Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juin 2015 2 09 /06 /juin /2015 12:31

A la date du 9 juin 2015, 95 cas de patients atteints du coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (Mers-CoV) avaient été identifiés en République de Corée (Corée du Sud), où il avaient d’ores et déjà entraîné sept décès, faisant de la Corée du Sud le deuxième pays le plus touché au monde après l’Arabie Saoudite – où plus de 1 000 cas ont été recensés depuis que le virus y est apparu en 2012. Plus que le nombre de cas d’une maladie qui n’a pas atteint à ce jour une dimension pandémique ni muté (ce qui lui permettrait de s’adapter à des changements de climat), c’est la rapide propagation du Mers-CoV – plus forte que ce qui a été observé au Moyen-Orient – qui suscite le plus d’inquiétudes en Corée du Sud où, à peine plus d’un an après le dramatique naufrage du ferry Sewol, les autorités sont une nouvelle fois pointées du doigt pour leur manque de réactivité face à une crise – cette fois d’ordre sanitaire.

Au premier plan, Choi Kyoung-hwan, vice Premier ministre (Premier ministre par intérim), ministre de la Planification et de la Stratégie, et juste derrière lui Moon Hyung-pyo, ministre de la Santé et de la Sécurité sociale, avant la conférence de presse du 7 juin 2015 annonçant les noms des hôpitaux concernés par le coronavirus

Au premier plan, Choi Kyoung-hwan, vice Premier ministre (Premier ministre par intérim), ministre de la Planification et de la Stratégie, et juste derrière lui Moon Hyung-pyo, ministre de la Santé et de la Sécurité sociale, avant la conférence de presse du 7 juin 2015 annonçant les noms des hôpitaux concernés par le coronavirus

Se traduisant notamment par une insuffisance rénale aiguë et une pneumonie sévère, ne donnant lieu à aucun traitement approprié à ce jour, le coronavirus est le variant hautement pathogène de cinq autres coronavirus, dont quatre donnent lieu à des rhumes bénins et le cinquième est le virus du SRAS. L’infection proviendrait manifestement de contacts avec les dromadaires, ou serait liée à la consommation de produits issus de camélidés.

 

C’est le 20 mai 2015 que le premier cas du Mers-CoV a été diagnostiqué en Corée, sur un patient hospitalisé dans un centre médical du groupe Samsung après un voyage au Moyen-Orient. Près de la moitié des cas recensés au 9 juin 2015 concernaient l’hôpital Sainte-Marie de Pyeongtaek.

 

Pour empêcher la propagation rapide de la maladie qui avait touché 95 personnes le 9 juin 2015, plus âgés (55 ans) que la moyenne mondiale (48 ans), plusieurs milliers d’établissements scolaires ont fermé provisoirement leurs portes. Alors qu’on estime qu’une personne malade contamine en moyenne 0,7 personne, toujours à la date du 9 juin près de 2 900 personnes avaient été placées en isolement, chez elles ou en hôpital, dont 583 avaient été libérées de cette mesure de quarantaine. S’inquiétant de la rapidité inhabituelle de la diffusion du virus dans la péninsule, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé une coopération avec les experts sud-coréens.

 

La diffusion du coronavirus pourrait également avoir un impact économique dans le contexte d’une reprise fragile essentiellement soutenue par la consommation intérieure, du fait d’effets de panique entraînant une baisse des ventes dans les grandes surfaces et les grands magasins, alors qu’un nombre important de touristes chinois ont décidé d’annuler leur voyage en Corée du Sud.

 

Face à la crise sanitaire, la réponse du gouvernement sud-coréen a été opaque, pour le moins confuse et marquée par une interrogation quant à la volonté d’assumer ses responsabilités. Faisant un choix inverse à celui de plusieurs exécutifs locaux, les autorités nationales sud-coréennes ont d’abord refusé de communiquer la liste des hôpitaux où des patients étaient hospitalisés après avoir été infectés par le coronavirus, avant que Choi Kyoung-hwan, Premier ministre par intérim, n’en donner la liste publique lors d’une conférence de presse le 7 juin 2015… et encore cette liste, inexacte, a-t-elle dû être rectifiée, après que l’opinion publique eut dû attendre le retour de Choi Kyounh-hwan d’un voyage au Royaume-Uni, où il a séjourné du 2 au 6 juin.

 

La Présidente sud-coréenne Park Geun-hye a été fidèle à son habitude d’essayer de se protéger dès qu’une crise survient, en utilisant les membres de son gouvernement comme « fusibles ». Si elle a déclaré que les experts médicaux disposeront de « toute l’autorité » nécessaire, le partage des rôles n’apparaît pas clairement entre les différents intervenants, pouvoirs publics et médecins. Par ailleurs, en déléguant au Premier ministre (par intérim !) la communication sur une question passée au premier plan de l’actualité en Corée du Sud, elle a donné l’impression fâcheuse de ne pas vouloir s’impliquer en personne. Enfin, elle maintient à l’ordre du jour son projet de déplacement aux Etats-Unis, du 14 au 19 juin prochains, pour un sommet avec le Président Obama, alors qu’il est malheureusement à craindre que la situation empire au regard de la propagation rapide du coronavirus en Corée du Sud et du taux de mortalité observé au Moyen-Orient (en moyenne, 37 % des patients contaminés décèdent). Et pour sauver une nouvelle fois la chef de l’Etat du discrédit de l’opinion publique, il n’y aura sans doute pas assez de l’habilité coutumière des médias pro-gouvernementaux sud-coréens (conservateurs ou à capitaux publics) – comme par exemple l’agence Yonhap qui, dans un communiqué en date du 8 juin 2015, soulignait la baisse de 7,8 % à 6,9 % du taux de mortalité en Corée du Sud des patients infectés par Mers-CoV... avant qu'un nouveau décès le lendemain ne remette en cause ces statistiques.

 

Mise à jour le 10 juin 2015 : la Présidente sud-coréenne Mme Park Geun-hye a annoncé qu'elle reportait sa visite aux Etats-Unis pour lutter contre l'épidémie, alors que le nombre de cas en Corée du Sud s'élève à 108 (dont 9 mortels) le 10 juin 2015.

 

Sources :

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Société Politique sud-coréenne
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


depuis le début de ce mois

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)