Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juillet 2016 4 14 /07 /juillet /2016 13:16

Le 13 juillet 2016, le ministère de la Défense de la République de Corée (Corée du Sud) a annoncé le déploiement au Sud de la péninsule de THAAD, acronyme de Terminal High Altitude Area Defense, lequel désigne un système de missiles antibalistiques américain consistant à détruire les missiles balistiques de portée moyenne ou intermédiaire en phase finale d'approche  en s'écrasant contre eux (hit-to-kill). Cette annonce traduit la volonté de course aux armements et d'escalade militaire de Washington et de son allié sud-coréen, la perspective - déjà ancienne - de déploiement de THAAD en Corée du Sud étant ainsi devenue réalité après l'essai nucléaire nord-coréen du 6 janvier 2016 et le lancement réussi du satellite Kwangmyongsong-4 par la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) en février 2016, puis plusieurs tirs de courte et moyenne portées effectués par la RPDC ces derniers mois. Le déploiement de THAAD interviendrait dans le comté de Seongju, à 200 km au Sud-Est de Séoul.

Manifestation des habitants de Seongju contre le déploiement de THAAD dans leur région

Manifestation des habitants de Seongju contre le déploiement de THAAD dans leur région

Les images des habitants de Seongju manifestant contre le déploiement de THAAD ne sont qu'une des expressions de la colère populaire contre cette menace sur la paix, l'environnement et la prospérité de cette région productrice de melons : selon Catherine Le Brech (France Télévisions), des habitants "ont entamé une grève de la faim, d'autres se sont entaillé les doigts pour écrire des slogans en lettres de sang".

Une fois encore, les populations coréennes sont prises en otage par une escalade militaire dans laquelle les autorités américaines et sud-coréennes ont joué un rôle majeur : après que celles-ci eurent ignoré les appels au dialogue de la RPD de Corée lors du 7e Congrès du Parti du travail de Corée en mai, Washington a pris l'initiative de sanctions financières contre les dirigeants de la RPDC - entraînant en réaction une rupture par Pyongyang des canaux de dialogue entre les deux pays via la représentation diplomatique nord-coréenne auprès des Nations Unies. 
 

Alors que le système de missiles antibalistique serait financé par les États-Unis, le site, la base et les installations seraient fournis par la Corée du Sud, selon les précisions apportées par le ministre sud-coréen de la Défense Han Min-koo devant une commission parlementaire. THAAD serait opérationnel en Corée d'ici la fin de 2017, c'est-à-dire avant l'élection présidentielle sud-coréenne de décembre 2017 qui pourrait voir la défaite des néoconservateurs aujourd'hui au pouvoir à Séoul : il y a urgence pour la Présidente Mme Park Geun-hye de lier les mains de son successeur, après avoir ignoré sa défaite lors des élections législatives du 13 avril 2016. La dérive autoritaire en cours en Corée du Sud - encore marquée par la condamnation à cinq ans de prison ferme, le 4 juillet 2016, du dirigeant syndical Han Sang-gyun - est ainsi indissociable de la militarisation toujours accrue du pays, le propre père de la Présidente Park ayant dirigé le régime militaire le plus sanglant qu'ait jamais connu la République de Corée.

Sources :

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations Etats-Unis-Corée Politique sud-coréenne
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


depuis le début de ce mois

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)