Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 septembre 2008 5 05 /09 /septembre /2008 06:00
La bande dessinée coréenne – les Manhwas – reste encore moins connue que son homologue, les Mangas japonais. Les Manhwas ont cependant des caractéristiques uniques, enracinées dans l’histoire et la culture coréennes, qui font de la BD sud-coréenne une des plus dynamiques d’Asie. L’AAFC a rencontré Laurent Nucera, de la librairie Apo(k)lyps, la plus pointue dans les Manhwas, qui avait déjà été présent à la projection en avant-première du film de Fabien Adam Where are you going ?, à l’espace Dune, le 7 mai 2008. Premier volet d'un entretien en trois articles (1/3).

 

Bonjour Laurent Nucera. Votre librairie Apo(k)lyps (120, rue Legendre, dans le 17ème arrondissement de Paris) s’est spécialisée dans la BD asiatique, et notamment les Manhwas coréens. Alors, tout d’abord, pourquoi ce choix des Manhwas coréens ? Et qu’est-ce qui distingue – dans leur esthétique, mais aussi les thématiques abordées - les Manhwas coréens des Mangas japonais ?

 

 

Laurent Nucera. - Le choix des Manhwas vient de diverses raisons, notamment une esthétique et une volonté de participer à la découverte d’une bande dessinée méconnue en France. Le Manga et son impact a tendance à faire disparaître le reste de la BD asiatique, continent plus graphique que le monde occidental, l’image est un vecteur qui a toujours fait partie des médias d’informations.


Cette bande dessinée trouve son origine dans une peinture traditionnelle de l’Extrême-Orient, dans laquelle on retrouve la particularité toute asiatique du travail de la ligne et du vide. A l’origine, les thèmes tournent autour d’un style épique typiquement coréen.  Le Manhwa est un album en format poche ou semi poche d’environ 200 pages, se lisant de gauche à droite de manière assez rapide. On retrouve ici nombre de similitudes avec le Manga japonais, mais deux différences fondamentales, l’une de forme puisque le Manhwa se lit de gauche à droite (comme en France), l’autre de fond car cette BD coréenne aborde de façon plus frontale des thématiques proches de son histoire politique, économique, sociale et culturelle en décrivant par exemple la vie du petit peuple, la pauvreté des paysans contraints à l’exode.


Comme le Manga japonais et le Manhua chinois, le Manhwa est fortement influencé par l'art classique asiatique et plus particulièrement chinois. Les gravures anciennes (xylographie) du 10ème siècle, très perfectionnées, servaient à diffuser les canons bouddhiques dans la population. Dans les fresques coréennes Bomyeongshiudo, un bœuf sert à illustrer un principe bouddhiste. La page y est découpée en cases et l'image contient un texte qu’elle illustre. On est déjà dans l'art séquentiel propre à la bande dessinée.


Le développement du Manhwa s'inscrit aussi dans une tradition littéraire coréenne ?

 

L.N. - Oui, dès la période Chosŏn (1392-1910), l'art coréen s'affirme. Les portraits peints sont paisibles et non dépourvus d'humour. Cette tradition se retrouve dans les illustrations des couvertures des romans populaires, les affiches, et plus tard dans les premières bandes dessinées.


La littérature s'épanouit. Les poèmes narratifs chantés (Kasa), les romans populaires (Chapka), le pansori (récit traditionnel chanté sur scène) mais aussi les spectacles de clown, donnent tous une place importante à la narration et n'hésitent pas à critiquer la société. On retrouve ces caractéristiques (l'importance de la narration, la critique de la société) dans le Manhwa.


Le Manhwa s'est donc développé sous une double influence : la tradition épique et l'art pictural oriental fondé sur la ligne.


Pouvez-nous présenter brièvement l'historique des Manhwas coréens ?


L.N. - C'est en 1909 que le premier Manhwa est publié en Corée, un an avant l’invasion des forces impériales japonaises. La BD coréenne est interdite, puis remplacée par des Mangas de propagande qui incitent les Coréens à faire tout ce qui est susceptible d'aider les colons nippons, par exemple produire du riz. Après la Seconde guerre mondiale, le pays est libéré puis divisé en deux (1948) et soumis à une forte censure. C'est dans les années 1980 qu'arrive la vraie libération Manhwa, la censure s'effondre et les Manhwas commencent à se développer.


Les auteurs de Manwha ont joué un rôle non négligeable dans l’émancipation de la Corée du Sud et la chute de la dictature militaire mise en place par les Occidentaux après 1953. Ironie du sort, le grand modèle à suivre en matière de BD est celui du Manga japonais, et il faudra attendre la fin des années 90 pour voir émerger un véritable courant spécifiquement coréen, engendré par quelques auteurs fondateurs de la fin du siècle. Le nouveau Manhwa se caractérise par son attachement au quotidien, loin des robots géants et des écolières à jupe courte, adoptant un ton intimiste et parfois autobiographique finalement assez proche de la BD indépendante et alternative européenne. La logique de production à la chaîne des mangas est aussi abandonnée au bénéfice d'un travail plus minutieux sur des planches souvent en couleurs, aussi aidé par les réductions des coûts de production.


Quelles sont les caractéristiques de la culture du Manhwa en Corée du Sud ? Est-il caractéristique d'un style de BD asiatique ?


L.N. - Le Manhwa est une BD que l’on ne connaît peu, voire que l’on a ignorée. Bercé par une conception tripartite de la création BD, entre les USA, le Japon et la France, le reste du monde est longtemps apparu aux yeux de beaucoup comme quantité négligeable. Ce fut donc pour beaucoup une surprise que de découvrir une BD, et un marché, non pas équivalent au nôtre, mais bien plus puissant, tant dans sa création multiforme que dans ses ventes, astronomiques. Omniprésente dans la vie quotidienne des Coréens, la bande dessinée revêt des aspects très divers. Par la lecture de strips quotidiens dans la presse ou par l’emprunt de volumes en salles de prêt, les Coréens ont assimilé la bande dessinée comme un medium capable de leur parler aussi bien de leur histoire que de la vie quotidienne avec plus de légèreté.


Si les auteurs contemporains perpétuent les traditions en prenant pour modèle leurs aînés, on assiste également depuis la fin des années 90 à l’émergence d’une nouvelle génération. Certains jeunes auteurs s’émancipent des codes classiques pour proposer une nouvelle bande dessinée plus underground, tant par sa forme que par son propos. La société coréenne, très dynamique, suit les modes avec une extrême rapidité. Il en va de même pour le Manhwa qui produit de nombreux genres, parfois influencé par les Mangas, et qui s'adapte à de nouveaux modes de lecture. Les jeunes auteurs recherchent des innovations radicales tant dans le style des dessins que dans les supports choisis. Le taux de pénétration de l'Internet haut débit, qui est l'un des plus importants du monde, favorise la diffusion des Manhwas. Les sites des manhwabangs proposent l’achat de pages de Manhwas par Internet. Un nouveau marché est en plein développement : les Manhwas de quatre cases, sonorisés, que l'on télécharge et lit sur son écran de téléphone mobile. Toutes les sociétés de téléphone mobile proposent des Manhwas à leurs abonnés, faisant ainsi travailler des dizaines de studios.


L'État même cherche aujourd'hui à diffuser et à faire connaître les Manhwas, encore méconnus et trop souvent assimilés aux Mangas dans le reste de monde. Ceux-ci commencent à être publiés en Europe, aux États-Unis et au Japon. Les mangas japonais sont tournés vers les jeunes. Les traits sont moins marqués, si bien que l’on se croirait souvent devant un film, un synopsis, un scénario. Beaucoup de jeunes Coréens imitent d’ailleurs le style efficace du Japon, le reproduisent. Mais la technique ne suffit pas au dessinateur : il faut construire une oeuvre à part entière, qui doit représenter l’histoire du pays, l’histoire du peuple. Ainsi dans le Manga, on reconnaît le caractère du Japon, son histoire belliqueuse, ses multiples invasions notamment en Corée ou en Chine se retrouvent encore aujourd’hui dans ses personnages combattants par exemple, particulièrement nombreux. A l’inverse, la Corée n’a jamais envahi d’autres pays, et les Manhwas se concentrent donc sur les relations entre les gens, les relations familiales.


De manière générale, le Manhwa se concentre plus sur l’histoire des gens. Je ne crois pas en une bande dessinée asiatique. D’abord parce que Corée, Japon ou Chine ont des productions très différentes. Mais surtout parce qu’à partir du moment où un dessinateur met sa culture en avant, il touche au pouvoir de la bande dessinée : c’est un art unique, qui ne crée aucune différence entre un auteur asiatique et un auteur sud-américain. Un art qui relie tout le monde. (à suivre)

 

Partager cet article
Repost0
17 juin 2008 2 17 /06 /juin /2008 11:32

Dans le cadre de l'édition 2008 de la Fête de la Musique, l'Association d'amitié franco-coréenne vous invite à découvrir la musique traditionnelle coréenne. L'ensemble de percussions Olsou se produira le samedi 21 juin, de 18h à 20h30, place Edmond Michelet, 75004 Paris. Venez nombreux !

La musique traditionnelle coréenne, commune à l'ensemble de la péninsule, s'est développée dès le VIIème siècle, lors de l'avènement de la dynastie Silla (668-918). Ses instruments sont toujours utilisés aujourd'hui.

Outre des musiques de cour, ou aristocratiques (la musique aristocratique, chongak, signifiant littéralement "musique correcte"), elle comporte également des musiques folkloriques (minsokak), issues d'une tradition paysanne et chamaniste, transmise par voir orale. La pansori, opéra folklorique, narratif, qui peut durer jusqu'à huit heures, est le genre le plus connu de la musique populaire traditionnelle coréenne.


Si près d'une centaine d'instruments traditionnels coréens ont été créés au fil des siècles, quatre d'entre eux figurent dans tous les ensembles musicaux :

 

  • trois instruments à vent, le piri, le taegum et le haegum ;


  • un instrument à percussions, le changgo (également orthographié janggu ou janggo); comme le haegum, il a fait son apparition dans la musique de cour de style hyangak, qui a connu son plus grand essor sous la dynastie Koryo (918-1392), avant de décliner sous la dynastie des Ri (1392-1910).

 

Le changgo, tambour ayant la forme d'un sablier et recouvert de peaux animales, offre une variation de sons et de timbres qui, joués à plusieurs instruments, symbolisent l'harmonie entre l'homme et la femme. Son rythme aux tonalités dansées lui permet d'accompagner d'autres instruments.

 

D'autres instruments à percussions sont le jing (ci-dessous), gong de grande taille, et le kkwaenggwari, petit gong plat. Enfin, le tambour buk, joué avec une main et une baguette, a la forme d'un tonneau.

 


Dans le cadre de la Fête de la Musique, l'AAFC vous invite à découvrir l'ensemble de percussions Olsou, p
lace Edmond Michelet, 75004 Paris (métro Rambuteau), le samedi 21 juin 2008 de 18h à 20h30.

L'association de percussions coréennes Olsou a le soutien de l'Académie des arts traditionnels de Séoul.


Site de l'association Olsou

Partager cet article
Repost0
18 mars 2008 2 18 /03 /mars /2008 20:35
Diffusée à la télévision nord-coréenne, une série chinoise sur la guérilla anti-japonaise au cours de la Seconde Guerre mondiale suscite l'engouement des téléspectateurs.

Di-Hou-Wu-Gong-Dui.jpegProduite en 2005 par la Télévision centrale chinoise (CCTV), Di Hou Wu Gong Dui (Guérilla sur les arrières de l'ennemi)  est actuellement diffusée en première partie de soirée par la Télévision centrale (KCTV) de la République populaire démocratique de Corée (RPDC).

A Pyongyang, on voit de nombreuses personnes se réunir devant les récepteurs de télévision placés dans les lieux publics, afin de ne rien rater de cette série.

KCTV diffuse souvent des séries et des films étrangers, surtout de Chine et de Russie. 

Pour commémorer le 110ème anniversaire de la naissance de l'ancien Premier ministre chinois Zhou En Lai, KCTV a ainsi diffusé à partir du 5 mars, et pendant trois jours consécutifs, des films chinois.

Les séries télévisées chinoises adaptées d'oeuvres littéraires telles que La Romance des Trois Royaumes, Les Hors-la-loi du Marais ou Le Rêve de la Chambre Rouge sont aussi très populaires en RPDC. (source : Xinhua)




Autres articles sur le cinéma et la télévision :

- La Corée au Forum des images de Paris
-
"Good morning President" en ouverture du Festival international du film de Pusan
- Vaste rétrospective du cinéma sud-coréen au Quartier latin
- Une rencontre intercoréenne dans "Night and day" de Hong Sang-soo
- Avant-première franco-coréenne à Dijon
- "Where are you going ?" dans "Positif", avant l'avant-première à Dijon
- Regard sur le cinéma nord-coréen
- Avant-première : plus de 100 spectateurs
- Un film franco-coréen à découvrir en avant-première
- Découverte du plus ancien film coréen 

 

Partager cet article
Repost0
28 février 2008 4 28 /02 /février /2008 19:34

Si la représentation donnée par l'Orchestre philharmonique de New York à Pyongyang a été saluée comme un événement historique,  la démonstration du talent des musiciens nord-coréens a également impressionné Lorin Maazel.


Le concert qu'a donné l'Orchestre philharmonique de New York à Pyongyang, le mardi 26 février 2008, a été une première historique, scellant l'amélioration des relations bilatérales entre deux pays - les Etats-Unis et la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) - qui sont toujours techniquement en guerre depuis 1953.

undefined Le déplacement de l'ensemble américain à Pyongyang a aussi permis de découvrir le très haut niveau des musiciens nord-coréens, comparable à celui des joueurs des meilleurs orchestres du monde. 

Le mercredi 27 février, au théâtre Moranbong, quatre joueurs de l'Orchestre philharmonique de New York se sont joints à quatre musiciens nord-coréens pour une représentation de l'Octet de Mendelssohn. Dans le même lieu, Lorin Maazel, directeur musical de l'Orchestre philharmonique, a par ailleurs dirigé l'Orchestre symphonique d'Etat nord-coréen, dans un prélude à Die Meistersinger et l'ouverture de Roméo et Juliette.

Très impressionné en quittant la scène, Lorin Maazel s'est exclamé que les musiciens nord-coréens étaient "fantastiques", et qu'ils constituaient "un groupe merveilleux, très professionnel, très uni, très concentré". 

Cette démonstration éclatante des musiciens nord-coréens n'est sans doute que le prélude à la pleine découverte de leur talent par le public occidental, notamment lors de la tournée de l'Orchestre symphonique d'Etat nord-coréen prévue en Angleterre dès septembre 2008.
Partager cet article
Repost0
28 février 2008 4 28 /02 /février /2008 17:39

Le concert sans précédent donné à Pyongyang par l'Orchestre philharmonique de New York pourrait annoncer un réchauffement des relations entre la Corée du Nord et les Etats-Unis. Après trois bis, certains musiciens ont quitté la scène en larmes alors que les spectateurs leur faisaient signe en marque d'affection.

La fanfare des cuivres et les mouvements de bâton du chef d'orchestre ont permis aux Etats-Unis et à la Corée du Nord de trouver un terrain d'entente le mardi 26 février 2008 dans un concert qui a marié les traditions musicales américaine et coréenne.

Une fois éteintes les dernières notes de la chanson traditionnelle Arirang, le public sous le charme s'est levé et a applaudi avec enthousiasme, faisant signe de la main aux musiciens.

Les membres de l'orchestre - certains émus aux larmes - ont alors posé leurs instruments et répondu à ces gestes, un final plein d'émotion.

Cette foule charmée a conduit le chef Lorin Maazel et le premier violon Glenn Dicterow à prolonger leur dernier salut après le départ du reste de l'ensemble de la scène couverte de fleurs.

Le concert était diffusé en direct à la télévision nord-coréenne, et a donc été entendu bien au-delà des 2 500 personnes présentes dans le théâtre. Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-il n'était pas présent ; on ne sait pas s'il l'a regardé.

"Nous avons peut-être contribué à ouvrir une petite porte," a déclaré Maazel après le concert.

Il a minimisé la signification de l'absence de Kim Jong-il, en déclarant : "Je n'ai pas encore vu le président des Etats-Unis à un de mes concerts. Il arrive qu'un homme d'Etat soit trop occupé."

Après le Philharmonique, un concert de rock pourrait être en préparation - des responsables de l'ambassade nord-coréenne à Londres ont confirmé ce mardi avoir invité le guitariste britannique Eric Clapton à jouer à Pyongyang.

La porte-parole de Clapton, Kristen Foster, a cependant dit qu'il n'était pas encore prévu qu'il se produise en Corée du Nord. (source : Associated Press)


  La chanson coréenne traditionnelle Arirang interprétée par le Philharmonique de New York  
 
Partager cet article
Repost0
12 février 2008 2 12 /02 /février /2008 21:14

Dans la nuit du 10 au 11 février 2008, un incendie a entièrement détruit la porte Sungnyemun, qui était le plus ancien monument en bois de Séoul. La police a arrêté un suspect qui a avoué avoir mis le feu à ce vestige historique du 14ème siècle. 

Namdaemun_at_night.jpg La porte Sungnyemun (souvent appelée Namdaemun, du nom du marché situé à proximité) était le plus ancien monument historique en bois de Séoul, construit entre 1395 et 1398. Il avait été désigné Trésor National n° 1 en 1962. Le bâtiment avait échappé aux destructions de l'occupation japonaise et de la guerre de Corée. Dans la nuit du dimanche 10 au lundi 11 février 2008, un incendie a entièrement détruit la structure en bois à double étage, posée sur une plateforme de pierre.

Un homme de 70 ans, nommé Chae, a avoué avoir déclenché l'incendie, après avoir été arrêté par la police dans la soirée du 11 février. S'étant estimé lésé suite à une expropriation préalable à une opération immobilière, Chae avait déjà déclenché un incendie à l'ancien palais royal Changgyeong, en avril 2006 : les dommages avaient alors été évalués à 4 millions de won (soit 4 200 dollars).

Namdaemun_en_ruine.jpg D'après les services sud-coréens du patrimoine, la restauration de la porte Sungnyemun prendra trois ans et coûtera 20 milliards de won (soit 21 millions de dollars). 

Achevée sous le règne du roi Taejo, fondateur de la dynastie des Yi (aussi appelée Ri au Nord, 1392-1910), la porte Sungnyemun était située à l'entrée sud de Séoul. Reconstruite en 1447, elle avait ensuite été constamment rénovée.

L'AAFC exprime sa solidarité avec le peuple coréen après les dommages ainsi causés à un monument de la plus haute valeur historique. (AFP et Xinhua)

Partager cet article
Repost0
10 février 2008 7 10 /02 /février /2008 16:52
L'Orchestre philharmonique de New-York, le plus ancien orchestre symphonique américain (fondé en 1842), donnera un concert le 26 février 2008 au Grand théâtre de Pyongyang-Est.

TheatrePyongyangEst.jpgGrand théâtre de Pyongyang-Est

 
L'annonce a été faite le 11 décembre 2007 au cours d'une conférence de presse à laquelle participaient, au coté du président de l'orchestre Paul Guenther, et du directeur Zarin Mehta, le sous-secrétaire américain et négociateur chargé du nucléaire nord-coréen Christopher Hill ainsi que le chef de la mission de la République populaire démocratique de Corée aux Nations Unies, Pak Gil-yon.
 

M. Pak a souligné que l'invitation faite au philharmonique par la Corée du Nord entendait promouvoir les relations amicales entre les peuples des deux pays, et que la visite approfondirait la compréhension et l'amitié entre les deux parties. « La visite à Pyongyang du Philharmonique de New York, la première de ce genre, constituera un moment important et chargé de signification dans l'histoire des relations entre la République populaire démocratique de Corée et les Etats-Unis », a-t-il dit.

« Nous sommes habitués à jouer un rôle d'ambassadeurs culturels, mais il n'arrive pas souvent que notre rôle soit aussi important », a souligné Zarin Mehta. « Une petite symphonie peut représenter un grand pas », a-t-il répondu à un journaliste qui lui demandait si le concert pourrait aider à la réunification des deux Corée. « Ce qui vient après appartient aux diplomates, et aux gouvernements. Tout ce que nous pouvons faire est montrer comment la musique peut rapprocher les peuples », a-t-il ajouté.

Ce voyage a reçu le soutien du département d'État américain, mais il n'a pas été précisé si un haut fonctionnaire américain en ferait partie.

Le concert devrait s'ouvrir par les hymnes des Etats-Unis et de la République populaire démocratique de Corée. La Neuvième Symphonie « du Nouveau Monde » d'Anton Dvorak et Un Américain à Paris de George Gershwin figureront également au programme du concert. (Agence France-Presse).

Le site de l'Orchestre philharmonique de New York


Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?