Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 23:04

LNKC_carte.JPGIls sont trois étudiants de l'école de commerce Euromed Management, à Marseille. Dans le cadre de leur formation et de la pédagogie Pro-Act, qui aide les étudiants à réaliser des projets qui leur tiennent à cœur, Claire Poquet, Delphine Ravenet et Jean-Christophe Fays ont monté un projet étudiant humanitaire en partenariat avec l’association LNKC (Love North Korean Children) qui construit des boulangeries en République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) et finance leur fonctionnement ainsi que le personnel local, en apportant aux enfants un repas à base de pain. Aujourd’hui, quatre boulangeries sont en fonctionnement à Pyongyang, Sonbong, Hyangsan et Sariwon. L'Association d'amitié franco-coréenne, qui a fait de la coopération avec les populations nord-coréennes un des axes majeurs de ses activités de solidarité et a recueilli près de 13 000 euros d'aide alimentaire depuis 2007, a interrogé Claire Poquet, Delphine Ravenet et Jean-Christophe Fays sur leur projet, en appelant toutes et tous à soutenir le projet de LNKC.




 

AAFC - Bonjour. Etudiants à l'Ecole de commerce Euromed Management de Marseille, vous avez choisi de vous investir dans un projet d'aide alimentaire aux enfants nord-coréens. Pouvez-vous nous expliquer la genèse de votre projet, et le choix de travailler avec Love North Korean Children (LNKC)?

Bonjour. Ce projet est né d’une volonté de l’équipe-projet d’allier un intérêt pour la Corée, qu’elle soit du Sud ou du Nord, et une envie de solidarité, de soutien, par la création d’un projet humanitaire et social. Nous avons donc envoyé plusieurs demandes de partenariat à diverses associations coréennes ayant des objectifs différents mais des valeurs identiques. LNKC a été la première à nous répondre. L’enthousiasme et la gentillesse des personnes avec qui nous avons pris contact nous ont tout de suite séduits. Les membres de LNKC sont extrêmement dévoués à leur cause et aux enfants qu’ils aident quotidiennement. Notre objectif, en tant que projet étudiant, est de promouvoir l’association et de récolter de dons, financiers ou matériels, afin de soutenir au mieux les actions de LNKC.

AAFC - LNKC a mis l'accent sur la construction de boulangeries en République populaire démocratique de Corée, alors que l'objectif des autorités nord-coréennes est de favoriser les aides à projet pour atteindre l'objectif d'autosuffisance alimentaire. Pouvez-vous nous présenter l'historique du projet de LNKC, ses objectifs et les moyens mis en œuvre? Quels réseaux internationaux sont mobilisés par LNKC?

LNKC est un projet fondé en 2004 par M. George Rhee, actuellement président de l’association Manna Mission of Europe, enregistrée à la Charity Commission (Royaume-Uni). LNKC construit et finance des boulangeries aux quatre coins de la Corée du Nord afin de nourrir les enfants des écoles et orphelinats environnants. Les boulangeries emploient un personnel local qui prépare quotidiennement et distribue en personne le pain aux enfants des maternelles et écoles primaires du quartier. Quatre euros permettent de nourrir un enfant pendant un mois ! L’association dispose aussi d’un orphelinat à Hunchun en Chine. Jusqu’à aujourd’hui, les boulangeries sont financées à l’aide d’organismes de financement européens comme Barnabas House et le Dorcas Fund ainsi que par des donations de particuliers. Ils travaillent actuellement sur l’expansion de leurs sources de financement afin de faire grandir la fondation. Quatre boulangeries sont ouvertes aujourd’hui. La dernière en date, située à Sariwon, a ouvert ses portes en juin de cette année, pour le plus grand bonheur de l’association et de ses partenaires. Voici quelques photos que M. Rhee nous a transmis lors de sa visite de la boulangerie de Sariwon à son ouverture en juin :

LNKC_1.JPG

LNKC_2.JPG

AAFC - En tant qu'association de solidarité avec le peuple coréen, nous avons été confrontés, lors d'une campagne de solidarité menée en 2007 pour venir aux victimes nord-coréennes d'inondations, aux difficultés de mobiliser l'opinion publique française, alors que les voyageurs occidentaux restent encore peu nombreux dans un pays marqué par de lourds préjugés et des soupçons sur les destinataires finaux de l'aide. Comment comptez-vous relever le défi de pouvoir toucher les donateurs français? Entendez-vous plutôt cibler les particuliers ou les entreprises ? Quels sont vos objectifs, et dans quels délais? Quels leviers d'action entendez-vous utiliser?

Nous savons que la récolte de dons n’est pas chose aisée, surtout pour des étudiants. Nous ne disposons pas réellement de crédibilité auprès des entreprises notamment, et notre pouvoir de négociation reste faible d’autant plus que ce projet est né cette année, en janvier, et dispose donc de peu de moyens. Nous ne pouvons donc compter que sur la générosité des gens. Néanmoins nous ne négligeons pas les appels à dons ou à partenariats envers les entreprises, chaque aide nous est précieuse. Ce projet nous tient à cœur et nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour aider LNKC. Pour nous, promouvoir l’association est déjà un premier pas vers la sensibilisation des gens. Plus LNKC sera connue et reconnue, ici en France, plus nous serons susceptibles d’attirer des donateurs. Ce sont de petites actions comme cet article par exemple, qui vont nous permettre de grandir, petit à petit. Nous pensons également qu’informer les gens sur les besoins réels de la population nord-coréenne, sur l’urgence de la situation mais aussi sur le pays lui-même en publiant des articles ou des reportages sur nos pages Internet est un moyen de lever les préjugés qui persistent et de mobiliser l’opinion. Comme dit plus haut, le projet a vu le jour en janvier 2012, mais nous comptons le reconduire sur les années à venir avec la formation d’une nouvelle équipe tous les ans. Nous n’avons donc, pour l’instant, pas de réels délais mais nous nous sommes tout de même fixé l’objectif de récolter au minimum 1 000€ d’ici la fin de l’année, ce qui permettrait l’achat d’environ deux tonnes de farine.

AAFC - Envisagez-vous de visiter la Corée du Nord pour voir concrètement la réalisation de votre projet?

Nous avons en effet prévu un voyage d’environ une semaine dans l’une des boulangeries de l’association en début d’été 2013 afin de participer aux activités de LNKC. Ce voyage sera la concrétisation des liens que nous avons tissés avec l’association depuis ce début d’année. Mais ce sera aussi pour nous une expérience humaine unique et la possibilité de voir en personne et vivre aux côtés de ces enfants qui bénéficient des actions de LNKC. 
Nous espérons pouvoir renouveler l’expérience tous les ans pour les futures équipes afin d’entretenir des relations durables avec LNKC et observer l’évolution concrète de nos actions.

AAFC - Merci. Nous vous souhaitons bonne chance dans la réalisation de votre projet et vous donnons rendez-vous très bientôt.

 

Pour en savoir plus :

site de l'association Love North Korean Children

site de l'association Imoogi

 

Contacts :

Association Imoogi : imoogi.association@gmail.com 

Claire Poquet, chef de projet : claire.poquet@euromed-management.net - 06 74 40 19 26 

Delphine Ravenet, responsable partenariat : delphine.ravenet@euromed-management.net - 06 74 38 25 06

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Solidarité
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)