Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 20:51

Après la décision sud-coréenne de "suspendre" les activités de la zone industrielle de Kaesong, où 124 entreprises sud-coréennes emploient 54.000 ouvriers nord-coréens, la Commission pour la réunification pacifique de la Corée, basée en République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord), a annoncé, le 11 février 2016, que les Sud-Coréens devaient quitter Kaesong et que les avoirs des entreprises sud-coréennes seraient saisis.  

Camions sud-coréens quittant la zone industrielle de Kaesong

Camions sud-coréens quittant la zone industrielle de Kaesong

Avec la fermeture de la zone industrielle de Kaesong, qui avait ouvert en 2004, c'est - hélas - le dernier symbole de la réconciliation et de la coopération intercoréennes qui disparaît. Selon la Commission (nord-coréenne) pour la réunification pacifique de la Corée, tous les Sud-Coréens (soit 280 personnes) devaient avoir quitté la zone le 11 février 2016 à 17 heures (heure locale), et tous les biens des entreprises sud-coréennes seraient saisis :

Nous saisissons tous les avoirs des entreprises sud-coréennes et sociétés alliées, y compris les machines, les matières premières et les biens.

La Commission nord-coréenne a déclaré qu'il s'agissait de la conséquence de la décision de fermeture prise par les autorités sud-coréennes, qui en payaient ainsi le "prix élevé" :

Les forces ennemies sud-coréennes vont faire l'expérience du prix élevé et douloureux qu'elles doivent payer pour avoir fermé le complexe industriel de Kaesong.

En annonçant que la zone de Kaesong redevenait une zone militaire - ce qu'elle était avant sa création et son ouverture en 2004 - et que les points de passage Nord-Sud le long de la zone démilitarisée étaient fermés, c'est le triste retour à la situation ex ante : celle d'une époque - antérieure à 1998 - où les échanges intercoréens étaient pratiquement nuls, et les relations Nord-Sud presque exclusivement commandées par des impératifs militaires et de sécurité. En huit ans, les conservateurs sud-coréens au pouvoir à Séoul auront détruit tous les acquis de la politique sud-coréenne du "rayon de soleil" d'ouverture au Nord (1998-2008), qui avait valu le Prix Nobel de la Paix à l'ancien Président Kim Dae-jung.

S'il convient d'être prudent quant au caractère définitif des décisions annoncées ce 11 février 2016 - par le passé, la saisie des biens du complexe touristique des Monts Kumgang n'a pas été suivie de leur réattribution - la logique d'escalade des tensions qui prévaut dans les relations Nord-Sud n'incite pas à l'optimisme.

L'histoire de la diplomatie montre qu'il est plus facile de détruire que de construire : sensible au désarroi des petits entrepreneurs sud-coréens qui ont souvent tout investi à Kaesong, l'Association d'amitié franco-coréenne forme le voeu que les fruits d'années de dialogue intercoréen - qui ont permis de bâtir des relations de compréhension mutuelle - ne soient pas totalement annihilés, et que la dialogue se rouvrira au plus vite, face au danger jamais éteint d'un conflit qui dévasterait une nouvelle fois la péninsule coréenne, deux générations après les atrocités de la guerre de Corée.

 

Sources :

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations intercoréennes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


depuis le début de ce mois

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)