Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2010 2 29 /06 /juin /2010 21:41

Présente en République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) depuis 2004, la société Aminex, cotée à Londres et à Dublin, a signé au printemps dernier un accord de prospection pétrolière sur une zone de 50.680 km2, située en mer de l'Est. Tandis que les dernières données économiques pour l'année 2009 indiquent un léger recul de l'économie nord-coréenne, la richesse de son sous-sol est sans doute l'une des clés de son développement, alors que l'un des mots d'ordre est la construction d'un pays "puissant et prospère" à l'horizon 2012.

 

aminex_north_korea-copie-1.jpg

Non-productrice de pétrole à l'heure actuelle, la Corée du Nord souffre d'une grave pénurie d'énergie qui résulte, notamment, de la fin des livraisons de pétrole soviétique dans des conditions plus favorables que celles du marché. Mais ce goulot d'étranglement de l'économie nord-coréenne est appelé à disparaître à moyen terme : outre les réserves de la mer de l'Ouest, dont l'exploitation devra faire l'objet d'un accord entre les deux Etats riverains concernés, la République populaire de Chine et la République populaire démocratique de Corée, l'accord signé il y a un mois entre les autorités nord-coréennes et l'entreprise de prospection pétrolière Aminex indique la très forte probabilité de réserves en mer de l'Est, même si leur étendue et la viabilité de leur exploitation économique restent encore totalement inconnues.

 

Aminex a signé un accord de prospection pétrolière avec le gouvernement nord-coréen en 2004, aux termes duquel Aminex apporte son soutien technique, commercial et légal aux efforts de la RPD de Corée pour la prospection et la production de pétrole et de gaz naturel. En contrepartie, Aminex dispose d'une priorité pour les licences dan les nouvelles zones de prospection.

 

Pour ses activités en Corée du Nord, Aminex a créé une société, Korex, dont les activités sont menées conjointement avec Chosun Energy, entreprise basée à Singapour. L'un des directeurs de Chosun Energy est James Passin, directeur d'un fond américain new yorkais.

 

Il y a un mois, un accord a été signé à Londres entre Brian Hall, président d'Aminex, et des représentants nord-coréens. 50 % des capitaux de Korex Ltd ont été vendus à Chosun Energy, et un contrat de partage de la production (acronyme anglais : PSC) a été signé pour une période de 10 ans en mer de l'Est (cf. carte ci-dessus, source Aminex) : la zone concernée couvre 50.680 km2, soit une superficie supérieure à celle de la Suisse. De l'avis des experts, il est peu probable que la société Aminex se soit lancée dans une telle opération, qui plus est dans une période de tensions intercoréennes accrues, sans un minimum de garanties quant à la présence plus que probable d'hydrocarbures en mer de l'Est.

 

La richesse du sous-sol nord-coréen constitue certainement l'une des clés du développement de l'économie de la RPDC, encore trop largement dépendante des aléas climatiques pour son agriculture et soumise à un régime de sanctions internationales, renforcées après l'essai nucléaire du 25 mai 2009. En l'absence de statistiques officielles nord-coréennes, la Banque de Corée (du Sud) a estimé que l'économie nord-coréenne avait reculé de 0,9 % en 2009, après une croissance de 3,7 % en 2008. Toujours selon la banque centrale sud-coréenne, les exportations nord-coréennes ont atteint 1,06 milliard de dollars en 2009, et les importations 2,35 milliards de dollars l'an passé.

 

Sources :

- Aminex 

- "Aminex signs oil exploration deal with North Korea", in The Irish Times, 1er juin 2010 

- "L'économie nord-coréenne a connu une contraction l'an dernier", Yonhap, 24 juin 2010 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Economie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)