Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 17:46

Sur les sites Internet sud-coréens, la publicité pour la chirurgie esthétique occupe une large place, et pour cause : les Sud-Coréens sont les plus gros consommateurs au monde de chirurgie esthétique, ce qui a fait de ce secteur d'activité l'un des plus lucratifs et les plus concurrentiels. Au moment où la pop culture sud-coréenne (K-Pop) connaît un succès sans précédent en dehors de la péninsule coréenne, peu de leurs fans étrangers sont conscients que non seulement les chanteuses et les actrices, mais aussi les chanteurs et acteurs de Corée du Sud sont le produit d'un long travail de bistouri, supports d'une esthétique stéréotypée dans un nouveau segment de la consommation culturelle de masse (à cet égard, espérons que le succès phénoménal sur YouTube de Gangnam Style de PSY conduira les maisons de production sud-coréennes à s'interroger sur l'attente du public pour des créations un peu plus originales). Pour comprendre l'engouement des jeunes de Corée du Sud, au premier rang desquels les filles, pour passer sur la table d'opération, nous publions ci-après une traduction de l'anglais d'une éclairante enquête du Daily Mail, parue le 24 octobre 2012 sur le site Internet du quotidien, et intitulée "South Korean girls' obsession with double eyelid surgery as they strive to look like 'pretty western celebrities' " (L'obsession des filles sud-coréennes pour la chirurgie des paupières, alors qu'elles s'évertuent à ressembler aux 'belles célébrités occidentales'). Cet article montre que la chirurgie esthétique est encouragée par les parents (qui paient souvent les opérations après la réussite aux examens), son utilisation massive traduisant une volonté d'accroître un capital physique pour assurer une réussite sociale dans des sociétés privilégiant l'apparence aux qualités intrinsèques des individus. S'ils ne pratiquent pas le plus vieux métier du monde, les médecins spécialisés dans la chirurgie esthétique pratiquent sans doute la médecine la plus lucrative au monde, et ils ne manquent pas d'arguments pour justifier du bien-fondé de leurs interventions. Les goûts esthétiques ainsi promus valorisent des normes de beauté standards pour plaire au plus grand nombre (dont on notera d'ailleurs avec intérêt qu'elles ne sont pas tout à fait les mêmes qu'en Occident, sinon comment expliquer des unions mixtes entre Asiatiques et Européens ?). Elles sont l'expression d'une négation, sinon d'une haine de soi, non seulement comme personne, mais aussi comme Coréen(ne) : les millions de Sud-Coréen(ne)s passé(e)s au bistouri traduisent la standardisation culturelle du monde selon des critères extérieurs, en l'occurrence anglo-américains. Ces jeunes sont ainsi les victimes et les instruments consentants d'une marchandisation du monde contemporain, dans lequel l'apparence éthérée et vaine de l'univers des people devient l'Eldorado des sociétés capitalistes consuméristes, ayant renoncé à tout idéal et à toute ambition.

 

Les femmes sud-coréennes sont tellement immergées dans la culture occidentale de la célébrité que la chirurgie des paupières, qui crée des rides caucasiennes que beaucoup de femmes asiatiques n'ont pas naturellement, est devenue aussi banale que d'aller chez le dentiste.

 

Ayant dépassé le Brésil comme la capitale mondiale de la chirurgie plastique, la Corée du Sud compte maintenant le plus grand nombre d'opérations par habitant.

 

Etant allée voir derrière la scène de la Semaine de la Mode de Séoul pour les articles en ligne de la série que consacre le magazine Vice à la Semaine Internationale de la Mode, Charlet Duboc a dévoilé leur quête d'une vision stéréotypée du visage occidental.

 

chirurgie_esthetique_Coree-du-Sud_1.jpg

 

Mlle Duboc a demandé à une jeune chanteuse de K-Pop du groupe D-Unit pourquoi une femme sur cinq avait subi une opération de chirurgie esthétique en Corée du Sud, ce qui est d'ailleurs devenu un cadeau fréquent des parents à leurs enfants après leur réussite aux examens.

 

La chanteuse a déclaré : "en raison de ses caractériques propres, l'apparence des Occidentaux est pour nous un idéal. De grands yeux ronds, un nez droit, un visage rond".

 

chirurgie_esthetique_Coree-du-Sud_2.jpg

 

La chirurgie des paupières consiste à couper l'extrémité des yeux pour les faire apparaître plus grands et plus ronds, ce qui augmenterait la confiance en soi selon certains praticiens.

 

Chirurgien à la Clinique de chirurgie plastique Seo Jae Don, le Docteur Seo nous a décrit l'un des patients ce jour-là, qui avait de petits yeux et était venu du Japon pour avoir une chirurgie du visage.

 

Il nous a expliqué l'opération : "Nous allons lui faire une opération des paupières et lui donner un plus grand nez. Elle a aussi un large front, nous allons donc le diminuer de taille en faisant des injections dans le front et le mont. Ainsi, son apparence globale sera beaucoup plus séduisante".

 

chirurgie_esthetique_Coree-du-Sud_3.jpg

 

En parlant de Mlle Duboc, née en Angleterre et qui a été top model, il a ajouté : "Beaucoup de nos clients veulent avoir des traits comme les vôtres.

 

Les visages plus grands sont considérés comme étant aujourd'hui à la mode. Si votre visage a la forme d'une pomme, vous avez plus de chances de voir votre destin changer. On pense que l'avenir sera favorable.

 

Beaucoup de filles viennent ici après avoir rompu avec leur petit ami... Il y a des médecins qui soignent des maladies que l'on peut voir ; nous, nous soignons les gens dont le coeur a été brisé. Il n'est pas besoin de vivre avec un sentiment de mécontentement à cause de son apparence".

 

Il semble toutefois que la Semaine de la Mode de Séoul tente de prendre ses distances avec la culture de la chirurgie plastique portée par la K-Pop.

 

Mlle Duboc a expliqué que, en coulisses, beaucoup de gens veulent renverser la tendance, et sont favorables à un style plus naturel.

 

Une étudiante en mode née en Corée du Nord et venue au Sud quand elle était enfant, qui était assise à côté de Mlle Duboc lors de l'un des défilés, a déclaré que "si une personne veulent avoir plus de confiance en soi en cachant ses handicaps, je pense que c'est bien, mais vouloir complètement changer d'apparence est une erreur totale".

 

Elle a ajouté : "Je pense que beaucoup de mes amies ont fait [de la chirurgie esthétique]. Je pense que notre désir d'être aussi belles que les stars est plus grand que dans n'importe quel autre pays".

 

Une artiste maquillée en a convenu, en faisant ce commentaire : "Je déteste les gens qui font une opération des paupières, personnellement je préfère le style naturel".

 

Et un modèle qui passait par là a déclaré : "Je pense que la beauté coréenne est un style avec des paupières naturelles".

 

Une participante extérieure à la culture de la Semaine de la Mode, qui a récemment subi une opération et a été déçue quand Mlle Duboc a admiré son style "naturel et unique", a expliqué que ses traits différents de ceux des Occidentaux sont ce qui la rend belle : "Ma mère me soutiendra toujours dans ma quête pour être plus belle, mon père sera un peu plus inquiet. L'ancienne génération pense que c'est le naturel qui est beau, qu'il vaut mieux être original. L'importance de la beauté est différente pour chaque individu".

 

Article traduit du Daily Mail (y compris photos), traduction AAFC

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Société
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)