Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 23:52

Le 8 avril 2010, un porte-parole du Bureau d'orientation générale pour le développement des sites pittoresques de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) a publié une déclaration prévoyant le gel d'avoirs sud-coréens dans les Monts Kumgang, où le complexe touristique géré par Hyundai Asan a permis la visite de près de deux millions de Sud-Coréens entre novembre 1998 et juillet 2008, lorsque la mort d'une touriste sud-coréenne - abattue par une sentinelle nord-coréenne après avoir pénétré dans une zone militaire - a entraîné la suspension des circuits touristiques. Malgré plusieurs tentatives, à l'occasion notamment d'une rencontre au Nord entre Mme Hyun Jeong-eun, présidente du groupe Hyundai, et Kim Jong-il, président de la Commission de la Défense nationale de RPDC, en août 2009, le tourisme intercoréen n'a pas repris, ni dans les Monts Kumgang, ni dans la ville de Kaesong. La décision des autorités nord-coréennes intervient dans un contexte de profonde dégradation des relations intercoréennes. L'AAFC reproduit ci-après dans son intégralité la déclaration du Bureau d'orientation générale pour le développement des sites pittoresques de RPDC, en déplorant vivement une situation qui traduit la détérioration des échanges Nord-Sud.

 

Korea_kumgang-san_seorak_san_locmap.png

 

« Le gouvernement et les institutions compétentes de RPDC ont mené récemment une étude d'ensemble des biens immobiliers de la partie Sud dans la zone touristique des Monts Kumgang.

 

« L'étude a été menée conformément à la déclaration solennelle faite en interne et en externe dans un communiqué du porte-parole du Comité coréen pour la paix de la région Asie-Pacifique le 4 mars, selon lequel seraient autorisés les circuits de la zone de Kaesong à partir de mars et les circuits des Monts Kumgang à partir d'avril et qu'il prendrait des mesures fermes au cas où les autorités sud-coréennes continueraient de faire obstacle à la reprise des circuits touristiques.

 

« Toutefois, les autorités sud-coréennes n'ont pas eu une approche sincère de la reprise des circuits touristiques tout en parlant d' 'adhésion à leur position' malgré nos efforts persévérants et l'exigence unanime des Sud-Coréens de tous âges.

 

« C'est dans ce contexte que nous avons commencé une étude pour geler les biens immobiliers de la partie Sud dans les zones touristiques, comme déjà annoncé.

 

« Par nature, aucune loi ne stipule qu'une étude doive précéder quelque mesure que ce soit pour le gel des biens immobiliers de la partie Sud et personne n'a le droit de nous critiquer pour le gel de ces biens en représailles contre l'action ouverte des autorités sud-coréennes de bloquer les circuits touristiques.

 

« Cependant, nous avons fait preuve de magnanimité en autorisant les personnes concernées à être les témoins de cet examen avant de mettre en oeuvre le gel des biens et en ajustant suffisamment la période d'étude, en prenant en considération la sensibilité des entrepreneurs qui ont beaucoup souffert du comportement insolent d'un groupe de traîtres.

 

« Ce groupe fantoche a travaillé avec ardeur à saboter l'étude précitée au mépris de la magnanimité sus-mentionnée.

 

« Le groupe conservateur fantoche n'a pas répondu à l'étude des biens immobiliers appartenant aux autorités dans la zone, la défiant ouvertement et empêchant même les entreprises intéressées de la partie Sud de suivre l'étude. 52 personnes concernées appartenant à 33 entreprises ont répondu à l'étude, mais parmi elles seulement 16 personnes appartenant à 9 entreprises se sont rendues dans les Monts Kumgang avant la date fixée pour cette étude.

 

« Ce groupe a aussi fait des efforts désespérés dans l'escalade de la tension avec la RPDC et sa campagne de diffamation, critiquant sans fondements l'étude que nous avons menée sous des prétextes tels que les  "violations du droit de propriété" et le "manquement aux accords Nord-Sud et aux normes internationales".

 

« En ce qui concerne les "violations du droit de propriété" que nous revend le groupe fantoche, ce n'est rien d'autre qu'un pur sophisme qui rappelle celui d'une partie fautive intentant un procès la première, ignorant à qui appartient le Mont Kumgang.

 

« Ce sont des pertes économiques énormes que nous avons subies en raison de la longue suspension des circuits touristiques et la confiscation de tous les biens immobiliers et équipements de la partie Sud dans la zone touristique ne suffirait pas à les compenser.

 

« Par ailleurs, comment peut-on évaluer en argent la valeur militaire et de sécurité des Monts Kumgang, le désir des Sud-Coréens de voir ces sites pittoresques de renommée mondiale et la joie manifestée par les Coréens dans des circuits qui sont le symbole de la réconciliation nationale et de la réunification ?

 

« Si quelqu'un a dû subir des pertes, ce ne peut être que le peuple coréen, la nation coréenne et les entreprises de la partie Sud, pas le groupe fantoche.

 

« Un grand nombre d'entreprises de la partie Sud ayant lié leur sort aux circuits des Monts Kumgang ont fait connaître, en dehors du ministère fantoche de la Réunification, leur exigence d'une reprise des circuits touristiques mais le groupe fantoche ne s'est même pas manifesté. Il est vraiment répugnant que ce groupe parle de  "violations du droit de propriété".

 

« Il est également ridicule pour ce groupe de parler de "manquement aux accords Nord-Sud et aux normes internationales".

 

« Mais qui a suspendu unilatéralement les circuits touristiques après avoir complètement violé la déclaration conjointe du 15 juin et la déclaration du 4 octobre, qui sont les accords Nord-Sud les plus importants, renversant ainsi les accords entre nous et Hyundai ?

 

« C'est une pratique universellement acceptée et de bon sens que, si un accord économique ou un contrat reste inappliqué pendant un certain temps, il doit obligatoirement être rejeté et une compensation doit être apportée pour la perte qui en résulte, toujours conformément à la pratique internationale.

 

« La mesure que nous avons prise cette fois est, en dernière analyse, l'exercice d'un droit légitime dans la droite ligne des normes et des pratiques internationales.

 

« Quelle que soit la véhémence du groupe fantoche, il n'a pas le droit de dire quoi que ce soit sur la mesure que nous avons prise.

 

« Tout en suivant de près l'attitude des autorités sud-coréennes envers notre étude, nous avons finalement eu la confirmation qu'elles n'ont ni sentiment de culpabilité, ni même un iota de volonté d'améliorer les relations intercoréennes, mais qu'elles sont seulement arc-boutées sur une attitude de confrontation, et encore moins désireuses de reprendre les circuits touristiques.

 

«  Il a été montré clairement que le discours de ce groupe sur ce qu'il appelle "les trois conditions" n'était rien d'autre qu'un jargon pour faire échouer les circuits touristiques.

 

« Nous ne souhaitons plus débattre ni traiter plus longtemps avec la clique fantoche, maintenant que les autorités sud-coréennes sont déterminées à rester dans une attitude de confrontation avec nous jusqu'au bout, en nous défiant de manière flagrante.

 

« Dans la situation présente où le groupe conservateur fantoche est libre de formuler des remarques irresponsables souillant notre dignité et que la confrontation des systèmes est allée au-delà du point de danger, la questions des circuits touristiques n'admet aucune discussion.

 

« A présent qu'il n'est pas possible de sauver de la crise les circuits touristiques des Monts Kumgang, le Bureau d'orientation générale pour le développement des sites pittoresques de RPDC est dûment habilité à déclarer solennellement qu'il aborde l'étape de mise en oeuvre des mesures suivantes, suite à l'étude portant sur les biens immobiliers de la partie Sud aux Monts Kumgang, comme il a été montré clairement :

 

« 1. Nous gèlerons dans un premier temps le centre de réunions du Mont Kumgang et la caserne de pompiers appartenant aux autorités sud-coréennes, ainsi qu'un centre culturel, un bureau d'exonération fiscale et une station thermale appartenant à la Compagnie de tourisme de Corée du Sud et expulserons tout leur personnel de gestion.

 

« 2. Nous retirerons leurs droits financiers à Hyundai Securities, l'entreprise Idun et l'entreprise de fibres industrielles Phyongan Co. Ltd de la partie Sud qui ont évité notre étude, et refuserons l'entrée des personnes concernées aux Monts Kumgang.

 

« 3. Les circuits des Monts Kumgang par les personnes vivant au pays et à l'étranger commenceront bientôt avec une nouvelle entreprise commerciale, maintenant que l'accord et le contrat pour les circuits touristiques passés avec Hyundai ne sont plus valides en raison de l'attitude des autorités sud-coréennes.

 

« 4. Si le groupe conservateur sud-coréen continue de railler et de salir les efforts sincères de la RPDC et de poursuivre l'escalade de la confrontation avec la RPDC, en totale contradiction avec l'esprit des déclarations conjointes et le désir de la nation, nous réexaminerons entièrement le travail dans la zone industrielle de Kaesong.

 

« Ni les sophismes, ni l'habileté manoeuvrière ne peuvent permettre aux autorités sud-coréennes de fuir leurs responsabilités pour avoir bloqué les circuits des Monts Kumgang et conduit les relations Nord-Sud à la catastrophe. Elles devront en payer chèrement les conséquences.

 

« Nous ne serons jamais des observateurs passifs de la confrontation du gouvernement conservateur fantoche avec la RPDC et de sa politique de dénigrement, mais nous prendrons des contre-mesures déterminées l'une après l'autre. »

 

 

Source : KCNA, "South Side Assets in Mt. Kumgang to Be Frozen", 8 avril 2010 (traduction : AAFC)

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations intercoréennes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)