Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 17:32

 

ParkJiyeon_Samsung.jpgL'AAFC s'associe à une campagne du Réseau asiatique pour les droits des victimes d'accidents du travail (Asian Network for the Rights of Occupational Accident Victims, ANROAV), en reproduisant ci-après une pétition pour que le groupe sud-coréen Samsung accepte de reconnaître sa responsabilité dans les morts au travail de plusieurs de ses salariés surexposés à des risques de cancer, trois ans après le décès par leucémie d'une ouvrière de Samsung, Hwang Yu-mi, à seulement 22 ans. Le 31 mars 2010, un mois après le lancement de la pétition, une autre jeune femme travaillant chez Samsung, Park Ji-yeon, est décédée à l'âge de 23 ans d'une leucémie diagnostiquée deux ans auparavant. Le décès de Ji-yeon est le neuvième parmi les 23 travailleurs pour lequels a été diagnostiqué un cancer du sang. L'AAFC appelle à signer et à diffuser largement cette pétition pour obtenir des conditions de travail sûres et décentes en Corée du Sud, ainsi qu'une une véritable reconnaissance des accidents du travail. Membre de l'OCDE depuis 1996, la Corée du Sud a mis en place un dispositif de protection sociale très inférieur à ce qui est attendu d'un pays industrialisé. Pour sa part, le groupe Samsung ne reconnaît toujours pas le droit syndical.

 

 

Pétition  pour que Samsung

reconnaisse sa responsabilité dans les morts au travail

et offre des conditions de travail sûres et décentes

 

Les familles et les amis des travailleurs des usines de Samsung en Corée ont découvert un ensemble de cancers parmi les jeunes travailleurs exposés à des produits chimiques toxiques. La forme de ces morts par cancer présente une ressemblance frappante avec celle des morts par cancer parmi les travailleurs des puces électroniques d'IBM aux Etats-Unis, et d'autres cancers dans l'industrie électronique de par le monde. Le 6 mars marque le troisième anniversaire de la mort de Hwang Yu-mi, travailleuse dans une usine de semi-conducteurs de Samsung, morte d'une leucémie à 22 ans. Sa mort - et d'autres similaires de ses collègues de travail - nous ont incités à exiger que Samsung :

1) reconnaisse sa responsabilité dans les dangers de fabrication de semi-conducteurs,


2) offre une compensation aux personnes ayant subi un préjudice,


3) empêche à l'avenir les souffrances et les mauvais traitements de ses travailleurs en faisant de Samsung un espace de travail sans produits toxiques, et où les travailleurs sont traités avec dignité et respect. 

Samsung rejette toute responsabilité et le gouvernement coréen s'est placé de son côté en refusant une compensation et en allant jusqu'à arrêter et détenir l'avocat des victimes ! La famille de Yu-mi, ses collègues, ses amis et d'autres personnes concernées ont formé le collectif SHARPS (Supporters for the Health And Rights of People in the Semiconductor industry, Partisans de la santé et des droits des personnes de l'industrie des semi-conducteurs) pour réclamer justice.

SHARPS demande maintenant à toutes les personnes concernées à travers le monde de rejoindre sa campagne de solidarité internationale pour soulever une prise de conscience des maladies du travail dans l'industrie électronique et faire reconnaître sa responsabilité à Samsung, comme aux autres entreprises du secteur électronique. En particulier, SHARPS demande de dire à Samsung que les personnes dans le monde soutiennent les justes demandes suivantes :


- Le gouvernement coréen doit établir que Samsung est responsable de maladies de ses travailleurs et qu'une juste indemnisation doit être versée quand les travailleurs tombent malade ou sont blessés à leur travail. 


- Le gouvernement coréen doit protéger les travailleurs et permettre de s'exprimer aux victimes et à leurs familles qui ont subi un préjudice et faire reconnaître sa responsabilité à Samsung. 


- Samsung Electronics doit révéler la vérité aux travailleurs et à l'opinion publique sur les dangers du travail dans l'industrie des semi-conducteurs. 


- Samsung Electronics doit arrêter de réprimer les luttes des travailleurs pour obtenir des espaces de travail sûrs et justes.


Merci de joindre votre voix à celle de SHARPS dans sa campagne de solidarité internationale.

Voir les travaux de Richard W. Clapp:  
Mortality among US employees of a large computer manufacturing company: 1969–2001 (La mortalité des employés américains d'une grande usine informatique : 1969-2001)

 

Cliquer ici pour signer la pétition en ligne.

 

Pétition adressée à :
Lee Myung-bak, président de la République de Corée
Choi Gee-sung, PDG de Samsung Electronics
Yim Tae-hee, ministre du Travail de la République de Corée
Kim Won-bae, président du COMWEL (Korea Workers' Compensation & Welfare Service, Service de sécurité sociale et d'indemnisation des travailleurs de Corée)
Noh Min-ki, PDG de KOSHA (Korea Occupational Safety & Health Agency, Agence coréenne de la santé et de sécurité au travail)

Avec le soutien de :  Supporters for the Health And Rights of People in the Semiconductor industry (Partisans de la santé et des droits des personnes de l'industrie des semi-conducteurs, SHARPs), Korean Metal Workers' Union (Syndicat coréen des travailleurs de la métallurgie, KMWU), Asian Network for the Rights Of Occupational Accident Victims (Réseau asiatique pour les droits des victimes d'accidents du travail, ANROAV) and International Campaign for Responsible Technology (Campagne internationale pour une technologie responsable, ICRT)


 

Source : Asian Human Rights Commission ANROAV (traduction : AAFC)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Social
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)