Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2017 7 12 /02 /février /2017 12:15

Dans la matinée du 12 février 2017, la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) a procédé depuis la base de Banghyon à un tir de missile balistique, considéré comme étant de moyenne portée par les experts américains et sud-coréens. La RPD de Corée a procédé à huit tirs de missile de moyenne portée en 2016. Il s'agit du premier tir de missile balistique depuis l'entrée en fonctions,  le 20 janvier 2017, du Président américain Donald Trump, qui reçoit actuellement le Premier ministre japonais Shinzo Abe. Ce tir intervient par ailleurs à quelques jours de la célébration du 75e anniversaire de la naissance du Dirigeant Kim Jong-il, le 16 février prochain.

Missile nord-coréen à portée intermédiaire sur son véhicule TEL (tracteur-élévateur-lanceur) pendant une parade militaire à Pyongyang

Missile nord-coréen à portée intermédiaire sur son véhicule TEL (tracteur-élévateur-lanceur) pendant une parade militaire à Pyongyang

Comme les précédents tirs de missile ou lancements de satellite par la RPD de Corée, qui contreviennent aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies et étaient déjà souvent intervenus à la veille de dates anniversaires de la RPD de Corée, la dernière initiative de Pyongyang a soulevé de vives protestations des administrations conservatrices en fonctions à Séoul et Tokyo, soutenues sans réserves par l'administration américaine. De ce point de vue, Donald Trump - qui a déclaré être "à 100 %" derrière le Japon - s'inscrit dans la continuité de son prédécesseur Barack Obama. Mais pouvait-il faire autrement, alors qu'il reçoit en ce moment même Shinzo Abe ? Enfin, contrairement à ce que d'aucuns observateurs avaient envisagé, l'administration Trump n'a ni procédé à l'interception du missile nord-coréen, ni procédé à des frappes en RPDC sur la base de lancement.

Plusieurs interrogations se posent néanmoins. D'une part, quelle est la nature exacte du tir de missile nord-coréen ? D'autre part, pourrait-il  y avoir de nouvelles sanctions contre la RPD de Corée, ainsi qu'une intensification des exercices militaires américano-sud-coréens (qui reprendront dans quelques semaines) et une accélération du déploiement en Corée du Sud du système américain de missiles antimissile THAAD ?

En réponse à la première question, les experts américains et sud-coréens estiment à ce stade - en l'absence par ailleurs de réaction officielle nord-coréenne - qu'il s'agit d'un nouveau tir de missile de moyenne portée, et non du lancement d'un missile balistique intercontinental (acronyme anglais : ICBM), comme attendu après le discours de Nouvel An du Maréchal Kim Jong-un. Des missiles avaient été repérés par les Occidentaux depuis plusieurs semaines sur leur rampe de lancement ; les militaires sud-coréens avaient estimé, dans un premier temps, qu'il s'agissait d'ICBM, avant de se rétracter en déclarant qu'il s'agissait de missiles de moyenne portée.

Selon l'agence sud-coréenne Yonhap, il s'agirait d'une version améliorée d'un missile de moyenne portée de type Rodong, qui aurait parcouru 500 kilomètres avant de tomber en mer de l'Est - soit 100 kilomètres de plus que les Rodong. Par ailleurs, l'altitude de vol aurait diminué de 1 400 à 550 kilomètres, traduisant un progrès dans la technologie balistique en ce qui concerne la poussée du moteur et le poids de l'engin.

Outre l'intérêt militaire scientifique pour la RPD de Corée de procéder à ce nouveau lancement, le moment retenu semble indiquer une volonté de tester la réaction de l'administration Trump. Cette manière de faire, consistant à agir en premier en prenant une initiative contraire à la volonté des Etats-Unis et de leurs alliés, n'est pas nouvelle pour Pyongyang, qui entend ainsi créer un rapport de forces avant d'éventuelles négociations.

Le pari n'est pas sans risques, puisque ce tir de moyenne portée (s'il est bien confirmé qu'il s'agit d'un tir de moyenne portée) pourrait entraîner, contrairement aux précédents tirs de ce type, l'adoption par le Conseil de sécurité d'une nouvelle résolution alourdissant les sanctions internationales contre Pyongyang. Mais y aurait-il une unanimité en ce sens au sein du Conseil de sécurité, notamment de la part de la Chine et de la Russie, qui condamnent par ailleurs le déploiement de THAAD en Corée du Sud ? Alors que Moscou et Pékin ne se sont pas empressés de réagir à la dernière initiative nord-coréenne, Pyongyang teste sans doute autant la Chine et la Russie que les Etats-Unis de Donald Trump.

Sources :

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


depuis le début de ce mois

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)