Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juillet 2011 2 12 /07 /juillet /2011 21:38

Le 12 juillet 2011, le ministère français des Affaires étrangères et européennes a annoncé l'ouverture d'un bureau français de coopération en République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord), concrétisant ainsi la proposition faite par Jack Lang en décembre 2009, à l'issue de sa mission comme envoyé spécial du Président de la République Nicolas Sarkozy pour la RPD de Corée. Alors que la France est l'un des deux derniers pays de l'Union européenne, avec l'Estonie, à ne pas avoir établi de relations diplomatiques complètes avec la RPD de Corée, l'ouverture de ce bureau avait été présentée par Jack Lang en décembre 2009 comme une première étape vers la normalisation des relations entre la France et la RPD de Corée.

 

jack-lang_kim-yong-nam.jpgArrivé à Pyongyang le 11 juillet 2011 selon l'agence nord-coréenne KCNA, M. Paul Jean-Ortiz, directeur d'Asie et d'Océanie au ministère français des Affaires étrangères et européennes devait présenter, à Pyongyang, ce mardi 12 juillet, le futur représentant des intérêts français en République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord), M. Olivier Vaysset, confirmant ainsi l'ouverture annoncée du bureau français de coopération à Pyongyang. Ni Tokyo, ni Séoul, les puissances les plus réticentes à ce premier pas dans la normalisation des relations franco - nord-coréennes, n'avaient encore réagi officiellement, alors que cette ouverture avait été un temps différée dans un contexte d'aggravation des tensions intercoréennes.

 

 La nouvelle a été annoncée le 11 juillet dans le quotidien Le Monde, lequel a indiqué que "M. Vaysset, qui était jusqu'alors le correspondant du Quai d'Orsay à la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), a été notamment conseiller culturel à l'ambassade de France à Singapour. Il reviendra s'installer à Pyongyang et ouvrir le bureau au mois de septembre". M. Vaysset a également été en poste à Taïwan, toujours dans le domaine culturel - des fonctions qui servent souvent de couverture à des activités de renseignement. Il a aussi été responsable du pôle du commerce international à la direction générale de la mondialisation du Quai d'Orsay.

 

Toujours selon Le Monde, l'ouverture de ce bureau aurait suscité des réserves, notamment à l'Elysée, en raison de l'absence de reprise à ce jour des pourparlers à six (les deux Corée, les Etats-Unis, la Chine, la Russie et le Japon) sur la question nucléaire dans la péninsule coréenne.

 

Selon Bernard Valero, porte-parole du ministère des Affaires étrangères (MAE) cité par Le Nouvel observateur dans son édition du 12 juillet, "Nous confirmons l'ouverture de ce bureau (...) Le but est de maintenir une présence, de travailler avec les ONG francaises qui opèrent en Corée du Nord ; en matière de diffusion et de relations culturelles, ce bureau aura un rôle à jouer". Deux ONG françaises sont présentes en Corée du Nord : Triangle génération humanitaire et Première urgence. L'action culturelle, humanitaire et linguistique pourrait ainsi figurer parmi les missions du futur bureau.

 

Toujours selon M. Valero cité par l'AFP, le bureau serait composé de deux personnes, le chef de mission et un attaché linguistique déjà sur place, manifestement l'actuel lecteur de français à Pyongyang, dont le poste a été créé en 2006. La nomination du "directeur du bureau" serait "imminente", mais "rien ne serait fixé à ce stade", selon M. Valero, qui n'a donc pas confirmé le choix de M. Vaysset, actuellement chargé de mission auprès du directeur Asie. 

 

En juin dernier, une délégation de sénateurs du groupe d'étude et de contact France - République populaire démocratique de Corée a visité la Corée du Nord, évoquant déjà longuement la question de l'ouverture du bureau français à Pyongyang. A ce jour, le gouvernement français n'a pas indiqué si cette ouverture s'accompagnerait de l'octroi de moyens supplémentaires. La RPD de Corée n'a pas réagi immédiatement à l'annonce du gouvernement français, alors que certaines modalités d'ouverture du bureau de coopération restent en débat.

 

Sources : Le Monde, Le Nouvel observateur, Straits Times (citant l'AFP), point de presse du ministère français des Affaires étrangères consacré à l'ouverture du bureau en Corée du Nord.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations France-Corée
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)