Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 décembre 2016 6 03 /12 /décembre /2016 16:19

Les manifestations sont ininterrompues en Corée du Sud, pour la sixième semaine d'affilée, afin d'obtenir le départ de la Présidente Park Geun-hye. Elles ont atteint un nouveau record : alors qu'ils étaient près de 2 millions à battre le pavé une semaine plus tôt le 26 novembre 2016 (1,8 à 1,9 million selon les organisateurs), ils ont été 2,32 millions le 3 décembre (1,7 million à Séoul, 620 000 dans les autres villes coréennes), toujours selon les organisateurs. Alors que le Parlement doit se prononcer la semaine prochaine sur une motion de destitution de la Présidente Park, rien ne sera jamais plus comme avant, car le peuple s'est exprimé, et qui quiconque ignore la volonté populaire s'expose à subir le contre-coup de la colère de millions de citoyens.

2,3 millions !

Acculée face aux révélations autour de sa gourou Choi Soon-sil, Mme Park Geun-hye a cru trouver la parade, en annonçant remettre son destin entre les mains du Parlement. Les députés de son parti (Saenuri, conservateur) ont alors formulé la proposition d'une démission en avril, qui entraînerait alors une élection présidentielle anticipée en juin.

Une façon de gagner du temps - et d'assurer la possibilité pour les conservateurs de sauver les meubles lors de l'élection présidentielle, ainsi que d'assurer l'avenir juridique de la chef de l'Etat, accusée par le Parquet de complicité dans des activités criminelles - qui n'a pas du tout satisfait les manifestants, toujours plus nombreux, et qui demandent, eux, son départ immédiat.

Quelques heures plus tôt, les trois partis d'opposition représentés au Parlement, et les députés indépendants (soit 171 parlementaires sur 300, auquel il faut ajouter le Président du Parlement), ont déposé une motion de destitution, qui doit être débattue à partir du 8 décembre. Pour être adoptée, la motion doit recueillir le soutien de deux tiers des députés (soit 200 sur 300), avant d'être soumise au Conseil constitutionnel, un organe éminemment politique dominé par les conservateurs, qui avait entériné la mascarade juridique ayant conduit à la dissolution de la principale formation de gauche, le Parti progressiste unifié, en décembre 2014. Une dissolution alors inspirée par la gourou de la chef de l'Etat Choi Soon-sil... l'histoire est sur le point de juger ceux qui, à Séoul, sont à l'origine des violations les plus massives des libertés publiques et des droits de l'homme en Corée du Sud depuis trois décennies.

2,3 millions !

Sources :

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Politique sud-coréenne
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)