Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2016 2 01 /11 /novembre /2016 15:08

Un télégramme diplomatique américain de 2007 - rendu public par WikiLeaks - révélait la présence d'un "Raspoutine" derrière Mme Park Geun-hye, qui devait devenir présidente de la République de Corée (Corée du Sud) en 2012 : l'ambassade américaine à Séoul faisait alors le parallèle entre l'influence sur le tsar russe et sa famille du pseudo-moine mystique débauché Raspoutine, qui prétendait pouvoir soigner le tsarévitch Alexis (et dont l'influence haïe et moquée a été une cause de la chute de la dynastie des Romanov), et celle de la famille Choi (Choi Tae-min et sa fille Choi Soon-sil) sur Mme Park. Alors que le scandale né de l'influence de Mme Choi ne cesse de grossir, 20 000 personnes (selon les organisateurs, 8 000 selon la police) ont manifesté à Séoul le 29 octobre 2016, réclamant la démission de la chef de l'Etat, tandis que Mme Choi Soon-sil, par ailleurs impliquée dans des affaires supposées de corruption, a fini par accepter de rentrer d'Allemagne en Corée du Sud, cessant ainsi de se soustraire à des poursuites judiciaires. L'Association d'amitié franco-coréenne revient sur le trio étrange formé par le mystique (Choi Tae-min), la chamane (Choi Soon-sil) et la Présidente (Park Geun-hye).

Le mystique, la chamane et la Présidente : une version coréenne de Raspoutine

Choi Tae-min (1912-1994), le père de Choi Soon-sil, ancien moine bouddhiste devenu le leader religieux autoproclamé de "l'Eglise de la vie éternelle", avait réussi à exercer une influence majeure sur la jeune Park Geun-hye, devenue "Première dame" après l'assassinat de sa mère, Yuk Young-soo, qui l'a fortement ébranlée en 1974 : Choi Tae-min avait prétendu que Yuk Young-soo lui était apparue en rêve et lui avait demandé d'aider sa fille Park Geun-hye. En 1979, le général-président Park Chung-hee, père de Park Geun-hye, était assassiné par Kim Jae-kyu, chef des services de renseignement : si la poigne de fer du très autoritaire général Park a été invoquée au premier chef par Kim Jae-kyu pour justifier son acte, ce dernier a également dénoncé l'influence croissante de Choi Tae-min sur Park Chung-hee, ainsi que sa corruption. Quand un télégramme diplomatique américain a parlé d'un "Raspoutine" dans l'entourage de la future présidente Park Geun-hye, l'ambassade américaine à Séoul évoquait l'influence non équivoque sur elle de Choi Tae-min, en observant que le pseudo-pasteur Choi (non reconnu par les autres églises protestantes) "avait un contrôle total sur le corps et l'esprit de Mme Park pendant ses années de formation, et qu'en conséquence ses enfants avaient accumulé une immense fortune".

Avant même sa disparition en 1994, Choi Tae-min avait placé sa fille Choi Soon-sil dans l'entourage de Mme Park Geun-hye. Si son père était un mystique inscrivant son action dans les croyances traditionnelles coréennes, Choi Soon-sil se présente quant à elle comme une chamane. Elle a repris le très lucratif flambeau des affaires politiques familiales, qui lui valent aujourd'hui des démêlés avec la justice, conduisant Mme Park Geun-hye à remanier largement son cabinet après les révélations sur l'influence de la femme de l'ombre. Choi Soon-sil est également soupçonnée d'être impliquée dans des décisions aussi brutales qu'inattendues, comme la fermeture définitive de la zone industrielle intercoréenne de Kaesong, ou l'absence de réaction de Mme Park des heures durant après le naufrage du Sewol. En effet, une partie des acteurs impliqués a témoigné des incertitudes et des revirements d'opinion de Mme Park dans ces moments cruciaux, accréditant encore davantage la thèse de l'influence d'un gourou qui a révélé une profonde méconnaissance des questions internationales et son peu de considération pour la démocratie - mais qui a étrangement emporté la conviction de Mme Park, comme si Choi Soon-sil contrôlait le corps et l'esprit de la présidente sud-coréenne, de la même façon que son défunt père, pour reprendre les termes du télégramme diplomatique américain sur les relations entre les familles Choi et Park.

Raspoutine a ruiné la réputation de la dynastie russe des Romanov, balayés par la Révolution de février 1917. Dans la Corée du Sud contemporaine, dont la dérive autoritaire fragilise le pouvoir des conservateurs, ces derniers semblent décidés à ne pas sombrer avec la Présidente Park Geun-hye. Mais leurs efforts suffiront-ils à préserver leur pouvoir ?



Sources :

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Politique sud-coréenne
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


depuis le début de ce mois

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)