Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 21:42

Elu le 25 septembre 2011, lors d'élections sénatoriales qui ont vu pour la première fois la gauche (socialiste, communiste, radicale et écologiste) remporter la majorité des sièges à la Chambre Haute sous la Cinquième République, le sénateur Jean-Vincent Placé (Europe Ecologie - les Verts) est le premier parlementaire français d'origine coréenne, tout en proclamant "Je n'ai jamais fait l'Asiatique de service, je revendique d'être Français". Portrait de l'un des hommes-clés du mouvement écologiste en France.

 

jean_vincent_place_senateur.jpgNé en 1968 à Séoul, adopté à sept ans par une famille normande, Jean-Vincent Placé a été élu sénateur de l'Essonne, à la tête d'une liste d'union de la gauche entre socialistes, communistes et les Verts, lors des élections du 25 septembre 2011.

 

Aujourd'hui vice-président aux transports à la région Ile-de-France, Jean-Vincent Placé a d'abord étudié le droit bancaire à Caen, avant de devenir collaborateur parlementaire d'Alain Tourret député (radical de gauche) du Calvados, tout en rencontrant Michel Crépeau au Palais-Bourbon. En 2001, il rejoint le mouvement écologiste les Verts, et devient un des proches de Cécile Duflot, qui s'impose à la tête des Verts en 1996. A l'élection primaire pour le choix du candidat écologiste à la présidentielle de 2012, il soutient Eva Joly.

 

Habile tacticien, il est devenu l'un des principaux négociateurs d'Europe Ecologie - les Verts (EELV) avec le Parti socialiste et les autres formations de gauche. Amateur de bonne chère et de bons mots, il s'impose aussi comme une figure-clé du mouvement écologiste. Les élections sénatoriales passées, une autre bataille s'impose : obtenir du groupe socialiste l'abaissement à 10 sénateurs du seuil requis pour former un groupe politique, ce qui permettrait à EELV de former pour la première fois un groupe parlementaire autonome.

 

A la veille des sénatoriales, il s'était légitimement indigné d'une formule d'Alain Marleix à son encontre, stigmatisant ses origines coréennes.

 

Invité à Séoul par le gouvernement sud-coréen en octobre, La Lettre de l'expansion a annoncé le souhait du nouveau sénateur de l'Essonne de devenir président du groupe interparlementaire d'amitié du Sénat France - République de Corée (du Sud). Ce poste est traditionnellement couplé à celui de premier vice-président du groupe d'étude et de contact France - République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord).

 

L'Association d'amitié franco-coréenne félicite Jean-Vincent Placé de son élection, en lui souhaitant de devenir un artisan du renforcement des liens d'amitié et de coopération entre la France et la Corée.

 

Sources : AAFC, Le Point. Photo SIPA.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations France-Corée
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)