Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 septembre 2014 7 21 /09 /septembre /2014 10:30

Comme nous l'annoncions dans notre édition du 7 septembre 2014, une délégation du Parti du travail de Corée (PTC), conduite par Kang Sok-ju, secrétaire du PTC chargé des relations internationales et également membre du bureau politique, a visité la Mongolie (le 6 septembre dernier) puis quatre pays européens (Allemagne, Belgique, Suisse et Italie), du 7 au 16 septembre 2014 - faisant ainsi suite aux visites qu'avaient effectuées des représentants politiques de pays européens en République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord). Nous revenons ici sur les responsables rencontrés par la délégation du PTC pendant son séjour en Europe. 

Kang Sok-ju avec le sénateur Antonio Razzi, président du groupe interparlementaire d'amitié Italie-RPD de Corée du Sénat italien, lors d'une rencontre à Pyongyang le 27 août 2014. Kang Sok-ju a à nouveau revu le sénateur Antonio Razzi lors de sa visite en Italie en septembre 2014.

Kang Sok-ju avec le sénateur Antonio Razzi, président du groupe interparlementaire d'amitié Italie-RPD de Corée du Sénat italien, lors d'une rencontre à Pyongyang le 27 août 2014. Kang Sok-ju a à nouveau revu le sénateur Antonio Razzi lors de sa visite en Italie en septembre 2014.

Comme la délégation de la RPD de Corée représentait le Parti du travail, les rencontres ont essentiellement été conduites au niveau des partis politiques, avec une prédominance - mais sans exclusivités - des partis socialistes et sociaux-démocrates. Mais des échanges ont aussi eu lieu avec des représentants des Parlements (témoignant ainsi de la corrélation qu'établissent les Nord-Coréens entre les discussions interpartisanes et interparlementaires, qui complètent celles d'Etat à Etat) et donc, moins systématiquement, avec des représentants des ministères des Affaires étrangères. La dépêche de l'agence nord-coréenne KCNA sur laquelle nous nous appuyons mentionne aussi des rencontres avec des personnalités du milieu économique, sans mentionner de noms

Les personnalités qui ont reçu la délégation nord-coréenne étaient d'un niveau équivalent à celui du chef de la délégation du PTC, celle-ci ayant été exceptionnellement conduite par un membre de son bureau politique, M. Kang Sok-ju, secrétaire aux relations internationales.

Cette visite en Europe n'avait pas comme but de conclure des accords, mais de renforcer les échanges en évoquant largement les relations bilatérales avec l'Union européenne et les pays européens. Plusieurs des personnalités rencontrées devraient à leur tour visiter la RPD de Corée, la dépêche de KCNA mentionnant leur intention de se rendre dans le Nord de la péninsule coréenne. 

En Allemagne,  la délégation du PTC a rencontré Niels Annen, membre du bureau politique du Parti social-démocrate (SPD) et président de la commission internationale du parti, ainsi qu'un fonctionnaire de "haut niveau" du ministère des Affaires étrangères dont le nom n'a pas été précisé (tant dans la version en anglais que dans celle en coréen de la dépêche de KCNA, cette précision étant utile puisque les traductions en anglais des dépêches en KCNA omettent fréquemment de traduire les noms de certaines personnalités étrangères, en n'indiquant que leurs fonctions). Il s'agissait donc vraisemblablement d'une rencontre sous couvert d'anonymat, alors que l'Allemagne est en pointe au sein de l'Union européenne pour les relations avec la RPD de Corée : d'une part, elle est le principal partenaire économique de la RPDC en Europe ; d'autre part, elle a elle-même connu l'expérience de la division et de nombreuses délégations sud-coréennes ont ainsi visité l'Allemagne pour envisager des scénarios de réunification.

Alors que le Parti socialiste européen (PSE), qui regroupe les élus socialistes et sociaux-démocrates au sein du Parlement européenn, était l'une des puissances invitantes de la délégation du PTC, celle-ci a rencontré un certain nombre d'élus : le Roumain Victor Bostinaru, vice-président du groupe, l'Allemand (CDU) Elmar Brok, président de la commission des Affaires étrangères. La dépêche de KCNA mentionne aussi un collaborateur d'élus, le Belge Yonnec Polet, secrétaire général adjoint chargé des relations extérieures du PSE, ainsi placé de manière inhabituelle (car contraire aux usages parlementaires occidentaux) au même niveau que les élus et les représentants de partis, ainsi que l'ancien député européen et ministre des Affaires étrangèrs grec Stavros Lambrinidis, représentant spécial pour les droits de l'homme du Service d'action extérieur européen.

En Suisse et en Italie, les personnalités rencontrées recouvrent un spectre politique plus large que la social-démocratie, s'étendant notamment aux autres partis de gouvernement situés à droite de l'échiquier politique :

- en Suisse, Beatrice Wertli Meierhans, secrétaire générale du Parti chrétien-démocrate, Pascal Couchepin, ancien président de la Confédération suisse, Yves Rossier, secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères (haut fonctionnaire rattaché directement au Conseil fédéral, organe exécutif de la Confédération suisse) et Yohannes Matyassy, secrétaire général adjoint, directeur pour la région Asie-Pacifique ;
 

- Maurizio Gasparri, vice-président (Forza Italia) du Sénat italien, Paolo Romani, président du groupe parlementaire de Forza Italia au Sénat, Massimiliano Fedrica, président du groupe parlementaire de la Ligue du Nord à la Chambre des députés, Gian Marco Centianio, président du groupe parlementaire de la Ligue du Nord au Sénat, le sénateur Antonio Razzi, mentionné en sa qualité de secrétaire général de la commission des Affaires étrangères du Sénat (et non de président du groupe interparlementaire d'amitié avec la RPD de Corée). Jugeant visiblement plus significatives les rencontres au niveau parlementaire que celles avec les représentants des partis italiens, la dépêche de KCNA ne mentionne pas d'audience avec des membres du Parti démocrate, dont des représentants ont pourtant certainement été rencontrés, suite notamment à la visite en RPDC, en 2012, de son secrétaire aux relations internationales.


Enfin, la dépêche de KCNA mentionne une rencontre avec le diplomate britannique Jonathan Powell, ancien chef de cabinet de Tony Blair lorsqu'il était Premier ministre.


Sources :

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations internationales de la Corée
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)