Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 11:54

La Commission européenne doit annoncer, ce lundi 4 juillet 2011, une aide d'urgence à hauteur de 10 millions d'euros pour les populations nord-coréennes menacées par une grave pénurie alimentaire, suite aux catastrophes ayant affecté les récoltes. La décision a été prise après la visite en République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord), en juin, d'une équipe d'experts de l'Union européenne.

 

flood dprk 2010En février dernier, les autorités nord-coréennes tiraient la sonnette d'alarme après les inondations de l'été 2010 et  un hiver exceptionnellement rigoureux, alors que l'ensemble de la péninsule était également touchée par une épizootie de fièvre aphteuse. Si la production de céréales (en moyenne 4 à 4,5 millions de tonnes par an) est durement touchée, la production de pommes de terre (2 millions de tonnes par an en période normale) est également catastrophique. Une équipe d'ONG occidentales présentes en RPDC ont appelé dès février au versement d'une aide alimentaire d'urgence, la période critique de "soudure" - entre deux récoltes - commençant à partir du mois de juin. Fin mars, trois agences des Nations Unies (le Programme alimentaire mondial, la FAO et l'UNICEF) dressaient un constat similaire.

 

En juin, une équipe d'experts de l'Union européenne a visité la Corée du Nord et s'est alarmée de la situation alimentaire dans les provinces du Nord et de l'Est du pays, notamment pour les enfants. « Il faut agir maintenant si nous voulons sauver des vies », a déclaré Kristalina Georgieva, commissaire européenne en charge de l'humanitaire. Cette dernière s'inquiète d'une « dégradation spectaculaire de la situation alimentaire » ces derniers mois, conséquence des aléas climatiques successifs au cours de l'année écoulée.

 

Le montant de l'aide d'urgence de l'Union européenne aux populations nord-coréennes s'élèvera à 10 millions d'euros, permettant de nourrir 650.000 personnes. Sa distribution sera assurée par le Programme alimentaire mondial (PAM) et l'ONG Save the children, déjà présente en Corée du Nord. Son montant est supérieur à celui du budget pluriannuel des actions de coopération que conduit par ailleurs la Commission européenne en RPD de Corée, et qui concernent des aides à projet.

 

La situation alimentaire en RPDC, structurellement handicapée par le manque de terres arables, a été aggravée par la fin des livraisons de céréales des Etats-Unis et de la Corée du Sud, notamment dans le cadre du PAM, depuis 2008. Ces deux pays conditionnent le versement d'une aide alimentaire aux progrès des discussions sur le nucléaire nord-coréen.

 

Fidèle à une tradition diplomatique refusant de conditionner l'aide aux populations à des critères politiques, la France a pour sa part décidé le versement d'une aide alimentaire d'urgence de 300.000 euros aux populations coréennes, qui s'ajoutent aux dotations annuelles à hauteur de 300.000 euros à deux ONG françaises présentes en RPD de Corée, Première Urgence et Triangle Génération Humanitaire.  

 

Face à l'urgence de la situation alimentaire, l'AAFC a aussi répondu à l'appel des autorités nord-coréennes, en collectant 3.250 euros remis en mai à une ONG implantée en RPD de Corée, la fondation Eugene Bell. L'AAFC continue de collecter les dons pour les populations coréennes (informations à l'adresse suivante).

 

Sources : AAFC, Le Figaro.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Solidarité
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)