Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 novembre 2010 3 17 /11 /novembre /2010 00:04

Deux ans seulement après avoir lancé son réseau de téléphonie mobile, relevant directement de la troisième génération (3G), la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) a commencé à fabriquer ses propres téléphones mobiles, pour répondre à une demande en croissance exponentielle.

 

15102010-10La croissance exponentielle du nombre d'abonnés au récent réseau de téléphonie mobile en Corée du Nord, qui date de seulement deux ans, a surpris nombre d'observateurs, à commencer par le groupe Orascom Telecom, détenteur de 75% du capital de l'opérateur local Koryolink - confortant encore le rôle du groupe égyptien comme un des investisseurs étrangers majeurs en République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord), présent également dans le secteur de la construction avec la rénovation en cours de l'hôtel pyramidal Ryugyong (photo AAFC, à gauche, octobre 2010).

 

Selon les données d'Orascom Telecom rendues publiques début novembre pour le troisième trimestre de l'année 2010, le nombre de souscripteurs au réseau de téléphonie mobile en RPD de Corée a progressé de plus de 60 % entre juillet et fin septembre 2010, de 184.000 à 301.000 abonnés. Plus de 50 % de la progression enregistrée au cours du troisième trimestre 2010 provient des régions situées en dehors de la capitale Pyongyang. En un an, le nombre de souscripteurs a plus que quadruplé en Corée du Nord.

 

Toujours selon Orascom, le nouveau service d'appel vidéo sur le réseau de téléphonie mobile 3G en Corée du Nord est de plus en plus populaire, en raison "du niveau élevé de la demande, en particulier dans le secteur de la jeunesse".

 

Initialement ciblée sur la capitale Pyongyang et les principales villes, la couverture par le réseau Koryolink a progressé rapidement, s'étant étendue de 60 à 75 % de la population du pays au cours du seul troisième trimestre de l'année 2010, en vue d'atteindre 90 % des Nord-Coréens d'ici la fin de l'année.

 

Pour répondre au boom de la demande intérieure, la RPD de Corée a décidé de se lancer dans la production industrielle de ses propres téléphones mobiles. Selon le journal des Nord-Coréens du Japon Chosun Sinbo, cité par l'agence sud-coréenne Yonhap, une entreprise d'électronique et de télécommunications à capitaux mixtes (joint venture) Checom Technology, basée à Pyongyang, produit chaque jour des centaines de téléphones mobiles. Toujours selon le Chosun Sinbo, des recherches sont en cours pour adapter les logiciels aux besoins des utilisateurs locaux.

 

L'essor de la téléphonie mobile s'inscrit dans le cadre plus général d'un développement rapide des nouvelles technologies en Corée du Nord. Le 15 novembre 2010, le ministère de l'Industrie électronique a indiqué que les objectifs de production annuels avaient d'ores et déjà été dépassés. Du 8 au 15 novembre 2010, s'est également tenue au Pavillon des Trois-Révolutions, à Pyongyang, la 11ème exposition nationale des logiciels utilisés dans le domaine de l'éducation.

 

Sources :

- Mobile business briefing, "Orascom : North Korea sees rapid growth in mobile and video calling", 9 novembre 2010 ;

- Cellular news, "North Korea starts manufacturing own mobile phones", 15 novembre 2010 ;

- KCNA, "11th National Education Software Exhibition Held", 15 novembre 2010 ;

- KCNA, "Ministry of Electronics Industry Hits Yearly Economy Target", 15 novembre 2010.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Economie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)