Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 novembre 2009 1 16 /11 /novembre /2009 00:56
De retour à Paris après sa mission de cinq jours en République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord), Jack Lang a accordé, le dimanche 15 novembre, un entretien à Radio France Internationale, TV5 Monde et Le Monde.

Répondant aux questions de Bruno Daroux (RFI), Xavier Lambrechts (TV5 Monde) et Nathalie Nougayrède (Le Monde), l'envoyé spécial du Président Sarkozy pour la Corée du Nord aborde, entre autres points : la déclaration solennelle des Nord-Coréens qui lui ont affirmé ne pas procéder à la prolifération d'armes de destruction massive ; la perspective d'un règlement global de la question nucléaire nord-coréenne, de la paix et de la sécurité en Asie du Nord-Est, auquel la France pourrait contribuer ; le travail en Corée des ONG françaises qu'il conviendrait de soutenir davantage.

Si la seconde partie de cet entretien ne concerne la Corée du Nord qu'au début, ce que Jack Lang dit ensuite sur l'embargo imposé à Cuba peut très bien s'appliquer à la Corée.

Par ailleurs, Jack Lang évite de répondre aux questions des journalistes sur "la nature du régime nord-coréen", mettant en avant son rôle d'envoyé spécial, sans chercher à se poser en juge.


Ecouter l'interview accordée par Jack Lang à RFI, TV5 et Le Monde le 15 novembre 2009 :

Première partie

Seconde partie

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations France-Corée
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)