Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 21:29

Adoptée le 12 juin 2009 par le Conseil de sécurité des Nations-Unies à l'unanimité de ses quinze membres, la résolution 1874 a alourdi les sanctions contre la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord), en condamnation de l'essai nucléaire nord-coréen du 25 mai dernier.

A l'issue de longues discussions - pendant plus de deux semaines - entre les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations-Unies (CSNU), le Japon et la Corée du Sud, la résolution 1874 du CSNU, adoptée le 12 juin 2009, a alourdi les sanctions à l'encontre de la Corée du Nord. Elle prévoit : 

- le renforcement du régime de surveillance des cargaisons aériennes, maritimes et terrestres, à destination ou en provenance de la Corée du Nord, en permettant la saisie et la destruction des biens transportés en violation des sanctions ;
- l'élargissement de l'embargo sur les armes, à l'exclusion des seules importations d'armes de petite taille par la Corée du Nord, ce qui correspond à une concession accordée à la Chine par les Etats-Unis qui souhaitaient un embargo sur tout le commerce des armes nord-coréen ;  
- l'inclusion de nouvelles entreprises nord-coréennes, mais aussi de personnes, sur la liste des entités nord-coréennes dont les avoirs à l'étranger sont gelés.

En condamnant à nouveau l'essai nucléaire nord-coréen, les cinq membres permanents du CSNU ont manifesté leur volonté de conserver leur monopole de l'arme atomique. Prolongeant la résolution 1718 du CSNU adoptée en octobre 2006 après le premier essai nucléaire nord-coréen, la résolution 1874 atteste que le droit international public, et singulièrement le droit des Nations-Unies, est conçu dans l'intérêt des grandes puissances et de leurs alliés. Par comparaison, les puissances nucléaires alliées des Etats-Unis - comme Israël et le Pakistan - n'ont jamais encouru la moindre sanction du CSNU au titre de leurs activités nucléaires militaires.

En affirmant que "en aucun cas il ne devait fait être usage de la force ou menacé d'y recourir", M. Zhang Yesui, ambassadeur de la République populaire de la Chine aux Nations-Unies, a exprimé la volonté de Pékin d'éviter que des arraisonnements de navires nord-coréens ne conduisent à des
affrontements. Certains observateurs ont ainsi mis en doute la fermeté de la Chine, premier partenaire économique de la Corée du Nord, dans l'application des sanctions.

En tout état de cause, la résolution 1874 s'inscrit dans une logique d'escalade de la tension, attisant les risques de guerre : les autorités nord-coréennes pourraient réagir en procédant à un tir de missile intercontinental, ou à un troisième essai nucléaire. Compte tenu du rôle économique du complexe militaro-industriel en Corée du Nord, ces nouvelles sanctions, présentées comme visant ses ressources, vont d'abord aggraver la vie quotidienne de millions de Coréens, employés dans les usines d'armement ou dans des secteurs liés au complexe militaro-industriel, comme l'informatique.

Il n'est d'ailleurs pas anodin que, dans la même période, la Corée du Nord négocie avec les Sud-Coréens une forte revalorisation des salaires et des loyers dans la zone industrielle de Kaesong : ces discussions, actuellement dans l'impasse, peuvent se lire comme une réaction des autorités nord-coréennes aux tentatives d'étranglement financier à son encontre. N'est-il pas encore temps de
refuser la politique du pire, et d'encourager la voie des négociations par une autre politique que celle du bâton ?

Sources : Le Monde, Pakistan Times

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations internationales de la Corée
commenter cet article

commentaires

Frédéric 19/06/2009 08:52

Pouvez rappellez que justement la zone d'économie mixte et les lieux touristiques en Corée du Nord ont étaient fermé ou les cadres sud coréens expulsé  ?

Association d'amitié franco-coréenne 19/06/2009 14:38



Il n'y a pas "une" zone d'économie mixte, mais plusieurs, et celle de Kaesong (à laquelle vous faites manifestement référence) poursuit ses activités, même s'il y a actuellement un refus des
Sud-Coréens d'accéder à la hausse des salaires et des loyers demandée par les Nord-Coréens. Sur la centaine d'entreprises sud-coréennes présentes à Kaesong, une est partie.

Quant à la zone touristique des monts Kumgang, nous avons mentionné que les activités étaient suspendues sine die http://amitiefrancecoree.over-blog.org/article-24892721.html après la mort d'une touriste sud-coréenne http://amitiefrancecoree.over-blog.org/article-21159432.html. L'AAFC avait alors déploré cet incident tragique, en présentant
ses condoléances à la famille de la personne décédée. Il est apparu que Hyundai Asan porte sa part de responsabilité, en ayant permis à la victime de pénétrer dans une zone militaire :
une clôture devant séparer le complexe touristique était alors en cours de réfection par Hyundai Asan, mais les accès n'avaient pas été fermés par Hyundai Asan. Par ailleurs, c'est
Hyundai Asan qui a décidé de suspendre ses activités dans les monts Kumgang, la Corée du Nord ayant ensuite demandé le départ des Sud-Coréens travaillant en ce lieu, et dont la présence
n'était plus nécessaire, en l'absence de touristes sud-coréens. 



Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)