Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 20:59

assemblée-populaire-suprême corée-du-nordRéunie en session plénière le 25 septembre 2012 (photo à gauche) en présence de Kim Jong-un, Premier secrétaire du Parti du travail de Corée, l'Assemblée populaire suprême de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) a porté à douze ans la durée de l'enseignement obligatoire, en allongeant d'un an la scolarité à l'école primaire. Cette décision s'inscrit dans le cadre de la priorité accordée à la jeunesse par les autorités nord-coréennes.

 Dans son intervention en séance publique le 25 septembre 2012, le président de l'Assemblée populaire suprême Choe Thae-bok a présenté le rapport législatif "sur la mise en place d'un système d'éducation obligatoire pendant douze ans". Destinée à améliorer le système éducatif secondaire, la nouvelle loi vise à consolider les connaissances de base de l'enseignement primaire, en mettant notamment l'accent sur l'apprentissage des nouvelles technologies. Alors que l'accès à l'enseignement supérieur est soumis à des examens d'entrée très sélectifs, un des objectifs poursuivis est aussi d'améliorer la formation initiale en vue d'élever le niveau de développement économique et social.

Comme l'avait détaillé l'Association d'amitié franco-coréenne dans une brochure réalisée pour le CILRECO, l'éducation en RPD de Corée est publique, gratuite et obligatoire. La durée obligatoire d'enseignement a été progressivement allongée, étant portée à sept ans en 1958, neuf ans en 1967 et onze ans en 1975. La mise en place d'une durée de scolarisation obligatoire de douze ans poursuit ainsi un mouvement initié par le Président Kim Il-sung après la fin des combats de la guerre de Corée.

 L'enseignement primaire gratuit et obligatoire est entré en vigueur en août 1956, avant que l'enseignement secondaire gratuit et obligatoire ne soit généralisé le 1er novembre 1958. L'exemption de frais de scolarité a été étendue à l'enseignement supérieur par la décision n° 18 du Conseil des ministres du 2 mars 1959.

Aujourd'hui, les étudiants nord-coréens reçoivent tous un revenu minimum. Pour les garçons, la réussite aux examens d'entrée à l'université entraîne aussi l'exemption de droit du service militaire. Il n'est cependant pas rare que, après leur service, les jeunes hommes soient à nouveau candidats aux examens d'entrée à l'université.

Avant l'entrée en vigueur du projet de loi adopté le 25 septembre 2012, la scolarité obligatoire se répartissait entre une année de maternelle, quatre années d'école primaire et six années d'école secondaire (l'équivalent des classes françaises de collège et de lycée). Le nouveau dispositif d'enseignement obligatoire allonge de quatre à cinq années la scolarisation obligatoire dans les classes du primaire. 

073-DSC0279.jpg

  Etudiants nord-coréens apprenant le français à l'Université Kim Il-sung de Pyongyang en 2006

(Photo : Alain Noguès)

 


Sources : KCNA ; Histoire générale de la Corée, tome III, éditions en langues étrangères de Pyongyang, 1996, pp. 202-205.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Société
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)