Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 avril 2014 1 21 /04 /avril /2014 21:15

Alors que le bilan du dramatique naufrage du ferry Sewol (plus de 300 morts et disparus) s’alourdit au fur et à mesure que sont retrouvés les corps des victimes, les graves négligences commises par l’équipage ont conduit à l’arrestation non seulement du capitaine (qualifié de « meurtrier » par la présidente sud-coréenne Mme Park Geun-hye) et de plusieurs autres membres d’équipage, mais aussi à la mise en cause de la compagnie maritime Chonghaejin propriétaire du navire. Les premiers actionnaires de Chonghaejin ne sont autres que les deux fils du photographe et homme d’affaires Ahae, qui a fait irruption au premier plan des expositions publiques parisiennes en mai 2012 à coups de millions, par ailleurs pasteur évangélique et membre d’un groupe religieux dont 33 membres sont morts dans des conditions non élucidées en 1987.

Lorsque les propriétaires de la compagnie Chonghaejin sont apparus dans les médias au lendemain du naufrage du Sewol, ils se sont excusés non seulement pour avoir commis une faute gravissime, mais aussi pour avoir « péché ». Le ton était donné : la compagnie maritime fait partie de l’empire économique du protestant évangéliste Yoo Byeong-eon, Sud-Coréen né au Japon en 1941 et qui est également le photographe Ahae – apparu soudainement sur la scène artistique parisienne en autofinançant la mise en scène de son talent, contesté, au sein d’institutions aussi prestigieuses que le musée du Louvre et le château de Versailles.

Le premier actionnaire (via différentes sociétés) de Chonghaejin (à hauteur de 39 % au total, répartis à parts égales) sont les frères Yoo (l’aîné Yoo Dae-kyun et le cadet Yoo Hyuk-ki), suivis du président de la compagnie Kim Han-sik (11,6 %, photo ci-dessous). Alors que l’enquête est en cours, ils sont interdits de sortie du territoire coréen. Des documents et des contenus informatiques ont été saisis au siège de la compagnie, qui avait affiché récemment des pertes sur la liaison Incheon-Jeju où a eu lieu le naufrage.


kim-han-sik_sewol_chonghaejin_president.jpg
Les frères Yoo sont les fils de Yoo Byeong-eon (dont la femme, Kim Hye-kyung, possède par ailleurs 6 % du capital de la société), décrit par le journal sud-coréen de langue anglaise The Korea Herald comme « le prêtre d’un culte religieux souterrain ayant des liens étroits avec l’ancien président Chun Doo-hwan [NdT : général ayant dirigé la junte au pouvoir à Séoul entre 1980 et 1988], et qui a dirigé une compagnie de ferrys sur le fleuve Han avant sa banqueroute » en 1987. Par ailleurs, « Yoo était l’un des principaux suspects interrogés dans le cadre d’un incident survenu en 1987, suite à la découverte des corps sans vie de plus de 30 personnes appartenant à un groupe religieux auquel appartenait Yoo » (plus exactement, 33 personnes, retrouvées dans une usine de Yongin, dans la province de Gyeonggi, à près de 80 km au sud de Séoul, et dont il n’a jamais été éclairci si elles s’étaient suicidées ou s’il s’agissait d’un meurtre). Dans le cadre de l’enquête qui avait suivi, Yoo Byeong-eon avait été condamné en 1992 à quatre ans de prison pour fraude, concernant des prêts « liés principalement à des activités illégales relevant du crime organisé », selon The Korea Herald.

 Yoo Byeong-eon est déjà connu du public français, mais sous son nom d’artiste Ahae, comme l’a indiqué – après d’autres médias coréens – le site « Louvre pour tous » : l’homme, qui a été exposé aux Tuileries et à Versailles pour avoir photographié la nature depuis sa fenêtre (2,6 millions d’images en 4 ans !), ne donne aucun entretien et ne se laisse pas voir par quiconque, mais donne des éléments de biographie (inventeur, hommes d’affaires...) qui ne laissent guère de doutes sur sa véritable identité. Les écrits religieux de Yoo Byeong-eon sont, eux, commercialisés par Evangelical Media Group, qui a son siège new yorkais dans le même bâtiment qu’Ahae Press. Yoo Byeong-on préside le conseil d’administration (CA) de Highland Springs Resort (dont dépend 123 Farm, dont le président du CA est Ahae) et qui possède une maison d’édition, un hôtel et un centre de conférences… Dans l’évangélisme baptiste dont se revendique le pasteur Yoo, business et religion font bon ménage. Et son œuvre photographique exposée en France ne permet-elle pas de « célébre[r] Dieu le créateur », comme l’a clamé son exposant Milan Knizak ? Si l’homme n’était pas un milliardaire, il y a de forts doutes que ses clichés jugés conventionnels n’auraient guère attiré l’intérêt des plus prestigieuses institutions publiques françaises, apparemment ignorantes ou sinon peu gênées de savoir qui est Ahae et d’où provient son argent – car Ahae a aussi fait gagner de l’argent à des communicants, des scénographes de renom (Guy Oliver, Charles Matz), des musiciens (Michael Nyman)…

 Un mois avant la première exposition publique Ahae à Paris, la société Ahae Press Inc. avait acheté aux enchères – pour 520.000 euros – le hameau de Courbefy, en Haute-Vienne, qui était abandonné, en vue officiellement d’y mener un projet « environnemental, artistique et culturel » (photo ci-dessous). Ahae ne s’était jamais rendu sur place. Après l’exposition au jardin des Tuileries (qui dépend administrativement du Louvre), Ahae fit un don de 1,1 million d’euros à l’établissement public du Louvre. Puis ce fut la location d’espaces au château de Versailles, à un prix non rendu public…mais le mécénat d'Ahae pour la recréation du Théâtre-d’Eau a un coût qui lui est connu, et qui s’élève à 1,4 million d’euros.


courbefy_haute-vienne_ahae_coree.jpg

 

La communication de ces opérations – et donnant lieu à de nombreux produits dérivés – a été largement assurée par son fils Yoo Hyuk-ki (nom anglais : Keith H. Yoo) qui, toujours selon l’article de Bernard Hasquenoph publié le 29 août 2013 sur le site « Louvre pour tous », se serait installé à Paris… après avoir organisé la première exposition Ahae à New York, en 2011, sous couvert d’un organisme de recherche scientifique qu’il préside faisant la promotion du thé vert (une des autres affaires de l’empire Yoo Byeong-on, qui se revendique aussi philanthrope et écologiste, est la marque « Tea of teas »).

 

Faut-il le rappeler : Yoo Hyuk-ki est l’un des actionnaires de Chonghaejin, aujourd’hui interdit de sortie du territoire coréen suite au drame du Sewol. Dans la mesure où les largesses du groupe ont financé et continuent de financer de prestigieux établissements culturels français, il y a lieu de s’interroger sur le bien-fondé de tels financements et de leur poursuite, après le désastre survenu aux larges des côtes coréennes. Car imagine-t-on qu’une société responsable du drame de Furiani(18 orts et 2357 blessés suite à l'effondrement d'une tribune en Corse, en 1992) soit l’un des mécènes du château de Versailles ?

 

 

Sources : AAFC, Korea JoongAng Daily (article de Kim Jung-yoon : « Offices of Sewol owner searched »), The Korea Herald (article de Park Hyong-ki : « Key suspects revealed in deadly Sewol sinking »), site Louvre pour tous (Bernard Hasquenoph, « Ahae à Versailles : le privilège de l’argent »).

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Société Naufrage du "Sewol"
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)