Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juin 2016 3 01 /06 /juin /2016 20:10

La présidente de la République de Corée (Corée du Sud), Mme Park Geun-hye, est en visite en France du 1er au 4 juin 2016, dans le cadre des "années croisées France-Corée" (du Sud). Dans ce contexte, et alors que les autorités publiques françaises qui se disent si soucieuses des droits de l'homme en Corée du Nord ne trouvent rien à dire quant aux atteintes aux libertés publiques grandissantes en Corée du Sud, le Comité international pour les libertés politiques en Corée du Sud (CILD) appelle à manifester place Saint-Michel, à Paris, le 3 juin 2016 de 19h à 21h, pour protester contre la répression politique et antisyndicale et appeler à la libération de tous les prisonniers politiques. L'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) a relayé l'appel du CILD, apportant son plein soutien à cette initiative. Parmi les prisonniers politiques sud-coréens, une femme, Mme Kim Hye-young, arrêtée 26 juillet 2015, qui souffre d'un cancer de la thyroïde et ne reçoit pas un traitement approprié en prison, ce qui est contraire aux engagements internationaux de la Corée du Sud quant au traitement des prisonniers. Pour faire connaître le cas emblématique de Kim Hye-young au plus grand nombre, ses compagnons de lutte ont retracé son histoire dans une petite bande dessinée que l'AAFC reproduit ci-après.

Pour sauver Kim Hye-hyoung, faites parvenir le plus vite possible des appels aux destinataires mentionnés ci-après, en coréen, en anglais ou dans votre propre langue :

- exhortez les autorités sud-coréennes à abandonner les poursuites dans cette affaire et à libérer immédiatement et sans condition Kim Hye-young et les autres membres de l'Alliance coréenne pour une réunification indépendante et la démocratie qui n’ont fait qu’exercer légitimement leurs droits aux libertés d’expression et de réunion pacifique;

- dans l’attente de sa libération, appelez-les à autoriser immédiatement cette femme à recevoir les soins médicaux dont elle a besoin en dehors de la prison, sans ingérence indue;

- demandez-leur de cesser de recourir arbitrairement à la Loi relative à la sécurité nationale et de veiller à ce que les libertés d’expression, d’opinion et d’association soient pleinement respectées et protégées.

Envoyez vos appels avant le 13 juillet 2016 à :

Directeur du centre de détention de Séoul

Choi Gang-ju

143 Anyangpangyo-ro,

Euiwang-si, Gyeonggi-do,

République de Corée 16001

Courriel : Seouldc@korea.kr

Tél. : +82-31-423-6100

Formule d’appel : Dear Warden, / Monsieur le Directeur,

Ministre de la Justice

Kim Hyun-woong

Gwanmun_ro 47, Gwacheon-si,

Gyeonggi-do, République de Corée 13809

Fax : +82-2-2110-0350

Twitter : @happymoj

https://www.facebook.com/mojkorea/

Formule d’appel : Dear Minister, / Monsieur le Ministre,

Premier ministre

Hwang Kyo-ahn

Government Complex Sejong,

261 Dasom-ro,

Sejong-si, République de Corée

Twitter : @PrimeMinisterKR

Formule d’appel : Your Excellency, / Monsieur le Premier ministre,

 

Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques de la Corée du Sud dans votre pays

 

Plus d'informations : www.amnesty.org/fr/documents/asa25/4150/2016/fr/

 

Pour rejoindre le Comité international pour les libertés démocratiques en Corée du Sud

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Politique sud-coréenne Campagnes relayées par l'AAFC
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


depuis le début de ce mois

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)