Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mai 2017 4 25 /05 /mai /2017 13:38

Après le tir de missile de moyenne portée auquel a procédé la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) le 21 mai 2017, le Conseil de sécurité des Nations Unies a tenu une réunion d'urgence à la demande des Etats-Unis, du Japon et de la République de Corée (Corée du Sud) le 23 mai. Dans une déclaration publiée la veille, le président du Conseil de sécurité des Nations unies avait exprimé une condamnation "énergique" "du tout récent lancement de missiles balistiques effectué par la République populaire démocratique de Corée le 21 mai 2017", tout en ajoutant que "les membres du Conseil sont convenus que le Conseil de sécurité devait continuer à suivre de près la situation et de prendre d'autres mesures substantielles, y compris de sanctions, conformément à la détermination qu'il a précédemment exprimée". De fait, dès le 16 mai (à la suite du précédent tir de missile nord-coréen, intervenu le 14 mai), les Etats-Unis avaient déclaré travailler avec la Chine à l'adoption d'une nouvelle résolution du Conseil de sécurité des Nations unies (CSNU), dont ils souhaitent qu'elle renforce les sanctions contre la RPD de Corée - sans exclure néanmoins un dialogue avec Pyongyang. Nul doute que le tir de missile du 21 mai va renforcer la détermination américaine.

La représentante américaine aux Nations unies, Mme Nikki Haley, aux côtés de ses homologues japonais Koro Bessho (à gauche) et sud-coréen Cho Tae-yul (à droite), le 16 mai 2017

La représentante américaine aux Nations unies, Mme Nikki Haley, aux côtés de ses homologues japonais Koro Bessho (à gauche) et sud-coréen Cho Tae-yul (à droite), le 16 mai 2017

Déjà, réunir ses alliés : tel est le sens de la conférence de presse qu'a tenue Mme Nikki Haley, ambassadrice des Etats-Unis auprès des Nations unies, le 16 mai 2017, flanquée de ses homologues japonais et sud-coréen, en marge d'une réunion d'urgence du CSNU qu'avait convoquée Washington après le tir nord-coréen du 14 mai 2017.

Ensuite, élargir le front anti-Pyongyang pour isoler la RPD de Corée : à l'occasion de sa conférence de presse, Mme Haley a indiqué qu'elle travaillait avec la Chine à l'adoption d'une nouvelle résolution du CSNU renforçant les sanctions contre la RPD de Corée, ce qui serait une première après un tir de moyenne portée nord-coréen : par le passé, les sanctions contre Pyongyang ont toujours fait suite à des essais nucléaires ou des lancements de satellite, jamais à des tirs de courte ou de moyenne portée auxquels procède très régulièrement la Corée du Nord.

Le 16 mai, la représentante américaine n'a cependant pas exclu de "parler" avec Pyongyang, mais en posant des conditions, à savoir un "arrêt total du processus nucléaire et de tout essai" de missiles. Par le passé, Pyongyang a proposé de "suspendre" son processus nucléaire - jamais de l'arrêter totalement.


Si les Etats-Unis, qui cherchent à agir de concert avec la Chine, proposent apparemment une alternative sanctions ou dialogue (les deux processus pouvant être conduits conjointement, comme veut le faire croire Washington), en pratique il est pour le moins improbable que Pyongyang revienne à la table des négociations après des sanctions pour des tirs de missile de courte ou de moyenne portée n'ayant jamais entraîné, par le passé, l'adoption de nouvelles sanctions à son encontre. A ce stade, la proposition de dialogue de Mme Haley est purement rhétorique : il faudra que Washington fasse des propositions concrètes et réalistes si l'administration Trump veut apparaître sincère, aux yeux des dirigeants nord-coréens, dans sa volonté d'ouvrir des négociations.

Source :

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations Etats-Unis-Corée
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)