Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 22:46

En réponse à une question posée par l'agence officielle KCNA, le ministère des Affaires étrangères de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) a indiqué, le 22 mars 2011, qu'il condamnait l'attaque militaire américaine et d'autres puissances occidentales contre la Libye, comme une ingérence dans les affaires intérieures de la Libye alimentant une guerre civile. Par ailleurs, Pyongyang a indiqué que les garanties de sécurité et l'amélioration des relations, pour lesquelles plaident les Etats-Unis , désarment en fait les Etats face à des agressions américaines.

 

556px-Coalition_action_against_Libya_svg.png

 

Le 22 mars 2011, un porte-parole du ministère des Affaires étrangères (MAE) de la RPD de Corée a dénoncé l'attaque militaire de la Libye par les Etats-Unis en collusion avec  d'autres puissances occidentales (notamment la France et le Royaume-Uni, sans les nommer), comme une "ingérence ouverte dans les affaires intérieures de la Libye, alimentant une guerre civile". La résolution des Nations Unies a abusé l'autorité du Conseil de sécurité, l'intervention militaire armée ayant dépassé les limites fixées par la résolution. "La RPDC dénonce fortement [cette attaque] comme une violation gratuite de la souveraineté et de l'intégrité territoriale d'un Etat indépendant et un horrible crime contre l'humanité", qualifiant cette action de guerre d' "injustifiable" et devant être arrêtée immédiatement, au moment où le monde entier est "témoin presque quotidiennement de la mort misérable d'un grand nombre de citoyens et des désastres indicibles causés par les deux guerres lancées par les Etats-Unis" au XXIème siècle, en Irak et en Afghanistan.

 

Toujours selon Pyongyang, cette nouvelle guerre américaine pour un changement de régime à Tripoli vise à placer sous le contrôle américain les ressources naturelles libyennes, au prétexte de protéger les populations civiles.

 

L'attaque contre la Libye justifie, selon la RPDC, le bien-fondé de sa politique de songun donnant la priorité aux affaires militaires, le désarmement nucléaire de la Libye et l'utilisation par les Etats-Unis de formules telles que des "garanties de sécurité" et "l'amélioration des relations" ayant tendu à l'affaiblissement militaire de la Libye. Pour le MAE nord-coréen, "cela prouve une fois encore cette vérité historique que la paix ne peut être préservée que lorsqu'on bâtit sa propre puissance militaire, aussi longtemps que des pratiques arbitraires et désinvoltes continuent dans le monde". Ce qu'affirmait déjà le proverbe latin "si vis pacem, para bellum" (si tu veux la paix, prépare la guerre).

 

De même que l'attaque militaire contre l'Irak en 2003 avait incité la RPD de Corée à accélérer son programme nucléaire pour se préserver du risque d'une agression par les Etats-Unis, jusqu'à la conduite d'essais nucléaires en octobre 2006 et en mai 2009, la situation en Libye éloigne un peu plus la perspective d'une reprise du dialogue à six sur le nucléaire dans la péninsule coréenne : les garanties de sécurité et l'amélioration des relations bilatérales qu'évoque le MAE nord-coréen correspondent en effet aux promesses que les Etats-Unis avait faites à Tripoli, et qu'ils font aujourd'hui à Pyongyang.

 

Source : KCNA

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations Etats-Unis-Corée
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)