Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 septembre 2010 2 07 /09 /septembre /2010 23:25

A la demande de la Croix-Rouge sud-coréenne, les autorités nord-coréennes ont annoncé, le mardi 7 septembre 2010, avoir relâché, pour des raisons humanitaires, un bateau de pêche sud-coréen et ses membres d'équipage, arrêtés en août pour avoir violé la zone économique exclusive (ZEE) de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord). Cette décision coïncide avec l'accueil favorable, par le gouvernement sud-coréen, d'une demande d'aide aux victimes des récentes inondations au Nord de la péninsule. Suivant une tradition solidement établie dans les relations entre les deux Corée, le canal humanitaire apparaît ainsi comme le passage obligé du rétablissement du dialogue Nord-Sud, alors que le gouvernement Lee Myung-bak a suspendu la plupart des échanges de biens et de personnes suite au naufrage de la corvette Cheonan.

 

Le 8 août dernier, un navire sud-coréen, le Daeseung 55, avait été intercepté par les forces navales nord-coréennes, avec à son bord huit passagers (cinq Sud-Coréens et trois Chinois) pour être illégalement entré et avoir conduit des activités de pêche dans la zone économique exclusive de la RPD de Corée. Le 7 septembre, les autorités nord-coréennes ont décidé de relâcher le navire et ses membres d'équipage. Selon l'agence officielle nord-coréenne KCNA, malgré une "atteinte intolérable" à la souveraineté de la RPDC, cette décision a été prise pour des motifs humanitaires et parce que l'équipage, composé de "compatriotes", a reconnu la gravité des faits, tout en s'engageant à ne repéter de tels actes à l'avenir. La demande de libération avait été formulée par la Croix-Rouge sud-coréenne.

 

De fait, les raisons humanitaires créent de nouveaux canaux d'échanges intercoréens, alors même que les autorités sud-coréennes ont suspendu la plupart des échanges Nord-Sud après le naufrage de la corvette Cheonan, imputé au Nord malgré l'absence de preuves scientifiques. En effet, suite aux inondations au Nord de la péninsule, le gouvernement sud-coréen a indiqué que les discussions en cours étaient "assez favorables" pour répondre à la demande nord-coréenne de fournir du riz, des équipements lourds et du ciment à leurs compatriotes des régions sinistrées du Nord.

 

Même si le gouvernement sud-coréen cherche à minimiser la portée d'une telle décision (en affirmant que, prise dans un contexte humanitaire, elle ne "sera pas une rupture avec nos principes à l'égard de la Corée du Nord"), force est de constater que, depuis plusieurs mois, les échanges Nord-Sud ont été sévèrement restreints, y compris dans le domaine humanitaire. Par ailleurs, depuis son entrée en fonctions début 2008, le gouvernement sud-coréen de Lee Myung-bak a suspendu les livraisons de riz et d'engrais au Nord, qui avaient notamment permis d'atténuer les conséquences des très lourdes inondations ayant déjà frappé la Corée du Nord à l'été 2007. Cette décision était apparue comme une forme de chantage alimentaire, en conditionnant l'aide aux populations à des critères politiques, en rupture avec la politique du rayon de soleil des présidents Kim Dae-jung et Roh Moo-hyun.

 

Si elle se confirme, la solidarité intercoréenne face aux catastrophes naturelles, au-delà des clivages politiques, renouerait avec une tradition ancienne - sans nécessairement préjuger d'une reprise plus large des échanges intercoréens, la Corée du Sud venant d'applaudir au renforcement des sanctions américaines contre Pyongyang, d'une part, quand Washington a également annoncé une aide humanitaire aux victimes nord-coréennes des inondations, d'autre part. Répondant à des considérations humanitaires, le Nord avait ainsi approvisionné le Sud en électricité après la Libération, puis avait versé une aide de 12 millions de dollars aux victimes des inondations en Corée du Sud en septembre 1984. A son tour, le Sud avait aidé les Nord-Coréens victimes des inondations et des sécheresses catastrophiques durant la dure marche des années 1990, puis à l'été 2007.

 

Sources :

- AAFC

- KCNA, "S. Korean Fishing Boat and Crew to Be Sent Back", 6 septembre 2010 ;

- Yonhap, "Le gouvernement examine favorablement la demande nord-coréenne d’envoi de riz et ciment", 7 septembre 2010.

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations intercoréennes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)