Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 23:01

En 2010, la sélection nationale de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) s'est qualifiée pour la première fois depuis 1966 en phase finale d'une coupe du monde de football. Sans avoir réussi à accéder aux huitièmes de finale, le Cheollima a impressionné, notamment par sa résistance farouche face au Brésil, en n'ayant concédé une défaite que par un but de différence (2-1). Malgré ce parcours, les rumeurs ont pris corps tout au long de la phase finale de la compétition, suite notamment à la sévère défaite face au Portugal (7-0). L'AAFC analyse comment chacune de ces rumeurs a pris corps, qui ne sont pas nouvelles dans le cas de la République populaire démocratique de Corée : déjà, en 1966, la sélection nationale nord-coréenne avait été réputée punie sur la base d'une désinformation alors entretenue par le régime militaire sud-coréen, avant qu'un documentaire du Britannique Daniel Gordon ne mette en lumière le culte entretenu autour des héros de l'épopée de 1966. Décidément, la Corée du Nord est un bon client pour les journalistes en mal de rumeurs propices à doper les chiffres de vente et de diffusion.

 

Les prétendues défections de joueurs : une rumeur vite éventée

 

kim_myong_won.jpgKim Myong-won, An Chol-hyok, Kim Kyong-il et Pak Sung-hyok : un journaliste italien couvrant la coupe du monde en Afrique du Sud relève que ces quatre joueurs nord-coréens sont inscrits "absents". Même si une source "proche de l'équipe" expliquait qu'il s'agissait d'une erreur matérielle, suite à une confusion des Nord-Coréens avec les règles applicables au dernier tournoi auquel avait participé le Cheollima, l'AFC Challenge Cup, qui n'autorise qu'à aligner 18 joueurs, il n'en fallut pas plus pour que la rumeur naisse et enfle : quatre joueurs nord-coréens auraient fait défection.

 

Mais les joueurs réputés manquants réapparaissaient peu après à l''entraînement avec les autres membres de l'équipe (cf. Kim Myong-won sur la photo ci-dessus), éventant la rumeur. Celle-ci avait toutefois pris entretemps des proportions telles que Nicolas Maingot, directeur de la communication de la FIFA, avait dû faire une mise au point.

 

Sources :

- Will Brinson, "Four North Korean  Players Currently 'missing' ", sur le site SoccerFanHouse, 18 juin 2010;

- "Missing quartet a 'clerical error' ", sur le site Soccernet, 18 juin 2010.

 

L'incroyable histoire des "faux supporters"

 

supporter_north_korea.jpgComme l'ensemble des équipes sélectionnées en phase finale de la coupe du monde, la République populaire démocratique de Corée a reçu un certain nombre de billets. Si dans les rangs des supporters nord-coréens (photo à droite), on comptait des ouvriers du bâtiment venus de Corée du Nord travailler sur les stades sud-africains, l'attention des médias occidentaux s'est portée davantage sur les supporters chinois ayant reçu un millier de billets. Ce choix a priori surprenant trouve en fait son explication dans la relation particulière qu'entretiennent la Chine et la République populaire démocratique de Corée : la Chine compte une minorité coréenne de 2 millions de personnes, qui se sentent proches des Nord-Coréens. Beaucoup parmi les plus anciens ont combattu aux côtés des Nord-Coréens pendant la guerre de Corée, avant que leurs enfants et petits-enfants n'étudient dans les universités nord-coréennes puis ne deviennent aujourd'hui les hommes d'affaires étrangers les plus nombreux à investir en RPD de Corée. Enfin, alors que la Chine n'a pas réussi à se sélectionner en phase finale de la coupe du monde 2010, beaucoup de Chinois - qu'ils soient ou non d'ethnie coréenne - ont reporté leurs espoirs sur les autres équipes asiatiques, notamment le Cheollima.

 

Mais la plupart des médias occidentaux, méconnaissant l'histoire de la Corée, ont commencé à diffuser l'idée de "faux supporters", dont le rôle serait tenu par des "acteurs" chinois, sous-entendu : payés par le gouvernement nord-coréen. Sans relever une contradiction interne à ce raisonnement : si ces mêmes médias disent les Nord-Coréens trop pauvres pour payer un déplacement à l'étranger, comment le gouvernement de la RPDC aurait-il pu réunir des sommes au moins aussi importantes pour payer des acteurs ? Visiblement, le précédent du Qatar qui aurait, pour la Coupe d'Asie des Nations 2007, enrôlé des supporter vietnamiens, a échauffé les esprits. Quitte à oublier qu'il n'y a pas de minorité qatarie en nombre significatif au Vietnam à la différence des Coréens de Chine, et que la Corée du Nord n'est pas un exportateur d'hydrocarbures...

 

Source : "Mondial 2010 : de faux supporters pour la Corée du Nord", d'après le site FIFA.com, 22 mai 2010

 

Les joueurs n'ont jamais été envoyés dans des mines de charbon

 

jong_tae_se_photo_montage.pngUne rumeur diffusée notamment sur les blogs chinois a ensuite répandu l'idée que les joueurs nord-coréens, après leurs trois défaites, seraient envoyés aux mines de charbon. A l'appui de cette fausse information, il avait été diffusé une photo montage du joueur vedette du Cheollima Jong Tae-se, ému aux larmes lorsqu'avait retenti l'hymne de son pays à l'ouverture du match contre le Brésil, mais portant un casque de mineur.

 

Là encore, la réapparition des joueurs lors des autres matches internationaux a suffi à éventer la rumeur. Mais sa genèse est typique des rumeurs qui circulent autour de la Corée du Nord : il s'agissait de la simple reprise d'une rumeur qui avait déjà circulé à propos des joueurs nord-coréens de l'équipe du mondial de 1966, remise au goût du jour par un ancien entraîneur nord-coréen ayant fait défection au Sud - sans même que les médias occidentaux ne s'interrogent sur le peu d'objectivité d'une telle source, laquelle n'exprimait de surcroît qu'une crainte, sinon une hypothèse...

 

Source : "North Korean players sent to coal mine after World Cup loss ?", sur le site China Hush, 22 juin 2010

 

La rumeur américaine d'une punition des joueurs et de leur entraîneur : la FIFA siffle la fin de partie

 

Enfin, la dernière rumeur - la plus persistante - provient d'une radio américaine fondée par la CIA pendant la guerre froide : Radio Free Asia (RFA). Selon RFA, les joueurs nord-coréens et leur entraîneur Kim Jong-hun auraient été punis, les premiers ayant dû faire  publiquement leur autocritique, ainsi que celle de leur entraîneur, puis ce dernier aurait été prétendument envoyé non plus dans une mine de charbon, mais sur un chantier de construction.

 

Sepp-Blatter-006.jpgLa rumeur a pris à nouveau des proportions telles que la FIFA, une fois encore, est intervenue, en interrogeant la fédération de football de la RPD de Corée. La FIFA, présidée par Joseph "Sepp" Blatter, a répondu dans un communiqué :

 

"La fédération [nord-coréenne] assure la FIFA que M. Kim Jong-hun, principal entraîneur de l'équipe nationale, et que tous les autres membres de l'équipe nationale s'entraînent comme d'habitude (...). L'association indique également qu'il n'y a pas eu de sanctions contre l'entraîneur et que les comptes rendus à ce sujet étaient sans fondements. Avec l'ensemble des informations dont elle dispose, et ayant vérifié toutes ses sources, la FIFA a décidé de clore l'affaire".

 

Au demeurant, il aurait été pour le moins inhabituel que Kim Jong-hun, après avoir reçu le titre d'athlète du peuple, ait été sévèrement puni, comme l'a pourtant prétendu Radio Free Asia. Si la rumeur de Radio Free Asia a été abondamment reprise dans les médias occidentaux, les conclusions de la FIFA ont été généralement passées sous silence : le droit à l'information a cédé la place, une fois de plus, au sensationnel censé garantir une plus large audience des médias, et donc de plus hauts revenus aux propriétaires de presse.

 

Source : "Fifa clear North Korea over alleged abuse of World Cup squad", sur le site du Guardian, 25 août 2010

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Football
commenter cet article

commentaires

Gildou 03/10/2010 18:17



Belle analyse ! C'est du solide. Les rumeurs sont démontées une à une avec argumentaire à l'appui. Par contre, à titre personnel je garde un sérieux doute au sujet des supporters du "Chollima".
Certes, l'argument "ils sont trop pauvres" ne tient pas, puisque comme vous le dîtes, ils ont bien financé les billets des chinois. Mais moi je crois que c'est simplement du au fait qu'un
nord-coréen n'obtient pas aussi facilement que cela une autorisation de quitter le territoire.  



Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)