Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2015 6 07 /03 /mars /2015 22:31

Le 7 mars 2015, Stephen Cho, directeur de l'Institut de recherches coréennes du XXIe siècle, était le conférencier invité à l'Université de la Sorbonne dans le cadre du séminaire "Marx au XXIe siècle, l'esprit et la lettre", organisé avec le soutien du CERPHI (École normale supérieure de Lyon) et du Cercle universitaire d’études marxistes (CUEM). Devant une centaine de personnes, Stephen Cho est intervenu sur les luttes sociales et politiques contemporaines en Corée, à la lumière des analyses marxistes. L'AAFC rend compte de cette conférence-débat.

Stephen Cho, intervenant du colloque "Marx au XXIe siècle" à la Sorbonne

Conformément au principe du séminaire qui vise à une confrontation avec les textes de Marx et du marxisme dans une perspective transdisciplinaire, Stephen Cho a tout d'abord resitué les luttes sociales et politiques en République de Corée (Corée du Sud) suivant une grille de lecture marxiste. De même que le succès de la Révolution d'Octobre en Russie s'était inscrit en porte-à-faux avec les prévisions de Karl Marx selon lesquelles un succès du socialisme devait déjà être envisagé dans les pays les plus anciennement industrialisés, la Corée a connu, après la colonisation japonaise (1910-1945), des transformations sociales et politiques profondes alors qu'elle était encore marquée par des structures féodales. Mais si le Nord a connu une révolution socialiste, au Sud les collaborateurs du pouvoir japonais (puis de l'occupant américain) et leurs familles ont continué de dominer économiquement et politiquement jusqu'à aujourd'hui, malgré les mouvements sociaux qui, avec le soutien des intellectuels et des étudiants, ont mené des batailles politiques victorieuses, en 1960, en abattant le régime de Syngman Rhee, et en 1987, en obtenant le rétablissement de l'élection du Président de la République au suffrage universel direct.

L'important développement économique et industriel de la Corée du Sud après 1960 s'est inscrit dans le cadre d'une domination économique par le capital étranger, et d'une déformation des structures productives, caractérisée par un essor inégal des différents secteurs économiques (agriculture, industrie légère et industrie lourde). L'injection massive de capitaux étrangers, d'abord américains et japonais, a visé à faire du pays, très en retard économiquement au sortir de la guerre de Corée (1950-1953), une vitrine du capitalisme en Asie du Nord-Est, pour faire pièce aux progrès du socialisme en Asie et dans le Nord de la péninsule coréenne.

Dominée économiquement, la Corée du Sud l'est aussi politiquement, par la présence de bases américaines jusqu'au coeur même de la capitale, et par l'approbation - , explicite ou tacite - par les autorités américaines de tous les changements politiques qu'a connus le pays. L'accession au pouvoir d'administrations démocrates (1998-2008) a cependant permis un assouplissement politique. Un parti issu de la classe ouvrière et du syndicat indépendant KCTU, le Parti démocratique du travail (PDT), devenu le Parti progressiste unifié (PPU), a ainsi été créé en 2000 et un rapprochement Nord-Sud a eu lieu, sur la base des positions communes aux propositions confédérales (du Nord) et d'appartenance à une même communauté coréenne (du Sud), aboutissant aux Déclarations du 15 juin 2000 et 4 octobre 2007.

Le combat actuel des militants politiques et syndicaux en Corée du Sud vise à la défense des droits des travailleurs, à la réunification de la Corée, à la paix, à l'arrêt des ingérences extérieures, ainsi qu'à l'établissement d'un régime pleinement démocratique, alors que la loi de sécurité nationale, instaurée en 1948, est utilisée de manière accrue pour réprimer l'opposition de gauche et, en général, toute voix discordante en Corée du Sud. Stephen Cho en est un symbole vivant, ayant été emprisonné pendant sept ans (de 1992 à 1999) avant d'être aujourd'hui pourchassé par la police politique sud-coréenne, dans un contexte où un parti ayant obtenu plus de 10 % des voix aux dernières élections législatives en 2012, le Parti progressiste unifié, a été interdit. C'est que qu'a rappelé le professeur Jean Salem, organisateur du séminaire, qui s'est rendu à plusieurs reprises en Corée du Sud dans la période récente et préside par ailleurs un Comité d'initiative contre la répression politique en Corée du Sud, basé à Paris et composé de militants, de juristes et d'intellectuels originaire de plusieurs pays (France, Belgique, Italie, Liban, Sénégal...).

La conférence a été suivie d'une riche discussion, portant notamment sur les classes sociales en Corée du Sud, la domination américaine et la concurrence entre les puissances impérialistes, ainsi la structure du capital dans les entreprises sud-coréennes : à cet égard, si le capitalisme sud-coréen a d'abord consisté en la formation de conglomérats (chaebols) sur une base familiale, la diversification de leur actionnariat, à la faveur de leur entrée en bourse, en fait désormais des groupes clairement multinationaux.

Rendez-vous a été donné aux participants pour poursuivre ces échanges et organiser la solidarité avec les militants progressistes sud-coréens : après le colloque du 12 avril 2014, l'Alliance coréenne co-organisera avec l'Association d'amitié franco-coréenne un nouveau colloque international sur la Corée, le samedi 14 mars 2015 de 10h à 18h, à la Maison des Mines de Paris (270 rue Saint Jacques, Paris 5e), sur le thème "La Corée au coeur des enjeux contemporains : entre universalisme et particularisme".

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Politique sud-coréenne Relations internationales de la Corée
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)