Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 février 2016 1 29 /02 /février /2016 20:43

Le projet de loi contre le terrorisme a soulevé une opposition parlementaire sans précédent en République de Corée (Corée du Sud). En effet, il confèrerait de nouveaux pouvoirs exorbitants du droit commun à l'Agence nationale de renseignement (NIS), bras armé de la répression des autorités sud-coréennes. Alors que l'opposition démocrate a engagé une bataille d'obstruction parlementaire marquée par des interventions des députés d'une durée sans précédent dans l'histoire de la démocratie parlementaire sud-coréenne, le bras-de-fer avec les conservateurs au pouvoir à Séoul suscite un intérêt nouveau de l'opinion publique, ce qui pourrait réouvrir le jeu en vue des élections législatives du 13 avril 2016 - pour lesquelles le parti Saenuri est actuellement favori grâce aux manoeuvres de division de l'opposition engagées par Ahn Cheol-su et d'autres anciens responsables du parti démocrate, ainsi devenus les alliés objectifs des forces conservatrices autoritaires.

Tribunes du Parlement sud-coréen (le Gukhoe), le 28 février 2016

Tribunes du Parlement sud-coréen (le Gukhoe), le 28 février 2016

Dans son éditorial du 24 février 2016, le quotidien sud-coréen d'opposition Kyunghyang Shinmun a souligné que le projet de loi antiterroriste, initié par le Président de l'Assemblée nationale Chung Ui-hwa, s'il ne produira que des effets douteux en matière de lutte contre le terrorisme, aura au moins une conséquence certaine : renforcer encore davantage les pouvoirs de l'agence nationale de renseignement (NIS), un organe situé en dehors de tout contrôle parlementaire comme l'exigerait une démocratie normale, et dont le quotidien rappelle le rôle partisan et l'implication majeure dans les atteintes aux libertés publiques en Corée du Sud :

Pour prévenir les actes terroristes, il est difficile de faire confiance à une agence de renseignement accusée d'avoir piraté le téléphone portable des citoyens, fomenté une affaire d'espionnage et intervenue dans l'élection présidentielle en publiant des commentaires en ligne. Il est extrêmement dangereux de dire à l'agence de renseignement qu'elle doit mettre en oeuvre la loi de prévention du terrorisme. En plus, les services de renseignement ne sont pas soumis à un contrôle démocratique s'agissant de leur budget et de leurs activités.

La manipulation de l'élection présidentielle de 2012 par le NIS a en effet soulevé la colère de l'opinion publique sud-coréenne, les forces de renseignement ayant constitué de tout temps l'appui le plus solide des partisans des régimes autoritaires en Corée du Sud. Ce sont elles qui ont orchestré un procès truqué ayant permis l'interdiction du principal parti de gauche, le Parti progressiste unifié, avec la complicité des organes judiciaires, et qui fabriquent des espions pour maintenir un état de terreur en Corée du Sud. Dès lors, on ne sera pas surpris d'apprendre qu'ils forment un organe qui s'est autonomisé, ne rendant plus compte à personne, dans ses manoeuvres pour imposer un nouvel ordre autoritaire. Et c'est bien à ce NIS, fossoyeur de la démocratie sud-coréenne, que le pouvoir autoritaire aux manettes à Séoul entend confier la protection des citoyens contre une prétendue menace terroriste. 

Car ce que vise le projet de loi, ce n'est pas seulement le terrorisme, mais bien toute "activité qui met en danger la vie d'une personne ou son intégrité physique dans le but d'interférer avec l'exercice par l'Etat de son autorité". Un manifestant s'oppose aux forces de l'ordre qui - elles - n'hésitent pas à faire preuve d'une violence inouïe en toute impunité, comme pour l'infortuné Baek Nam-gi, toujours entre la vie et la mort après la répression sauvage des forces de l'ordre lors de la manifestation du 13 novembre 2015 ? Il tombera, demain, sous le coup de la loi antiterroriste.

Les autorités étatiques pourraient, demain, obtenir la suppression d'un message sur Internet ou d'une image qu'ils jugent de nature à inciter au terrorisme. Les caricaturistes poursuivis pour avoir osé critiquer la très autoritaire présidente de la République, Mme Park Geun-hye, n'ont désormais qu'à bien se tenir.

Le projet de loi vise à instituer un pouvoir de contrôle intégral de l'ensemble des activités d'une personne seulement suspecte de terrorisme ou plutôt - devrait-on dire - d'activités anti-étatiques. Il comprend un panel de mesures (mise sous surveillance des communications électroniques, perquisitions à domicile, interdictions de voyager à l'étranger...) avec comme simple - et mince - filet de contrôle la seule mise en place d'un comité antiterroriste placé sous l'autorité du Premier ministre. Mais de quel pouvoir effectif disposera ce comité, face à une agence toute-puissante qui agit déjà en dehors de tout contrôle démocratique et parlementaire ?

Dans ce climat où une chape de plomb s'abat sur une démocratie sud-coréenne déjà bien mal en point, des signes d'espoir sont venus de la vigoureuse opposition manifestée par les démocrates au Parlement, des manifestations de rue et d'un intérêt inédit pour les travaux parlementaires - suite aux débats sur les forums de discussion, qui constituent un outil privilégié pour la liberté d'expression en Corée du Sud. Ceux qui osent s'opposer à la dérive autoritaire de la Corée du Sud, dont le projet de loi antiterroriste est l'expression la plus aboutie, méritent tout notre respect : nous leur devons un entier soutien, afin de ne pas permettre le retour aux milliers d'assassinats de l'ère de la junte militaire sud-coréenne.

Principales sources :

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Politique sud-coréenne
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


depuis le début de ce mois

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)