Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2016 2 19 /04 /avril /2016 13:24

Après la nette défaite de son parti aux élections législatives, la Présidente sud-coréenne Mme Park Geun-hye s'est d'abord murée dans le silence. Il a fallu attendre cinq jours pour qu'elle daigne reconnaître, le 18 avril, le changement de majorité parlementaire, en déclarant qu'elle "coopèrerait étroitement" avec la nouvelle majorité démocrate. Mais les termes choisis sont étranges : non seulement elle n'a exprimé aucune responsabilité personnelle dans la défaite du parti qui la soutenait, mais elle continue à plaider pour une réforme du marché du travail lourdement impopulaire, à l'origine de l'échec du Parti Saenuri (conservateur) aux législatives : ce déni de réalité est caractéristique d'un régime autoritaire dont la Corée du Sud présente de plus en plus de signes caractéristiques.

Défaite aux législatives, Park Geun-hye s'enferme dans un déni de réalité

Le 19 avril, lors d'une rencontre avec les participants sud-coréens aux 9e Abilympics (olympiades des métiers des personnes handicapées) qui ont eu lieu fin mars 2016 à Bordeaux, la Présidente sud-coréenne Mme Park Geun-hye a réaffirmé sa volonté de mener à bien son projet de réforme du code du travail, en déclarant : 

Si le gouvernement s’efforce à mener la réforme du travail, c’est parce qu’on pense que le changement du marché du travail contribuera grandement non seulement aux personnes handicapées mais aussi à l’économie.

http://french.yonhapnews.co.kr/national/2016/04/19/0300000000AFR20160419002200884.HTML

La référence aux personnes handicapées étant manifestement de pur opportunisme (pour mémoire, Mme Park s'est faite élire sur un programme - notamment - de défense des droits des femmes qu'elle s'est empressée d'enterrer une fois élue à la Maison Bleue), il reste l'essentiel : à savoir qu'elle n'envisage apparemment pas ni de changer de gouvernement, ni de ligne politique. Dès lors, que valent ses déclarations - tardives - selon lesquelles elle accepte le verdict des urnes et coopèrera avec la nouvelle majorité parlementaire ?

La démocratie consiste à accepter sa défaite électorale, pas à forcer une majorité qui vous est hostile à appliquer votre programme : Mme Park Geun-hye révèle une nouvelle fois son absence de respect des valeurs démocratiques.

Peut-être la Présidente pense-t-elle retourner un à un les députés d'opposition, en multipliant les pressions comme elle a su le faire, depuis plus de deux ans, vis-à-vis de ses opposants : interdiction d'un parti politique (le Parti progressiste unifié), censure des journalistes et des artistes, mensonges et manipulations des services de renseignement... Si telle est son intention, le conflit avec les démocrates apparaît inévitable, et la vigilance s'impose plus que jamais pour défendre les libertés démocratiques et la paix - car la guerre est l'exutoire classique des régimes autoritaires qui sombrent, Mme Park Geun-hye ayant multiplié les propos guerriers vis-à-vis de la Corée du Nord, les autorités sud-coréennes appelant ainsi à "décapiter" le régime du Nord. Pour sa part, comme elle le faisait dès les années 1970 en s'opposant à la Corée du Sud du général Park Chung-hee (père de Mme Park Geun-hye) et en défendant les défenseurs sud-coréens de la démocratie et des libertés, l'Association d'amitié franco-coréenne répondra présente dans le combat antifasciste.

Source :

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Politique sud-coréenne Relations intercoréennes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


depuis le début de ce mois

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)