagrante violation des résolutions 1718 et 1874 du Conseil de sécurité des Nations unies. Cet acte a été rapidement et fermement condamné de manière unanime par le Conseil de sécurité qui met également en garde Pyongyang contre de nouveaux gestes susceptibles d'accroître les tensions dans la région. Dans ce contexte, la France continue, avec l'ensemble de la communauté internationale, d'appeler la Corée du Nord à oeuvrer activement à l'apaisement en reprenant rapidement le chemin du dialogue intercoréen, des pourparlers à six et de la légalité internationale. Tout ce qui peut ramener la Corée du Nord dans la voie du dialogue avec la communauté internationale peut être encouragé, dès lors que Pyongyang se conforme à ses obligations et à ses engagements internationaux.
 
Question écrite du député Jean-Jacques Candelier (N° 323) publiée au JO du 3 juillet 2012
M. Jean-Jacques Candelier attire l'attention de M. le ministre des affaires étrangères sur la question des relations avec la République populaire démocratique de Corée. Au sein de l'Union européenne, la France est le seul pays, avec l'Estonie, à ne pas reconnaître ce pays. Cela se traduit de manière regrettable par la faiblesse de relations bilatérales dans tous les domaines. Alors que la diplomatie française entretenait une confusion délibérée entre la reconnaissance d'un État et le soutien au régime, il lui demande quand aura lieu une reconnaissance pleine et entière de ce pays membre de l'ONU par la France, ce qui signifierait l'ouverture de relations diplomatiques normales.
 

Réponse du ministère des Affaires étrangères publiée au JO du 7 août 2012

L'établissement de relations diplomatiques entre la France et la République populaire démocratique de Corée n'est pas d'actualité. La France considère que l'évolution des relations avec la Corée du Nord doit être envisagée à l'aune de différents critères reflétant nos préoccupations à l'égard de ce pays, dans trois domaines. Dans le domaine nucléaire et balistique, la France exhorte Pyongyang à renoncer de manière complète, vérifiable et irréversible à ses armes nucléaires et à son programme nucléaire, comme le demandent les résolutions 1718 et 1874 du Conseil de sécurité des Nations unies. Le récent tir du 13 avril a été à cet égard une source de grave préoccupation pour la communauté internationale. Il a été fermement et rapidement condamné à l'unanimité par le Conseil de sécurité des Nations unies qui met aussi en garde Pyongyang contre de nouvelles provocations. La France appelle Pyongyang à oeuvrer dans le sens de l'apaisement par le dialogue et la coopération. La sécurité régionale et internationaale continuera d'être menacée tant que le dialogue intercoréen ne connaîtra pas d'amélioration. La France est enfin très préoccupée par la situation humanitaire et des droits de l'Homme qui prévaut en Corée du Nord et qui est l'une des plus déplorables du monde. En tant que membre de l'ONU et Etat partie à plusieurs instruments de protection des droits de l'Homme, la Corée du Nord doit se conformer à la légalité internationale dans ce domaine. La France n'oublie pas les souffrances du peuple nord-coréen et garde la porte du dialogue ouverte avec Pyongyang. L'absence de relations diplomatiques n'empêche pas de conduire des projets en ce sens. Elle a ainsi ouvert en octobre 2011 un Bureau français de coopération à Pyongyang, dont les missions prioritaires sont d'ordre humanitaire et culturel. La France soutient notamment les deux organisations non gouvernementales françaises actives en Corée du Nord. Triangle Génération Humanitaire et Première Urgence font partie des six organisations non gouvernementales autorisées à travailler dans le pays. En 2011, la France a apporté des financements à ces deux organisations, à hauteur de 500 000 euros. En outre, depuis 2006, un lecteur de français enseigne à l'université des langues étrangères de Pyongyang, à l'université Kim Il-sung et au lycée des langues étrangères de Pyongyang.
 

Source : site de l'Assemblée nationale, réponses aux questions écrites n° 324 et 323.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations France-Corée
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)