Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juillet 2017 2 25 /07 /juillet /2017 22:24

En 2016, l'économie de la République populaire démocratique de Corée aurait progressé de 3,9 % selon la Banque centrale de Corée (du Sud), soit le taux le plus élevé depuis 1999. Les perspectives 2017 sont toutefois moins favorables, sous l'effet notamment de l'alourdissement des sanctions internationales et d'une sécheresse sans précédent depuis 2001.

Après une accélération de sa croissance économique en 2016, la Corée du Nord confrontée aux sanctions et à la pire sécheresse depuis 2001

Selon la Banque centrale sud-coréenne, le taux de croissance de l'économie nord-coréenne en 2016 (+ 3,9 %) marquerait une inversion de tendance par rapport à 2015 (- 1,1 %) et serait le plus élevé depuis 1999 (+ 6,1 %) - année qui avait été marquée par un rattrapage après le recul continu des années 1990. Ces données doivent être prises avec précaution compte tenu de leur mode de collecte (tenant en partie aux "redressements" opérés par les services de renseignement sud-coréens) et à un biais politique (l'évaluation par Séoul de l'évolution de l'économie nord-coréenne est plus favorable quand les démocrates sont au pouvoir à Séoul - or ils ont gagné l'élection présidentielle du printemps 2017 - que quand il s'agit des conservateurs, qui veulent voir se réaliser leur prophétie d'un effondrement de la RPD de Corée...). Elles rendent toutefois compte d'une croissance relevée par les observateurs indépendants à des niveaux en tout état de cause supérieurs à celui de la population. Sous ces réserves, la progression estimée en 2016 a été portée par la hausse de la production minière (+ 8,4 %), qui représente environ 10 % du produit intérieur brut de la RPD de Corée et constitue le premier poste d'exportations, alors que le commerce extérieur nord-coréen a été estimé à 6,55 milliards de dollars en 2016 par les autorités sud-coréennes (+ 4,6 % par rapport à 2015). 

L'année 2017 se présente cependant sous des auspices moins favorables. D'une part, la Chine applique plus strictement les sanctions internationales contre la Corée du Nord, en ayant notamment annoncé, en février 2017, qu'elle suspendait ses importations de charbon nord-coréens (premier produit d'exportation de la RPDC vers la Chine) jusqu'à la fin de l'année. D'autre part, comme l'a précisé l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (acronyme anglais : FAO), dans une étude rendue publique le 20 juillet 2017, les précipitations dans les principales régions agricoles du pays ont atteint, sur la période avril-juin 2017, leur plus faible niveau depuis 2001, une année où la production céréalière avait atteint un niveau historiquement bas de 2 millions de tonnes. La sécheresse a particulièrement affecté les productions récoltées en juin (blé, orge, pommes de terre), estimées à 310 000 tonnes (contre 450 000 tonnes l'an passé) - faisant courir un risque certain d'aggravation de l'insécurité alimentaire, dans un pays où seulement un sixième des terres sont arables et où les inondations et sécheresses à répétition des années 1990 ont réduit la surface agricole utile. Nous observons cependant que la RPD de Corée a su davantage s'adapter aux aléas climatiques, par le développement en particulier des échanges sur les marchés généraux de biens et services, la diversification des productions et des capacités accrues d'importation de céréales (mais que les politiques d'étranglement des exportations nord-coréennes remettent gravement en cause).

Dans ce contexte, la FAO appelle les pays donateurs à honorer leurs engagements - alors que les gouvernements conservateurs brandissent l'arme alimentaire vis-à-vis des pays qu'ils considèrent comme hostiles : l'AAFC exhorte les démocrates sud-coréens à rompre avec la politique de chantage à la famine à l'égard de leurs compatriotes du Nord qu'ont adoptée les administrations conservatrices de Lee Myung-bak et Park Geun-hye. La FAO exhorte également à rénover et réparer les systèmes d'irrigation pour réduire les pertes de disponibilité en eau et à diversifier les productions - en encourageant notamment les productions résistantes à la sécheresse. A sa modeste échelle, l'AAFC soutient ces efforts en faisant des dons de semences, en organisant des visites d'exploitations agricoles et de sites industriels et en apportant, à plusieurs reprises, une aide d'urgence par l'intermédiaire d'ONG présentes en Corée du Nord.

Sources :

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Economie Environnement
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)