Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 décembre 2009 4 31 /12 /décembre /2009 00:15

NoDollarEuroLe mercredi 30 décembre 2009, la chaîne télévisée publique chinoise CCTV a annoncé que le gouvernement de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) avait décidé d'interdire l'utilisation des devises étrangères pour les achats, tant de ses concitoyens que des étrangers, à compter du 1er janvier 2010. Cette nouvelle, qui reste encore à confirmer publiquement par les autorités nord-coréennes, s'inscrirait dans la continuité d'un ensemble de réformes économiques et monétaires adoptées au cours des dernières semaines, tendant à une régulation accrue des marchés privés.

Est-ce un retour aux fondamentaux de l'économie socialiste ? Après une
réforme monétaire basée sur la réévaluation de la monnaie nationale, le won, les autorités nord-coréennes auraient décidé d'interdire, à compter du 1er janvier 2010, l'utilisation des devises étrangères pour les achats sur leur territoire auxquels procèdent tant les Coréens que les résidents étrangers. Le mercredi 30 décembre au soir, la chaîne publique chinoise CCTV a en effet annoncé que les citoyens nord-coréens "seront interdits d'utiliser directement les dollars, les euros et les autres devises étrangères dans les magasins, les restaurants et les autres commerces de détail", tandis que les étrangers seraient tenus de procéder au changement de leurs devises en wons nord-coréens pour procéder à des achats en RPDC.

Dans l'attente d'une confirmation publique de cette mesure, celle-ci aurait des effets encore plus radicaux que la récente
réévaluation du won nord-coréen : sous réserve des taux de change applicables (les taux légaux du won étant nettement supérieurs à ceux appliqués sur les marchés privés), la réforme viserait non plus l'épargne accumulée par une classe moyenne enrichie par le développement des marchés privés, mais les quelques dizaines de milliers de personnes, souvent situées au coeur du pouvoir économique et politique, qui, en ayant accès aux marchés étrangers, se sont fortement enrichies à la faveur des réformes économiques officialisées en 2002.

Lors de leurs voyages d'étude en RPD de Corée, en 2006, 2008 et 2009, les délégations de l'AAFC avaient pu constater le rôle pivot d'un petit nombre de devises étrangères - d'abord le dollar, et dans une moindre mesure l'euro, le yuan et le yen - dans les échanges sur les marchés privés. Les autorités nord-coréennes manifestent ainsi clairement leur volonté de remettre en cause les mécanismes ayant permis l'accumulation rapide de fortunes personnelles, qui avait mis à mal une organisation économique relativement égalitaire, tout en permettant de recouvrir la pleine souveraineté économique de la RPD de Corée pour sa politique monétaire.

Le succès de cette mesure, à l'heure d'une
régulation accrue des marchés privés, reposera toutefois sur la capacité à éliminer les devises étrangères des circuits commerciaux. Si l'objectif est de faire du won nord-coréen l'unique devise utilisée dans les échanges nationaux, voire internationaux, la réforme devra avoir comme corollaires un meilleur approvisionnement des marchés et un encadrement efficace des prix.  

Source :
Associated Press

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Economie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)