Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mai 2014 6 17 /05 /mai /2014 08:27

Services_secrets.JPGLa République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) est le pays des plus folles rumeurs, souvent alimentées par les services secrets de la République de Corée (Corée du Sud), le NIS (National intelligence service). Ces "intox", servilement relayées par des médias occidentaux en quête de sensationnel et peu scrupuleux de vérifier leurs sources, ont pris une ampleur particulière depuis un an, compte tenu du tournant autoritaire que connaît aujourd'hui la Corée du Sud et de la place éminente qu'y prend le NIS, soucieux de fabriquer des scandales impliquant la Corée du Nord pour faire oublier ses propres turpitudes. Les soi-disant exécutions de membres de l'orchestre nord-coréen Unhasu, dont nous avions démontré l'absence de fiabilité dans un article paru sur ce blog le 31 août 2013, viennent de recevoir un démenti final : une des chanteuses du groupe, prétendument exécutée, vient de réapparaître en public. Un nouveau coup dur pour le NIS qui, comme à son habitude, va certainement tenter de préparer une nouvelle opération d'intoxication ciblant les médias occidentaux.

La prétendue nouvelle était croustillante : un orchestre dissous parce que ses membres auraient tourné des vidéos osées (mais qui aurait été les acheter en Corée du Nord ? et pourquoi les membres de l'orchestre auraient-ils encouru un tel risque s'ils étaient pris, alors qu'ils sont à l'abri du besoin ?), naturellement des joueurs exécutés et, pour pimenter le tout, parmi les victimes, une ancienne relation supposée (et sans le moindre début d'une preuve) avec le dirigeant nord-coréen...

La ficelle des services secrets sud-coréens (NIS) était tellement grosse que des médias occidentaux pris au piège avaient ensuite dénoncé la main maladroite du NIS, après la publication d'une analyse sur le site Internet de l'AAFC, reprise dans une mise à jour de l'édition en ligne du quotidien Le Monde. Mais le coup était lancé, et des millions d'Occidentaux crédules avaient déjà gobé la mise en scène du NIS, quand des dizaines d'autres journalistes ne jugeaient même pas utile de se rectifier... car ils avaient commis une erreur professionnelle en ne vérifiant pas leurs sources, et qu'ils n'avaient aucun intérêt à le mettre en lumière.

Piqué au vif par la tournure inattendue des événements (il n'est pas banal que les désinformations sur la Corée du Nord soient démenties par les médias, même par une partie seulement d'entre eux), le NIS, s'est alors évertué à diffuser auprès de journalistes qui lui sont acquis une vidéo montrant des chanteuses de l'orchestre avec une jupe fendue (!). Difficile pourtant de parler de sextape, dans cette vidéo dont la provenance est invérifiable... Inventer des scandales sexuels est décidément une marque de fabrique des espions, comme l'avait montré chez nous, en France, l'affaire Markovic concoctée avec l'aide d'anciens des services secrets français tenter de briser (en vain) la carrière de Georges Pompidou.

Comme les doutes persistaient, le directeur du NIS, Nam Jae-joon, a martelé dans les médias qu'il y aurait eu des exécutions parmi les anciens musiciens du groupe Unhasu. Il a même témoigné en ce sens devant les députés sud-coréens, en avançant le chiffre de dix exécutions, selon la fuite - évidemment organisée - de son audition parlementaire à huis-clos... Précisons que des parlementaires sud-coréens demandent la démission de Nam Jae-joon, après une lourde ingérence du NIS dans l'élection présidentielle de décembre 2012 et la tentative de suicide d'un de leurs informateurs, ayant mis en cause le NIS et impliqué dans une affaire de falsification de documents officiels chinois pour créer de toutes pièces un faux espion nord-coréen. Par sa position hiérarchique, Nam Jae-joon, dont le prédécesseur a été démis de ses fonctions face à l'ampleur des scandales touchant le NIS, est lui aussi impliqué et mis en cause dans la production des fausses pièces à conviction du pseudo espion nord-coréen.

Le dernier acte de la pièce qu'a voulu écrire le NIS vient d'être joué : la chanteuse de l'orchestre Unhasu
Hyon Song-wol, que le NIS avait tenté de présenter comme intimement liée au dirigeant nord-coréen et que les services sud-coréens avaient donnée pour morte, est réapparue vendredi dernier à la télévision nord-coréenne, en tant qu'oratrice dans un rassemblement. Le mensonge du NIS est maintenant prouvé.

 

Mais les rumeurs continueront aussi longtemps que les journalistes occidentaux accepteront d'être manipulés par le NIS. Plus récemment, il avait été affirmé dans nombre de médias occidentaux que la coupe de cheveux du dirigeant nord-coréen était obligatoire pour tous les jeunes Nord-Coréens (ou les seuls étudiants, on ne sait plus trop...). Naturellement, il aurait suffi de regarder les images qui nous proviennent des médias nord-coréens pour se rendre compte que la rumeur était fausse et qu'il s'agissait d'une nouvelle "intox" fabriquée par le NIS. Car, en 2012, une jeune fille qui s'est ensuite révélée être une informatrice du NIS en France avait déjà essayé de nous convaincre, à l'AAFC, que cette coupe de cheveux faisait fureur dans la communauté nord-coréenne en France - ne suscitant de notre part que des haussements d'épaules et de l'indifférence. Comme nous l'avons compris ensuite à la lecture des articles de presse occidentaux quand l'opération de désinformation a été officiellement lancée, le NIS testait alors sa nouvelle rumeur auprès d'un public intéressé par les questions nord-coréennes, en France et certainement également dans d'autres pays. Ensuite ciblés par le NIS, des journalistes occidentaux n'ont, eux, pas haussé les épaules mais ont mordu à l'hameçon. Dommage.

Source :

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations intercoréennes Société Corée et médias
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)