Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 janvier 2013 2 01 /01 /janvier /2013 13:38

Renouant avec l'usage qui avait prévalu jusqu'en 1994 à l'époque du Président Kim Il-sung, le dirigeant Kim Jong-un de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) a prononcé un discours de nouvel an, le 1er janvier 2013, fixant les orientations politiques et économiques pour la nouvelle année, et qui fait suite aux éditoriaux conjoints publiés par les principaux quotidiens nord-coréens entre 1995 et 2012. Cette année, l'accent est à nouveau mis sur la poursuite de l'élévation du niveau de vie de la population, en rappelant les résultats déjà obtenus en 2012. Par ailleurs, les observateurs étrangers ont surtout analysé la fin du discours qui, suivant l'usage, traite des relations internationales et intercoréennes : il est lancé un appel sans ambiguïté pour faire progresser la cause de la paix et de la réunification dans la péninsule coréenne, quelques semaines après l'élection de Mme Park Geun-hye à la présidence de la République en Corée du Sud. Dans l'analyse ci-dessous (le millième article mis en ligne sur le site Internet national de l'AAFC), l'Association d'amitié franco-coréenne forme le voeu ardent que le dialogue intercoréen puisse effectivement être renoué, dans l'intérêt de la nation coréenne et pour la prospérité du peuple coréen. Si des percées diplomatiques sont réalisées, il est souhaitable et nécessaire que la France saisisse cette occasion pour développer les échanges bilatéraux, en élevant le statut du bureau français de coopération à Pyongyang à celui d'une ambassade de plein exercice, à l'instar de l'Allemagne et du Royaume-Uni ; un tel choix contribuerait à enrayer le recul de l'influence la France par rapport à ses partenaires européens dans cette partie du continent asiatique la plus dynamique au monde. 

 KimJongun 01012013

Conformément à la tradition coréenne, marquée notamment par le respect des fondateurs, dans son discours de nouvel an du 1er janvier 2013, le Premier secrétaire du Parti du travail de Corée Kim Jong-un a tout d'abord rendu hommage à ses prédécesseurs, le Président Kim Il-sung, fondateur de la République populaire démocratique de Corée en 1948, et le dirigeant Kim Jong-il, disparu le 17 décembre 2011, salués et honorés comme "les pères de la nation". La "loyauté", la "fidélité" et la "sincérité"- trois valeurs cardinales dans les relations au sein de la communauté nationale, de la cellule familiale et entre les personnes, suivant l'usage confucéen - sont mises en exergue dans le lien établi entre le peuple coréen de la RPDC et ses dirigeants, et dont témoignent les références au "kimilsungisme-kimjongilisme".

Les voeux de nouvel an ont été adressés non seulement aux citoyens de la RPD de Corée, mais aussi aux "compatriotes du Sud" et d'outre-mer, en entendant leurs aspirations à la réunification et à la prospérité de la nation coréenne, ainsi qu' "aux peuples progressistes du monde" entier et "aux amis étrangers qui aiment la justice et la paix". Dans son premier discours public, à l'occasion du centième anniversaire de la naissance du Président Kim Il-sung le 15 avril 2012, le Présidente Kim Jong-un avait également salué les Sud-Coréens et les amis du peuple coréen dans le monde.

S'agissant de l'analyse rétrospective de l'année 2012, la réussite de la mise sur orbite de la seconde version du satellite Kwangmyongsong-3, le 12 décembre 2012, par des technologies propres à la RPDC, est saluée comme un exemple à suivre pour l'élevation du niveau de développement scientifique et économique du pays, alors qu'est rappelée la série de "sévères catastrophes naturelles" ayant affecté la RPDC en 2012. Dans l'édification d'un "puissant pays socialiste" pour améliorer le bien-être de la population, sont rappelés la mise en service de la centrale électrique de Huichon et du port de Tanchon, ainsi que l'allongement à douze ans de la durée obligatoire de scolarité.

En 2013, l'objectif en économie est d' "effectuer un virage radical afin de construire un géant économique dans l'esprit et avec le courage qui furent les nôtres pour conquérir l'espace : tel est le slogan que notre parti et le peuple doit suivre cette année". L'effort doit d'abord porter sur les industries de base, que sont l'énergie (charbon, électricité), la métallurgie et les transports, tout particulièrement ferroviaires. De fait, comme en Chine, le vieillissement du réseau de chemin de fer est un obstacle à un approvisionnement optimal des unités de production (y compris dans l'industrie légère), tandis que le fonctionnement des usines à pleine capacité requiert une hausse de la production d'énergie. Dans l'agriculture, la priorité est accordée à l'atteinte de l'objectif de production de céréales, par le recours à des méthodes intensives, ainsi qu'à la diversification (viande, poisson, fruits) pour améliorer le régime alimentaire. Un rôle tout particulier incombe ici à l'armée, force de production économique majeure en RPDC, et aux membres des "brigades de choc" - faisant ainsi référence aux batailles pour la production lancées périodiquement par la RPDC depuis sa fondation en 1948. L'amélioration des méthodes de gestion, par une responsabilisation accrue des travailleurs, tout en s'inspirant des expériences pilotes conduites localement, traduit une approche pragmatique et empirique. Les mesures économiques du 1er juillet 2002 ont d'ores et déjà consacré l'autonomie de gestion des entreprises, la création de zones économiques spéciales et l'ouverture aux investissements étrangers, aujourd'hui majoritairement chinois, notamment pour moderniser l'outil de production.

Le discours du 1er janvier 2013 accorde ensuite une place conséquente au développement de la culture ou, plus exactement, de l'environnement social, ce qui inclut l'effort de construction, la santé publique, l'éducation et les arts : les larges travaux de réaménagement de la ville de Pyongyang, tout comme l'inauguration de bâtiments publics, de parcs et d'aires de loisir, s'inscrivent dans cette attention particulière portée à l'architecture et à l'urbanisme.

Pour relever les défis de la nouvelle étape à franchir dans le développement du socialisme en Corée, les cadres - du Parti comme de l'armée et des organisations de masse - sont invités à se défaire de la "vieille façon de penser". La Ligue de la jeunesse doit redoubler d'efforts et de créativité.

Dans le domaine diplomatique, seule la question de la réunification est approfondie cette année, même si sont également mises en cause les manoeuvres des impérialistes pour interférer dans les affaires intérieures d'Etats souverains. Le dirigeant Kim Jong-un a déclaré que pour "mettre fin à la division du pays et parvenir à sa réunification, il est important de cesser la confrontation entre le Nord et le Sud" et que "l'histoire des relations intercoréennes montre que la confrontation entre compatriotes ne mène à rien sinon à la guerre". Vis-à-vis de la nouvelle présidence sud-coréenne, qui entrera en fonctions en début d'année 2013, la porte est ouverte à une reprise du dialogue, pour clore la phase de confrontations ayant caractérisé le mandat du président sortant Lee Myung-bak (2008-2013).

L'ouverture de la nouvelle présidente sud-coréenne Park Geun-hye sera appréciée à l'aune de sa volonté de mettre en oeuvre, ou non, les déclarations conjointes Nord-Sud du 15 juin 2000 et du 4 octobre 2007, signées par les deux gouvernements coréens et qui, en droit international, engagent les deux Etats au-delà des changements de majorité, mais auxquelles l'administration Lee Myung-bak a tourné le dos. Mme Park Geun-hye a évoqué une possible reprise des projets économiques communs, ainsi que des livraisons de céréales et d'énergie au Nord, mais à condition que la RPDC renonce d'abord à ses armes nucléaires. Une telle condition préalable n'est pas acceptable, en l'état, par Pyongyang, qui a développé une force de dissuasion nucléaire suivant une doctrine analogue à celle de la France, pour assurer sa protection face à la superpuissance américaine. Dans un geste évident d'apaisement, tant vis-à-vis de la Corée du Sud que des Etats-Unis, le discours du 1er janvier ne mentionne toutefois à aucun moment le statut de la Corée du Nord d'Etat doté de l'arme nucléaire.

C'est sur la base des déclarations du 15 juin 2000 et du 4 octobre 2007 que les Coréens, du Nord, du Sud et de la diaspora, sont conviés à permettre l'édification d'une puissante nation réunifiée, de manière indépendante des grandes puissances.

Principale source : KCNA, sept dépêches en date du 1er janvier 2013.

Le discours de nouvel an de Kim Jong-un est consultable sur le site officiel de la RPD de Corée Naenara.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Politique de la RPDC
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)