Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 17:07

Le 26 avril 2011, quatre anciens chefs d'Etat et de gouvernement - Jimmy Carter, Martti Ahtisaari, Mary Robinson et Gro Brundtland - sont attendus à Pyongyang, à l'invitation des autorités de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord), pour un séjour qui devrait durer trois jours, destiné notamment à relancer les pourparlers à six (les deux Corée, les Etats-Unis, la Chine, la Russie et le Japon) sur la dénucléarisation de la péninsule coréenne. Par ailleurs, la délégation conduite par Jimmy Carter souligne l'urgence d'une aide aux populations nord-coréennes pour éviter une nouvelle pénurie alimentaire dans cette partie du monde. L'AAFC soutient pleinement cette initiative, alors que la confiance mutuelle et la sécurité collective en Asie du Nord-Est constituent des enjeux capitaux pour la paix mondiale.

 jimmy_carter_mary_robinson_gro_brundtland_martti_ahtissari_.jpg

Alors que le canaux de la diplomatie officielle échouent depuis deux ans à relancer les pourparlers à six sur la dénucléarisation de la péninsule coréenne, quatre anciens chefs d'Etat sont attendus à Pyongyang ce mardi 26 avril, à l'invitation du gouvernement nord-coréen : Mary Robinson, Jimmy Carter Gro Brundtland et Martti Ahtisaari, font partie d'un groupe d'anciens chefs d'Etat et de gouvernement appelé "les Anciens", constitué par Nelson Mandela. Ils entendent mettre tout leur poids politique dans la balance pour relancer le processus de négociations et la sécurité collective dans la péninsule coréenne et en Asie du Nord-Est.

 

 En visite en Chine le 25 avril où "les Anciens" ont rencontré Yang Jiechi, ministre chinois des Affaires étrangères, Jimmy Carter a déclaré : " A un moment où le dialogue officiel avec la République populaire démocratique de Corée apparaît bloqué, notre but est de voir comment nous pourrions réduire les tensions et aider les parties à traiter les questions-clés, dont la dénucléarisation" de la péninsule coréenne. Martti Ahtisaari a ajouté : "Il y a clairement un niveau élevé de méfiance et de suspicion entre le Nord et le Sud de la Corée. Mais les enjeux sont trop élevés pour laisser l'impasse se poursuivre".

 

 L'année 2010 a été marquée, fin novembre, par des affrontements intercoréens meurtriers en mer de l'Ouest. Avec le soutien de Pékin et de Moscou, Pyongyang a proposé de renouer les discussions à six, mais cette offre a été rejetée par Washington et Séoul qui posent des conditions préalables. Après leur séjour à Pyongyang, les quatre anciens chefs d'Etat se rendront en Corée du Sud.

 

 Un autre sujet d'inquiétude est l'insécurité alimentaire en Corée du Nord. Sur ce point, Gro Brundtland, qui a également été directrice générale de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), a déclaré : "Nous sommes très préoccupés par les sévères pénuries alimentaires rapportées par le gouvernement nord-coréen et les agences humanitaires. Nous voulons aussi discuter de la sécurité alimentaire à long terme et des questions de santé qui sont importantes pour le développement économique".

 

Les autorités nord-coréennes, qui font de la question alimentaire une priorité, ont lancé un appel à une aide internationale, relayé par plusieurs personnalités (dont le Sud-Coréen Ban Ki-moon, secrétaire général des Nations-Unies) et auquel ont répondu plusieurs gouvernements, dont ceux de la France, de la Chine et de la Russie, mais pas des Etats-Unis ni de la Corée du Sud. Pour leur part, Washington et Séoul subordonnent en effet toute aide publique à une reprise des pourparlers sur le nucléaire, tandis que l'administration Obama a décidé récemment de renforcer les sanctions contre la RPDC en interdisant, notamment, tout échange économique entre les Etats-Unis et la Corée du Nord.

 

Président américain entre 1977 et 1981, Prix Nobel de la Paix en 2002, Jimmy Carter a une longue expérience dans les discussions avec la RPD de Corée. En 1994, ses discussions avec le président nord-coréen Kim Il-sung avaient conduit à l'accord conjoint, qui prévoyait alors la fourniture de centrales nucléaires à eau légère en contrepartie du renoncement de Pyongyang à l'arme nucléaire. En août 2010, Jimmy Carter s'était rendu à Pyongyang où il avait obtenu du dirigeant Kim Jong-il la libération gracieuse d'Aijalon Mahli Gomes, activiste chrétien américain qui était entré illégalement en Corée du Nord.

 

Diplomate de formation, Martti Ahtisaari a été président de la République finlandaise de 1994 à 2000. Fondateur de l'ONG Crisis Management Initiative, qui vise à développer la paix dans les régions troublées, il a reçu le prix Nobel de la paix en 2008.

 

Avocate, militante des droits de l'homme, Mary Robinson a été présidente de la République d'Irlande de 2000 à 2007, avant de devenir Haut commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme de 1997 à 2002. Déjà sensibilisée aux questions de la division et de la paix en Corée, elle avait participé au Festival de la paix en 2005, organisée le 27 juillet 2005 (date anniversaire de l'armistice) à Imjingak, dans la zone démilitarisée (DMZ) entre les deux Corée.

 

Médecin de formation, trois fois chef de gouvernement en Norvège (1981, 1986-1989 et 1990-1996), Gro Harlem Brundtland a ensuite été directrice générale de l'OMS de 1998 à 2003. Elle avait alors visité la Corée du Nord en 2001. 

 

L'AAFC approuve pleinement l'esprit et la démarche de la visite des quatre anciens chefs d'Etat, ayant lancé une pétition en faveur d'un traité de paix dans la péninsule coréenne, et en appelant chacune et chacun à répondre sans tarder à son appel à la solidarité avec les populations coréennes, pour éviter maintenant que ne se reproduise le drame humanitaire des années 1990.

 

Sources principales : AAFC, CNN (dont photo).

Partager cet article

Repost 0
Publié par Association d'amitié franco-coréenne - dans Relations internationales de la Corée
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Soutenir une réunification indépendante et pacifique de la Corée, conformément à l'aspiration légitime du peuple coréen et dans l’intérêt de la sécurité et de la paix dans le monde
  • Contact

Recherche

D'où venez-vous?

aujourd'hui


dans les 30 derniers jours

 
 

Nouvelles de la "liste noire"

Temps restant avant que le secrétaire général de l'AAFC soit (peut-être) autorisé à revenir en Corée du Sud*

 

 

* Le ministre de la Justice peut interdire l'entrée en République de Corée (du Sud) d'un étranger qui a quitté le pays suivant un ordre de déportation il y a moins de cinq ans (sixième alinéa du premier paragraphe de l'article 11 de la loi sud-coréenne sur l'immigration)