Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 23:02

Le Grand Parti national (GPN, conservateur) du président Lee Myung-bak a enregistré un net recul lors des élections régionales et municipales qui ont eu lieu le mercredi 2 juin 2010 en Corée du Sud. La majorité obtenue par le Parti démocrate (opposition, centriste) est d'autant plus significative que la participation est en hausse par rapport au précédent scrutin de 2006.

 

elections_coree_2_juin_2010.jpg

 

Les résultats provisoires, huit heures après la fin des opérations de vote, faisaient apparaître une défaite sans appel pour le Grand Parti national (GPN, conservateur) au pouvoir à Séoul lors des élections locales du 2 juin 2010 : le Parti démocrate, principal parti d'opposition (centriste), l'emporterait dans 8 régions et 90 villes (contre 5 régions et 77 villes pour le GPN, 1 région et 13 villes pour le Parti pour l'avancement de la liberté, opposition de droite, victorieux notamment à Daejeon, et 3 villes pour le Parti démocratique des travailleurs, gauche). En 2006, le GPN, alors dans l'opposition, l'avait emporté dans toutes les régions, sauf 3 postes dans le Jeolla, bastion démocrate, ce qui préfigurait sa nette victoire à l'élection présidentielle un an et demi plus tard. Ce résultat est d'autant plus significatif que le taux de participation (54,5 %) a été le plus élevé à des élections régionales depuis 1995.

 

A mi-mandat, deux ans et demi avant la prochaine échéance présidentielle, fin 2012, à laquelle le président sortant ne peut constitutionnellement pas se représenter, il s'agit d'un test électoral sévère pour l'administration Lee Myung-bak. Ce dernier avait exploité au maximum l'émotion causée par le naufrage du Cheonan : le "vent du Nord" devait mobiliser l'électorat conservateur sur le fondement de l'anticommunisme. Le recul des conservateurs dans la dernière ligne droite, si l'on en croit l'évolution des sondages d'opinion puis les résultats sortis des urnes, pourrait indiquer un effet électoral inverse, alors que les preuves avancées quant à l'implication du Nord peinent à convaincre une partie de l'opinion publique sud-coréenne.

 

Ce résultat sanctionne aussi un mode de gouvernement, fondé sur l'unilatéralisme du gouvernement, dont certains projets suscitent de vives oppositions : en particulier, l'aménagement des quatre principaux fleuves, dénoncé pour les menaces qu'il fait peser sur l'environnement, et le projet d'implantation dans la ville nouvelle de Sejong d'une partie des administrations publiques.

 

A Séoul, les résultats, très serrés à l'heure où nous écrivions ces lignes, semblaient indiquer une victoire sur le fil du maire sortant (GPN) Oh Se-hoon sur Han Myeong-sook, ancienne Premier ministre de Roh Moo-hyun. En revanche, le GPN a perdu la plupart des postes de maire d'arrondissement à Séoul. Dans la ville d'Incheon, Song Young-gil (Parti démocrate) apparaissait bien placé pour l'emporter sur le sortant (GNP) Ahn Sang-soo. Dans la province de Gyeonggi, le sortant (GPN) Kim Mun-soo a battu de 5 points Rhyu Si-min, du Parti de la participation du peuple, issu d'une scission du Parti démocrate regroupant des partisans de l'ancien président Roh Moo-hyun, dont le premier anniversaire de la disparition a donné lieu à des cérémonies d'hommage dans tout le pays.

 

Lee Myung-bak avait déclaré avant le scrutin qu' "il faut continuer de gérer l'Etat sans se soucier du résultat des élections". Mais la transformation de la victoire attendue, portée par le "vent du Nord", en une défaite sans appel, ne pourra pas laisser Lee Myung-bak sourd et aveugle au verdict des urnes. Dès le 3 juin, il est attendu un regain des tensions internes à la majorité, en vue notamment d'un remaniement gouvernemental.

 

 

Principaux élus (résultats définitifs)

 

Maires
Seoul -- Oh Se-hoon (sortant, Grand Parti national - GPN)
Incheon -- Song Young-gil (ancien député, Parti démocrate - PD)
Busan -- Hur Nam-sik (sortant, GPN)
Gwangju -- Kang Woon-tae (ancien député, PD)
Daejeon -- Yum Hong-chul (professeur à l'Université des études nord-coréennes, Parti pour l'avancement de la liberté)
Daegu -- Kim Bum-il (sortant, GPN)
Ulsan -- Park Maeng-woo (sortant, GPN)

Gouverneurs
Province de Gyeonggi -- Kim Mun-soo (sortant, GPN)
Province de Gangwon -- Lee Kwang-jae (ancien député, PD)
Province du Nord Chungcheong -- Lee Si-jong (ancien député, PD)
Province du Sud Chungcheong -- An Hee-jung (PD)
Province du Nord Gyeongsang -- Kim Kwan-yong (sortant, GPN)
Province du Sud Gyeongsang -- Kim Doo-gwan (ancien ministre, indépendant)
Province du Nord Jeolla -- Kim Wan-joo (sortant, PD)
Province du Sud Jeolla -- Park Joon-young (sortant, PD)
Province de Jeju -- Woo Keun-min (ancien gouverneur de Jeju, indépendant)
 


Sources : AAFC, Yonhap, KBS, Korea Times

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Politique sud-coréenne
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)