Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 17:47

Suite à l'accord conclu entre les deux gouvernements coréens, d'émouvantes rencontres entre des familles divisées de part et d'autre du 38ème parallèle se déroulent dans les légendaires monts Kumgang, situés au Nord de la péninsule, pour la première fois depuis 2010 - alors qu'aucun contact n'est ordinairement possible entre Sud et Nord-Coréens, que ce soit pas courrier, par téléphone ou par mél. Du jeudi 20 au samedi 22 février 2014, ce sont 140 Sud-Coréens qui ont rencontré 174 Nord-Coréens, avant que 88 Nord-Coréens retrouvent 357 membres de leurs familles vivant au Sud du 23 au 25 février. Quelque 22 000 Coréens appartenant à des familles séparées ont pu revoir leurs proches lors de rencontres organisées par les deux gouvernements. Dans un contexte d'apaisement des relations intercoréennes, les autorités du Sud a autorisé l'envoi au Nord de médicament et de lait en poudre pour une valeur de 1 million de dollars. L'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) rend compte, en images et en citations, des retrouvailles chargées d'émotion entre des membres de familles divisées par la partition du pays et la guerre, et qui risquent de ne jamais plus se revoir.

rencontre_familles-coreennes-divisees_21-fevrier_2014.jpg
"Grand-père m'a dit de courir, de courir et d'aller au Sud, loin de la guerre, car j'ai été l'aîné de ses petis-fils (...) Je suis désolé" (Lee, Sud, 67 ans, en pleurs, à son frère et à sa soeur qu'il a dû laisser derrière lui. Pendant la guerre de Corée, de nombreuses familles du Nord ont décidé de se séparer pour fuir le risque d'une attaque nucléaire par les Etats-Unis au Nord de la péninsule).

"La dernière volonté de notre père sur son lit de mort était que je te retrouve et veille sur toi" (Kim Myeong-bok, Sud, 66 ans, à sa soeur, Kim Myeong-ja, Nord, 68 ans, seule membre de sa famille restée au Nord).

photo-de-famille_famille-coreenne_division_guerre.jpg
"Mon rêve s’est exaucé. Je n’ai plus de regret, même si je dois mourir demain" (Hwang Deok-young, enrôle dans l'armée du Nord pendant la guerre, 82 ans, ayant retrouvé ses deux soeurs cadettes. Leur père a été exécuté comme prisonnier politique au Sud).

"Même si je dois mourir, je mourrai dans les Monts de Diamant" (Kim Sum-kyong, Sud, 91 ans, hospitalisé la veille de sa rencontre au Nord avec son fils et sa fille).

"Père, ne mourez pas s’il vous plaît, et faites que l’on puisse se rencontrer à nouveau quand les deux Corées se réunifieront" (Kim Chun-soon, Nord, à son père, Kim Sum-kyong).

park_yang-gon_park_yang_soo_kumgang_2014.jpg
Sources :
- AAFC ;
- Le Monde avec AFP, "Ephémère rencontre de familles coréennes séparées par la guerre", article en date du 21 février 2014 ;
- Hankyoreh, article en date du 21 février 2014 : photo ci-dessus de la rencontre entre Park Yang-soo, 55 ans, pêcheur ayant rejoint le Nord en 1972 (enlevé selon les autorités sud-coréennes, ayant choisi de s'établir au Nord selon les autorités nord-coréennes) et son frère cadet Park Yang-gon (Sud, 52 ans) ;
- The New York Times et The Star, "North and South Koreans meet in emotional family reunions", article en date du 22 février 2014 ;
- Yonhap, "Réunions de familles séparées : deuxième journée pleine d'émotions", dépêche en date du 21 février 2014.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations intercoréennes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)