Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 00:18

Le 13 novembre 2014, plus de 640.000 jeunes Sud-Coréens ayant terminé leurs études secondaires passent le test d'aptitude aux études universitaires (TAEU ; en anglais college scholastic ability test ou CSAT). Il s'agit d'une institution fondamentale du système éducatif en République de Corée (Corée du Sud), puisque son résultat détermine non seulement la capacité à poursuivre ses études à l'université (alors que les Sud-Coréens affichent l'un des taux les plus élevés au monde d'études supérieures, de l'ordre de 90 % d'une classe d'âge), mais aussi la possibilité d'intégrer l'un des plus prestigieux établissements supérieurs du pays. Si cette forme de sélection n'est pas propre à la République de Corée, en revanche les vives critiques qu'elle soulève - notamment de la part de la gauche - amènent à s'interroger sur son bien-fondé.

Pendant une journée, la Corée du Sud vit à l'heure du test d'aptitude aux études universitaires (TAEU) - dont les résultats déterminent le destin scolaire - voire le destin tout court - de centaines de milliers de jeunes hommes et jeunes femmes, dans un pays profondément empreint de culture confucéenne et marquant un attachement fondamental à l'éducation et à une hiérarchie fondée sur le diplôme. Mais si les jeunes (en principe âgés de 17 ans) bachotent, l'inquiétude et l'espoir gagnent aussi leurs parents : en Corée du Sud, il est d'usage qu'un ménage consacre jusqu'à 10 % de ses revenus à l'éducation de ses enfants. Le jour du TAEU, les lieux de culte ne désemplissent pas.

En apparence parfaitement huilé, un tel système produit aussi des effets pervers : car derrière une apparence d'égalité des chances se profile une sélection entre les enfants selon leur origine sociale, et leur capacité ainsi à se préparer au TAEU en suivant des cours privés. Plus encore, la forme de compétitivité qu'induit le test est perçue comme une préparation à la vie en entreprise dans un monde capitaliste, qui n'épargne pas les plus faibles. Le stress et les nombreux cas de suicide (en cas d'échec ou de résultat inférieur aux espérances) sont la face cachée du TAEU, que dénoncent également des adolescents qui refusent un tel système : ceux-ci sont regroupés en associations, comme sur la plateforme Internet hiddenbag.net - dont le nom fait référence au sac de classe empli - ou non - des livres symbolisant les savoirs à acquérir. Et les protestations ne sont pas seulement cybernétiques : elles prennent aussi la forme de manifestations.

En ce jour de TAEU, ayons donc une pensée pour les adolescents qui passent le test, leurs familles et leurs proches. Mais aussi pour tous ceux qui se battent pour qu'un autre système soit possible.

Manifestation en Corée du Sud, en novembre 2013, contre le test d'entrée à l'université

Manifestation en Corée du Sud, en novembre 2013, contre le test d'entrée à l'université

Sources :

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Société
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)